L'écologie c'est LaVieDuBonCôté              Éditoriaux
Etre écologiste, c'est mettre son intelligence à l'épreuve du monde
 Retour Accueil "La Terre n'appartient pas à l'Homme, c'est l'Homme qui appartient à la Terre." . Ce n'est pas de la modestie mais du réalisme.
2008 : la part des énergies renouvelables dans le monde est seulement de 2,5% (hors bois de chauffage)

17/06/17 Les assurances se lancent dans la défense de l'environnement. Intérêts bien compris !

 

Ne croyez pas que les assurances versent dans l'écologie mais quelquefois des démarches très différentes (finances, protection de la planète) arrivent à faire cause commune ! Ne nous plaignons pas.

 

Voici l'exemple de la Lloyd :

 Face au réchauffement climatique, comment empêcher que tempêtes et ouragans fassent toujours plus de dégâts matériels? La question intéresse les assureurs au plus haut point. Rédigé pour le compte de Lloyd’s, un rapport publié mardi 13 juin souligne l’intérêt d’investir dans les «infrastructures naturelles», dont les mangroves, les récifs coralliens côtiers et les marais salants.
Ces écosystèmes constituent une barrière naturelle contre les ouragans, rappelait un rapport mené pour le compte de l’assureur britannique Lloyd’s, publié en octobre 2016. Exemple dans le nord-est des Etats-Unis: lors de l’ouragan Sandy, en octobre 2012, la présence de zones humides côtières a permis de diminuer la note de 16%, pour un total de 625 millions de dollars économisés sur le New Jersey.

3% des fonds totaux
Malgré le potentiel des écosystèmes côtiers face à ces catastrophes climatiques, leur conservation fait l’objet de financements très insuffisants. Sur la période 2004-13, seuls 14 milliards de dollars ont été versés pour la préservation du littoral, contre 198 milliards pour l’érection de digues. En incluant la réparation des dégâts (216 milliards de dollars pour les assurances, 3,5 milliards d’aide internationale), ces écosystèmes n’ont ainsi obtenu que 3% des dépenses.
Comment faire mieux? Dans un rapport publié mardi 13 juin et rédigé pour le compte de Lloyd’s, des scientifiques du Center for the Blue Economy (Monterey, Californie), de l’ONG Nature Conservancy et de l’université de Santa Cruz (Californie) identifient plusieurs pistes de financement, avec des bénéfices attendus aussi bien pour la conservation des écosystèmes que pour la prévention des dégâts climatiques.

Lire la suite (jdle)

10/06/17 La fausse bonne idée ; la centrale à biomasse de Gardanne. Le tribunal administratif annule l'autorisation d'exploitation.

 

Tout aussi zinzin que la route "solaire" de notre précédente ministre de l'écologie, les fausses bonnes solutions foisonnent au nom de l'écologie. Oui une centrale électrique à biomasse peut être une bonne idée. Mais dans une région forestière, au minimum !

 

... Le tribunal administratif de Marseille a annulé jeudi 8 juin l’autorisation d’exploitation de la plus grande centrale biomasse de France, à Gardanne (Bouches-du-Rhône). Il a estimé que son exploitant n’avait pas suffisamment évalué son impact sur les forêts du Sud-Est de la France.
L’étude d’impact n’a porté que sur un périmètre de trois kilomètres autour de l’installation, alors que la centrale prévoit de brûler du bois coupé dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres, a relevé le tribunal. L’impact des rotations de camions qui alimenteront la centrale et la pollution atmosphérique (particules fines, dioxines, CO2) ont également été insuffisamment pris en compte, ont également souligné les juges.
Délivrée en novembre 2012 par le préfet des Bouches-du-Rhône, l’autorisation d’exploitation était attaquée par les parcs naturels régionaux du Verdon et du Lubéron, des communes des Alpes-de-Haute-Provence et des associations, dont France Nature Environnement.

Lire la suite (lacroix)

06/06/17 Quand nous serons les arbres, les roches, et les oiseaux.

 

(Sur Reporterre)

Et si le monde et ses dirigeants adoptaient l’animisme des Indiens d’Amazonie ? Dans son dernier livre, « Petit Traité d’écologie sauvage », le dessinateur Alessandro Pignocchi fait émerger un univers fascinant qui bouleverse notre façon de voir?

... Il m’arrive même de croire que la nature existe en dehors de moi, de nous, que je suis tellement spécifique que les êtres de chair, de plume et de paille sont des sortes d’objets étrangers. Il m’arrive de croire que le temps que nous vivons est le plus important qui soit, et que nous disposons d’un savoir plus grand que celui de tous nos ancêtres. Il m’arrive d’être tellement dans mon Moi et dans l’Homme que j’oublie le cosmos, le mystère du temps, l’insondable de la vie, le chatoiement des espaces. Heureusement, des livres comme celui d’Alessandro me ramènent à… la raison, pas celle de Descartes, mais la raison du monde qui vibre dans une myriade de résonances et de relations.

Lire la suite (reporterre)

02/04/17 A propos d'immigration.

 

Friedrich, ce migrant allemand qui a changé le destin de l’Amérique
By: Bill Strain - CC BY 2.0

La petite histoire d'un migrant allemand, au 19e siècle, qui affrontera les déconvenues et les coups du sort pour finalement réussir et construire l'Amérique d'aujourd'hui...

Friedrich est né à Kallstadt, dans le royaume de Bavière, le 14 mars 1869. À la mort de son père, Johannes, alors qu’il n’a que 8 ans, c’est sa mère, Katharina, et ses cinq frères et sœurs qui héritent des vignes familiales et d’un bon paquet de dettes.

Katharina, jugeant Friedrich trop chétif pour le dur labeur des champs, décide d’en faire un barbier. Mais ce n’est pas à Kallstadt, modeste bourgade de mille âmes, que le garçon pourra exercer son art et ce, d’autant plus que l’âge de la conscription dans l’armée impériale allemande approche. Friedrich, qui n’a alors que 16 ans, décide d’émigrer aux États-Unis. ...

La suite vous surprendra certainement !

Lire la suite (contrepoints)

10/03/17 Les perturbateurs endocriniens, un enjeu majeur du 21ème siècle.

 

A Bruxelles, siège de l'Union Européenne et depuis 3 ans se livre une bataille entre chimistes et industriels d'un côté et les défenseurs d'une vie saine de l'autre. Dont les écologistes. Cette bataille concerne la définition de ce qu'est un perturbateur endocrinien. Pour nous, c'est une molécule chimique qui interagit avec les hormones, avec les conséquences avérées ou soupçonnées (principe de précaution).

Voici un article, de Reporterre, qui vous explique tout le travail des lobbies pour vider de sens cette définition. Voici quelques perles des lobbyistes :

- les pesticides spécialement conçus pour être des perturbateurs endocriniens seraient exclus de la définition. « C’est absurde ! C’est comme si on interdisait les armes à feu, sauf celles conçues pour tuer les gens », répond F Veillerette.

- demander des études d'impact, afin de retarder la création d'une législation de plusieurs années. Et pendant ce temps là, les ventes continuent.

- Elles emploient des scientifiques qui écrivent des articles publiés dans la littérature scientifique et qui minimisent le danger d’un produit. C’est très pratique pour mettre en pièce jointe d’un courriel à un décideur qui ne fait pas la différence entre un article écrit par des scientifiques indépendants ou de chez Gradient. ...

 

De notre côté, nous vous encourageons à manger bio et, à défaut, ne pas acheter d'aliments déjà préparés (plats cuisinés, mais aussi produits "miracles" de traitement divers : peintures, produits d'entretien, etc.) et faites votre cuisine et vos préparations.

Lire la suite (reporterre)

24/02/17 Ecologie : de la parole aux actes.

 

Les élections arrivent et beaucoup de candidats se proclament "écologistes". Ceux qui ont tenu les commandes comme ceux qui voudraient bien.

Faisons une petite exception pour Yannick Jadot et voyons la situation :

- Les plans écophyto des présidences Sarkozy et Hollande sont des échecs.

- Alors que les pics de pollutions progressent, les banlieues sont ghettoïsées, l'espérance de vie commence à baisser (oui), etc.

On vous parle de temps de travail, d'augmentation du pouvoir d'achat (nous consommons 3 planètes !), de plus de policiers et de prisons, ... . Circulez, y a rien à voir !!!

 

Tous les problèmes fondamentaux sont escamotés.

La 3ème révolution industrielle est encore en cours (automatisation de la production) que la 4ème est déjà à l'œuvre : L'automatisation et robotisation des métiers du tertiaire (les plus connus sont le paiement automatique et le distributeur de billet).

Beaucoup de métiers vont disparaître et aucun politique ne présente un programme adapté à ce futur en route. Nous ne sommes pas contre la suppression du travail mais pour l'abandon du travail salarié comme référence unique du but de la vie.

La contrepartie est que nous devons penser à devenir libres (libérés des tâches de production) pour se consacrer à la création, dans tous les sens du terme (artistique, artisanale, technologique, ...), l'observation et le respect du monde, comprendre encore plus qu'apprendre, s'occuper enfin d'avoir un rythme de vie adapté, ... Tirer les leçons du passé et réparer toutes les conneries qu'on a faites.

