L'écologie c'est LaVieDuBonCôté              Éditoriaux
Etre écologiste, c'est mettre son intelligence à l'épreuve du monde
 Retour Accueil "La Terre n'appartient pas à l'Homme, c'est l'Homme qui appartient à la Terre." . Ce n'est pas de la modestie mais du réalisme.
2008 : la part des énergies renouvelables dans le monde est seulement de 2,5% (hors bois de chauffage)

16/05/20 Encore et toujours : coronavirus et Big Pharma.

 

Karine Lacombe. Vous connaissez ?
C’est cette médecin qu’on voit sur tous les plateaux TV et qui a même été en conférence de presse aux côtés du premier ministre. Sa mission ? Lutter contre Didier Raoult et la Chloroquine.

Ok, c'est son choix de médecin, on peut tout à fait l'entendre, d'autant plus qu'elle est loin d'être la seule... mais quand on gratte un peu on tombe vite de sa chaise !

Lorsqu'on va sur https://www.transparence.sante.gouv.fr/ puis sur "recherche avancée" et que l'on rentre son numéro d'identifiant de médecin dans la base de données (10001466357), on tombe sur le listing de tous les avantages (déclarés) qu'elle a reçu de l'industrie pharmaceutique. Et il y a plus 21 pages.... dont :
Près de 38.000€ par ABBVIE qui produit le KALETRA (antiviral qui coute entre 110 et 215€ les 60 comprimés), en concurrence avec le PLAQUENIL (qui coute 4€ les 30 comprimés)
Près de 25.000€ par GIDEAD qui produit le REMDEVISIR en concurrence aussi avec le PLAQUENIL

C'est son droit le plus strict de se faire entretenir par les labos. Par contre, elle devrait avoir la décence de ne pas intervenir médiatiquement pour prendre position contre un traitement concurrent de ceux des labos qui la rémunèrent et de ne pas participer à des conférences de presse avec le premier ministre alors qu'elle est en situation de conflit d'intérêt évident.

Voilà un éclairage intéressant sur les conflits d'intérêts monstrueux entre l'industrie pharmaceutique bon nombre de médecins et l'état... Le tout avec la bienveillance des médias...
Et pendant ce temps là des centaines de personnes meurent tous les jours du Covid 19.

Il ne s'agit pas de déterminer si son propos au sujet du protocole du professeur Raoult est pertinent ou pas, ça on le saura un jour, il s'agit de dire que compte tenu de ses liens avec des labos qui ont tout à perdre face à la Chloraquine elle ne devrait pas s'exprimer sur ce sujet sans informer le public de la nature de ses liens avec les labos pour que tout le monde puisse se faire une opinion sur son objectivité.

(reçu de Bertrand V R, via facebook)

30/04/20 Vous n'êtes pas d'accord avec notre société libérale ? Voici ce qui vous attend : exemple des antinucléaires de Bure.

 

Boris Cyrulnik nous a prévenu : "on aura le choix entre vivre mieux ou subir une dictature" à propos de l'après coronavirus.

Lire la suite (franceinter)

Il n'a pas fallu attendre cette pandémie et tous les dérapages technico-scientifico-politiques pour avoir un aperçu effrayant de ce qu'on nous prépare.

 

Des dizaines de personnes placées sur écoute, un millier de discussions retranscrites, plus de 85.000 conversations et messages interceptés, plus de 16 ans de temps cumulé de surveillance téléphonique : l’information judiciaire ouverte en juillet 2017 est une machine démesurée de renseignement sur le mouvement antinucléaire de ce village de la Meuse, selon les documents qu’ont consultés Reporterre et Mediapart.

 

Des visages pris dans une toile de flèches et de diagrammes. Sous chaque photo : date et lieu de naissance, surnom, organisation. Les individus sont regroupés en « clans », reliés à des lieux et à des cotes du dossier d’instruction. Certains visages sont grossis, d’autres réduits à la taille d’une tête d’épingle. Certaines personnes ont droit à une photo, d’autres apparaissent sous une forme de pictogramme – bleu pour les hommes, rose fuchsia pour les femmes.
Ce schéma a été réalisé par la cellule d’analyse criminelle Anacrim de la gendarmerie nationale. Son logiciel, Analyst’s notebook, permet de visualiser les liens entre des personnes via leurs numéros de téléphone, des lieux, des événements. Cette technique est habituellement utilisée pour résoudre des crimes particulièrement graves ...
... Le 13 février 2018, selon les éléments consultés par Reporterre et Mediapart, à proximité du tribunal de Bar-le-Duc, des gendarmes ont caché pendant sept heures plusieurs IMSI-catchers, des appareils de surveillance qui récupèrent à distance les identifiants des cartes SIM (les « IMSI ») dans les téléphones portables. Ils peuvent aussi intercepter les communications sans qu’aucun locuteur ne s’en aperçoive.

Ce jour-là, trois hommes passent en jugement pour des faits liés au mouvement d’opposition à Cigéo. Quelques dizaines de militants sont venus les soutenir sur la place pavée qui s’étend au pied du tribunal.
Pendant que Kévin le Fur préside l’audience — comme il est parfois d’usage dans ce petit tribunal —, pendant que les avocats plaident, que les accusés se défendent, que le procureur requiert, que dehors les épices infusent le vin chaud et que les sandwiches se préparent, 977 IMSI sont secrètement happés par la gendarmerie.

Lire la suite (reporterre)

 

30/03/20 Que nous enseigne le coronavirus ? (2)

 

A l'instant : un avis médical de poids. Le tamiflu, la chloroquine, Didier Raoult.

Je suis ulcéré par cette décision du gouvernement de valider les principes d'une étude n'incluant que les cas graves, dont on connaît le résultat puisqu'au stade de la réanimation, le problème n'est plus au contrôle de la diffusion virale mais bien au maintien de l'hématose coûte que coûte...
Ce blocage à l'utilisation d'un traitement peu coûteux et très peu toxique, assorti de la décision de n'autoriser une étude de son utilisation dans les cas graves, ou l'on sait que ça ne marchera pas, s'assimile à un scandale d'état.

Lire la suite (jdmichel.blog)

-----------------

Dans l'édito du 18/03, nous avons abordé un côté du problème : les failles que nous avons créé pour que le virus se propage. Aujourd'hui nous vous présentons un article qui aborde :

- les origines du virus et méthodologie d'étude.

- l'organisation et les moyens de la recherche et des hôpitaux.

 

(entretien avec le Dr Sicard sur France culture)

Ce qui me frappe toujours, c’est l’indifférence au point de départ. Comme si la société ne s’intéressait qu’au point d’arrivée : le vaccin, les traitements, la réanimation. Mais pour que cela ne recommence pas, il faudrait considérer que le point de départ est vital. Or c’est impressionnant de voir à quel point on le néglige. L’indifférence aux marchés d’animaux sauvages dans le monde est dramatique.
... Elles (les chauves souris) sont elles-mêmes porteuses d’une trentaine de coronavirus ! Il faut que l’on mène des travaux sur ces animaux. Evidemment, ce n’est pas très facile : aller dans des grottes, bien protégé, prendre des vipères, des pangolins, des fourmis, regarder les virus qu’ils hébergent, ce sont des travaux ingrats et souvent méprisés par les laboratoires. Les chercheurs disent : 'Nous préférons travailler dans le laboratoire de biologie moléculaire avec nos cagoules de cosmonautes. Aller dans la jungle, ramener des moustiques, c’est dangereux.' Pourtant, ce sont de très loin les pistes essentielles.
"C'est effrayant de se dire qu'aux portes mêmes de là où viennent les épidémies, on a du mal à porter tous les efforts." Quand le ministère des Affaires étrangères français retire le poste de virologue de cet Institut Pasteur qui est à quelques centaines de kilomètres de la frontière chinoise, on est atterré. Cela s’est passé en novembre 2019.

Pourquoi dites-vous que les masques ne sont pas protecteurs ?
Ils sont protecteurs bien évidemment pour les médecins et les soignants, dans un milieu où circule le virus. Mais quand vous avez des gens qui se promènent dans la rue en portant des masques, c’est paradoxal. Ils pensent se protéger des autres mais il y a un écart considérable entre l’inutilité des masques dans la rue et l’utilité vitale des masques dans les hôpitaux.

.........
... (personnel hospitalier) Nous souffrons, c’est épouvantable, l’hôpital est devenu une entreprise. Et je suis tout à fait d’accord avec leur discours : l’hôpital a été martyrisé. Avec des décisions purement économiques qui ont fait fi de l’intérêt des malades et des médecins. .


Mais cette casse du système hospitalier a-t-elle des répercussions aujourd’hui au moment de la crise sanitaire ?
Non, il y a un découplage. Toutes les mesures qui rendaient l’hôpital non fonctionnel ont temporairement disparu. Les administrateurs sont terrifiés dans leurs bureaux et ne font plus rien. Ce sont les médecins qui font tout. Ils ont retrouvé la totalité de leur pouvoir.

Lire la suite (franceculture)

18/03/20 Que nous enseigne le coronavirus ? Suite

 

Certains pays font mieux que d'autres pour plein de bonnes raisons. Il leur a suffi d'être un peu plus "dans les clous" concernant les respect de quelques règles écologiques.
Pour comprendre, il faut d'abord savoir que la nature reprend chaque cm2 qu'on lui abandonne, tel un pissenlit dans une fissure de bitume.

 
- Les décès concernent à 80% de personnes de + de 75 ans, souvent très médicalisées. Et les médicaments de notre médecine officielle, l'allopathie, ne régénèrent pas souvent, soulagent plus qu'ils ne soignent, et intoxiquent plus ou moins.
- Il y a aussi des jeunes sur-médicamentés.
- 858 médecins pour 100 000h à Paris, 242 dans le Jura (chez nous, il y a encore moins dans l'Ain,181). Les grandes villes rendent malade.
- On vit dans une société de compétition, d'une certaine façon, c'est demander à un gars de 50ans de courir le 100m en 10s. Et on peut comparer au nombre de médecins à Roland Garros (50 ? me rappelle plus mais ça avait fait du foin comparé à un hosto), c'est dire leur fragilité d'être toujours aux limites.
- Et ça fait 50 ans qu'on nous vend de la bouffe chimiquée avec des "doses admissibles" d'un tas de saloperies.
- Pollutions en tout genre.
- Des normes d'hygiène individuelles devenues courantes (99% des bactéries éliminées, toujours plus propre ! nous disent la pub et le médecin) qui nous éloignent du commun des bactéries et virus, bénins ou même bénéfiques. Et bien sûr quelques indésirables (surtout en ce moment, ouf).. D'où une immunité naturelle qui ne se fait pas.
- Laisser les circuits économiques hors des mesures prises. Cela suffit pour annihiler quasiment tout le reste des mesures de confinement.
- L'organisation mondiale de l'aviation civile avait refusé de réduire ou arrêter le trafic au début de la pandémie.
- Et tout ce qu'on nous cache. En particulier l'arrêt des crédits pour l'étude du SRAS (virus apparenté sauf erreur) en 2005, l'épidémie étant passée.

On a donc créé de toute pièce toutes les failles (système immunitaire affaibli, mauvaise santé, stress physique et psychologique, voyages lointains, mesures politiques plutôt que médicales en fonction de l'épidémiologie, l'économie libérale préservée, n'étant pas concernée par le virus!) pour que tout parte en vrille.

 

Et si on a bien compris, toute la liste ci-dessus signifie que tout le fonctionnement de notre société est anti-écologique !

 

Une autre approche, médicale :

Approche statistique du Professeur Raoult.

On est passé d'une exagération à une déconnection. Il y a dans le monde 2,6 millions de morts d'infections respiratoires par an, vous imaginez que les 5 000, 10 000 ou même 100 000 vont changer les statistiques ?

Lire la suite (laprovence)

10/03/20 Que nous enseigne le coronavirus ?

 

Le coronavirus est un virus du rhume, plus virulent que le virus de la grippe et affecte surtout les personnes affaiblies. Environ 300 morts ces 2 derniers mois.

- Quelques chiffres comparatifs sont parus : la faim fait 25 000 morts par jour, les guerres c'est plus de 500 000 morts par an, etc. (et on ne fait rien).

- On établit des mesures restrictives pour empêcher la propagation : rassemblements divers interdits, confinement, interdictions ou restrictions de déplacement, de voyager, ... MAIS :

- Pas de contrôle des militaires de retour de Chine

- Les avions volent toujours, même à vide. La raison en est aberrante : les règles du néolibéralisme sont insurpassables, jusqu'à présent.

Lire la suite (reporterre)

- Et surtout : vous DEVEZ aller travailler

- ... Pour ne pas perdre de points de CROISSANCE ! Mêmes raisons que ci-dessus.

 

Ces derniers points annulent toutes les précautions énoncées au préalable. On remarque aussi que s'il n'y a pas de croissance, le système s'écroule.

Cette crise révèle aussi la fragilité du système économique en place qui mise tout sur la performance financière à court terme, reporte sur les états et la société civile les mesures à supporter ainsi que leur coût.

Ce qui nous amène à constater que les services étatiques ont été réduits au minimum et en dessous, en particulier les services d'urgence, de santé, de solidarité.

Les gouvernements ont tous courbé l'échine devant les enjeux de la croissance et n'espèrent qu'une chose : la reprise de celle-ci, sous-entendu : les dégâts collatéraux, on s'en fout, c'est inévitable, on va réduire les inconvénients au minimum.

Juste un rappel prémonitoire : c'est dans un dessin animé de Walt Disney : le combat entre Merlin et la sorcière Mim. Mim, transformée en dragon terrifiant est vaincue par un virus. Voir (4 mn, youtube).

20/01/20 Incendies en Australie, une sécheresse provoquée.

 

Il y avait fort à parier sur la responsabilité humaine : la privatisation de l'eau.

A ce propos, nous ne résistons pas à une pensée d'Idriss Aberkane : "La nature est une bibliothèque, lisons-la au lieu de la brûler".

Une vidéo (5 mn) valant mieux qu'un long discours, voici :

Voir la vidéo (youtube)

07/01/20 Nos meilleurs vœux pour 2020.

 

Nous vous présentons nos meilleurs vœux pour l'année 2020, c'est notre souhait le plus cher. Et pourtant, il nous faudra tous surmonter bien des obstacles :

Evincer tous ceux qui font comme si de rien n'était sur une planète qui nous prévient chaque jour de ce qui ne va pas :

- 95% du vivant sur terre est composé de l'humanité, et du bétail et volailles destinées à son alimentation. Il ne reste plus que 5% de vie sauvage et les chasseurs et braconniers s'emploient à réduire ce petit reste.

- la moitié des oiseaux ont disparu, ainsi que 3/4 des insectes.

- Après l'Amazonie en feu (feux volontaires), c'est le tour de l'Australie et la perte de plus de 500 millions d'animaux plus une vingtaine d'humains.

- L'augmentation des températures, la fonte des glaciers, et plus généralement le dérèglement climatique.

- La folie productiviste des hommes sur une planète dont les ressources s'épuisent, accompagnées d'énormes pollutions.

Nous vous offrons quelques textes à méditer.

- Les vœux de Vaclav Havel du 1er Janvier 1990. Lire  (reçu d'Antoine V.)

- la vision de 2014 en 1964 par Isaac Asimov (grand auteur de science fiction).

Des erreurs bien sûr mais aussi une finesse d'analyse.

Lire la suite (framablog)

Toujours Asimov, une vision de 2019, avec des commentaires actuels.

Lire la suite (usbeketrica)

17/12/19 Écologue, pauvre métier.