Voila le programme que vous n'entendrez jamais.

Pour ceux que ça intéresse, l'auteur de ces lignes cotise depuis 1969, personne ne peut me/le traiter de fainéant. Mais j'ai aussi pris le temps d'apprendre et comprendre.

09/02/17 Un rhinocéros abattu au zoo de Thoiry. Un symbole du mépris de la vie au profit du mirage de l'argent.

 

Abattre un animal de 2 à 3 tonnes pour une corne (agglomération de poils, comme les ongles) soi-disant aphrodisiaque etc., etc. Quelle bêtise !!!

Si seulement cela s'arrêtait là, ce serait de la bêtise ordinaire, insoutenable mais ordinaire. Le problème est que cette corne vaut 50 000 € le kilo, soit une fortune pour peu de risques, un parc zoologique n'est pas protégé comme une banque.

ALors nous ne sommes plus dans la bêtise mais dans l'ignoble : détruire ce qui est rare (ici, un rhino blanc) pour l'appât du gain est devenu le symbole de notre société.

Notre "civilisation" fait des tonnes de lois contre les petits malfrats à 4 sous car notre pays ne sait pas s'occuper de ses citoyens délaissés mais oublie mi

20/01/17 Pourquoi les faits ne suffisent pas à convaincre les gens qu’ils ont tort.

 

Le titre ferait/serait facilement l'objet d'une thèse en psychologie. L'article qui suit n'a pas cette prétention, alors ce sera à vous de faire le reste du chemin.

 

Les sciences cognitives expliquent pourquoi il est plus facile de nier les preuves factuelles que de renoncer à ses croyances. Michael Shermer.

Avez-vous déjà rencontré des gens qui changent d’avis quand vous leur exposez des faits qui sont contraires à leurs convictions ? Moi jamais. Pire, les gens semblent renforcer leurs croyances et les défendre avec acharnement quand il y a des preuves accablantes contre elles. L’explication est liée au fait que notre vision du monde nous semble menacée par des preuves factuelles qui ne vont pas dans son sens.
Les créationnistes, par exemple, contestent les preuves de l'évolution comme les fossiles ou la génétique parce qu'ils s'inquiètent que des forces séculières empiètent sur la foi religieuse. Les anti-vaccination se méfient des firmes pharmaceutiques et pensent que l'argent corrompt la médecine.

... Dans leur livre Les erreurs des autres. L'autojustification, ses ressorts et ses méfaits, publié en 2007, les deux psychologues sociaux Carol Tavris et Elliot Aronson (un ancien étudiant de Festinger) documentent des milliers d'expériences démontrant comment les gens déforment et sélectionnent les faits pour les adapter à leurs croyances préexistantes et réduire leur dissonance cognitive.

... Dans une série d'expériences, Brendan Nyhan, de Dartmouth College, et Jason Reifler, de l'Université d'Exeter, ont identifié un second facteur, connexe, qu'ils ont nommé « effet rebond » (en anglais, backfire) : corriger les erreurs factuelles liées aux croyances d’une personne n’est pas seulement inefficace, mais cela renforce ses croyances erronées, car « cela menace sa vision du monde ou l’idée qu’elle se fait d’elle-même ».

... Que pouvons-nous faire pour convaincre les gens que leurs croyances sont erronées ? Selon mon expérience empirique, on peut adopter le comportement suivant :
- Mettre ses émotions de côté.
- Discuter, ne pas attaquer (pas d’attaque ad hominem ni de point Godwin).
- Ecouter attentivement et essayer de d'analyser la position de votre interlocuteur avec précision.
- Montrer du respect.
- Reconnaître que vous comprenez pourquoi quelqu'un peut soutenir cette opinion.
- Essayer de montrer comment changer de vision des faits n’implique pas nécessairement de changer de vision du monde.

Ces stratégies ne fonctionnent pas toujours pour convaincre les gens de changer de point de vue, mais en ces temps où il est devenu si courant de s’affranchir de la vérité dans le débat public, cela pourrait au moins aider à réduire les dissensions inutiles.

 

Voici donc bien un des "pourquoi" l'écologie ne décolle pas dans les têtes, cela chamboule toutes nos certitudes d'humains "maîtres du monde". Malgré de bonnes intentions de façade, et nous le constatons depuis plus de 10 ans, les politiques n'arrivent pas, tels des drogués, à se départir des vieux mythes de la croissance, de la productivité, des produits chimiques, etc. ainsi que beaucoup d'autres âneries (que je nommerai pas de peur de vexer nombre d'entre vous, surtout si vous êtes en train de rigoler à propos des "croissancistes").

Lire la suite (pourlascience)

28/01/17 Notre défi, 100 % de sobriété énergétique en 2050.

 

Non, nous ne ferons pas de rubrique "élections", thème que nous laissons aux différents partis écologistes et autres, sinon nous aurions à publier 10 ou 20 articles par semaine (et ce site est intégralement bénévole). Nous savons qu'elles auront un impact sur la prise de conscience écologique et c'est uniquement sur ce point que nous publierons des articles. En voici un, de Michel Sourouille :

 

Selon le scénario Négawatt de 100 % d'énergie renouvelable en 2050, le défi le plus difficile à surmonter est la réduction de la consommation, qui suppose des évolutions sociétales drastiques et des réorganisations industrielles extraordinaires. La recette du côté de la demande d'énergie ? La sobriété énergétique (lutte contre les gaspillages, adoption de modes de vie plus économes), et l’efficacité énergétique (amélioration des performances des logements, transports ou équipements). Ensemble, ces deux leviers permettraient de diviser par deux la consommation totale d’énergie en 2050. Un objectif ambitieux, voté par les parlementaires dans la loi de transition énergétique promulguée en août 2015. Du côté de l'offre d'énergie, l'objectif est aussi difficile à atteindre. Fin 2015, la part des renouvelables était de 14,9 % en France, la loi de transition énergétique prévoyant seulement de monter à 32 % en 2030. Et, si l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a elle aussi élaboré un scénario « 100 % renouvelable », celui-ci ne porte que sur la partie électrique, soit un quart du bouquet énergétique global de la France*.

Notons que la sobriété énergétique est totalement absente des différents programmes des présidentiables 2017.

Difficile pour un politique d’expliquer à ses électeurs qu'ils vont devoir se serrer la ceinture, prendre moins souvent la voiture, aller moins loin en vacances et se chauffer modérément en hiver. Même le scénario négawatt ménage les consommateurs en ne prévoyant pas la sortie de la voiture individuelle, mais un « parc de véhicules entièrement converti à l’électricité ou à des moteurs hybrides électricité-gaz. »
Pourtant, dans le Manifeste négaWatt de 2012, on indiquait déjà clairement que la notion de sobriété invite à nous interroger personnellement sur nos besoins, sur leur importance réelle ou supposée, ainsi que sur les priorités que nous pouvons établir entre eux. Il faudrait que chacun d'entre nous établisse une hiérarchie qui passe des besoins vitaux aux essentiels, puis indispensables, utiles, convenables, accessoires, futiles, extravagants et inacceptables. Chacun devrait se livrer à l’exercice en famille ou au travail, de façon à prendre conscience de l’impact de tel ou tel achat ou comportement. Il s’agit de faire jouer à plein ce qui est la contrepartie indissociable de notre liberté : notre responsabilité ! Prenons l’exemple de nos besoins de mobilité individuelle. Le principe de sobriété nous incite à les réduire en essayant de nous rapprocher de notre lieu de travail. Nous pouvons aussi recourir à un mode doux de déplacement, marche, vélo, rollers, trottinette… La sobriété dimensionnelle nous incite à éviter toute surpuissance inutile dans le choix d’un véhicule. La sobriété coopérative repose sur la mise en commun pour réduire les besoins : mutualisation des équipements, auto partage, covoiturage, auto-stop. La sobriété d’usage consiste à limiter le niveau et la durée d’utilisation d’un appareil, conduite douce par exemple. Bien entendu la sobriété ne s’applique pas qu’à nos comportements individuels, elle doit guider nos choix collectifs, notamment l’aménagement de l’espace. Rien ne sera possible sans une adhésion pleine et entière de tous nos concitoyens.

Pour conclure avec Thierry Salomon, vice-président de l’association négaWatt : « Chaque année d’atermoiement obère notre avenir climatique et énergétique. »

* LE MONDE du 26 janvier 2017, La France pourrait produire 100 % d’énergie renouvelable en 2050.

Lire la suite (biosphere)

25/01/17 Démographie, la vérité qui dérange.

 

Vivre moins nombreux pour que tout le monde puisse tout simplement vivre. Tout pacte écologique devrait sous-tendre l'idée d’un pacte antinataliste.
Homo sapiens est la pire espèce invasive. Tant que la flore et la faune poursuivront leur rythme effréné d’extinction conférée, toute création supplémentaire d'un d'entre nous reste injustifiable. Il faut quelque chose de plus qu’un couple pour faire un enfant, il faut au moins une Planète viable. 
Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_1494.php

Vivre moins nombreux pour que tout le monde puisse tout simplement vivre. Tout pacte écologique devrait sous-tendre l'idée d’un pacte antinataliste.
Homo sapiens est la pire espèce invasive. Tant que la flore et la faune poursuivront leur rythme effréné d’extinction conférée, toute création supplémentaire d'un d'entre nous reste injustifiable. Il faut quelque chose de plus qu’un couple pour faire un enfant, il faut au moins une Planète viable.

 

Explication : on vous dira que les chinois, les indiens, .... etc. et blabla. Sans doute, mais c'est oublier qu'un français consomme autant que 100 ou 200 indiens des campagnes.

Si on "économise" la naissance d' 1 000 000 de petits indiens, il faudrait économiser la naissance de 10 000 petits français pour obtenir le même résultat. Donc, l'un ne doit surtout pas empêcher l'autre.

(la suite de l'article est beaucoup plus détaillé et argumenté)

Lire la suite (notreplaneteinfo)

14/01/17 "Moi président, je ferai en sorte que l'humanité cesse de saccager sa planète" (Hubert Reeves).

 

Hubert Reeves, astrophysicien, voudrait, si il était élu président que l'humanité cesse de saccager sa planète. "C'est devenu un problème majeur dont nous pourrions souffrir terriblement"; dit-il.
"Il y a eu recemment une excellente mesure qui a été prise, celle d'avoir cette Agence française de la biodiversité. Je suis également président d'honneur d'une association qui s'appelle humanité et biodiversité. Elle s'occupe des abeilles, des vers de terre,de tous ces éléments qui ne semblent pas très importants mais qui, dans le fond, sont vitaux. Si on continue à détruire les insectes, c'est toute la possibilité de se nourrir qui est en péril", ajoute l'astrophysicien.
"Si on ne s'occupe pas de l'environnement, c'est l'économie elle-même qui s'effondre" conclut Hubert Reeves.

Ecoutez l'interview ci après :

Lire la suite (francetvinfo)

12/01/17 Deux candidats écolos à l'élection présidentielle, leur programme.

 

Encore 2 candidats écolos ! Certains partiraient dans de longs discours pour accréditer l'un et discréditer l'autre. Pas nous, notre vocation est d'informer et c'est vous qui forgez votre opinion.

Contentons nous de dire que François de Rugy (qui se présente aux primaires de la gauche) pense à une écologie réformatrice dans le cadre d'un gouvernement plutôt à gauche.

Tandis que Yannick Jadot plaide pour une écologie plus indépendante des partis traditionnels.

Il est vrai que ces derniers n'ont pas de quoi nous faire vibrer ? F de Rugy pense certainement qu'on peut quand même y arriver.

Nous n'aborderons pas le sujet des différents autres candidats qui empruntent à l'écologie : pour eux, cela ressemble à sauter en marche dans le train, même s'il y a une certaine sincérité.

Voici les liens vers leur programme et quelques commentaires :

Lire la suite (derugy2017)

Lire  (F de Rugy, Les Echos)

Lire la suite (avecjadot)

Lire  (Y Jadot, Le Monde)

03/01/17 Le manque de neige en montagne, l'exemple idiot du Grand Bornand.

 

Les vacances ont débuté le 16 décembre et la neige n’est pas au rendez-vous dans la station du Grand-Bornand (Haute-Savoie). Seuls des névés subsistent de la neige tombée en novembre. Le soleil brille jour après jour et la température à l’ombre varie entre 8°C à 14°C au plus chaud à 1.300 m d’altitude. La température nocturne ne descendant pas sous les - 2°C, les canons à neige ne sont pas d’un grand secours. Les quelques mètres carrés de neige projetée en désespoir de cause fondent quasiment dans la journée.
Toute une industrie est menacée de faillite quand la neige fait l’école buissonnière. Impossible de skier, donc, même à 2.000 mètres d’altitude. Adieu ski, touristes, location de matériel, chiffre d’affaires pour la restauration d’altitude ; adieu revenus pour les saisonniers des remontées mécaniques et les moniteurs de ski, vente vestimentaire et location immobilière.

Lire la suite (reporterre)

22/12/16 Né en 2010, combien lui reste-t-il à consommer ?

 

Pour faire simple et à un prix "normal" ou à peu près :

à 30 ans, en 2040, plus de cuivre ou de pétrole ou d'uranium et plus de plomb depuis 10 ans.

20/12/16 Quand les régions coupent les vivres aux associations qui œuvrent pour l'environnement.

 

Nous le savions depuis 7 ou 8 ans : "l'écologie ça commence à bien faire !". Ces exemples sont des coups d'essai pour ce qui va (essayer de) se faire pour les années à venir, c'est casser le thermomètre qui vous indique la fièvre de notre planète.

 

Voici ce qui se passe en Rhône Alpes Auvergne : le président de région coupe les crédits pour les affecter aux chasseurs (leur budget est multiplié par 40).

Lire (libreinfo74)

Et en Bretagne : L’association Bretagne vivante ne recevra pas cette année du département la subvention habituelle de 55 000,00 €. Florence Prunet, élue d’opposition, s’est élevée, jeudi à Vannes, lors de la session du budget départemental, contre cette décision : « Bretagne vivante a un véritable rôle de sentinelle et d’ambassadeur de la nature et de l’environnement sur l’ensemble de la Bretagne et du Morbihan. Elle a développé des compétences et un réseau de 120 sites protégés. Bretagne vivante intervient en écoresponsabilité dans la gestion des marais de Séné, des tourbières de Sérent. »
"Du bon sens" ? François Goulard a répliqué : « Il s’agit de bon sens, nous ne pouvons subventionner des personnes qui nous assignent en Justice devant le tribunal administratif, comme pour le plan des déchets.

Lire (ouestfrance)

13/12/16 Elections présidentielles : les 5 travaux d'Hercule qui attendent le prochain président.
 
Je ne sais pas pour vous, mais je ne sais comment on peut vouloir la place !
Mon avis personnel est qu'on n'est plus à l'époque de machines à vapeur et que toutes les théories politiques datent de cette époque. Et, Anne ma seur Anne, je ne vois rien venir : pas de candidat proposant une économie cessant d'avoir la croissance comme seul moyen de se tirer d'affaire. Sauf peut être Yannick Jadot.
Pour le reste, voici 5 indicateurs :
- Le premier, le chômage bien entendu
- l’état des finances publiques
- la croissance potentielle
- la balance commerciale
- la montée des inégalités
les détails ci après :

Lire (lasyntheseonline)

21/09/16 Les ONG de l'environnement interpellent les candidats à l'élection présidentielle.

 

"Après moi le déluge", c'est la devise de nombreux candidats alors que tous les voyants de la planète passent au rouge les uns après les autres. C'est fou !!!

Certains partis lancent, directement ou indirectement, des sites internet "écolos" de promotion des OGM, anti agriculture bio, etc. etc. (mais on ne vous y renvoie pas), il n'est plus question de programmes, d'avenir de nos enfants et petits enfants. Juste de chasse aux voix en passant par la désinformation.

En réaction à cette situation, plusieurs organisations environnementales ont décidé de réagir.

 

Lors d’une conférence de presse tenue le 20 septembre 2016, les membres du Rassemblement pour la planète et leurs partenaires ont présenté :
- Les résultats d’un sondage exclusif qui démontre que les questions de santé et d’environnement doivent être au cœur des futures programmes et politiques publiques.
- Un appel de nos associations à l’ensemble des candidats aux primaires pour qu’ils proposent les mesures nécessaires pour protéger nos enfants des pollutions qui les menacent. Vous êtes le représentant d’une organisation nationale qui s’implique dans ces questions de santé et d’environnement? Signez l’Appel en nous envoyant un mail à nadine@generations-futures.fr et en mettant dans l’objet: « Appel – Pollution : protégeons la santé de nos enfants ! »
- Une pétition pour inciter les citoyens à interpeller les futur(e)s élu(e)s sur ce sujet de santé publique.

Lire (generationsfutures)

17/08/16 Le 08 Août, c'était l'overshoot day, le jour du dépassement.

 

C'est un signal d'alarme. L'humanité a consommé lundi 08/08 la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an et vit donc « à crédit » jusqu'au 31 décembre.

Pour la pêche, ce jour est au mois de Mai.

Imaginons que la planète est une banque, nous lui empruntons sur son capital non renouvelable pour terminer l'année et TOUS les pays du monde pensent qu'on n'aura rien à rembourser. Cette façon de faire ne va pas pouvoir durer très longtemps, sinon le FMI et les banques centrales pourraient fournir autant de billets qu'il faut à chaque humain pour vivre confortablement. Et ça se saurait.

Lire (lepoint)

30/07/16 Les plantes toxiques.
 