 

Reçu via FB :

Ecologue : pauvre métier (ou métier de pauvre)

Cette semaine, j'ai réussi à décrocher mon premier entretien après 9 mois de recherche d'emploi dans les métiers de l'environnement avec pour seule contrainte ne pas sortir de ma région (et que mon travail ait un tout petit peu de sens, je deviens difficile avec l'âge...). Nouvel arrivant après avoir pas mal bougé, je savais que ce serait dur, mais je n'imaginais pas à ce point. Et pourtant, je suis loin d'être un débutant. J'ai 25 ans d'expérience, de technicien à directeur de département, durant lesquels j'aurais à peu près tout fait : du terrain (dont certaines opérations jamais faites par aucun BE et refusées par les services de l'Etat parce que trop complexes), du traitement de données, de la carto, des stats, de l'expertise, du conseil, de la recherche appliquée, de la concertation, de la logistique, de la gestion d'équipe, etc... en métropole, à l'international, et dans les DOM.

Bref, après moults candidatures, premier entretien... Ce poste était ouvert pour un chargé d'étude bac+5 pour la rédaction d'un DOCOB (document d'objectif) sur une ZPS (zone de protection spéciale Natura 2000). Super intéressant, dans un site magnifique, avec des partenaires impliqués et des problématiques passionnantes à gérer. Comme d'habitude, ils cherchaient un couteau suisse, bon en détermination faune & flore, avec une expérience de la concertation, autonome en cartographie, et capable de cadrer les prestataires privés pour l'état des lieux. De plus, rédiger un DOCOB est une responsabilité, cela engage sur l'avenir, c'est la pierre angulaire du travail de plusieurs années de gestion des milieux naturels en concertation avec les acteurs socio-économiques locaux. Il faut construire le plan de gestion en accord avec les partenaires, le chiffrer et définir des indicateurs de suivis cohérents. Et bien entendu, s'assurer que ce DOCOB soit adapté aux besoins du milieu, tout en anticipant les phases d'évaluation intermédiaires. Bref, du gros boulot bien stratégique.

Pour un salaire de 1.600€ net.

Non seulement c'est faible, non seulement ça ne suffit pas pour faire vivre une famille, mais en plus, et surtout, c'est insultant ! Pas par rapport aux autres bas salaires (qui devraient tous être augmentés!), mais par rapport aux autres métiers de l'ingénierie.

Quelle profession de niveau ingénieur, autre qu'écologue, est capable d'accepter un travail demandant autant d'investissement et de compétences pour ce salaire ? A ma connaissance, je n'en vois aucune. Peut-être les expatriés dans les ONG qui sont également pressurés jusqu'à la moëlle pour des salaires totalement indécents (mais là aussi, ils trouvent des bonnes poires qui font passer leur conscience avant leur avenir et leur santé).

Je ne leur en veux même pas : c'est la Préfecture qui fixe le montant des salaires. C'est l'Etat ! Le même qui dit se préoccuper d'écologie et d'environnement. Le même qui soutire de l'argent aux Agences de l'eau, qui dégrade le code de l'environnement, qui retire les représentations d'écologues dans les instances nationales, qui supprime les derniers remparts protégeant les milieux naturels, qui est à l'écoute de tous les lobbys économiques écocidaires. Le même qui ne respecte aucun accord international sur l'environnement, même pas les accords de Paris et qui augmente depuis 2 ans nos émissions de GES. Le même qui autorise ses ministres à cumuler 13 postes pour se gaver la panse... et qui paye une misère les quelques écologues dont il ne peut absolument pas se passer.

Bonne chance à ce DOCOB, je suis certain qu'ils trouveront quelqu'un d'engagé et de compétent pour faire le job. De mon côté, plus l'énergie pour supporter ça. Et plus envie de cautionner ce système qui marche sur la tête en le payant de ma santé physique et mentale. Ce sera donc sans moi. Pour l'instant, ma reconversion en plomberie est en cours. L'écologie, c'est une seconde peau, alors pas prêt de laisser tomber. J'ai monté un groupe de réflexion sur l'écologie : Les enragés de l'écologie, éducation populaire, réseau et soutien aux activistes au programme. Pour les actions IRL, je continue également, mais autrement : je rejoins les assoc', ZAD, GJ, tous les secteurs en lutte, bien plus efficaces que toutes les études d'impact du monde.

 

12/12/19 Les retraites, un point de vue écolo.

 

La première question que l'on doit se poser en écologie est : le système retenu est-il durable et est-il conçu pour s'adapter et capable d'évoluer.

Il faut donc s'attarder à savoir dans quel cadre se situe le problème.

- La France consomme 2,8 planètes. Il y a donc une composante majeure très globale qui n'est pas abordée, cela relève de l'économie globale d'une société ultralibérale. Hélas traiter le sujet est énorme et dépasse largement le cadre de cet article. C'est pourtant le premier problème à aborder.

- Tant pis (voir quand même en fin d'article *), passons à la suite. Le cadre actuellement défini est : rester à une retraite qui ne dépasse pas 14 points de PIB. C'est-à dire que l'on pose le problème comme financier et non sociétal.

- De plus, il est encore plus cadré car on ne parle que de cotisations, le projet écarte d'office toute solution viable et acceptable !!!

Analysons, d'un point de vue financier une situation de richesse produite et comparons 1000€ de richesse produite en 1990 puis en 2010. En 2010 on y trouvait 100€ de moins de salaire et 100€ de plus de dividendes, c'est l'ordre d'idée car les études sont très complexes. Lire (persee.fr, période un peu différente et bon courage pour la lecture).

Ces 100€ "détournés" vers les actionnaires ne font plus l'objet de cotisations, il est évident qu'il n'y aurait aucun problème de retraite si on avait su préserver la situation antérieure mais les actionnaires sont cupides.

Une des solutions prioritaires est de réintégrer ces 100€ pour le calcul des cotisations retraites. C'est ce qu'on appelle élargir l'assiette des cotisations.

- Bon an mal an, la productivité augmente de 3%, c'est pour ça que nos politiques espèrent une croissance de 3% pour au moins rester au même niveau d'emplois et de salaires, sans quoi toutes leurs belles théories s'écroulent.

 

* Certains voudraient que cette productivité n'augmente pas et revenir en arrière (essayez de supprimer la machine à laver pour donner du boulot aux lavandières, vous verrez). Bien sûr qu'il y a de la fausse croissance avec les produits fabriqués au tiers monde, un T-shirt y coûte 0,15€ en sortie d'usine, bien sûr qu'on crée de faux besoins (produits électroniques équivalents à des Formule 1 quand vous avez besoin d'une 2cv, ...), il y a aussi l'obsolescence programmée, des normes qui vous imposent d'avoir toujours du neuf : un garagiste ne répare plus, il change des ensembles pour satisfaire aux contrôles techniques pour que votre voiture puisse toujours rouler à 180 km/h alors qu'il est interdit de dépasser le 130. Sans oublier les dépenses forcées, vous ne pouvez plus habiter à proximité de votre travail et c'est à votre charge en temps et argent.

 Vous pouvez maintenant exprimer votre mécontentement avec une bien meilleure argumentation.

15/11/19 L'anticonformisme et le franc-parler considérés comme des maladies mentales.

 

Est-ce que l'anticonformisme et le franc-parler sont une maladie mentale ? Selon la dernière édition du DSM-V(Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) oui.

Ce manuel identifie une nouvelle maladie mentale appelée « trouble oppositionnel avec provocation » ou TOP. Cette maladie est définie comme un « schéma continu de désobéissance, d’hostilité et de provocation » et les symptômes incluent la remise en question de l’autorité, la négativité, la défiance, la contradiction, et le fait d’être facilement agacé.
Le DSM-V est le manuel utilisé par les psychiatres pour diagnostiquer les maladies mentales, et à chaque nouvelle édition, il y a des dizaines de ces nouvelles maladies. Sommes-nous en train de devenir de plus en plus malades ? Est-ce qu’il devient plus difficile d’être en bonne santé mentale ? Les auteurs du DSM-V déclarent que c’est parce qu’ils sont plus à même d’identifier ces maladies aujourd’hui.

 

Nota 1 : voila, nous y sommes, 80 ans après l'URSS nous marchons dans ses pas ? En tout cas le balisage du chemin que prend la psychiatrie peut le laisser penser. Précisons quand même que c'est la situation en Belgique.

Nota 2 : il semblerait que toute pensée qui n'est pas dans la norme officielle soit le symptôme d'une maladie mentale. Cela devient bien inquiétant.

Lire (initiativecitoyenne.be)

07/11/19 Ceux qui s'opposent aux phytosanitaires ne croient pas à la science. D Guillaume.

 

Et voila, c'est dit !

D. Guillaume, devant une assemblée de maires , à propos de ceux qui dénoncent l'utilisation de pesticides et autres produits phyto-sanitaires : " lorsqu'on ne croit plus en la science, on est dans l'obscurantisme, et on n'est plus dans la société des lumières ".

C'était dans La Tribune d'Octobre.

Voici donc comment on retourne l'incompétence : les pesticides ne sont autorisés que sur des études non indépendantes et aux mains des labos et fabricants. Ils ne vont donc pas dire que leur produit est mauvais !!!

Surtout, on ne peut pas appeler ça de la science mais du scientisme de falsification, c'est quand même avec ces arguments que l'on balaie les objections d'autres scientifiques indépendants.

24/10/19 Qu'est-ce que l'agribashing. Arguments d'avocats.

 

En ce moment beaucoup d'agriculteurs expriment en manifestant leur difficultés de vivre. Ils le font sans remettre en cause l'impasse dans laquelle l'agro-industrie les a placés et défendent de fait ce système qui réclame de dépenser 7 calories pour en produire 1, épuise et empoisonne sols et rivières, fournit une nourriture de piètre qualité (le plus souvent) contenant de nombreux résidus, réduit la biodiversité, etc.

 

Cabinet Tumerelle - Avocats. Reçu par FB.
Non à l'agribashing !
Je m'insurge contre cette nouvelle expression de pure communication "agribashing" apparue dans quelques médias suite à une communication savamment orchestrée par les défenseurs de produits pesticides à tout va.
Dire que les personnes qui luttent pour une meilleure prise en compte de la toxicité des pesticides pour des raisons de santé seraient contre les agriculteurs est un mensonge éhonté.

En droit on appelle ça un argument d'autorité. vous êtes contre les pesticides donc vous êtes contre les agriculteurs !
C'est comme dire que les personnes luttant à l'époque contre l'usage de l'amiante seraient contre les ouvriers ou les personnes luttant contre des médicaments dangereux seraient contre les médecins. Cela n'a pas le moindre sens.
Notre Cabinet travaille pour la prise en compte de la toxicité à long terme des pesticides dans leur formulation complète, pour l'amélioration de la législation, et surtout pour la défense des victimes de pesticides. Nous assurons la défense de victimes au premier rang desquels des agriculteurs. Il est scandaleux que nous trouvions dans nos organismes des pesticides probablement cancérigènes.
Rappelons que les premières victimes des pesticides sont nos agriculteurs. Nous œuvrons au quotidien pour leur défense, pour la protection de la santé, pour l'environnement et pour l'agriculture.
Les personnes œuvrant dans ce sens ne sauraient être taxés d'agribashing, bien au contraire.

01/10/19 Et si Greta ne s'adressait pas aux bonnes personnes ...

 

Ici nous ne discuterons pas de la personnalité de Greta Thunberg ni de son entourage, là n'est pas la question.

Nous sommes d'accord, il y a peu à dire contre son discours et ses interpellations. Par contre, s'adresser à l'ONU aux représentants des nations est-il efficace ?

Au vu des réactions on peut en douter, la plupart sont soit climato-sceptiques, carrément opposés, ignorants complets de la question. Et d'autres acquiescent en façade et sont incapables de traduire cet acquiescement en mesures efficaces.

Eh bien parce que cela pose un problème insoluble : ceux qui font partie du problème ne peuvent faire partie de la solution. Surtout, les politiques ne tiennent pas les rênes de ce qui fait marcher le monde humain ce sont les industriels et financiers qui ne demandent qu'à tourner en rond en petit comité dans un but où l'environnement et l'écologie n'ont aucune place.

S'adresser directement aux pollueurs, agrochimistes, paradis fiscaux, ... (tous les opérateurs réels) n'auraient pas plus d'effet mais nous aurions en retour leur pensée réelle mise à nu aux yeux des populations mondiales.

En fait, à travers eux, Greta s'adresse à nous tous.

Greta, tu es jeune et douée, dans quelques temps tu seras encore plus percutante et nous aimerions bien que tu arrives à décider beaucoup de gens à agir à titre personnel.

 

 Certains répondront que ça ne fera pas grand chose. Erreur, inversons le raisonnement de Colbert (ministre de Louis XIV, traduction en langage d'aujourd'hui) : "il est plus facile de prendre un euro à un million de pauvres qu'un million d'€ à un riche".

Donc un million de refus minuscules d'une société autodestructrice fera plus d'effet que le presque rien de mesures décidées et sans cesse repoussées ou revues à la baisse.

C'est vrai que ce serait bien et avec plus d'effet si les grands décideurs prenaient de vraies mesures. Mais cela tient du rêve mais pouvons nous faire partie des gens qui n'ont que le rêve comme programme politique ou économique ?

 

Pas convaincus ? Alors allez lire l'article de Reporterre : Bercy (siège du ministère de léconomie) veut supprimer 1.700 postes au ministère de l’Écologie en 2020.

Lire (francetvinfo)

18/08/19 2 petites histoires sympa. Trouvé sur le net.

 

Est-il plus abominable de manger des fruits de mer ou d'être gay ?

Lors d’une de ses émissions, une célèbre animatrice radio états-unienne fit remarquer que l’homosexualité est une perversion.
« C’est ce que dit la Bible dans le livre du Lévitique, chapitre 18, verset 22 : « Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme : ce serait une abomination ». La Bible le dit. Un point c’est tout », affirma-t-elle.

Quelques jours plus tard, un auditeur lui adressa cette superbe lettre ouverte :
« Merci de mettre autant de ferveur à éduquer les gens à la Loi de Dieu. [...] Mais j’aurais besoin de conseils quant à d’autres lois bibliques.
Par exemple, je souhaiterais vendre ma fille comme servante, tel que c’est indiqué dans le livre de l’Exode, chapitre 21, verset 7.
A votre avis, quel serait le meilleur prix ?

Le Lévitique aussi, chapitre 25, verset 44, enseigne que je peux posséder des esclaves, hommes ou femmes, à condition qu’ils soient achetés dans des nations voisines. Un ami affirme que ceci est applicable aux mexicains, mais pas aux canadiens. Pourriez-vous m’éclairer sur ce point ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas posséder des esclaves canadiens ?

J’ai un voisin qui tient à travailler le samedi. L’Exode, chapitre 35, verset 2, dit clairement qu’il doit être condamné à mort. Je suis obligé de le tuer moi-même ?
Pourriez-vous me soulager de cette question gênante d’une quelconque manière ?

Autre chose : le Lévitique, chapitre 21, verset 18, dit qu’on ne peut pas s’approcher de l’autel de Dieu si on a des problèmes de vue. J’ai besoin de lunettes pour lire. Mon acuité visuelle doit-elle être de 100% ?
Serait-il possible de revoir cette exigence à la baisse ?

Un de mes amis pense que même si c’est abominable de manger des fruits de mer (Lévitique 11:10), l’homosexualité est encore plus abominable. Je ne suis pas d’accord.
Pouvez-vous régler notre différend ?

La plupart de mes amis de sexe masculin se font couper les cheveux, y compris autour des tempes, alors que c’est expressément interdit par Le Lévitique (19:27).
Comment doivent-ils mourir ?

Je sais que l’on ne me permet aucun contact avec une femme tant qu’elle est dans sa période de règles (Lévitique. 15:19-24). Le problème est : comment le dire ? J’ai essayé de demander, mais la plupart des femmes s’en offusquent…

Quand je brûle un taureau sur l’autel du sacrifice, je sais que l’odeur qui se dégage est apaisante pour le Seigneur (Lévitique. 1:9). Le problème, c’est mes voisins : ils trouvent que cette odeur n’est pas apaisante pour eux.
Dois-je les châtier en les frappant ?