Ce site n'est pas politique, nous n'allons pas aborder le terrorisme par là, mais en comparant avec l'observation agricole. Tout cela ne sera pas suffisant mais permet cependant de s'interroger.
Imaginons un champ où, par inadvertance, ont été répandus des produits toxiques. Vous constateriez qu'il y pousse quand même des plantes, mais des plantes bizarres, déformées, malingres, et sans doute inmangeables, inutilisables. Personnellement, j'ai déjà observé dans ce cas des trèfles à 5 ou 7 feuilles avec des tiges tordues et malformées, et beaucoup d'autres bizarreries sur d'autres plantes. Et le tout se resème au gré des vents.
Il se trouve que partout dans le monde, nous-autres occidentaux, depuis deux ou trois siècles nous pillons, polluons -et bien d'autres choses inavouables- au nom de "La Civilisation". Alors comment s'étonner que poussent des extrêmismes bizarres, tordus, toxiques là où nous apportions notre avidité de richesses à bon marché. Et nous avons laissé des ruines. Et des populations et des gens qui sont devenus bizarres, à 5 ou 7 feuilles, malades et épuisés, dont les pires commettent les pires choses.
Le remède que l'on veut appliquer, c'est de bombarder tout ça en espérant que tout va ensuite pousser "droit". Permettez moi d'avoir des doutes.

Petit rappel : dans une guerre les premières victimes ne sont pas les humains mais la faune, la flore et les sols (qui permettent aux humains de vivre).

28/07/16 La cathédrale et le bazar. Un texte quasi écolo sur Linux.

 

C'est les vacances, on vous propose de pêcher un gros poisson :

Linux est l'autre système d'exploitation que l'on peut installer sur un ordinateur, l'alternative à Windows. Mais gratuite et puissante.

En quoi est-elle écolo ? Par la façon dont ce système a été construit : tout le monde participe (Windows : des programmeurs chers payés et vous, vous achetez cher). Or, l'auteur, E.S. Raymond, pensait qu'on ne pouvait déboucher que sur un foutoir, un bazar. Et c'est mieux que la cathédrale Windows !!! Une autre conception du monde.

Voici, c'est une belle histoire qui se lit comme un roman policier :

 

Le style de développement de Linus Torvalds (initiateur de Linux) - distribuez vite et souvent, déléguez tout ce que vous pouvez déléguer, soyez ouvert jusqu'à la promiscuité - est venu comme une surprise. À l'opposé de la construction de cathédrales, silencieuse et pleine de vénération, la communauté Linux paraissait plutôt ressembler à un bazar, grouillant de rituels et d'approches différentes (très justement symbolisé par les sites d'archives de Linux, qui acceptaient des contributions de n'importe qui) à partir duquel un système stable et cohérent ne pourrait apparemment émerger que par une succession de miracles.
Le fait que ce style du bazar semblait fonctionner, et bien fonctionner, fut un choc supplémentaire. Alors que j'apprenais à m'y retrouver, je travaillais dur, non seulement sur des projets particuliers, mais encore à essayer de comprendre pourquoi le monde Linux, au lieu de se disloquer dans la confusion la plus totale, paraissait au contraire avancer à pas de géant, à une vitesse inimaginable pour les bâtisseurs de cathédrales.

 

Lire (linux-france)

15/07/16 Leur seul justificatif à la destruction de la planète : "on va créer des emplois".

 

Pour le centre d'enfouissement de Bure (projet Cigéo voir en page "Nucléaire"), pour l'aéroport NDDL, pour une mine d'or en Guyane (ci-dessous), le seul argument qu'on entend depuis 20 ans, c'est "créer des emplois". Histoire d'essayer de garder les syndicats dans sa poche, de maintenir l'illusion de la croissance. Ce sont les discours, la triste réalité est "comment faire encore du fric" accompagné de "après moi le déluge".

 

Pour la Guyane, on voit grand pour une mine d'or :

En 2011, la Columbus Gold, boîte canadienne junior -on va expliquer, c’est très malin-, achète huit concessions minières en Guyane. L’une des huit se trouve à 80 km au sud de Saint-Laurent-du-Maroni, au-dedans d’un lieu appelé la Montagne d’Or. Il y aurait 155 tonnes d’or planquées, peut-être le double. Miam.
Pour récupérer la mornifle, il faudra creuser une fosse d’au moins 2,5 km de long, de 600 à 800 mètres de largeur, de 200 à 250 mètres de profondeur. Compter 460 millions de tonnes de roches à broyer, au bas mot, car on récupère au mieux qu’1,5 gramme d’or par tonne. Prévoir également de gros besoins d’énergie et d’électricité. Disons l’équivalent de ce que consomme la capitale, Cayenne, en un an.

La Columbus Gold ne fait qu’explorer, avant de refiler le bébé au vrai bénéficiaire, la Nordgold, sise à Moscou. Nordgold est seule capable d’exploiter et d’ouvrir les entrailles de Guyane. Et elle est, en plus, entre des mains charmantes. ...

Lire (reporterre)

L'auteur de l'article demande de relayer, nous le faisons de tout cœur.

08/07/16 Un projet alternatif à NDDL vient de naître : installer l'aéroport là où on a voté "oui".

 

C'est tout bête : au moins on n'est sûr qu'il n'y aura pas de contestation (même si cet aéroport restera un grand projet inutile) !

 C'est pourquoi, il semble qu'une solution alternative soit le déplacement du projet vers Nozay, Abbaretz ou encore Treffieux. Ce nouvel emplacement permettrait de raviver le dynamisme dans ces régions essentiellement agricoles tout en préservant le site remarquable de Notre Dame des Landes. En outre, le projet se rapproche de Rennes qui, avec Nantes, est un autre grand pôle régional d'activité, ainsi que de Chateaubriand et de Redon, territoires également favorables à l'aéroport.

Les atermoiements autour de ce projet ont assez duré ! Il est temps que le département de Loire Atlantique se saisisse du dossier, et permette enfin aux habitants qui le désirent de s'approprier leur nouvel aéroport, sans nuire à ceux qui ont également marqué leur réprobation nette au projet.

Signer la pétition :

Lire (mediaweb)

02/07/16 Le barrage de Sivens est bien illégal, et il a fallu un mort pour qu'on se penche sur le problème.

 

Le barrage n'était pas d'utilité publique : juste pour permettre à une poignée de maïsiculteurs de faire plus de maïs. Et on a envoyé l'armée tuer Rémi Fraisse, après les coups bas contre les opposants occupant le site.

les trois arrêtés fondateurs du projet sont annulés. Ils avaient été attaqué en octobre 2013 par plusieurs associations environnementales opposées au barrage de Sivens, dont le collectif Testet. La justice suit ainsi les conclusions du rapporteur public présentées lors de l’audience du 24 juin dernier

Première et plus notable de ces annulations : la déclaration d’utilité publique, (DUP) du 2 octobre 2013. Elle avait donné le feu vert pour l’ensemble des travaux du barrage. Cette décision outrepassait déjà la loi puisqu’elle ne respectait pas les réserves des commissaires enquêteurs qui donnèrent un avis favorable au projet. Dans leurs conclusions sur cette DUP, les juges administratifs présentent une démonstration implacable contre le projet et donnent raison sur tous les points soulevés depuis le début par les opposants : un projet inutile, destructeur et surdimensionné.

(Reporterre, Lire)

Lire aussi (francetvinfo)

 

Nous vivons un monde de violence, y compris de violence institutionnelle quand les élus servent des intérêts particuliers. Qui, de ceux qui sont la cause directe ou indirecte de la mort de Rémi, pacifiste (Lire), vont baisser la tête de honte ?

Certains diront que le problème aurait pu être résolu beaucoup vite, dès le début, si untel ou untel avait fait .... Peut-être, mais ce n'est pas notre rôle de mettre le doigt dans cet engrenage. Et cette décision judiciaire n'est pas une victoire, c'est une tristesse immense car personne ne reverra jamais Rémi.

24/06/16 Pourquoi les députés refusent-ils de taxer l'huile de palme ?

 

Il était question de taxer l'huile de palme, dont la culture est responsable de la disparition de orang outans, à même hauteur que l'huile d'olive (environ 189€ la tonne).

Le refus est motivé par la vente de satellites, airbus, etc. Mais savez-vous à quoi sert l'huile de palme ? A remplacer d'autres huiles plus chères et moins mauvaises à la santé ? Oui, mais aussi : 48% de cette huile est destinée à être incorporée aux agro-carburants.

Et ça, ils oublient de vous le dire : on massacre la planète, sa faune et sa flore, dans le Sud-Est asiatique ou en Afrique pour que les petits européens puissent continuer de polluer en voiture !

Et si on y regarde bien, plus une tragédie est loin, moins elle nous touche, c'est vrai pour les famines, les guerres, les catastrophes. Si on cultivait l'huile de palme en France à faire disparaître écureuils, pics-verts, chevreuils et sangliers, paysages, la moitié du pays serait dans la rue.

Lire taxation huiles  (douane)

Lire la suite (bioalaune)

 

Pour être honnête, il faut citer un partisan de la non taxation, avec quelques arguments valables car cette huile s'insère dans le système mondial des huiles alimentaires. Les choses ne sont pas simples.

Lire la suite (scienceetavenir)

22/06/16 2015 a été la pire année pour les meurtres de défenseurs de la terre et l'environnement -les gens qui luttent pour protéger leurs terres, les forêts et les rivières.

 

Plus de trois personnes ont été tuées par semaine en 2015 la défense de leurs terres, les forêts et les rivières contre les industries destructrices. Pour notre nouveau rapport sur ​​un terrain dangereux , nous avons documenté 185 exécutions dans 16 pays - de loin le plus lourd tribut annuel de décès au dossier et plus que doubler le nombre de journalistes tués dans la même période.
Ces chiffres sont choquants, et la preuve que l'environnement est en train de devenir un nouveau champ de bataille pour les droits de l'homme. Dans toute l'industrie mondiale pousse toujours plus profondément dans un nouveau territoire, tirée par la demande des consommateurs pour des produits tels que le bois, les minéraux et l'huile de palme. De plus en plus les communautés qui prennent position se retrouvent dans la ligne de tir de sécurité, les forces de l'Etat des entreprises privées et un marché en plein essor pour les tueurs à gages.

Les pays les plus touchés en 2015 ont été le Brésil (50 meurtres), les Philippines (33) et la Colombie (26).

Lire la suite  (globalwitness, en anglais)

Lire la suite (traduction)

20/06/16 L'anticonformisme et le franc-parler considérés comme maladies mentales.

 

Vous, je ne sais pas, mais il me semble qu'on vit de plus en plus dans un monde bizarre. Il n'y a plus qu'une seule façon de penser : par exemple, la loi El Khomeri "dans une économie mondialisée ...", ici(*) la 2ème vidéo, donc on est fou d'en envisager une autre ..., 1 vitre cassée dans un hôpital alors que la police avait installé une souricière à manifestants juste après, ici, et tous ceux qui tiennent une pancarte deviennent de dangereux terroristes. On pourrait vous démontrer sans peine que les forces de l'ordre sont toujours là quand des gens honnêtes manifestent (en dehors de notre sympathie ou non) et se font malmener, alors qu'ils ont étrangement absents -voire tournent la tête-, quand quelques énergumènes facilement repérables saccagent. D'autres sites le font très bien.

On peut aussi se poser la question : pourquoi un gouvernement de gauche se félicite des interventions de forces de l'ordre dont la moitié vote FN, ici.

D'une façon plus générale, quand on vous raconte des salades à longueur de médias, qu'on vous refile du Hanouna  et compagnie pour que vous vous sentiez ou deveniez intelligent, si vous pensez, dites et faites autre chose, vous êtes un malade mental, c'est officiel. Et si en plus vous êtes écolo ...

 

Est-ce que l'anticonformisme et le franc-parler sont une maladie mentale ? Selon la dernière édition du DSM-V(Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) oui.
Ce manuel identifie une nouvelle maladie mentale appelée « trouble oppositionnel avec provocation » ou TOP. Cette maladie est définie comme un « schéma continu de désobéissance, d’hostilité et de provocation » et les symptômes incluent la remise en question de l’autorité, la négativité, la défiance, la contradiction, et le fait d’être facilement agacé. ...

L’augmentation des TOP, des troubles bipolaires et des dépressions chez les enfants a été en grande partie à cause du manuel qui identifie certains comportements comme des symptômes. Un article du Washington Post a fait remarquer que, si Mozart était né aujourd’hui, il serait diagnostiqué avec un TOP et il serait médicamenté jusqu’à ce qu’il redevienne normal.

Lire la suite  (initiativecitoyenne)

 

Je me rappelle que les soviétiques étaient très forts dans ce domaine, leurs hôpitaux psychiatriques regorgeaient d'intellectuels complètement fous : ils parlaient de liberté, de pluralisme et autres trucs ignobles.

(*) je n'ai pas retrouvé une autre vidéo où la ministre indiquait clairement qu'il fallait négocier "dans le cadre de la mondialisation".

37 Juillembre 5066 (*)  Quand tout s'arrête, tout commence.

 

Les dépôts pétroliers sont bloqués de 5 mois. Certains ont même pris feu après des tirs de grenades détournés ou rebondissant sur de grands panneaux à ressorts laissés là par des plaisantins.

Quelle aubaine, petit à petit les routes désertées ont vu refleurir les vélos et tandems, les trottoirs sont trop petits pour contenir les piétons souriants et aux nouveaux mollets galbés par autre chose que des hauts talons. Il y a bien moins de fruits et légumes sans goût et lointains importés à grands frais (? tiens, c'est idiot ça) alors il a fallu semer sur les ronds points, transformer les pelouses et même les pots de fleurs devinrent des pots de légumes sur les balcons.

Beaucoup de gens ont démissionné de leur boulot à 30, 50 ou 80 km pour bosser près de chez eux. Souvent à temps partiel mais en fait à mi-temps, n'ayant plus des heures à passer dans les embouteillages. Ils apprenaient ce qu'était le temps libre puis il fallut apprendre à en profiter, l'utiliser. On commença par raccommoder les trous dans les chaussettes et les accrocs de veste ou pantalon, les habits devenaient multicolores d'abord par nécessité et ensuite par goût.

Puis des gens commencèrent à parler de leurs passions, il fallut organiser des visites d'ateliers ou des conférences. Un joyeux bazar, puis les enfants arrivèrent entendant enfin des choses intéressantes. On fit donc les conférences dans les écoles ou la salle des fêtes, les parents aussi apprenaient.

Pendant ce temps, l'herbe des parcs poussait, la pancarte d'interdiction avait disparu et les chardonnerets apparurent. Et une foule d'autres bestioles.

Il fallut penser à l'hiver et on se rendit compte que les logements étaient souvent sous-occupés, les plus grands furent partagés en deux, on faisait cuisine commune. En fait, chacun son tour on faisait la cuisine. Si des marocains cohabitaient avec des alsaciens, on inventait la choucroute au mouton, quelquefois on allait manger chez le voisin quand il y avait divergence (mais on prévoyait d'avance). Le soir, l'awélé ou la belote remplaçaient  souvent la télé ou la console de jeux.

 

Zut, ce n'est pas ça ? Non mais on aurait aimé : plus sérieusement lire ci-dessous pour ceux qui veulent, il y a des choses intéressantes dans l'article. Attention, pour moi personnellement, je ne parlerais pas de soulèvement ou de révolution, je pense que tout peut se faire dans le calme et la bonne humeur.

 Et ce week-end, c'est le congrès d'eelv. Ci dessus, c'était ma motion de participation.

Lire la suite  (reporterre)

 

* Clin d'œil à Boris Vian.

04/05/16 Greenpeace révèle le contenu du traité Tafta : un texte qui détruit l’environnement.

 

L’ONG Greenpeace publie ce lundi 2 mai, 248 pages de documents confidentiels issus des négociations opaques du projet du TTIP/Tafta (accord de libre-échange commercial entre l’Europe et les USA).

Ces textes « confirment les menaces sur la santé, l’environnement et le climat » juge Jorgo Riss, directeur de Greenpeace EU, car « ce traité mettrait les intérêts des grandes entreprises au centre du processus de décision politique et législatif au détriment de l’environnement et de la santé publique ».

Quatre principaux sujets de préoccupation :
- La protection à long terme de l’environnement est abandonnée
- Aucune place pour la protection du climat dans le TTIP
- Le principe de précaution est oublié
- Porte ouverte au lobbying des entreprises

Lire la suite  (reporterre, traduit de greenpeace, en anglais)

 

Il n'y avait pas besoin d'être mage pour le deviner : l'appât du gain remplace toutes les autres valeurs depuis bien longtemps dans ce monde qui n'a que le mot "finance" à la bouche.

26/03/16 Petit guide contre les bobards de la loi Travail.

 

Nous n'avons pas l'habitude d'aborder ce terrain, pour une raison simple : nous préférons défendre la création d'une autre société. Ce petit guide (d'Attac) aidera ceux qui sont encore trop prisonniers du monde tel qu'il est à moins se faire avoir.

 

Sommaire

Bobard no 1 : loi Travail version 2.0, une avancée sociale ?
Les mesures les plus nocives toujours bien là
Des avancées en attrape-gogos
Bobard no 2 : ce sont les patrons qui créent les emplois, il faut les rassurer
Mais de quoi dépend la création d’emplois ?
Faut-il rassurer les patrons ?
Alors qui crée des emplois ?
Que peut faire alors la collectivité ?
Bobard no 3 : la réforme facilitera l’accès des jeunes au CDI
Un CDI jetable
Des règles simples contre la précarisation
Bobard no 4 : le compte personnel d’activité est une grande avancée sociale
Une bonne idée qui se perd en chemin
Des incertitudes troublantes
Pour des droits du 21e siècle
Bobard no 5 : Les autres ont réformé et leur chômage a baissé !
Des « exemples » qui ne donnent pas envie
Que faire alors ?
Bobard no 6 : des droits sociaux et une santé toujours protégé·e·s ?
Comment faire travailler plus et payer moins ?
Des travailleurs plus pressurés et moins soignés
Une solution : réduire le temps de travail
Bobard no 7 : référendum d’entreprise : démocratie renforcée !
Un pistolet sur la tempe
La démocratie a bon dos
Bobard no 8 : pour faire face à la mondialisation, la France doit se réformer, même si c’est impopulaire
Pourquoi c’est faux
Même eux le disent
Conclusion : nous valons mieux que ça !