Un dernier conseil. Mon oncle ne respecte pas ce que dit le Lévitique, chapitre 19, verset 19, en plantant deux types de culture différents dans le même champ, de même que sa femme qui porte des vêtements faits de différents tissus, coton et polyester. De plus, il passe ses journées à médire et à blasphémer.
Est-il nécessaire d’aller jusqu’au bout de la procédure embarrassante de réunir tous les habitants du village pour lapider mon oncle et ma tante, comme le prescrit le Lévitique, chapitre 24, versets 10 à 16 ?
On ne pourrait pas plutôt les brûler vifs au cours d’une simple réunion familiale privée, comme ça se fait avec ceux qui dorment avec des parents proches, tel qu’il est indiqué dans le livre sacré, chapitre 20, verset 14 ?

Je sais que vous avez étudié à fond tous ces cas, aussi ai-je confiance en votre aide.
Merci encore de nous rappeler que la loi de Dieu est éternelle et inaltérable.
Votre disciple dévoué et fan admiratif. »

Culture Gay
----------------------------------


Un père très riche, voulait enseigner à son enfant la signification du mot "pauvreté".
Il lui proposa d'aller passer une journée dans une famille à la campagne...
De retour en ville, le père lui demanda:
Alors, qu'as tu pensé de cette expérience?
As-tu appris quelque chose?
L'enfant lui répondit:

- Nous avons un chien et eux en ont quatre...
- Nous avons une grande piscine, avec de l'eau traitée, mais eux ont un étang, avec de l'eau cristalline, des petits poissons et d'autres belles choses...
- Nous avons la lumière électrique pour éclairer notre jardin, mais eux ont les étoiles et la lune pour s'éclairer...
- Notre jardin arrive jusqu'au mur, le leur va jusqu'à l'horizon...
- Nous achetons notre repas, eux le cultive, le récolte et le cuisine...
- Nous écoutons des cd, eux ont une symphonie continue de criquets, de cigales et autres animaux... Parfois tout ceci est même accompagné par les chants du voisin, qui cultive sa terre...
- Nous utilisons le four à micro ondes et chez eux, tout ce qu'ils cuisinent à la saveur du feu lent...
- Pour nous protéger nous vivons avec des systèmes d'alarme et chez eux les portes restent toujours ouvertes, protégés par l'amitié de leurs voisins...
- Nous sommes toujours reliés à notre téléphone, à notre ordinateur, notre television, eux sont reliés à la vie, au ciel, au soleil, à l'eau, aux champs, aux animaux et à leur famille...
Le père resta très impressionné par tous ces propos...
L'enfant termina en disant ceci:
Merci papa pour m'avoir montré au combien nous sommes très pauvres...

12/08/19 Réchauffement climatique : un rapport du Giec appelle à une gestion plus durable des sols dans l'agriculture et la sylviculture.

 

Les activités humaines ont une forte influence sur la qualité des sols et participent ainsi au réchauffement climatique. Ce sont les principales conclusions du rapport spécial du Giec publié jeudi 8 août, après l'approbation du texte par les 195 pays membres de ce groupe d'études sur le climat. Dans le détail, cette étude est consacrée au "changement climatique, la désertification, la dégradation des sols, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres". Elle évalue également les conséquences de l'agriculture et de la sylviculture sur la qualité des sols. ...

Suite de l'article :

- Un équilibre à trouver entre qualité des sols et ressources alimentaires
- Les changements alimentaires ont affecté les sols et la biodiversité
- Réhabiliter et restaurer les sols avec une gestion durable.

Lire (francetvinfo)

30/07/19 Les rendez-vous festifs, écolos et militants du mois d’août.

 

Jour du dépassement : jour où l'humanité a déjà épuisé les ressources annuelles de la Terre. Et chaque année cette date avance et pour la première fois, c'est en Juillet, le 29.

De plus, si toute la planète vivait comme la France, ce jour serait le 14 Mai.

 

Comme chaque année, l'ONG Global Footprint Network, qui publie un Atlas détaillant l'empreinte écologique de chaque pays, calcule et dévoile la date du Jour du dépassement qui marque le jour de l'année où l'humanité a épuisé les ressources renouvelables de la planète.
Cela signifie qu'à l'échelle de la planète, nous avons pêché plus de poissons, abattu plus d'arbres et cultivé plus de terres que ce que la nature peut nous offrir au cours d'une année. Quant à nos émissions de gaz à effet de serre, elles ont été plus importantes que ce que nos océans et nos forêts peuvent absorber. Autrement dit, à partir d'aujourd'hui, l'humanité vit à crédit pour le reste de l'année, ce qui aura des conséquences pour les générations suivantes.

Lire (futurasciences)

17/07/19 Démission du ministre de l'écologie.

 

C'est le défilé des ministres de l'écologie et il y a eu de nombreuses démissions pour des raisons honorables. La précédente, celle de Nicolas Hulot, l'était : il avouait qu'il n'avait pas les moyens d'atteindre ses objectifs.

Cette fois-ci c'est différent. Que l'on reproche ci ou ça à des ministres, c'est la petite gue-guerre des oppositions politiques, des journalistes d'investigation. Avec bien sûr nombres de petits ou grands privilèges dévoilés.

Notre république est retournée à des méthodes d'ancien régime, ne serait-ce que par l'installation des ministères dans des palais de l'ancienne royauté. 150 ans de petites dérives ont fait le reste.

Pour François de Rugy, on aurait pu attendre un peu de modestie et de mesure dans l'exercice de ses fonctions. Mais les mauvaises habitudes du pouvoir vous rattrapent si facilement !!!

Le plus grand tort de François de Rugy, qui ne s'est sans doute pas plus mal conduit qu'un grand nombre de ministres avant lui, a fait une erreur impardonnable : il s'est réfugié derrière les lois de la république pour se défendre (au passage, on comprend qu'elle n'est pas tout à fait la même que pour le commun de citoyens).

Son erreur est tout simplement de ne pas s'être comporté en concordance avec la philosophie de vie qu'entraîne le mot "Écologie". Il ne pouvait donc prendre cette ligne de défense, cela lui était impossible.

04/07/19 A propos de burka.

 

Ah comme le sujet est délicat à propos de burka, de burkini (actualités de la piscine à Grenoble, reportez vous à votre journal habituel).

Nous, nous ne disons rien parce que le point de vue d'un non musulman est incompris des musulmans et réciproquement, notre rôle est d'essayer de rapprocher les gens dans leur diversité. Alors laissons la parole à un musulman célèbre : Ataturk.

 

La Burqa vient du Culte d'Astarté dans la Mésopotamie antique.
Pour honorer la déesse de l'Amour Physique, toutes les femmes sans exception devaient se prostituer une fois l'an dans les bois sacrés qui entouraient les temples de la déesse.
Pour ne pas être reconnues, les femmes de la haute société prirent l'habitude de se voiler totalement. Et n'oubliez pas ceci :
Mustapha Kemal, alias Ataturk, 1er Président de la Turquie, de 1923 à 1938, avait trouvé la bonne astuce pour clouer le bec aux intégristes de l'époque.
Il avait mis un terme au port de la burqa, en faisant une loi toute simple :
"Avec effet immédiat, toutes les femmes turques ont le droit de se vêtir comme elles le désirent.
Toutefois toutes les prostituées doivent porter la burqa. Dès le lendemain, on ne voyait plus de burqa en Turquie.
Et c'est toujours en vigueur.


Renée Edwardh (reçu par FB)

12/06/19 L'espèce humaine représente 0,01% de la vie sur Terre, mais elle a éliminé 83% des mammifères et la moitié des plantes.

 

Et Dieu dit "Croissez et multipliez et remplissez la terre et l'assujettissez, et dominez aux poissons de la mer et oiseaux des cieux et sur toute bête qui se meut sur terre" (Genèse, ch1, 28).

Tout s'est réalisé pour un proche malheur si on croit les collapsologues. En tout cas, nous arrivons au portes de grands changements.

Toutefois, il semble qu'il pourrait y avoir une immense méprise de traduction à propos de "assujettissez et dominez". La bible que nous connaissons est traduite de l'Hébreu (6ème siècle avant JC) puis du grec ou du latin (4 ou 5ème siècle après JC). Les verbes des langues anciennes (l'hébreu) avaient un sens moins déterminé, moins précis que de nos jours, les traductions ont pu exagéré le sens, de même que les ambitions religieuses de chaque époque.

En ayant discuté avec un diacre féru de la question, "assujettissez et dominez" auraient dû être traduits de façon différente. Pour lui, l'homme doit servir Dieu et sa création, cette traduction frise le contre sens.

Imaginons un instant si la traduction avait été différente !!! Et encore que la traduction serait plutôt fidèle, "assujettir et dominer" n'est pas détruire.

Nota : notre civilisation occidentale est de source judéo-chrétienne qu'on le veuille ou non, peu de pays ont séparé l'Eglise et l'Etat.

Voici l'article :

En ce qui concerne les mammifères, les données montrent une image encore plus désolante : 60% du total présent sur Terre est composé de bovins et de porcs, 36% par l'homme, alors que les animaux sauvages ne représentent que 4%.

Lire  l'article (curioctopus)

12/06/19 Michel Serres nous a quitté : "Je suis pauvre et je vous emmerde".

 

Nous aurions pu choisir un autre titre pour lui rendre hommage mais ... nous aimons bien celui-ci car Michel Serres a toujours su remettre les choses à leur juste place.

Tout d'abord cette vidéo avec la réponse aux parachutes dorés et fortunes indécentes de quelques-uns.

Lire  l'article (youtube)

Et, comme nous ne sommes pas spécialistes, un petit florilège de ses interventions sur France Culture.

Lire  l'article (franceculture)

22/05/19 Elections européennes, un vrai dilemme.

 

Vous avez remarqué que nous parlons très peu de politique, même écologiste. Vous avez peut-être aussi remarqué que nous faisons la promotion de la pensée écosystémique (principalement dans la page Cours d'écologie :  Lire).

La pensée écosystémique est née des observations des premiers écologistes vers 1930/1950 et reprise par René Dumont, le premier candidat écologiste en 1974 pour l'élection présidentielle en France (nous avons beaucoup de visiteurs étrangers).

Grosso modo :

- chaque espèce vit dans un écosystème (plantes, animaux, sols, climat, ...) en équilibre dynamique. Dynamique parce que tout évolue, chacun évolue et s'adapte. Eventuellement disparaît. Et ces écosystèmes sont le cadre de société de ces espèce, humain compris car nous ne sommes pas fondamentalement différents, juste plus intelligents et conscients.

- le darwinisme y a une place de choix. Cependant, l'épigénétique laisse une place au lamarkisme tant décrié à une certaine époque.

 

Voici donc une planète, l'écosystème global DANS  lequel évolue l'être humain.

- Quelle est sa place ? dans, au dessus, le maître du jeu, un participant comme un autre ?

- S'il y a des hommes 1 million de fois plus riches ou puissant que d'autres, cela existe-t-il pour d'autres espèces ? On peut aussi inverser : 1 million de fois plus pauvres ou impuissants.

- Y a-t-il beaucoup de lois pour régir une société ? Ces lois sont-elles éternelles ou provisoires ? S'adaptent-elles rapidement à une nouvelle situation ?

Et il y a nombre d'autres questions comme celles-ci.

 

Parmi les réponses, en observant le vivant, il y a assez peu de lois pour beaucoup d'interactions. On peut citer :

- le moindre besoin d'énergie est toujours privilégié sur le long terme. C'est même la loi la plus importante.

- l'entente, même longue à trouver, est plus profitable que la guerre. Nous parlons ici pour une même espèce, évoluée (mammifères principalement).

- le principe d'autorégulation à chaque strate de la société, entre chaque espèce est la règle (les populations sont globalement stables dans un environnement stable), il n'y a pas de zébu 100 fois plus puissant que le plus modeste des zébus). Il n'y a quasiment pas de lois imposées à tous hormis les contraintes extérieures puisque l'auto régulation joue son rôle dans ce cadre aussi. C'est affaire de responsabilité de chaque individu du groupe, de la meute, du troupeau.

 

De toutes les sociétés de cette planète, seul l'humain fait exception, saccage , s'enrichit, prolifère sans raison et sans but (autre que profiter du plus faible). Et prétend dominer le monde.

L'écologie réelle propose de s'inspirer de ce qui fonctionne déjà de façon éprouvée depuis des millénaires et plus encore dans les autres société. Chaque être humain a besoin d'un minimum de stabilité pour être serein et envisager un avenir et ce n'est pas le cas de notre société, elle est la seule qui est quasiment déstabilisée par ses principes fondateur (finances, croyances, gabegies, surconsommation, complexe de supériorité, compétition effrénée et permanente, travail par principe et non par utilité, ...).

Ensuite seulement l'humain pourra sortir de sa condition encore animale.

 

Nous parlions donc politique. Quelle liste analyse notre société de cette façon ? Propose des remèdes en conséquence ainsi que les moyens réalistes de mise en œuvre ?

Si vous trouvez qu'une liste s'en approche, votez pour elle. Sinon, vous pouvez toujours commencer à prendre des résolutions écosystémiques pour vous et vos proches.

 

07/05/19 ... et soudain, tout le monde est écolo.

 

À 27 jours (à la date de l'article original) très précisément du scrutin européen, presque tous les partis français en campagne l'affirment : l'écologie est une priorité ! Chacun tour à tour évoquant la(Conseil national de la protection de la nature) biodiversité, le climat ou encore les circuits courts, toutes les têtes de listes expliquent vouloir s'emparer de la problématique.
Petit passage en revue des programmes et surtout ne riez pas !
- L'écologie peut rimer avec l'économie, ce qui suppose de s'appuyer sur une qualité agricole, nous avons l'agriculture qui applique les standards les plus élevés au monde. On ne peut pas en rester non plus à cette logique de critique systématique de l'agriculture européenne et française (...) nous dit Xavier Bellami (Les Républicains). Tout est dit, l'écologie agricole française, c'est le programme Fnsea, qu'on se le dise.
- Pour le RN, l'écologie c'est consommer local : Sauver la planète n'a pas de sens ! C'est l'humanité qu'il faut sauver. Le localisme, c'est le retour au territoire, nous n'en avons pas fini avec la terre qui est sous nos pieds. Donc fini l'huile d'olive, les citrons et ras-el-hanout, ce qui est étranger donc étrange. Pour le RN, l'écologie est étroite d'esprit, comme le reste de leur programme.
- LREM : Ce qu'il faut aujourd'hui, c'est une banque du climat qui puisse pousser les banques partout en Europe à financer l'efficacité énergétique, les renouvelables, les transports propres. Pas trop bête comme idée mais entre les mots et les actes (cf démission de Nicolas Hulot) c'est le grand écart, Voir en fin d'article.
- La tête de liste Place-Publique Parti Socialiste réclame un nouveau budget européen consacré à la transition énergétique, financé par un nouvel impôt sur les sociétés. Raccourci à peine exagéré, l'écologie c'est l'impôt.
- EELV : Qu'elle devienne la matrice à travers laquelle on redéfinit l'économie, on redéfinit l’aménagement du territoire, on redéfinit la démocratie... Bon, eelv mélange encore objectifs (économie, ...) et moyens (démocratie), c'est dommage car d'autres moyens sont mobilisables en écologie. Comme le consensus, le "faire à part" quand la démocratie ne permet pas d'obtenir une quasi unanimité (plus qu'une majorité, et à laquelle la minorité doit se soumettre, source de vexations).
- Et le gros morceau qui morcelle les écologistes : En gros, il y a les "Fundis" et les "Réalos" à la mode allemande... Les fondamentalistes écologistes qui pensent qu'il faut changer la société radicalement et les réalos qui pensent qu'il faut s'introduire dans le système politique tel qu'il existe et changer les choses de l'intérieur...
Sur ce dernier point il y a beaucoup à dire, l'Europe étant tenue en main par le monde de la finance etles partisans de la croissance. Donc difficile de donner vie à une statue de bronze. Une présence pour limiter les impacts négatifs n'est pas à négliger mais pourquoi les écologistes ne cherchent-ils pas à tester toutes les possibilités intra- et extra-institutions sans devoir s'opposer ?