Télécharger le guide (pdf, 24 pages)

21/03/16 Pesticides, huile de palme, pêche profonde : les députés sont de vrais écolos mais pour plus tard.

 

30 voix contre 28. C'est le score à la mi-temps (ensuite il y aura les sénateurs), les députés ont voté l'interdiction des pesticides néonicotinoïdes  mais repoussent l'application de 18 mois. En attendant, on va fournir des masques à gaz aux abeilles ?

En fait, quel est le vrai problème ? La grande culture, c'est la monoculture de blé ou de maïs à longueur d'années sur les mêmes parcelles, immenses. Ce qui crée de fait des élevages de ravageurs !!!!

La seule solution pour les cultures est l'alternance de cultures sur des parcelles de tailles raisonnables associées à des haies permettant l'habitat de prédateurs régulateurs (mésanges, ...). En bref, un changement profond des méthodes de cultures.

 

Pour l'huile de palme, peu adaptée à l'alimentation humaine mais tellement utile (et profitable) aux investisseurs, c'est le même processus qui est à l'œuvre sur le montant de la taxe, appelée taxe nutella, elle tombe de 300 à 90€ la tonne. La santé des mômes (et de tous, c'est un produit caché sous le nom "d'huile végétale") ? On verra plus tard. Pour info : l'huile d'olive est taxée à 190€ la tonne.

 

 Le chalutage profond , celui-ci détruit pour longtemps les fonds marins, devait faire l'objet d'une interdiction. Mais sous la menace de blocage de ports, il est abandonné. Cette méthode de pêche concerne une centaine de personnes et quelques centaines de milliers d'€ de chiffre d'affaire.

 

Nos vaillants écolos d'opérette défendent une écologie qui ne gêne personne, et surtout pas les banques et lobbies. Après moi le déluge.

Lire la suite  (latribune)

19/013/16 Réfugiés, pauvreté, hébergement et 16ème arrondissement de Paris. Le voile se déchire.

 

Un fait divers nous montre toute la "solidarité" d'une partie de la population française : pas chez nous !

Ce sont les ultra riches du 16ème arrondissement de Paris qui laissent voir leur vrai visage, le problème n'est pas qu'ils soient riches mais qu'ils ne voudront jamais avoué sur quoi est bâti cette richesse : tirer bénéfice du travail des autres et plus encore si ces "autres" sont loin et n'en peuvent plus. N'oublions pas qu'être actionnaire, c'est ignorer d'ou viennent les intérêts, il faut simplement qu'il y ait beaucoup d'intérêts.

 

Revenons à nos moutons (mille pardons : loups).

Lundi 14 mars au soir, la mairie de Paris organisait une réunion publique d’information au sujet du centre d’hébergement d’urgence, qui devrait être installé d’ici l’été en lisière du bois de Boulogne, “à deux pas de l’hippodrome d’Auteuil et des jardins du Ranelagh”, d’après Le Figaro. Comme Ian Brossat, adjoint au logement, le justifie au micro d’i-Télé, “il n’est pas normal que l’essentiel des places d’hébergement à Paris soient systématiquement situées dans les quartiers populaires”. Or les riverains du très bourgeois quartier de la capitale n’en veulent pas. Non, vraiment pas.

Alors que les débats auraient du se tenir pendant deux heures entre les habitants mécontents et les représentants de la ville de Paris, ils ont été écourtés au bout de 15 minutes sur décision de Laurent Batsch, président de la faculté de Paris-Dauphine qui accueillait l’événement, pour des “raisons de sécurité”. Pour cause : tous les reporters sur place ont constaté des débordements.

Lire la suite  (konbini)

 

Exemple d'argument : "c'est Hollande qui crée les pauvres" (pas faux, mais juste une couche supplémentaire). Comment personne n'arrive-t-il à se poser la question : Comment, dans un pays qui prône l'égalité des chances -et théoriquement s'en donne les moyens- peut-il, à l'arrivée, y avoir des différences de 1 à 1 000 et plus ? Et surtout répondre à cette question.

Transposons : un agriculteur sème du blé dans un champ à peu près homogène. Si, lors de la récolte il constate quelques épis de 10 000 grains et beaucoup de 10 grains, il change de semence. CQFD.

Etre riche, très riche, devrait faire de vous une personne généreuse, très généreuse. Pas un monstre d'égoïsme.

14/03/16 Elections en Allemagne, les médias parlent de la défaite d'Angela Merckel et de la percée de l'extrême-droite. Pas de la Victoire des écolos.

 

Sur France Inter, pas un mot. Bien sûr il y a une partie de l'électorat allemand qui est très conservateur et, Angela Merckel adoptant une position plus réaliste, plus humaine, sur le calvaire des populations syriennes fuyant les bombardements, elle perd des électeurs au profit d'un parti plus égoïste.

Mais que les Verts allemands remportent les élections n'est mentionné que de façon anecdotique dans la presse (JDD, Le Figaro, ...) avec plus de 30% au Bade-Wurtemberg.

Ce qui relativise beaucoup les commentaires de la presse française.

Lire   (dna)

14/03/16 Du Planning Familial et des insultes, un petit livre récapitulatif de la bassesse humaine.

 

Le planning familial est une belle idée, en écologie on dira que c'est un moyen de s'autoréguler, de faire connaître comment faire, une façon de ne pas subir. Et parfois parer aux accidents souvent dus à l'ignorance.

Hélas, cette ignorance est entretenue par des tabous anciens hérités de cultures et religions crées ou déformées par des hommes, défendant uniquement la masculinité pour ne pas dire pire.

Dans ce contexte, un petit bout de nana commente sur son blog les déclarations de Marion Maréchal Lepen demandant la suppression du PF. Petit à petit, cela arrive à l'oreille des soutiens de cette chère Marion, ils émettent moult commentaires dignes de figurer dans une anthologie de la cacaphonie. Bref, l'inverse du siècle des Lumières expose au grand jour les dessous de la pensée des soutiens de la députée FN.

Notre bloggeuse, Klaire, a la superbe idée d'en faire un recueil pas cher dont les bénéfices iront au Planning Familial. Déjà 12 000€ en prévente, et vous, aussi envie de plonger voir ce qu'est cette merde ?

Lire   (klaire)

Lire la vidéo originale (youtube)

03/03/16 Vers un modèle altruiste.

 

Aujourd'hui, la plupart des gens pensent que le monde est égoïste, je partageais un peu ce sentiment. Et un sentiment, ça vient de l'opinion et non des faits. Il se trouve qu'une analyse des faits (ceux dont personne ne parle à la télé) est beaucoup plus optimiste. Allez, on vous laisse découvrir en 90 mn, c'est une émission d'Arte.

Lire   (youtube)

03/03/16 Donner du sens à vos idées. Il existe un site : makesense.

 

Sans doute avez-vous déjà eu une ou des "bonnes idées". Leur donner du sens veut dire les mettre en application.

Mais ne vous êtes-vous jamais posé la question "Et si quelqu'un d'autre l'avait eu avant moi ?" ou bien "Est-ce que quelqu'un a été plus loin que moi ?".

Voici un site qui va vous intéresser : Makesense. La page d'accueil vous demande vos centres d'intérêt avant d'effectuer une recherche.

Pour une 1ère visite ne remplissez rien et validez. Tous les idées en cours vont s'afficher, consultez-en quelques unes pour vous faire une idée puis revenez en page d'accueil pour vous diriger vers un projet en route. Ou créer le votre s'il n'existe pas.

 

Attention, beaucoup de projets n'en sont qu'à leurs balbutiements, à vous d'étoffer. C'est une société nouvelle qui peut en sortir !

Lire   (makesense)

29/02/16 Comment assimiler les écologistes aux terroristes : la leçon du Canada.

 

Au nom de la lutte antiterroriste, le gouvernement canadien de Stephen Harper utilise depuis des années l’appareil policier pour museler le mouvement écologiste. Il tente en ce moment de faire passer un projet de loi, dit C-51, visant notamment les écologistes qui critiquent l’industrie pétrolière. La méthode inspire discrètement les gouvernements européens.
... L’assimilation des mouvements écologistes aux mouvements terroristes est une tendance continue dans un Canada qui est à l’origine, avec les sables bitumineux de l’Alberta, d’une des pires catastrophes environnementales de la planète. Car depuis plusieurs années, le gouvernement d’Ottawa cherche à réprimer les opposants à ses projets industriels par tous les moyens disponibles.
"Nous, on a choisi des manières pacifiques de contester. Ce n’est pas parce qu’on s’assoit au milieu du chemin pour bloquer un camion qu’on est des criminels. Il faut faire la différence entre un terroriste qui va faire sauter un puits et quelqu’un qui s’asseoit pour défendre ses droits." ...