Lire  l'article (franceculture)

 

Pour revenir à nos gouvernants (LREM principalement) et "les mots et les actes", voici un aperçu :

Le gouvernement prévoit de supprimer la consultation systématique du CNPN (Conseil national de la protection de la nature) appelé à rendre un avis en cas d'atteinte aux espèces protégées. La réforme supprime également la consultation de l'ONF et de certains acteurs de l'eau.
« Les évaluations environnementales sont très importantes, explique Corinne Lepage, avocate en droit de l’environnement. Moins il y en a, plus on réduit la possibilité de protéger et de mener des recours. Si l’on ne sait pas qu’il y a des espèces protégées, on ne sait pas qu’on les détruit ! »

Lire  l'article (reporterre)

05/05/19 Interview télé (France 5) de Fred Vargas pour son livre L'humanité en péril.

 

Comme elle est émue, Fred, elle a du mal à s'exprimer, garder son calme tellement l'humanité se raccroche à des futilités (croyance religieuse dans la croissance, le toujours plus de ceci et cela) au lieu d'analyser la réalité d'une planète malade de notre incurie.

Au fait, Fred Vargas avait écrit un très beau texte toujours d'actualité, Nous y sommes, il y a 10 ans et que nous avions publié. Le voici :

Lire  l'article (lavieduboncote)

 

Vous pouvez revoir l'émission de France 5 :

Lire  l'article (telez)

Voir l'émission (youtube)

26/04/19 Le désenchantement logiciel. L'informatique est de plus en plus lente malgré des ordinateurs de plus en plus rapides. Ne seraient-ils pas calqués sur notre modèle de société ?

 

Regardez autour de vous : nos ordinateurs portables sont mille fois plus puissants que ceux qui ont emmené l’Homme sur la Lune. Et pourtant, les pages web ont du mal à maintenir une vitesse de défilement constante de 60 fps sur la dernière version du MacBook Pro. ...

Les éditeurs de texte modernes ont plus de latence qu’un Emacs vieux de 42 ans. Des éditeurs de texte ! Qu’est-ce qui peut être plus simple ? À chaque appui d’une touche de clavier, tout ce qu’il faut faire c’est mettre à jour une petite zone rectangulaire, et les éditeurs de textes modernes ne peuvent pas le faire en 16 ms. C’est beaucoup. VRAIMENT. En comparaison, un jeu 3D peut remplir tout l’écran avec des centaines de milliers de polygones pendant ces mêmes 16 ms tout en gérant les actions du joueur, recalculant la carte et actualisant dynamiquement les éléments chargés. Comment est-ce possible ?
De façon générale, nous ne faisons pas des logiciels plus rapides avec plus de fonctionnalités. Ce sont les composants informatiques qui eux sont de plus en plus rapides et qui exécutent des logiciels de plus en plus lents, toujours avec les mêmes fonctionnalités. Tout ça fonctionne bien moins vite que ce qu’il serait possible de faire. Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi votre téléphone a besoin de 30 à 60 secondes pour démarrer ? Pourquoi ne pourrait-il pas démarrer en disons, une seconde ? Il n’y a aucune limitation physique qui explique ça. ...
Et puis, il y a le poids. Les applications web pourraient s’ouvrir jusqu’à 10 fois plus vite si on bloquait simplement toutes les publicités. Google demande à tout le monde de ne plus se tirer une balle dans le pied avec l’initiative AMP, une solution technologique à un problème qui n’a pas besoin de technologie, juste d’un peu de bon sens. Si on supprime le poids superflu, le web devient incroyablement rapide. À quel point faut-il être intelligent pour comprendre ça ? ...
Windows 95 pesait 30 Mo. Aujourd’hui, on a des pages web plus lourdes que ça ! Windows 10 pèse 4 Go, ce qui est 133 fois plus lourd. Est-ce qu’il en est 133 fois supérieur pour autant ? Je veux dire, fonctionnellement parlant, c’est la même chose. ...

 

En résumé, tout est juste un tas de code qui fonctionne à peine, ajouté par dessus du code qui fonctionnait déjà à peine. Et ça continue de grossir, de prendre de l’ampleur en gagnant en complexité, ce qui diminue les chances que cela change.
Par avoir un écosystème sain, vous devez revenir en arrière et réadapter. Vous devez occasionnellement jeter des choses à la poubelle et les remplacer par des éléments plus efficaces. ...
Mais qui a le temps pour ça ? On n’a pas vu de nouveau système d’exploitation en quoi, 25 ans ? C’est juste trop complexe pour simplement réécrire tout maintenant. De la même façon, les navigateurs sont tellement remplis de précédents historiques que personne n’ose écrire un nouveau moteur de rendu de zéro. ...

Lire  la suite (romainfallet)

 

Ne trouvez vous pas que notre monde ressemble profondément au monde informatique ? La flemme de remettre en cause ce qui est devenu inefficace et pourtant dépenser son énergie à faire perdurer ça ?. Si vous êtes férus d'informatique, lisez jusqu'au bout, c'est effarant.

20/02/19 Pourquoi l'écologie n'arrive pas à s'imposer. Le bug humain (Sébastien Bohler)

A bien y penser, tout sait que notre monde est limité et que nous sentons de plus en plus fortement ces limites : le plafonnement des ressources est là, les conséquences sont là (disparition des espèces, pollutions, climat, ...). Malgré tout, quasiment personne, du simple citoyen aux plus hauts dirigeants ne décident de changer.

Sébastien Bohler nous explique :notre cerveau n'a pas été conçu pour le "trop" et ne sait pas s'arrêter.

Lire  la suite (reporterre)

 

Alors ? Pour savoir si une personne est sincèrement écolo, il suffit de l'observer, se demander si elle a adapté son comportement en fonction des changements à venir, en fonction de ses convictions. Si  elle vit exactement comme un non écolo, passez votre chemin, ce n'est que du discours.

Et vous ? Faites le tour des sites d'écologie, dont celui-ci, trouvez les idées pour changer et essayez. Vous aurez des échecs et des réussites, comme tout le monde. Partagez vos échecs et réussites pour progresser.

Les pas-écolos et anti-écolos ? Ne perdez pas de temps avec eux, c'est votre énergie que vous économisez.

Hypothèse : admettons que l'écologie est 50% affaire individuelle et 50% collective, si les élus et autres décideurs ne veulent rien faire, cela ne vous dispense pas de faire votre part : habiter au plus près de son lieu de travail, dépenser le moins d'énergie, trouver les solutions les moins polluantes (habillement, moins de viande et de produits importés, ...) et inventez l'avenir, il passe par vous.

24/12/18 L'action non violente, l'alliée nécessaire de l'écologie. Interview de Jon Palais.

 

Le texte qui va suivre (sur Reporterre) est énorme. C'est le parcours d'une personne vers l'écologie et la non violence, une façon de diverger des pensées classiques et dominantes. Une façon encore emprunte du langage classique puisqu'on y trouve les mots "lutte" et "rapport de force". Nous y reviendrons en fin d'article, de même, une opposition entre action collective et action individuelle qui sont normalement complémentaires. Nul n'est parfait et cet article fait partie de la révolution de pensée écologique.

 

... j’ai vu le film de Richard Attenborough sur Gandhi. Ce fut pour moi le premier choc de compréhension de ce qu’est l’action non-violente. J’étais allé à Greenpeace sans savoir qu’ils sont non-violents. C’est après que j’ai découvert à quel point c’est une valeur fondamentale chez eux. A Greenpeace, j’ai participé à beaucoup d’actions qui m’ont permis d’acquérir des expériences de non-violence.
Quel type d’actions ?
Bloquer des trains de déchets radioactifs, entrer dans des centrales nucléaires… Une action qui m’a marqué a été le déversement de charbon devant le ministère. C’était en 2008, Jean-Louis Borloo était ministre de l’Écologie. On a déversé du charbon devant l’entrée et on s’est mis sur le tas avec des systèmes de blocage. Quand les policiers sont arrivés, il y a eu un long face-à-face. Nous étions une dizaine en ligne sur notre tas de charbon. Les policiers étaient en rang.

... On sentait qu’ils se disaient : « Ils vont voir ce qu’ils vont voir ».
... Nous devons désamorcer ça, décaler les choses pour qu’ils ne nous perçoivent pas comme LE problème.
... On a continué de parler avec eux. Au début, ils ne nous écoutaient pas.
... Une fois qu’ils ont compris ça, ils se sont donnés pour objectif de ne pas nous blesser.
(à propos d'Alternatiba) ... Donc on n’activait que des leviers de paralysie.
Il fallait remédier à ces obstacles. Plutôt que de parler du climat d’une manière abstraite et négative, le faire d’une manière positive et concrète. Transformer le centre-ville en village des alternatives au changement climatique permettait de dire aux gens que le climat, c’est l’agriculture à travers la nourriture qu’ils mangent, le vélo, l’énergie, la réparation, la relocalisation... Et les aider à avoir prise sur le problème par l’angle positif des solutions. ...

Lire  la suite (reporterre)

 

Notes : Retour sur "lutte" et "rapport de force".

Dans l'action écologique, et non violente, on s'inscrit dans une démarche réellement humaine : sortir de la pensée animale (la recherche du pouvoir, de la puissance via une pensée rudimentaire), l'écologie étant aussi un art de vivre ensemble et une recherche d'harmonie, un terme musical et où les musiciens font tout sauf se battre !!!

- Lutter veut dire qu'on se place en opposition avec les mêmes méthodes que l'adversaire. L'histoire nous prouve que c'est toujours le plus fort qui gagne dans ce cas là. La non-violence consiste à trouver des moyens rendant ceux de l'adversaire inopérants ou bien moins efficaces : ruse, évitement, recherche des points faibles, ... . C'est comme ça que les limaces ont survécu aux tyrannosaures, les mammifères aussi. Capacité d'adaptation, c'est le vrai sens du darwinisme, et non la loi du plus fort comme certains veulent nous faire croire..

- Force et rapport de force. Nous sommes donc dans l'analyse des énergies en présence. Si elles sont opposées, le résultat est évident. Voire pire ! Tout physicien (en mécanique) vous prouve qu'une force qui n'a aucun effet est considérée comme nulle parce qu'une force opposée est crée naturellement (si vous poussez un mur, il recule très rarement, une falaise encore moins). De plus, il est rare qu'une victime d'une injustice ait les moyens de renverser la situation.

La force a toujours été le premier moyen (raisonnement rudimentaire) mis en place pour garder une position dominante, il est très rare que le dominant vous laisse le droit d'avoir une force suffisante pour le renverser. Il faut trouver autre chose. Je vous invite à regarder un dessin animé de Disney : le combat de Merlin contre la sorcière Voir. Merlin ne gagne pas par la force mais par la ruse, l'intelligence.

- Synergie : c'est la conjugaison de toute les efficacités pour atteindre un but. Dans ce sens, on peut dire que les actions individuelles ont leur place dans ou à côté d'actions plus globales. C'est un petit point faible de l'article et mériterait plus long développement.

Liens supplémentaires de Reporterre :

- Action non violente : Lire

- MAN, Mouvement pour une alternative non-violente : Lire (la lutte non violente en 50 points, pdf à télécharger)

11/11/18 Centenaire de la fin d'une boucherie.

 

Allez, une touche d'humour noir et sans doute un peu déplacé (et on arrêtera là) : l'association L214 n'a fait aucun commentaire sur la boucherie de 14/18.

 

Aujourd'hui on fête le centenaire de la fin d'une guerre horrible qui a rabaissé les hommes au rang d'animaux de boucherie.

A l'époque, pour ceux qui avaient survécu à la terreur des armes et la folie du camp d'en face (c'était vrai pour les 2 côtés), c'était le "plus jamais ça" teinté de pacifisme.

Un peu ou beaucoup antimilitariste mais l'histoire officielle s'est bien gardée de s'en souvenir et on glorifie toujours les bouchers. Au moins les exécutants, les généraux, qui donnent toujours leur nom à nombre de rues, avenues et boulevards en France.

(nota: comme à La Réunion où ce sont les noms des colonisateurs esclavagistes des siècles précédents).

Les vrais commanditaires, politiciens, grands armuriers, industriels divers, sont restés dans l'ombre : on ne bombardait pas les usines de ceux qui avaient un pied dans chaque camp (De Wendel, ...) !

Rappelons nous aussi ce que représente le 14 Juillet : à la prise de la Bastille le 14/07/1789, c'est la tête du gouverneur militaire de la prison qui est brandie sur une pique (ce n'est pas à l'honneur des manifestants) et aujourd'hui, le 14 Juillet est une fête essentiellement militaire.

N'oublions jamais que l'histoire est écrite pour glorifier ceux qui gouvernent, pas pour que l'on connaisse la vérité, pas pour que nous puissions tirer les erreurs du passé.

 

Ce qui nous amène à évoquer un oubli de taille : quel prix écologique pour cette guerre ?

- Bien sûr, des millions de sacrifiés et "gueules cassées" (défigurés), gazés, amputés, fous.

- Mais aussi leurs familles épuisées au travail et à l'effort de guerre, au chagrin.

- d'immenses surfaces agricoles ou forestières détruites, polluées pour des siècles.

- des millions d'animaux en victimes collatérales. Tous passés sous silence à parts les chevaux à usage militaire (*).

- des pays ruinés durablement mais quelques industriels pleins aux as.

(nota 2) La moitié environ des morts de cette guerre sont des civils. Il ne semble pas qu'ils figurent sur les monuments aux morts, ils comptaient "pour du beurre" ? Méritaient-ils qu'on les oublie ?

- Permettez une supposition : et si l'épuisement généralisé, ajoutons une alimentation et une hygiène approximatives, des populations et des militaires (et les transports de troupes, confirmé) avait créé un terrain favorable pour la grippe espagnole ?

A votre avis, quel prix pour rester en paix ?

 

(*) Question subsidiaire : combien de chevaux morts pendant la 1ère guerre mondiale ?

- Environ 10 millions.

- Plus les bœufs, les ânes, les chiens,

Lire  la suite (lejournaldesanimaux)

 

Question jamais posée : les animaux français avaient-ils une quelconque raison de faire la guerre aux animaux allemands ?

Question hyper idiote diront certains mais elle montre l'étroitesse de vue des humains par rapport à tout ce qui nous permet de vivre.

04/11/18 La chasse est ouverte, 2 articles pour éclaircir les idées.

(06/11) 3ème article, à la fin.

  

Dire que nous sommes farouchement anti-chasse est un grand mot, par contre et pour le moins, nous ne sommes pas pour la chasse "je-fais-ce-que-je-veux-tirez-vous-d'ici".

Nous publierons certainement d'autres articles d'avis différents, il s'agit de débattre sereinement.