 

Etape 1 : requalifier l’ennemi
L’évolution de la définition du terrorisme qui mènera à espionner des militants anti-gaz de schiste débute au lendemain des attentats du World Trade Center.
Deux événements d’ampleur mondiale se déroulant au Canada en 2010 vont servir de laboratoires à cette nouvelle politique sécuritaire : le sommet du G20 à Toronto et les Jeux Olympiques de Vancouver.
Focalisé au départ sur al-Qaeda, l’ISU va progressivement surveiller toutes les organisations exprimant une opposition politique aux Jeux olympiques : écologistes préoccupés par la destruction d’espaces naturels pour les installations, syndicalistes protestant contre les conditions de travail, Indiens de Colombie britannique dont les terres furent rognées par les sites…

Etape 2 : frapper au portefeuille
Le deuxième volet de cette criminalisation des écologistes n’est pas le fruit d’un projet sécuritaire mais économique ...

Etape 3 : jouer la carte du “soutien étranger”
A l’origine de ces mesures, le gouvernement Harper n’a pas caché ses intentions. Au contraire : envoyés sur toutes les chaînes, les ministres ont justifié de ces mesures par des prétendus “soutiens étrangers”. En première ligne, le ministre de l’Environnement Peter Kent allait même plus loin sur CBC en mai 2012 :
"En substance, ce que fait notre gouvernement à travers le comité des finances est d’enquêter sur des rumeurs de transferts irréguliers de fonds offshore - du blanchiment, si vous préférez, le mot est approprié - au travers des organisations canadiennes qui ont un statut caritatif pour être utilisés de manière inappropriée au regard de ce statut." ...

Lire   (reporterre)

La Cop21 et NDDL nous démontre que la France suit les traces du Canada.

25/02/16 Un référendum pour NDDL ? Le minimum est de s'informer.

 

Un référendum pour un aéroport à Nantes ? Ce serait bien la 1ère fois qu'on consulte les citoyens sur un projet d'équipement. Nous a-t-on consulté pour l'aéroport St Exupéry de Lyon-Satolas, une autoroute, une ligne TGV, le Grand Paris ? Niet, et le reste non plus.

Il y a donc anguille sous roche : peut-on faire voter des gens aussi bien (ou peu)  informés que pour les projets précédents ? Bien sûr que non.

 

Nous vous renvoyons, ci-dessous, à un petit livre (3 chapitres à télécharger gratos). Ce document, NDDL la fabrication d'un mensonge d'état est l'œuvre d'une militante, donc engagé sur un seul point de vue et c'est normal, les médias officiels ne vous offrent que l'autre version.

Lire   (etatsetempiresdelalune)

05/02/16 L'erreur et la limite. Par le Pr JF Toussaint.

 

Tout d'abord une vidéo de 23 mn (Lire en page vidéo) de ce biologiste qui part de la naissance d'un enfant pour nous expliquer les records de la vie et leurs limites, puis avec les mêmes lois explique notre société, de Hussein Bolt aux discours sur la croissance des gouvernants. Magistral.

 

Dans la même veine, JF Toussaint nous offre des réflexions tour à tour alarmantes, déroutantes au rassurantes sur nos agissements sur l'environnement : L'homme peut-il s'adapter à lui-même ? (24€)

Lire  la suite (quae)

 

Bonne lecture à tous et longues réflexions en perspectives.

21/01/16 62 personnes possèdent autant que la moitié des habitants de la planète.

 

Cela semble ahurissant, la moitié des humains de cette planète, c'est 3,6 milliards d'habitants.

Imaginez un instant une forêt de 7,2 Mds d'arbres : 3,6Mds mesurent 1 mètre environ et 62 arbres mesurent 58 000 km de haut.

Reste une infime minorité elle aussi très élevée puis environ 3Mds entre 1 et 20/30m.

Aucune autre espèce que la notre n'arrive au 1/1000ème d'aberration de l'humanité.

Pas besoin de faire de longs discours sur notre société : elle est bien décidée à se suicider, à nous suicider.

Lire  la suite (presseocean)

 

Ces chiffres sont-ils fiables ? Voici un avis autorisé :

Lire  la suite (altereco+)

16/01/16 Aéroport de Notre Dame des Landes : il faut raison garder (par un géographe nantais).

 

Nous avons tous entendus les arguments des écologistes et des pro-aéroports, voici un avis qui n'est pas politicien mais d'un géographe très au fait de sa région.

 

La procédure de réalisation du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes a même été enclenchée alors qu'aucun consensus profond sur le projet n'était et n'est réellement acquis, et ce à presque tous les niveaux. ...

La piste actuelle de Nantes-Atlantique (2 900 m de long) a accueilli 48 000 mouvements d'avion et un trafic de 4 Mp en 2014. Est-elle saturée ? Pour apporter une réponse et à titre de comparaison, qu'en est-il sur d'autres aéroports ? Roissy enregistre un trafic moyen par piste de 116 000 mouvements d'avion et de 16 Mp ! (465 000 mouvements et 63,8 Mp en 2014 sur quatre pistes). À Orly, où le nombre de mouvements est contraint et limité depuis des décennies pour raison de nuisances sonores, les ordres de grandeur sont à peu près identiques : un trafic égal à sept fois celui de Nantes (28,8 Mp) et 228 000 mouvements d'avion (5 fois la valeur nantaise) ...

 

En toute logique, la perspective d'un trafic d'environ 9 Mp (d'ici 2030 ou 2050, voire 2065 selon les sources) envisagé par le projet Notre-Dame-des-Landes, c'est-à-dire un peu plus d'un doublement, ne semble donc pas non plus devoir saturer la piste actuelle. Celle-ci resterait à un niveau d'un plus de la moitié du trafic moyen actuel d'une piste de Roissy...

Lire  la suite (presseocean)

 

Eh oui, il n'y a pas d'aménagement sérieux du territoire sans l'avis d'un bon géographe.

11/01/16 Schwarzenegger, l'acteur et ancien gouverneur de Californie, nous parle de réchauffement climatique.

 

Sans doute vous êtes vous rendu compte que nous publions des avis de tous horizons sans nous occuper de leur couleur politique. Du moment que ça va dans le sens de l'écologie, et si cela gène leur camp politique ce n'est pas notre affaire (mais la leur).

 

On ne peut être plus clair, Schwarzie, comme il est appelé affectueusement outre-Atlantique, n’en a rien à faire si certains ne sont pas d’accord avec lui. Le monde, dit-il en substance, va de l’avant pour lutter contre le réchauffement climatique et pour sortir des énergies fossiles, avec lui, et sans eux.
« Je vois vos questions.
« A chaque fois que je poste sur ma page Facebook ou tweet à propos de ma croisade pour un avenir énergétique propre, je les vois.
« Il y a en toujours quelques uns d’entre vous qui demandent pourquoi on devrait s’inquiéter des températures qui augmentent, ou qui mettent en doute la science du climat.

« Je veux que vous sachiez que je vous entends. Même ceux d’entre vous qui disent que les énergies renouvelables sont une conspiration. Même ceux qui disent que le changement climatique est un mythe. Même ceux d’entre vous qui utilisez des mots à quatre lettres [NDLR : donc des jurons communs en anglais].
« J’ai entendu toutes vos questions, et maintenant j’ai moi trois questions pour vous.
« Mettons le changement climatique de côté pour un instant. En fait, supposons que vous ayez raison.
« D’abord, pensez-vous qu’il soit acceptable que 7 millions de personnes meurent chaque année de la pollution ? C’est plus que les meurtres, suicides et accidents de la route, combinés.
« Chaque jour, 19.000 personnes meurent de la pollution due aux énergies fossiles. Vous acceptez ces morts ? Acceptez-vous que des enfants dans le monde entier doivent grandir en respirant avec des masques ?

« Maintenant, ma deuxième question : pensez-vous que le charbon et le pétrole seront les carburants du futur ?
« Hormis le fait que les carburants fossiles détruisent nos poumons, tout le monde est d’accord pour dire qu’un jour ces énergies seront épuisées. Alors quel est votre plan ?
« Moi, personnellement, je veux un plan. Je ne veux pas être comme être comme le dernier vendeur à travailler avec un cheval et une charrette alors que les voitures conquièrent les routes. Je ne veux pas être le dernier investisseur dans Blockbuster alors que Netflix émerge. C’est exactement ce qui va arriver aux carburants fossiles.
« Investir dans un avenir énergétique propre est un investissement sage, et quiconque vous dit autre chose soit se trompe, soit ment. Dans les deux cas, je ne suivrais pas leur conseil.
« Les énergies renouvelables sont géniales pour l’économie, et vous n’avez pas besoin de me croire moi. La Californie a certaines des lois environnementales les plus révolutionnaires des États-Unis, nous produisons 40 % de notre électricité à partir des renouvelables, et nous sommes 40 % plus efficaces énergétiquement que le reste du pays. Nous avons été des pionniers de l’avenir énergétique propre.
« Notre économie n’a pas souffert. En réalité, l’économie de la Californie croît plus vite que celle des États-Unis. Nous sommes à la tête du pays pour l’industrie, d’agriculture, le tourisme, l’industrie du divertissement, de la haute technologie, des biotechnologies, et, bien sûr, des technologies vertes.