 

Voici le 1er article, de l'Aspas (Association pour la Protection des Animaux Sauvages) :

Joyeux anniversaire, les amis Suisses : 44 ans sans chasse, et tout va bien !
Genève, Le 14 mai 1974, l’interdiction de la chasse dans le canton de Genève était approuvée par 72 % de la population. Malgré les affirmations alarmistes des chasseurs d’alors, tout se passe très bien ! Un exemple salué par l’ASPAS, mais qui contrarie un lobby toujours paniqué par la vie sauvage…
Aujourd’hui, la faune du canton de Genève est devenue exceptionnellement riche, et les promeneurs apprécient la quiétude des lieux. Depuis l’arrêt de la chasse, les seuls problèmes notables n’ont été que politiques ou psychologiques, mais certainement pas écologiques. Pourtant, en 1974, le petit monde des chasseurs s’était affolé, maudissant les écologistes et prédisant d’épouvantables pullulations. Même phénomène en France en 1972, lorsque la chasse des rapaces a été interdite. Les chasseurs paniqués multipliaient les prévisions alarmistes. Aujourd’hui, on observe couramment des faucons jusqu’au cœur des villes, et aucun excès n’a été signalé…

Dans les 282 kilomètres carrés du canton de Genève, c’est donc la sérénité. Quelques sangliers commettent bien des dégâts à l’agriculture, mais ces problèmes ponctuels sont réglés par des gardes professionnels, ce qui satisfait les habitants. Ces sangliers, d’ailleurs, viennent souvent de France, où ils prolifèrent, car leur chasse y est très rentable. De plus, l’absence de grands carnivores favorise l’expansion de ces proies potentielles. En revanche, la présence de petits carnivores (renards, fouines, hermines, etc.), considérés par les chasseurs français comme des « nuisibles » qu’il faudrait à tout prix « réguler », ne pose ici pas de souci.
Il est toujours curieux de constater que des hommes adultes et armés, les chasseurs, sont aussi ceux qui ont le plus peur des animaux. Ce sont encore des chasseurs paniqués par la rencontre qui ont tiré sur nos ours Claude, Melba ou Cannelle, alors que les promeneurs n’ont jamais eu de problème. Responsables de l’appauvrissement de la nature, les chasseurs n’ont donc pas de leçon à donner sur leur prétendument nécessaire « gestion de la faune ». L’ASPAS, qui met en place des Réserves de Vie Sauvage® où la chasse est totalement interdite, tient à les rassurer : ils ne se feront pas attaquer par les lapins…
source = ASPAS : Association pour la Protection des Animaux Sauvages -

Contacts presse :
Pierre Athanaze, Président de l’ASPAS
Marc Giraud, Vice-Président de l’ASPAS
ASPAS - Association pour la Protection des Animaux Sauvages
BP 505 - 26401 Crest cedex, France
Tél : 04 75 25 10 00 - Fax : 04 75 76 77 58

 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

2ème article (reçu par FB, de Anaïs A)

Quand les chasseurs se cachent derrière le nombre de mort sur la route pour justifier leur délire psychopathe, une internaute répond :

" J'aurai juste une question : il est reconnu officiellement dans notre société qu'un enfant qui prend plaisir à tuer des animaux présente des troubles psychologiques alarmants.
Je n'invente rien https://carnets2psycho.net/pratique/article151.html donc ma question est la suivante, en quoi le fait d'avoir à peine quelques années de plus (15 ans pour débuter officiellement avec un permis si je ne me trompe pas, et au-delà pour les autres) normaliserait le fait de tuer des animaux pour le plaisir?

Ne nous mentons pas, vous ne choisissez pas de devenir chasseur pour protéger la patrie ou pour une quelconque noble cause que ce soit, il s'agit là juste d'une "passion" pour la mort.
Ne me parlez pas de régulation par la suite, cet argument ne tient pas la route une seconde et vous savez très bien pourquoi, nous n'allons pas encore reparler des élevages de gibiers de chasse etc, vous avez d'ores et déjà perdu la guerre sur cet argument parce que quoi qu'il arrive rien ne justifie de tuer.

Le seul et unique argument recevable que vous pouvez donner vous l'avez donné, c'est une "passion" et je le répète il est reconnu officiellement que le fait de prendre du plaisir à traquer une proie pour finir par la tuer est un trait très caractéristique de psychopathie.
Une fois encore je n'invente rien : http://lest.forums-actifs.com/t12-analyse-psychologique-du-… alors concernant les chiffres alarmant sur les accidents de la route, nous savons tous qu'il s'agit en grande partie de la bêtise humaine, je ne pense pas qu'il y ait eu beaucoup de personnes qui aient cherché intentionnellement à tuer pour le plaisir en provoquant des accidents sur la route si ce ne n'est des psychopathes.

De plus un volant n'est pas une arme, une voiture n'est pas une arme, un fusil par contre c'est une arme qui n'a pour unique fonction que de tuer alors je vous en prie... cessons les discours dissonant c'est insupportable !
Est-ce que cela justifie donc d'en faire tout autant en massacrant des animaux pour le plaisir?

Je m'interroge... ainsi donc les racistes et les homophobes pourraient très bien se servir de ces arguments pour justifier le fait de massacrer des êtres vivants (oui je dis êtres vivants parce que nous faisons tous partie du règne Animal mais vous le savez déjà puisque vous êtes des grands Amoureux de la Nature n'est-ce pas ) n'importe quel malade pourrait justifier de ces actes du moment que la totalité de ces meurtres ne dépassent pas la courbe des accidents de la route alors?
Et puis cela remettrait dont en cause toute les faits prouvés selon lesquels une grande partie des psychopathes de ce monde avaient également une "passion" pour la mise à mort d'animaux, un drôle de hasard tout de même?

Il est également incroyable de constater que le fait que vous mettiez en danger une partie de la population ne vous dérange pas et se minimise par des "exceptions" enfin quand on blesse/tue un être humain parce qu'on l'a confondu avec un gibier il faut se poser des questions.
Ce ne sont pas des cas isolés puisque nous avons recensé beaucoup de témoignages de victimes ayant été agressé et menacé sur leur propre territoire.
Mais on me parlera encore d'exception j'imagine?
Comme si on ne peut pas clairement faire le lien entre le fait que cette pratique et le fait de porter une arme à feu représente un danger dans les mains de n'importe qui.

Vous n'êtes ni des militaires ni des gendarmes ni des policiers, vous n'avez aucune fonction de protection civile.
La seule et unique raison pour laquelle vous avez le droit d'utiliser une arme à feu c'est parce que les vieilles traditions ont besoin d'être dépoussiérées.
Absolument personne ne devrait avoir un permis pour utiliser des armes à feux à part les agents de la défense nationale.
Vous pensez sincèrement que le monde va éternellement vous laisser impunément continuer à vomir vos discours dissonant qui voudraient nous faire croire que vous aimez la nature quand on sait tous que ça vous fait juste jouir de voir la vie quitter un corps?

Vous avez certainement conscience du dégoût que la lecture de ces quelques lignes peut donner sur ce que vous représentez et que cela vous plaise ou non, hélas, et bien que je préfèrerai que cela n'ait jamais eu besoin d'exister, c'est la triste et "cruelle" vérité, ironique non?
Ce ne sont pas que les animaux que vous ne respectez pas, c'est tout le règne animal et l'homme y compris donc.
Les consciences s'éveillent de plus en plus et votre passion malsaine commence d'ores et déjà à se faire pointer du doigt par le monde entier, tout cela est normal : le monde est en train d'évoluer pour créer un nouveau monde et il a pour cela besoin de se nettoyer de tous ces "parasites" qui perturbent l'équilibre de notre humanité.

J'ai conscience que tous ces mots et leurs sens vous semblent très probablement agressifs mais on appelle bien un chat un chat. Je vous invite à vous rapprocher des méthodes de respiration et de développement de soi afin de vous permettre non pas de changer mais d'évoluer car oui j'ai l'espoir que tout ne soit pas perdu pour vous bien que ce ne soit clairement pas le cas pour la plupart de mes camarades et qui pourrait les en blâmer vu le nombre de cadavres que vous empilez? Alors je sais très bien que vous allez à grand nombre de dislike et de jurons me tartiner pour mieux me manger mais cela m'est bien égal car je ne peux pas être atteint par des babillages, j'espère seulement qu'un jour vous arriverez à trouver un éclat de conscience dans vos âmes et dans vos cœurs pour changer et cesser cette pratique odieuse parce que le monde ne va pas éternellement continuer à vous excuser et vous laisser tuer des êtres vivants en toute impunité pour le plaisir, vous connaissez la définition de cela."

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

3ème article, sondage IPSOS

Les Français rejettent massivement la chasse

Au lendemain de la démission de Nicolas Hulot au ministère de la Transition écologique et solidaire, One Voice et Ipsos ont lancé une étude sur la perception de la chasse par les Français. Il confirme que le public rejette massivement la chasse et plébiscite une réforme radicale.
Parmi les éléments à retenir, seuls 19% des Français sont favorables à la chasse, ils trouvent cette pratique dangereuse pour eux (84%), cruelle pour les animaux, et faisant certes partie du patrimoine français, mais d’un autre âge.

... C’est donc sans surprise qu’ils sont 82% à réclamer l’interdiction de la chasse et du piégeage non seulement le dimanche, mais un deuxième jour par semaine, et l’intégralité des vacances scolaires.

Lire  la suite (ipsos)

02/11/18 Evolution du système Terre, en 12 graphiques.

 

Voici quelques graphiques qui se passent de commentaires. C'est plutôt rare pour un édito !  (source : Partagez-le.com)

12/10/18 Question de point de vue.

 

Je viens de lire un des derniers romans de Bernard Werber (La voie de la Terre) et on y trouve ceci, tiré de "L'encyclopédie du savoir relatif et absolu" d'Edmond Wells (personnage récurrent des romans de Werber) :

Le point de vue du homard.

... Le naufrage du Titanic peut être vue comme un évènement bénéfique se terminant très bien. Par qui ?

Par les homards et les langoustes vivant en aquarium dans les cuisines du paquebot attendant d'être jetés dans l'eau bouillante pour ravir le palais des passagers de 1ère classe. Le Titanic qui sombre et la mort de centaines de passagers humains n'ont signifié pour ces innocents animaux qu'un moyen d'échapper au pire et et retrouver enfin la liberté. Simple question de point de vue.

 

Nota 1 : quant à moi, j'étais machiniste en soute, quand j'ai vu l'eau envahir la salle des machines j'ai pris place dans le 1er canot de sauvetage. De toute façon, une chaudière ne fonctionne pas bien sous l'eau.

Nota 2 : ne croyez pas trop les commandants qui, une flute de champagne à la main, vous assurent que tout va bien. Et faites ce que vous devez faire, seuls ou mieux avec ceux qui ont envie vraiment d'autre chose : faites le sans attendre qu'on le fasse pour vous. Et surtout, surtout, vous vous sentirez enfin VIVANTS.

09/10/18 Démocratie, histoire d'un malentendu. Sujet inhabituel sur notre site, un regard canadien précieux et lucide.

 

Pour Francis Dupuis-Déri, la démocratie n'est pas celle que l'on croit et son histoire est encore plus méconnue. Détestée et ridiculisée pendant des siècles, la démocratie était vue comme le pire des régimes pendant des générations en Occident. Dans Démocratie. Histoire politique d'un mot (Lux éditeur, 2013), le professeur au Département de science politique de l'UQAM (Université du Québec à Montréal) conclut avec fracas : le Canada n'est pas une démocratie et ne l'a jamais été.

Petit résumé en une grande phrase : déléguer notre pouvoir de décision à des professionnels de la politique, c'est vendre* son pouvoir d'influence à quelqu'un qui en fera ce qu'il veut et le plus souvent à son profit et au profit d'oligarchies complètement étrangères aux problèmes de société, et par extension : encore moins à se soucier des problèmes écologiques, du vivant non humain qui n'a jamais eu droit à considération, à défaut de pouvoir s'exprimer avec notre langage.

* vendre : doit-on utiliser se mot quand c'est sans aucune obligation de contrepartie ?

Voir  la suite (youtube, 27mn)

18/09/18  A propos de la démission de Nicolas Hulot.

 

Bientôt 3 semaines et ô combien d'explications partielles. Nous vous proposons à titre d'illustration (Voir le tableau de Jérôme Bosch, ci contre) l'Histoire de la nef des fous qui résume bien la situation. A ne pas faire lire aux personnes prudes. Voici :

 

Il était une fois un navire commandé par un capitaine et des seconds, si vaniteux de leur habileté à la manœuvre, si pleins d’hybris et tellement imbus d’eux-mêmes, qu’ils en devinrent fous. Ils mirent le cap au nord, naviguèrent si loin qu’ils rencontrèrent des icebergs et des morceaux de banquise, mais continuèrent de naviguer plein nord, dans des eaux de plus en plus périlleuses, dans le seul but de se procurer des occasions d’exploits maritimes toujours plus brillants.

Le bateau atteignant des latitudes de plus en plus élevées, les passagers et l’équipage étaient de moins en moins à l’aise. Ils commencèrent à se quereller et à se plaindre de leurs conditions de vie. (...)
Le mousse se racla la gorge :
— Hem. Vous avez tous de bonnes raisons de vous plaindre. Mais il me semble que ce qui est vraiment urgent c’est de virer de bord et de mettre le cap au sud, car si nous continuons d’aller vers le nord, nous sommes sûrs de faire naufrage tôt ou tard, et alors vos salaires, vos couvertures et votre droit à sucer des bites ne vous serviront à rien, car nous serons tous noyés.
Mais personne ne lui prêta la moindre attention : ce n’était que le mousse.

De leur poste situé sur la dunette, le capitaine et les officiers avaient regardé et écouté cette scène. A présent, ils souriaient et se faisaient des clins d’oeil, puis, obéissant à un signe du capitaine, le troisième second descendit de la dunette. Il se dirigea nonchalamment vers l’endroit où les passagers et l’équipage étaient rassemblés et se fraya un chemin parmi eux. Il prit un air très sérieux et parla en ces termes :
— Nous, les officiers, devons admettre que des choses vraiment inexcusables se sont passées sur ce navire. Nous n’avions pas compris à quel point la situation était mauvaise avant d’avoir entendu vos plaintes. Nous sommes des hommes de bonne volonté et entendons être justes avec vous. Mais – il faut bien le dire – le capitaine est plutôt conservateur et routinier, et il faudrait peut-être le pousser un petit peu pour qu’il se décide à des changements importants. Mon opinion personnelle est que si vous protestez énergiquement – mais toujours de manière pacifique et sans violer aucun article du règlement de ce navire – cela secouerait l’inertie du capitaine et le forcerait à se pencher sur les problèmes dont vous vous plaignez à si juste titre.
Ceci ayant été dit, il retourna à la dunette. Comme il repartait, les passagers et l’équipage lui lancèrent des épithètes :
— Modéré ! Réformiste ! Libéral hypocrite ! Valet du capitaine ! Ils firent pourtant ce qu’il avait dit. ...

Lire  la suite (enuncombatdouteux)

13/08/18 Loi Schiappa (sur la pédophilie). Mise au point.

 

Peut-être avez-vous lu des commentaires hallucinants sur les réseaux sociaux concernant cette loi, en particulier à propos de consentement ou non des mineurs. Voici un article de mise au point claire : la loi renforce la protection des mineurs.

Il est temps que les créateurs de fausses nouvelles apprennent à lire, et leurs diffuseurs à ne pas répéter n'importe quoi.

Lire  (madmoizelle)

18/07/18 SNCF, (suite) le ver est dans le fruit.

 

Petit additif à l'article du 20/06 ci dessous.

La Sncf se tire une (des) balle(s) dans le pied. A la lecture d'un tract CGT cheminot (Dijon), on apprend que la Sncf perd un gros client à Digoin (71) : le client -métallurgiste- demandait de pouvoir expédier 7 ou 8 trains par semaine et la Sncf refuse de dépasser les 6 trains. Les raisons ? C'est un mystère à moins de vouloir diriger cet intéressant trafic vers ses filiales à statut non-sncf.

Le truc se trouve dans l'adage "privatiser les bénéfices et socialiser les pertes" et faire éponger les déficits par l'état. Ne croyez pas que nous nous contentons d'une analyse "de gauche" mais cette façon de voir tient de la schizophrénie, le rôle de la Sncf devrait s'apparenter à notre circulation sanguine avec ses artères, veines, veinules et capillaires qui assurent notre bonne forme.

Un peu plus d'information ci après sur les méthodes sncf :

Lire  (bastamag)

Lire (wikipedia)

20/06/18 Les sujets qui fâchent : SNCF et EDF.

 

2 mois de grève perlée à la SNCF accusée de faire bénéficier ses agents d'un statut trop favorable. Mais on ne vous fera jamais un lien direct entre l'un et l'autre et pour cause.

Que le statut du cheminot soit favorable, je peux en parler, j'ai donné pendant 16 ans (d'agent de manœuvre à chef de gare, de 1972 à 1988). 16 ans de 3x8 et 2x8 et quelques mois de journée, un salaire d'embauche inférieur au Smic et des primes de nuit ou de dimanche indignes, c'est vrai que tous mes postes n'ont pas constitué une charge de travail insupportable, le plus pénible étant une hiérarchie bornée par les règlements, hyper tatillonne à tout point de vue. Tout cela n'était pas franchement volé pour partir (mais pas à taux plein) à 55 ans.

 

La dette (40Mds € ?) ne vient pas des cheminots mais du fait qu'elle n'est pas une entreprise comme les autres, cornaquée par l'état qui obéit à d'autres objectifs qu'une entreprise ordinaire. Bien sûr tout cela se discute mais dans ce cas, il faut tout mettre sur la table :

- Quand on vous dit que les retraites sncf sont en charge de la collectivité nationale, il y a du vrai. de 500 000 employés on est tombé à 150 000 environ, mais les emplois perdus ici ont été gagnés ailleurs, au transport routier par exemple dont les caisses de retraite sont pleines et c'est logique. Idem pour les maréchaux-ferrants quand l'automobile a supplanté le cheval !

- Mais ce qu'on oublie de dire, c'est la responsabilité de la haute hiérarchie et des gouvernements, de la pression des divers lobbies. Voici un article d'un président de la Fnaut, très dur sur les raisons de la chute. Au format .doc (word2003).

Lire  (un avis autorisé, FNAUT-Paca)

 

Ensuite EDF. Ce n'est pas 40Mds € dont il est question mais sans doute de 75 et 300 ou 400 à prévoir pour le démantèlement des centrales nucléaires en fin de vie.

Là aussi, quelles sont les raisons qui ont amené EDF au bord de la faillite ? Les mêmes qu'à la Sncf  : ne pas anticiper le futur.

Voici une vidéo d'une heure que vous ne regretterez pas :

Lire  (france.tv)

 

Edifiant, n'est-ce pas ? Mais il y a encore un sujet qui me travaille, ce sont ceux (dont pas mal d'écolos) qui défendent le train de façon dogmatique : il faut de l'électricité pour faire rouler plein de trains ! Et actuellement, elle est à 75% nucléaire.

La première question à résoudre est : comment ne pas avoir besoin de tant d'énergie ? Et la réponse n'est pas facile si on ne remet pas en cause cette société basée sur la surconsommation, donc le gaspillage obligatoire.

Un exemple ignoble de fausse bonne solution : la voiture électrique. Elle vous piège car vous allez vouloir disposer d'électricité, de beaucoup d'électricité. Donc de centrales nucléaires à moins que vous n'ayez les moyens d'installer 30 ou 50 panneaux solaires chez vous ! Le second piège est qu'on ne vous laissera pas longtemps rouler sans payer autant de taxes qu'avec le pétrole (because les recettes de l'état ....).

Pas glop pas glop, comme dit un copain de la vallée de la Roya (salut Jean Marc).

08/06/18 Pesticides, une campagne de prévention des agriculteurs qui en dit long!

 

Ne doutons pas un seul instant de la sincérité du gouvernement concernant la protection des agriculteurs :

 

Lire  (agriculture.gouv.fr)

C'est surtout reconnaître que les agriculteurs utilisent en plein air des produits non sans danger.

Plus encore, c'est admettre qu'ensuite on nous vend des produits alimentaires qui, eux aussi, ne sont pas sans danger. CQFD.

Perso, dans ma vie j'ai travaillé au contact de produits dangereux, c'était la plupart du temps dans des conditions confinées de façon à ne pas disséminer ces produits en extérieur. Avec cependant, il y a 20 ou 30 ans, une législation peu contraignante et une méconnaissance des risques par le patron (?, c'est possible) comme par l'ouvrier.

12/05/18 L'immigration, un sujet que nous n'avions pas encore abordé. Voici une des causes (elles sont quasiment toutes chez nous !).

 

L'immigration  (l'arrivée des réfugiés, ...) a souvent été abordé d'un côté humaniste, politique ou économique. Mais d'un point de vue écologiste, on ne lit pas grand chose alors que c'est le plus important :

- Les changements climatiques. En Syrie, la désertification est une cause au moins aussi importante que la volonté de L'Occident de voir ce pays et ses voisins affaiblis (pétrole oblige).

- Un commerce inéquitable et déséquilibré ruinant de nombreux pays.

- Le pillage à grande échelle du tiers monde continue de plus belle. C'est cet exemple-ci que nous vous présentons : l'accaparement des terres qui chasse les paysans.

 

Après cinq ans de procédure, Bolloré a définitivement perdu le premier procès en diffamation qu’il intentait à Bastamag.
Pour rappel, le groupe Bolloré a attaqué en diffamation un article publié en octobre 2012, intitulé « Bolloré, Crédit agricole, Louis Dreyfus : ces groupes français, champions de l’accaparement de terres ». Notre article pointait le rôle de grandes entreprises françaises dans le phénomène d’accaparement des terres en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Il mentionnait, entre autres, les activités du groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin. Celle-ci possède une trentaine de filiales, dont plusieurs gèrent des plantations d’hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en Asie. Ses pratiques font l’objet de nombreuses critiques de la part des populations locales et d’organisations internationales de défense des droits humains.
La Cour de cassation désavoue totalement les arguments de Bolloré. ...

Lire la suite (bastamag)

 

04/05/18 Alain Beaugrain-Dubourg : Lettre du Loup au berger.

 

"Le chasseur Jean-Charles d'Enneval, envoyé en Gévaudan par Louis XV, se flattait d'avoir tué 1200 loups. Le dernier des nôtres aurait été abattu en 1937 dans le Limousin, et nous imaginions naïvement que la page était tournée. Du reste nous bénéficions d'une protection sans pareille : trois conventions internationales interdisent officiellement une quelconque agression à notre égard car nous sommes considérés comme « espèce strictement protégée ». Mais en ce mois de novembre 1992, nous aurions dû rebrousser chemin. Quittant le parc italien des Alpi Marittime, ma compagne et moi avons poursuivi jusqu'au Mercantour. Au loin un garde, les yeux collés à ses jumelles, ne perd pas une seconde de notre progression. L'alerte ne tardera pas à être donnée. Nous n’aurions pas dû fouler le territoire français, mais comment imaginer que nous risquions ainsi de provoquer une guerre dont nous ne sortirons pas vainqueurs ?
Je suis le coupable à abattre. Pendant que l'on me pourchasse, on se garde bien d'expliquer clairement pourquoi le métier de berger n'est plus tenable. Affaire de gros sous, tout simplement ! L'effondrement des frontières a fait subir aux éleveurs français une terrible concurrence de la part de la Nouvelle Zélande, de l'Angleterre ou de l'Irlande. Résultat, la production française d'ovins est en baisse et ne survit que par des subventions annuelles d'environ 120 millions d'euros. En résumé, vous pourrez nous tuer tous, vous ne sauverez par la filière ovine, dramatiquement touchée par le marché mondial. C'est la concurrence déloyale qu'il faut éradiquer, par les canidés que nous sommes. Vous avez décidé l'abattage de 40 loups par an, ce n'est pas une fin en soi. Beaucoup de meutes ne posent aucun problème, c'est donc vers ceux d'entr enous qui s'acharnent sur un troupeau que l'on peut envisager des représailles. Quant aux autres, laissez-les vivre. Du reste, l'opinion publique français à 76 % ne dit rien d'autre, le loup a sa place dans la nature en France."

Plus d'info sur l'empathie envers les animaux :

Lire la suite (biosphere)

14/03/18 Philippe Bihouix : "Il faut réduire les besoins à la source".

 

Diplômé de l’École centrale de Paris, Philippe Bihouix est actuellement ingénieur spécialiste des questions énergétiques et membre de l’Institut Momentum.
PB : Depuis quinze ans, je m’intéresse aux ressources non renouvelables, celles dont le stock ne se reconstitue pas à l’échelle d’une vie humaine. Cela inclut les énergies fossiles bien sûr, mais ce qui m’a rapidement passionné, ce sont les ressources métalliques. Si la problématique en est moins connue, moins médiatisée, elle n’en est pas moins fascinante, car si les énergies renouvelables sont théoriquement la réponse aux impacts négatifs ou à de futures pénuries des énergies fossiles, il n’y a, à part quelques balbutiements, pas de réponse équivalente pour les métaux. Et les énergies renouvelables réclament justement beaucoup de métaux, comme tous les objets technologiques qui nous entourent.

J’ai longtemps travaillé dans le conseil pour des industries aussi diverses que le pétrole et la chimie, l’aéronautique ou les télécommunications. Les années 2005 à 2008 ont vu flamber le cours des matières premières, avec la grande accélération de l’économie mondiale, tirée par une Chine désormais bien éveillée. C’était l’occasion de réfléchir à la durabilité de notre modèle économique, à la croissance forcément insoutenable, vus par le prisme des ressources.
C’est ainsi qu’est né un premier livre collectif (Quel futur pour les métaux, 2010). Je suis donc arrivé à la décroissance par la voie “environnementale”. Puisque nous basons notre civilisation industrielle sur la consommation inéluctable – et malheureusement pour partie non récupérable, non recyclable – d’un stock de ressources fini (même s’il peut être très important), nous devrons à un moment ou à un autre réduire cette consommation, et donc décroître. Je précise qu’évidemment, je ne réduis pas la question de la décroissance à cette question matérielle…

Lire la suite (comptoir.org)

16/03/18 Relation police-population, une relation écosystémique qui ne fonctionne pas en France.

 

La systémique est l'étude du fonctionnement d'un ensemble (entreprise, territoire, société, ...). On y étudie beaucoup la circulation des flux (matières, informations, ...) et leur fluidité, la facilité de fonctionnement.

La police devrait être un facilitateur de fluidité de la société. Etre policier devrait être un beau métier : s'assurer que tout va bien, aider à ce que tout aille bien, détecter et remédier à ce qui pose problème. Comme un technicien de maintenance, métier que je connais très bien, c'est pour ça que je vous parle de systémique.

 

Le CNRS vous propose son commentaire sur une étude mondiale des relations police-population et compare l'Allemagne et la France, principalement, et pourquoi cela ne fonctionne pas chez nous.

Nous vous proposons la suite en page Ecologie, date du 16/03/18 : Lire

01/03/18 NDDL le 10/02 puis Bure les 22 et 23/02. Deux situations similaires et deux positions différentes de l'état.

(Nos commentaires sont en fin d'article).

Tout d'abord Bure. Nous recevons des nouvelles que voici :

CIGéo-Papers - NewsLetter-33 villesurterre.com - La Qualité de Vie - Michel GUERITTE. 27 février 2018
La chasse aux hiboux
L'Association La Qualité de Vie (villesurterre.com) et quelques autres sont satisfaites de cette gigantesque opération de chasse aux hiboux organisée par le Gouvernement, jeudi et vendredi dernier.
Un "coup de com" remarquable : faire venir à BURE et BAR-LE-DUC un maximum de journalistes pour la visite de Sébastien LECORNU, venu dialoguer, dés 9h du mat.
Et paf, on envoie 500 gendarmes chasser 15 hiboux ! Comme ça les journalistes friands d'images et de phrases chocs, tout comme leur public, sont déjà sur place, et vont pouvoir s'en donner à coeur joie.
Nous manquons de temps et de moyens pour faire la compilation des sujets diffusés en ouverture des JT de TF1, france2, france3, france3 Lorraine... et BFM TV en direct et en boucle... Grandiose !
Le pompon revient à france2 avec la reconstitution en 3D sur son grand plateau, d'une galerie HAVL, et même avec le son en écho !

Bref, des millions de citoyens ont enfin appris l'existence du projet CIGéo, et vu ce qu'il se passe et ce qu'on en dit, ils ne doivent pas trop en penser du bien.
Nous allons plus loin, nous sommes quelques-uns à penser qu'en fait l'ANDRA et le Gouvernement n'ont pas trop envie d'autoriser la construction de CIGéo. Mais ils ne savent pas trop comment nous le dire. Alors, on notera différentes approches :

# 1 - L'IRSN pratique l'ouverture à la société. Le problème c'est que, plus on communique sur CIGéo, plus on informe, plus on en dit, plus on fabrique des opposants. Tout le monde sait que quand il y a un problème, le mieux c'est de ne pas en parler.
# 2 - Le Gouvernement organise une chasse aux hiboux. Peut-être une demande d'Emmanuel MACRON, passionné de chasse... Mais de la façon dont elle a été médiatisée, on ne peut que générer des millions d'opposants.

Les Cigéo-Papers
#3 - Il y a cette thèse de Lény Patinaux, dont très peu de journalistes parlent, parce que l'ANDRA a du leur souffler que tout ça c'est des conneries. Vous allez voir que non... Le Dossier CIGéo-Papers ça va bientôt faire du bruit. Si le 19 mars prochain l'ANDRA ne communique pas les dossiers cités, c'est Maître Corinne LEPAGE qui va faire le nécessaire. Elle vient de déclarer : "Si des associations me demandent de les aider, dans le respect de la légalité et sur un plan procédural, je les aiderai. Là-dessus je n'ai aucun état d'âme. Je suis en parfaite cohérence avec ce que je défends depuis 20 ans. J'ai toujours été contre ce projet."
#4 - Nous avions demandé à Elise LUCET de consacrer un CASH INVESTIGATION au projet CIGéo. Il y a effectivement de quoi faire en matière de mensonges, de bizarreries, de magouilles, d'élus stupides-cupides, de maires corrompus, de faux évaluateurs, de fric qui dégouline... A l'époque, elle avait répondu qu'une télévision d'État ne pouvait pas s'attaquer à un projet d'État !
Et pourtant, jugez vous mêmes : ce Dossier CIGéo-Papers contient quelques nouveaux arguments incontestables.
#4 - Il y a enfin les derniers Arrêtés du Préfet de la Meuse. Grandiose : les conditions de vie autour du Bois Lejuc sont pires qu'en 40 ! Il y a même un arrêté daté du 23 février avec application le 22... Le Canard Enchaîné va pouvoir se régaler.

________________

Aéroport Notre Dame des Landes (NDDL). Le point de vue de FNE (France Nature Environnement)

Après l'abandon de Notre-Dame-des-Landes, l'espoir de la co-construction d'un projet de territoire durable.

Une décision courageuse, appuyée sur une méthode innovante. « cette décision courageuse montre que loin de s’entêter dans un projet du passé, le gouvernement change de logiciel ; intègre les enjeux d’aujourd’hui et, via une méthode innovante, sort par le haut de ce dossier complètement enlisé ».
Propositions :
- Préparer l’avenir par la co-construction plutôt que par la force. ...
- Maintenir la cohérence pour un projet de territoire ...
Télécharger le communiqué en PDF

_______________

Notre avis : il est moins optimiste que celui de FNE (publié avant les évènements de Bure), il était clair que l'aéroport de NDDL n'avait aucune nécessité sauf à satisfaire l'ego de quelques élus. "On" pouvait donc céder aux demandes écologistes.

Il n'en est pas de même à Bure : l'écologie est bien enterrée quand il s'agit de mettre à l'abri des regards les dégâts (déchets radioactifs sur 100 000 ans et plus) et ingérables. Trop d'argent a déjà été investi et trop de communes achetées pour admettre l'erreur, celle d'avoir joué aux apprentis sorciers depuis 50 ans et plus.

Pour la petite histoire, ce sont 500 gendarmes suréquipés qui ont été envoyés à Bure pour déloger 15 bonshommes dans des cabanes perchées dans les arbres.

12/01/18 L'Allemagne enterre les objectifs climatiques.

 

La protection de l’environnement est la première victime des négociations pour la formation d’une nouvelle «grande coalition».
Les négociations entre Angela Merkel et Martin Schulz pour la formation d’une «grosse Koalition» à Berlin étaient censées se tenir cette semaine à huis clos. C’est raté! Les pourparlers à peine engagés, la presse a déjà eu copie de certains textes rédigés par le Parti chrétien-démocrate (CDU) et le Parti social-démocrate (SPD), notamment sur la politique énergétique.

Les deux grandes formations politiques allemandes se seraient notamment mises d’accord pour reconnaître que les objectifs de réduire les émissions de CO2 de 40% par rapport à 1990 étaient irréalisables pour 2020. Cette «grande coalition» – si elle voit le jour – s’est accordée sur un nouvel objectif: une réduction de 55% en 2030. Pour les experts environnementaux, c’est un énorme aveu d’échec.

Lire la suite (tribunedegenève)

Notre commentaire :

Maintenant nous en sommes sûrs, le modèle économique dominant (représenté ici par les socialistes allemands autant que les conservateurs) n'utilise les mesures écologiques que comme arguments électoraux.

Argument suprême, ils sont même capables de promettre encore mieux pour encore plus tard !!! Sans fausse honte.

Ce système ne peut se maintenir que par la destruction, pollution, épuisement de la planète. "Scier la branche sur laquelle on est assis" disait-on autrefois. Nous pouvons même conclure que l'enrichissement ou maintien du système économico-financier se fait quasi exclusivement aux frais de la planète, raison pour laquelle il n'y aura jamais de politique écologique sérieuse.

Si on fait le compte global, il n'y a pas enrichissement mais appauvrissement global.

Mais qu'attendent les écologistes politiques pour proposer une vraie alternative économique ? En sont-ils capables ? Est-ce même possible ?

S'attaquer aux vrais défis du monde, aucune idéologie basée sur des théories du vieux monde n'y arrivera.

01/12/17 Lettre de Fabio, incarcéré depuis le G20 à Hambourg.

 

Arrêté lors des journées d’émeutes qui ont secoué le G20 de Hambourg les 7 et 8 juillet 2017, Fabio est accusé de jet de projectile et de rébellion. Il est incarcéré depuis 4 mois à la prison de Billwerder et comparaissait le 7 novembre dernier devant le tribunal pour mineur d’Altona à Hambourg. Nous reproduisons ici la déclaration qu’il a faite ce jour-là devant ses juges et qui contient plus de vérité, de sincérité et de justesse que tous les solipsismes inconséquents de procureurs.

Extraits :

Avant tout je voudrais dire que probablement ces messieurs les politiciens, ces messieurs les commissaires de police et ces messieurs les magistrats pensent qu’en incarcérant et arrêtant quelques jeunes cela puisse arrêter la contestation dans les rues. Probablement ces messieurs pensent que les prisons suffisent à éteindre les voix rebelles qui s’élèvent de partout. Probablement ces messieurs pensent que la répression arrêtera notre soif de liberté, notre volonté de construire un monde meilleur.

Et bien ces messieurs se trompent. Et c’est l’Histoire qui leur donne tort.

Parce qu’un nombre incalculable de garçons et de filles sont passés, comme moi, devant un tribunal comme celui-ci.

En effet aujourd’hui c’est à Hambourg, hier à Gênes et encore avant à Seattle.

Vous, vous essayez d’empêcher la propagation des voix de la révolte qui s’élèvent partout par n’importe quel moyen « légal », par n’importe quel moyen « procédurier ».
... G20. Rien que le nom a déjà en soi, quelque chose de pervers.

Vingt hommes et femmes représentants des vingt pays les plus riches et les plus industrialisés du globe, s’asseyent autour d’une table. Ils s’asseyent tous ensemble pour décider de notre futur. Oui, j’ai bien dit ceci : le notre. Le mien, ainsi que celui de toutes les personnes assises aujourd’hui dans cette salle, tout comme celui des sept milliards de personnes qui habitent cette belle planète Terre.

Vingt hommes décident de notre vie et de notre mort.

Évidemment, la population n’est pas invitée à ce joli banquet. Nous, nous ne sommes que le stupide troupeau des puissants de la Terre. Spectateurs totalement soumis de ce théâtre où une poignée de personnes tiennent entre leurs mains l’humanité toute entière.

Moi, madame la juge, j’ai beaucoup pensé avant de venir à Hambourg.

J’ai pensé à monsieur Trump et à ses États-Unis d’Amérique qui sous le drapeau de la démocratie et de la liberté s’érigent comme les gendarmes du monde entier. J’ai pensé aux nombreux conflits déclenchés par le géant américain aux quatre coins de la planète. Du Moyen-Orient à l’Afrique. Tout ceci pour s’accaparer du contrôle de telle ou telle ressource énergétique. Peu importe si ceux qui meurent, ce sont toujours les mêmes : civils, femmes et enfants.
J’ai pensé aussi à monsieur Poutine. Nouveau tsar de Russie, qui dans son pays viole systématiquement les droits de l’Homme et se moque de toute opposition.
J’ai pensé aux Saoudiens et à leurs régimes fondés sur la terreur avec qui nous, les occidentaux nous faisons des affaires en or.
J’ai pensé à Erdogan qui torture, tue et emprisonne ses opposants.
J’ai pensé aussi à mon pays, où à coup de lois-décret chaque gouvernement supprime sans trêve les droits des étudiants et des travailleurs.
En bref, les voici les protagonistes du somptueux banquet qui s’est tenu à Hambourg en juillet dernier. Les plus grands va-t’en-guerre et assassins que le monde contemporain connaisse.


... Puis, j’ai pensé aux fleuves de ma belle vallée, violés par les entrepreneurs qui veulent les concessions pour y construire des centrales électriques, sans se préoccuper des dommages pour la population et pour l’écosystème.
J’ai pensé aux montagnes, frappées par le tourisme de masse ou devenues lieu d’entraînements militaires.
J’ai pensé à ce magnifique endroit où je vis, qui est en passe d’être bradé à des hommes d’affaires sans scrupules, exactement comme d’autres vallées à chaque coin de la planète, où la beauté est détruite au nom du progrès.

Dans la lignée de toutes ces pensées, j’ai donc décidé de venir manifester à Hambourg. Pour moi, venir ici était un devoir avant d’être un droit.
J’ai trouvé cela juste de m’opposer à ces politiques scélérates qui sont en train de pousser le monde vers le gouffre.
J’ai trouvé cela juste de me battre pour que quelque chose soit au moins un peu plus humain, digne et équitable.
J’ai trouvé cela juste d’aller dans la rue pour répéter que la population n’est pas un troupeau et qu’elle doit être consultée dans les choix.

Lire la suite (lundi.am)

21/11/17 Ceta, un exemple de ce qui nous attend. 

 

L'exemple que voici nous vient de Roumanie : c'est l'histoire d'un projet de mine d'or, à ciel ouvert.

Un ex-projet, plutôt. Le projet prévoyait d'araser des montagnes sur 40 kilomètres carrés, des déplacements importants de population, et l'utilisation massive de cyanure pour extraire l'or des rochers. Pour stocker les eaux contaminées au cyanure, le projet prévoyait de creuser un bassin de rétention de 4 kilomètres de longueur, sur 2 kilomètres de largeur. Après bien des péripéties, et de tumultueuses manifestations jusque dans la capitale, à Bucarest, le gouvernement roumain, qui l'avait d'abord autorisé, a finalement interdit le projet de Rosia Montana (c'est le nom de la ville la plus proche).

Happy end ? Pas vraiment. S'estimant lésée, l'entreprise canadienne qui portait le projet, Gabriel Resources, attaque le gouvernement roumain, par une procédure d'arbitrage international. Estimant avoir investi dans le projet 630 millions d'euros, elle demande néanmoins 4 milliards de dédommagement, sur la base des profits qu'elle espérait réaliser. "Oui, vous avez bien entendu", précise le commentaire d'Envoyé spécial.

Lire la suite (arretsurimage)

17/10/17 Que se passe-t-il à Roybon (projet de Center Parc).

 

Nous ne parlons pas assez souvent des projets du groupe Pierre et Vacances, que ce soit des dégâts environnementaux ou de leur non rentabilité s'il n'y avait pas de  majestueuses subventions.

Et nous avons reçu ce petit appel qui sort de l'ordinaire :

 

Salut à vous.
Quelques infos par rapport à la forêt occupée des Chambarrans. Les Chambarrans ce sont ces bois ou devait se construire un Center Parc à côté du village de Roybon en Isère. Depuis 3 ans maintenant les bois sont occupés par des esprits protecteurs et mystérieux, appelés plus communément les zadistes, venant de la planète zadion et ayant pour adage de vivre libre partout en tentant d’empêcher la galopante et destructrice marche du monde marchand sur nos vies.
Il y a quelques jours des esprits destructeurs se faisant appelé marine2022 ont mis le feu à cette chère Palette Palace, havre de paix où il faisait bon de se donner rendez vous, et grignoter a la base le tronc certains  arbres pour qu'ils tombent sur l'invincible cabane Saboté, heureusement leurs dents de guimauve n'arrivèrent pas à leur fin...

Suite à ces vils attaques, et sentant que les petits bonhommes bleus armés passent de plus en plus souvent autour des bois les esprits protecteurs ont besoin d'aide! Que ce soit par nos présences réconfortantes venant leur filer un coup de main, boire un verre d'eau de source, amener des vivres. Ou en leur apportant du matos qui a brulé dans le feu ou autres besoins.
Voir ici pour la liste:
https://zadroybon.wordpress.com/2017/10/11/besoins-et-competences-2017/
Sinon pour en savoir plus passez les voir ou/et allez sur le site
https://zadroybon.wordpress.com/
Voila un petit message de leur part
Salut à tou.te.s,


Quelques précisions suite au communiqué précédent, et des nouvelles. Vendredi, la cabane « Palette Palace » a brûlé dans un incendie volontaire . Le même jour, 4 arbres ont été coupés pour tomber sur Saboté un autre lieu de vie, barricade. Mais l’éternel Saboté a tenu le coup !

Ces actes arrivent en pleine journée, et visent clairement à nous intimider et à détruire nos habitats. Sabotages, pressions policières, rumeurs d’expulsion… La tension monte.
On vous invite à passer quand vous voulez, à venir aux événements et aux prochains chantiers.
Restez vigilant.es sur les infos… Et soyez prêt.es à nous rejoindre au besoin !

02/10/17 Le référendum en Catalogne, 90% de Oui.

 

Tout d'abord, en quoi ce cas particulier de référendum (voulu par une région contre la volonté de l'appareil d'état) a un rapport avec l'écologie ?

Sans aborder le côté politique -ce n'est pas le rôle de ce site- , nous devons considérer qu'une population (de bactéries comme de personnes) ne se sent bien que dans un cadre qui lui est favorable et si, dans l'environnement global (ici, toute l'Espagne) il y a des contraintes trop importantes, il devient nécessaire de trouver un espace, un équilibre entre les différentes parties. N'étant pas politologue, je ne peux aller beaucoup plus loin dans cette voie mais il y a un malaise que le gouvernement espagnol refuse de voir.

Voici l'article d'un des 33 observateurs internationaux (un écologiste français) :

Référendum en Catalogne: «J'ai vu les Catalans en larmes et en sang»
... Concrètement, nous sommes arrivés il y a plusieurs jours en Catalogne, et nous avons rencontré des experts internationaux et des interlocuteurs locaux. Et de nombreuses irrégularités sont à mettre au crédit du gouvernement espagnol dans ce scrutin. Mariano Rajoy déclare que le référendum a été déclaré illégal par la justice, mais en réalité le tribunal n’a fait que suspendre le texte autorisant la tenue dudit référendum. Le chef du gouvernement indique par ailleurs avoir tous les droits de mettre sous scellés le matériel électoral. En réalité, il aurait dû pour cela invoquer l’article 155 de la Constitution espagnole, en vertu duquel le gouvernement peut « prendre les mesures nécessaires pour contraindre [la communauté autonome] à respecter ces obligations ou pour protéger l’intérêt général ». De même, le chef du gouvernement, qui taxe le scrutin d’inconstitutionnalité, contrevient lui-même, en plus de l’article 155, aux articles 2 et 10 du même texte. Le premier « reconnaît et garantit le droit à l’autonomie des nationalités et des régions » de la nation espagnole, et le second consacre la supériorité des traités internationaux dont l’Espagne est signataire à la Constitution. Or l’Espagne est signataire de la Charte des Nations Unies, qui reconnaît le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
(journaliste) Vous qui êtes aujourd’hui sur place en Catalogne, pouvez-vous nous raconter les différentes scènes auxquelles vous avez assisté dans les bureaux de vote que vous avez visité ?
Aujourd’hui, mes collègues observateurs internationaux et moi-même avons formé une dizaine de convois différents, pour sillonner toute la Catalogne, du petit village de montagne à la grande ville en passant par les villes côtières de taille moyenne. On a vérifié si techniquement, le scrutin remplissait les conditions de validité. Y avait-il des urnes ? Oui. Des bulletins de vote ? Oui. La question, objet du référendum, était-elle clairement posée ? Oui. Etait-elle traduite dans les trois langues officielles de la région (espagnol, catalan et occitan) ? Oui. La connaissance des bureaux de vote a-t-elle été assurée aux électeurs ? Oui. Le droit de ne voter qu’une seule fois a-t-il été respecté ? Là encore, la réponse est oui. ...

Et surtout, nous sommes aussi envoyés sur place pour vérifier s’il y a des empêchements à la bonne tenue du scrutin. Et là, on a halluciné ! ...

Lire la suite (20mn)

19/09/17 RoundUp, le rapport de l'UE (Union Européenne) est un copié-collé d'études du lobby du glyphosate !

 

Scandale énorme à l'heure où l'UE s'appr^ète à voter une prolongation de 10 ans pour ce produit classé probablement cancérigène (sans compter le bouleversement ou l'anéantissement de la vie des sols traités).

 

En 2015, un rapport de l'Union européenne avait conclu à la non dangerosité du glyphosate. Mais selon notre enquête, une centaine de pages de ce rapport sont de simples copier-coller d'un rapport de 2012 élaboré par Monsanto.
Les études prouvant la dangerosité de l'herbicide jugées non fiables
Et toutes les études qui tendent à prouver la dangerosité de l'herbicide sont rejetées comme non fiables par l'Union européenne. Par exemple, dans une étude menée au Paraguay, les résultats établissent un lien entre l'exposition aux herbicides et des enfants nés avec une malformation. Cette étude n'est pas fiable selon les experts européens qui estiment qu'elle doit être approfondie. Sauf que là encore, c'est ce que disait mot pour mot Monsanto. Et l'Union européenne ne s'est pas penchée sur cette étude.

Lire la suite (agoravox)

15/09/17 Birmanie, que se passe-t-il réellement ? (ou la simplification à outrance des médias).

 

Voici un exemple frappant. Ne revenons pas sur ce que vous avez pu voir ou entendre à la télé ou la radio : en 30 secondes, le présentateur résume toujours le monde aux bons et aux méchants. Voici un article plus fouillé qui aborde la complexité de la situation. Dans quelle mesure l'auteur est clairvoyant, l'avenir nous le dira. Pour info.

 

Alors que de plus en plus de personnes découvrent que derrière le malheur des rohingyas il y a une guerre contre des terroristes islamistes wahhabites qui dure depuis plusieurs mois, les "rebelles" Rohingyas tentent de garder une bonne image et cherchent à se démarquer des islamistes d'Al Qaida et de Daesh.
Nous assistons depuis quelques semaines à une incroyable manipulation des masses à propos des Rohingyas, et une grande partie de la population mondiale est tombée dans le panneau.
Tout le monde est d'accord pour accuser Aung San Suu Kui et la colère et l'indignation fait que peu de gens essayent de comprendre ce qui se passe vraiment. ...

Lire la suite (agoravox)

04/09/17 Voiture autonome (sans conducteur) : ce qu'on ne vous dit pas.

 

Avez vous remarqué que l'on vous présente la voiture autonome, et souvent électrique, comme une merveille technologique et la solution à tous les problèmes ou presque ?

Sauf que ....

On oublie le principal. Une fois la voiture vendue, rien ne peut fonctionner sur une route normale : elles ne sont pas équipées. Comment une voiture saura d'avance passer de 90 à 50 km/h ? Un panneau le signale au conducteur, il faudra équiper le panneau, tous les panneaux, pour le signaler à la voiture autonome.

Etc. Etc. Soit une charge financière pharaonique qui sera supportée par ...

Suite de l'article : la responsabilité en cas de pépin (accident, ...)

Lire la suite (techniquesingenieur)

La voiture autonome serait-elle la meilleure publicité pour d'autres modes de transport, pour moins de besoins de transport ?

13/08/17 Pourquoi ce site apparaît mal sur les recherches Google ?

 

Parce que Google applique des algorithmes sur la "bien pensance". C'est à dire les critères de la majorité américaine !

 

Le 25 avril 2017, Google a annoncé qu’il avait mis en place des modifications de son service de recherche pour rendre plus difficile pour les usagers d’accéder à ce qu’il appelait des informations « de mauvaise qualité » telles que les « théories du complot » et les « fausses nouvelles ».
La société a déclaré dans un article de blogue que l’objectif central de la modification de son algorithme de recherche était de donner au géant des recherches un plus grand contrôle dans l’identification du contenu jugé répréhensible par ses directives. Il a déclaré qu’il avait « amélioré nos méthodes d’évaluation et effectué des mises à jour algorithmiques » afin de « contenir un contenu plus autorisé ».
Google a poursuivi : « Le mois dernier, nous avons mis à jour nos lignes directrices sur la qualité de la recherche (Search Quality Rater Guidelines) pour fournir des exemples plus détaillés de pages Web de mauvaise qualité pour que les évaluateurs puissent les signaler de manière appropriée ». Ces modérateurs sont invités à signaler « les expériences qui pourraient perturber des usagers », y compris les pages qui présentent de « théories du complot », sauf si « la requête indique clairement que l’usager recherche un autre point de vue ».

 

Et l'écologie fait partie de la théorie du complot ("l'écologie ça suffit", "il n'y a pas de réchauffement climatique, "ils veulent revenir à la bougie", ...). Ces 3 derniers mois, nous avons perdu 60 à 70% de nos visiteurs !!!

Lire la suite (wsws)

08/08/17 Nous sommes le Pouvoir - Discours de John Trudell, indien sioux.

 

Vous l'avez sans doute compris, cette page sert aussi à parler un peu "politique", mais pas comme tout le monde, juste pour présenter des idées nouvelles plus en concordance avec l'écologie réelle. En voici un exemple :

 

Discours prononcé le 18 Juillet 1980 au centre de survivances interculturel Amérindien.
Je tiens à vous remercier tous d’être venus à cet endroit, et je tiens à vous remercier pour avoir été accueilli ici moi-même. Je voudrais vous parler ce soir en l’honneur de chacun d’entre nous dans la lutte qui nous oppose à ceux qui ont perdu toutes relations avec le monde des Esprits. Je voudrais parler en l’honneur du Vent, et de tous les éléments naturels.
Il s’agit d’un rassemblement de survie et l’une des choses que je vous souhaite à tous d’apprendre pendant que vous êtes ici, c’est d’apprécier l’énergie et la puissance des éléments que sont le soleil, la pluie et le vent. J’espère que vous allez sortir d’ici en ayant compris ce qu’est vraiment le pouvoir, la seule vraie puissance.
Le seul vrai Pouvoir, la seule vraie connexion que nous n’aurons jamais au Pouvoir, c’est notre relation à la Terre-Mère.
Nous ne devons plus nous perdre dans la confusion. Nous ne devons plus nous laisser berner par leurs illusions. Il n’y a pas de puissance militaire, il n’y a que du terrorisme militaire, il n’y a pas de puissance économique, il y a seulement une économie et un marché d’illusions, de leurres, dont nous sommes devenus les esclaves. C’est cela qu’il nous faut réapprendre à regarder. Ceux à qui vous déléguer le pouvoir n’ont que le pouvoir que vous leur portez, mais en réalité ils n’ont aucun véritable pouvoir dans leurs mains, ce prétendu pouvoir n’est que de l’oppression.
La puissance est en nous car nous sommes une partie naturelle de la Terre, nous sommes une extension de la terre, nous ne sommes pas séparés d’elle, nous en faisons partie. La Terre est notre mère, la Terre est un Esprit, nous sommes un prolongement de cet Esprit. Nous sommes Esprit. Nous sommes le pouvoir.
Ils peuvent nous faire croire que nous devons croire en eux, que nous devons assumer ces identités de consommateurs, ces identités politiques, ces identités religieuses, ces identités raciales, ils veulent nous séparer de l’essence même de la Vie, ils veulent nous séparer de qui nous sommes. C’est un Génocide perpétuel. Ils ont essayé de prendre et de supprimer notre identité naturelle, notre lien spirituel avec la Terre. Mais nous sommes toujours présents, nous avons survécu.
Nous avons toujours survécu parce que nous avons appris à vivre dans l’harmonie et le respect de la Nature, nous n’avons jamais oublié qui nous étions.
Quand je parcours l’Europe ou l’Amérique et que je vois la majeure partie de la population blanche, je me rends compte qu’ils ne se sentent pas opprimés, ils se sentent impuissants. Quand je retourne au sein de mon peuple, je constate que nous ne nous sentons pas impuissants, nous nous sentons opprimés. ...

Lire la suite (agoravox)

 

Nota : nous essayons dans toute la mesure du possible (cohérence du texte, de l'idée) de ne pas publier de texte in extenso par respect pour le site originel. La suite a le plus souvent autant de valeur que l'extrait présenté. C'est encore le cas ici.

15/07/17 Défendre l’environnement tue (de plus en plus) *

 

Les meurtres de personnes défendant la nature face aux intérêts industriels, notamment miniers ou pétroliers, ont encore augmenté en 2016, selon un rapport de l’ONG Global Witness. L’Amérique latine est la région la plus dangereuse.
Le 6 juillet, Ademir de Souza Pereira a été tué par balles en pleine rue à Porto Velho, la capitale de l’Etat brésilien du Rondônia. Il était membre de la Ligue des paysans pauvres de cet Etat et s’opposait à l’agro-industrie qui ravage l’Amazonie. Le 30 juin, au Honduras, Bertha Zúñiga Cáceres, la fille de la célèbre écologiste Berta Cáceres, assassinée en mars 2016, a échappé de peu à une attaque avec deux autres membres du Conseil civique des organisations populaires et indigènes du Honduras (COPINH). La jeune femme a repris le flambeau de sa mère, qui luttait contre le mégaprojet de barrage d’Agua Zarca, imposé sans aucune concertation au peuple lenca, auquel appartenait Berta Cáceres.

Ces deux événements récents sont loin d’être uniques. Ils illustrent une réalité glaçante et en pleine expansion : les meurtres de défenseurs de l’environnement et des droits fonciers. En 2016, au moins 200 d’entre eux ont été assassinés dans le monde, battant le triste record de 2015 (au moins 185 morts). A ce jour, en 2017, déjà 98 morts ont été répertoriés. Et encore, «il s’agit de la pointe émergée de l’iceberg, le chiffre réel est sans doute bien plus élevé» puisque nombre de meurtres ne sont pas signalés, souligne l’ONG britannique Global Witness, qui a publié jeudi son rapport annuel sur le sujet.

Lire la suite (liberation)

 

Voici une preuve, sinon LA preuve, que l'économie mondialisée n'a et n'a jamais eu aucun respect du monde qu'elle veut diriger : seuls ses intérêts comptent. Ce ne sont que des cambrioleurs de la planète doublés d'assassins sans vergogne pour arriver à leurs fins.

A noter que l'écologie est le seul vrai obstacle à cette mondialisation destructrice.

* Le titre est équivoque, volontairement. Défendre l'environnement, c'est s'exposer dans nombre de pays aux menaces de mort sinon au passage à l'acte des terroristes de la bien-pensance officielle (le productivisme à tout prix).

13/07/17 La sixième extinction de masse des animaux s’accélère .

 

Laissez nous vous présenter nos conclusions avant la lecture de cet article du Monde :

"La moitié des animaux vertébrés ont disparu depuis 50 ans" alors que des économistes fous prétendent nourrir une planète de 10 ou 12 milliards d'humains. Ils oublient de dire que même avec 1 milliard de gens qui ont faim et 2 autres milliards dans une pauvreté chronique, on consomme plus de 3 planètes. Si c'était faisable, ce serait au prix de l'élimination de la quasi totalité de la vie sauvage, c'est à dire des régulateurs : plus de charognards pour faire disparaître les cadavres porteurs de maladies, plus d'insectes pollinisateurs, etc. etc.. Ce serait signer la disparition de l'humanité à court terme juste après.

En fait, nous ne produisons globalement pas de richesse, nous substituons la notre en volant et détruisant celle du reste du vivant.
 

Article du Monde (extrait) :

C’est ce qu’ils nomment « un anéantissement biologique ». Dans une étude très alarmante, publiée lundi 10 juillet dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), des chercheurs américains et mexicain concluent que les espèces de vertébrés reculent de manière massive sur Terre, à la fois en nombre d’animaux et en étendue. Une « défaunation » aux conséquences « catastrophiques » pour les écosystèmes et aux impacts écologiques, économiques et sociaux majeurs.
... Cette fois, les chercheurs ont cherché à quantifier le déclin non plus du nombre d’espèces mais des populations, c’est-à-dire des groupes d’animaux sur un territoire.
... ils ont examiné les évolutions des populations de 27 600 espèces de mammifères, oiseaux, reptiles et amphibiens terrestres, réparties sur les cinq continents, en utilisant la base de données de la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui constitue l’inventaire mondial le plus complet de l’état de conservation de la biodiversité. Ils ont également passé à la loupe, plus spécifiquement, 177 espèces de mammifères, pour lesquels ils avaient des données sur l’aire de répartition entre 1900 et 2015.
... « La réelle ampleur de l’extinction de masse qui touche la faune a été sous-estimée : elle est catastrophique », jugent-ils. Au total, 32 % des espèces étudiées déclinent en termes de population et d’étendue. Plusieurs mammifères qui se portaient bien il y a une ou deux décennies sont maintenant en voie de disparition.

En 2016, la planète ne comptait que 7 000 guépards et 35 000 lions africains (− 43 % depuis 1993). Les populations d’orangs-outans de Bornéo ont chuté de 25 % ces dix dernières années, pour atteindre 80 000 individus, tandis que celles de girafes sont passées de 115 000 spécimens en 1985 à 97 000 en 2015. Celles de pangolins ont été décimées.


30 % des espèces en déclin sont communes, ce que l’on sait moins, c’est que près de 30 % de ces espèces en déclin sont considérées comme communes.

Lire la suite (mobile.lemnde)

03/07/17 Le Brésil, un pays qui suicide ses terres et agriculteurs.

 

Nous nous exprimons rarement à propos de politiques agraires, hormis l'accaparement des terres du tiers monde. Ici, c'est tout un pays, une société qui basculent peut-être vers la guerre civile ou des dégâts irréparables. L'article est clairement "de gauche" et pas trop axé écologie, tant pis, mais il explique ce qui peut se passer dans un futur pas très lointain dans bien d'autres pays.

 

Les grands propriétaires terriens ont toujours été très influents au Brésil. Mais leurs tentatives de détruire la forêt amazonienne au profit de l’agro-business et de rétablir une forme de travail forcé pour les plus pauvres avaient été jugulées pendant dix années de gouvernement de gauche. La destitution, il y a un an, de la présidente Dilma Roussef a libéré leurs ardeurs. Les députés « ruralistes » sont en train de démanteler toutes les lois et institutions préservant l’environnement et défendant les droits des plus pauvres, avec la complicité du président conservateur Michel Temer. En parallèle, les assassinats de militants sans-terre se multiplient dans les campagnes, en toute impunité. Une quasi « situation de guerre civile » larvée, analysée par Laurent Delcourt, chercheur au Cetri.

Les faits, d’une violence inouïe, sont à peine relayés par les grands médias nationaux.

Lire la suite (jdle)

17/06/17 Les assurances se lancent dans la défense de l'environnement. Intérêts bien compris !

 

Ne croyez pas que les assurances versent dans l'écologie mais quelquefois des démarches très différentes (finances, protection de la planète) arrivent à faire cause commune ! Ne nous plaignons pas.

 

Voici l'exemple de la Lloyd :

 Face au réchauffement climatique, comment empêcher que tempêtes et ouragans fassent toujours plus de dégâts matériels? La question intéresse les assureurs au plus haut point. Rédigé pour le compte de Lloyd’s, un rapport publié mardi 13 juin souligne l’intérêt d’investir dans les «infrastructures naturelles», dont les mangroves, les récifs coralliens côtiers et les marais salants.
Ces écosystèmes constituent une barrière naturelle contre les ouragans, rappelait un rapport mené pour le compte de l’assureur britannique Lloyd’s, publié en octobre 2016. Exemple dans le nord-est des Etats-Unis: lors de l’ouragan Sandy, en octobre 2012, la présence de zones humides côtières a permis de diminuer la note de 16%, pour un total de 625 millions de dollars économisés sur le New Jersey.

3% des fonds totaux
Malgré le potentiel des écosystèmes côtiers face à ces catastrophes climatiques, leur conservation fait l’objet de financements très insuffisants. Sur la période 2004-13, seuls 14 milliards de dollars ont été versés pour la préservation du littoral, contre 198 milliards pour l’érection de digues. En incluant la réparation des dégâts (216 milliards de dollars pour les assurances, 3,5 milliards d’aide internationale), ces écosystèmes n’ont ainsi obtenu que 3% des dépenses.
Comment faire mieux? Dans un rapport publié mardi 13 juin et rédigé pour le compte de Lloyd’s, des scientifiques du Center for the Blue Economy (Monterey, Californie), de l’ONG Nature Conservancy et de l’université de Santa Cruz (Californie) identifient plusieurs pistes de financement, avec des bénéfices attendus aussi bien pour la conservation des écosystèmes que pour la prévention des dégâts climatiques.

Lire la suite (jdle)

10/06/17 La fausse bonne idée ; la centrale à biomasse de Gardanne. Le tribunal administratif annule l'autorisation d'exploitation.

 

Tout aussi zinzin que la route "solaire" de notre précédente ministre de l'écologie, les fausses bonnes solutions foisonnent au nom de l'écologie. Oui une centrale électrique à biomasse peut être une bonne idée. Mais dans une région forestière, au minimum !

 

... Le tribunal administratif de Marseille a annulé jeudi 8 juin l’autorisation d’exploitation de la plus grande centrale biomasse de France, à Gardanne (Bouches-du-Rhône). Il a estimé que son exploitant n’avait pas suffisamment évalué son impact sur les forêts du Sud-Est de la France.
L’étude d’impact n’a porté que sur un périmètre de trois kilomètres autour de l’installation, alors que la centrale prévoit de brûler du bois coupé dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres, a relevé le tribunal. L’impact des rotations de camions qui alimenteront la centrale et la pollution atmosphérique (particules fines, dioxines, CO2) ont également été insuffisamment pris en compte, ont également souligné les juges.
Délivrée en novembre 2012 par le préfet des Bouches-du-Rhône, l’autorisation d’exploitation était attaquée par les parcs naturels régionaux du Verdon et du Lubéron, des communes des Alpes-de-Haute-Provence et des associations, dont France Nature Environnement.

Lire la suite (lacroix)

Jérôme Bosch, La nef des fous.

Tout sur le gaz de schiste : l'énergie du désespoir.

Bilan environnemental et sanitaire comparé des filières énergétiques

homme de lettres

De l'électricité 100% renouvelable ? C'est possible avec enercoop

Editoriaux, archives