« J’ai une dernière question, et ça nécessite un effort d’imagination.
« Imaginez deux portes. Derrière la première vous avez une pièce hermétique, avec une voiture standard, à essence. Derrière la deuxième, également hermétique, vous avez une voiture électrique. Les deux tournent à plein régime.
« Je veux que vous choisissiez quelle porte ouvrir, l’ouvrir et la refermer derrière vous. Vous devez rester dans la pièce que vous avez choisie pour une heure. Vous ne pouvez pas éteindre le moteur. Vous n’avez pas le droit à un masque à gaz.
« Je devine que vous choisissez la deuxième porte, avec la voiture électrique, correct ? La première porte est un choix mortel. Qui pourrait bien vouloir respirer ces fumées ?
« C’est le choix pourtant que le monde fait aujourd’hui.

« Si on utilise l’un de ces mots à quatre lettres que vous commentateurs affectionnez, je m’en fous si vous croyez au changement climatique. Ça m’est complètement égal si vous êtes inquiets ou non par la montée des températures et la fonte des glaciers. Ça m’est égal qui d’entre nous a raison sur la science.
« J’espère juste que vous me rejoindrez pour ouvrir la deuxième porte, pour accéder à un avenir énergétique plus intelligent, plus propre, plus sain, et plus profitable. »
 

Lire  (consoglobe)

Que Consoglobe nous pardonne d'avoir reproduit in extenso le discours de Schwarzie, ce n'est pas une habitude, nous renvoyons souvent vers ce site.

03/01/16 Meilleurs vœux à l'écologie pour 2016.

 

Pendant les fêtes, plusieurs personnes m'ont interpellé à propos d'écologie, chacun m'a dit son envie d'écologie et qu'il ne comprenait pas ce qui se passait, pourtant aucune n'a voté pour une liste écologiste aux Régionales.

Je leur ai répondu que l'écologie c'était d'abord chacun d'entre vous, d'entre nous, qui s'y colle. Avant même de demander à d'autres de la faire pour nous.

J'ai pris un exemple simple : quel est le degré d'autonomie de chacun ? D'habitude, on a un salaire et on achète tous les biens et services dont on a besoin.

 

Le degré d'autonomie est la proportion de choses que l'on sait faire et nous évite de dépenser de l'argent. Si, pour 500€ de salaire vous savez aussi faire (jardin, bricolage, meilleure organisation, chasse au superflu, recycler, ...) de quoi éviter 500€ de dépenses, votre autonomie est de 50% (comme si vous disposiez de 1000€).

Dans la vie de tous les jours c'est souvent moins, beaucoup moins en France. Mais beaucoup plus dans les pays pauvres (pas 500€, hélas).

L'inverse du degré d'autonomie est le degré d'incohérence de notre société.

Les bidonvilles de Dakar pourraient nous en apprendre beaucoup sur la débrouille, le vivre autrement. Et aussi certains quartiers de Barcelone, de Détroit ou de nombreuses autres initiatives dans le monde (parcourez ce site, vous en trouverez à foison).

L'espoir d'un monde plus vivant, c'est d'abord vous.

On vous offre la belle carte de vœux du CNRS (Centre National de la recherche scientifique).

Lire  (cnrs)

24/12/15 Jean Marie Pelt nous a quitté. Petit clin d'œil à son œuvre.

 

Figure de l’écologie, biologiste, écrivain, pharmacien, botaniste et homme de radio, Jean-Marie Pelt est mort mercredi 23 décembre à l’âge de 82 ans. Ancien ambassadeur européen de l’environnement de l’Union européenne, il naquit dans la Moselle en 1933.

Militant écologiste, ean-Marie Pelt « fut parmi les premiers à pointer les dangers de l’amiante et plus tard des OGM. Inlassable pédagogue de notre environnement, il sut alerter l’opinion grâce à une œuvre considérable et à une présence médiatique singulière », poursuit-il. Une parole qu’il a pu porter auprès du public le plus large en tant qu’homme de télévision et surtout de radio. Depuis 2002, il intervenait régulièrement dans l’émission « CO2 mon amour », sur France Inter, radio où il fit ses débuts médiatiques en 1981.

Lire  (lemonde)

Sur son site, vous trouverez un choix plus qu'intéressant de ses livres, toujours passionnants.

Lire  (jeanmariepelt)

 

Repose tranquille, ami, tu nous a bien aidés.

16/12/15 En dix ans, 900 défenseurs de l’environnement ont été assassinés.

 

Ils luttaient contre la déforestation, la dévastation minière ou l’accaparement des terres : plus de neuf cents militants écologistes ont été tués dans trente-cinq pays ces dix dernières années. Mardi, le responsable du parc des gorilles, en Afrique, a été blessé grièvement par des agresseurs armés de fusils.

C’est l’assassinat de Chut Wutty, défenseur de la forêt cambodgienne et employé de Global Witness, abattu par la police alors qu’il enquêtait sur l’exploitation forestière illégale au Cambodge, qui a motivé l’enquête menée par l’ONG Global Witness, basée à Londres.

Le rapport examine les massacres connus de défenseurs des droits environnementaux et territoriaux. Il montre une nette augmentation de ces morts violentes à partir de 2002 parallèlement à l’intensification de la concurrence pour les ressources naturelles.

Lire  (reporterre)

10/12/15 Indemnité vélo : le gouvernement rabote le dispositif, en pleine COP21.

 

Digne de figurer dans les prix Pinocchio !

Afin d'encourager la pratique du vélo, la loi sur la transition énergétique adoptée cet été a en effet introduit un mécanisme permettant à l'employeur de prendre en charge le coût des trajets domicile-travail via une indemnité forfaitaire fixée à 25 centimes d'euro du kilomètre. Il était prévu que cette indemnité - exonérée d'impôt sur le revenu et de cotisations sociales - soit calculée sur le trajet moyen parcouru par le salarié, soit environ 7 km par jour (ce qui revenait à 1,75 euro par jour travaillé en moyenne ou 35 euros par mois).
Or, un amendement déposé par le gouvernement sur le PLFR 2015 (Projet de Loi des Finances Rectificatif) adopté hier soir vient changer la donne. Il prévoit de limiter "l'exonération d'impôt sur le revenu et de cotisations sociales à la prise en charge des frais réellement engagés par les salariés, dans la limite d'un montant égal à 200 euros par an et par salarié". Le gouvernement estime en effet que le mécanisme actuel n'est pas conforme aux principes applicables "en matière de frais professionnels qui reposent sur la prise en compte des dépenses réellement supportées par les salariés pour l'exercice de leur activité". Par ailleurs, l'amendement rend le dispositif facultatif en remplaçant les termes "l'employeur prend en charge" par "peut prendre en charge".

Le PLF 2016 a également introduit un article qui prévoit de supprimer un avantage fiscal en faveur des entreprises "soumises à l'impôt sur les sociétés pour mise à disposition d'une flotte de vélos".

Donc une loi qui ne sert à rien, du vent, des mots, des idées vidées de leur sens.

Lire  (boursier)

07/12/15 Nous sommes écologiquement perdus.

 

Le titre de Médiapart est ronflant et pessimiste : c'est vrai si on considère le système économique mondial tel qu'il est et nos sociétés civiles qui y sont soumises. En fait, c'est simplement l'annonce de la fin d'un monde.

Et, alléluia, la naissance d'un autre, les gens des bidonvilles construits sur des tas d'ordures n'attendent que ce moment. Et pas seulement eux.

 

La mondialisation et ses flux, notamment ses énormes paquebots transportant les marchandises aux quatres coins du monde, pollue d'une manière incroyable : que cela soit le développement électrique dans les pays les moins développés ou les usines de textiles dans des pays tels que le Bengladesh ou la Chine, les emissions polluantes sont partout. Les transporteurs aquatiques consomment suffisamment de fuel par trajet pour alimenter électriquement des villes de 15 000 habitants pour plusieurs jours. La fonte des glaces du nord de la planète a dégagé de nouveaux trajets permettant l'accélération des allés-retours, qui ont donc tout naturellement été augmentés.
Mais ce n'est pas le seul cas d'extrême pollution humaine sur la terre : dans les pays en développement mais encore sous-développés, tels que le Bengladesh, des zones causent de réels problèmes, écologiques et sanitaires. Allez rechercher des photographies du quartier des tanneries de Dacca pour vous rendre compte que des gens vivent à cet endroit, que des enfants boivent ces eaux polluées par des produits désinfectants, des colles spéciales, des teintures chimiques...
Nous, occidentaux, devont tout changer, tout effacer et tout remettre à neuf : nous ne le pourrons définitivement pas. Par manque d'envie, peut-être. Par manque de moyens, sans doute. Par manque d'une volonté qui réunirait l'envie et les moyens, fort probable. Nous continueront tout de même à polluer, de manière lucide ou désavouée.

Lire  (mediapart)

29/11/15 La lutte anti terroriste aussi au Canada.

 

Cette info, on ne pouvait pas la louper. En France, c'est actuellement l'état d'urgence,

sauf que ça dérape : ce sont les écolos qui sont perquisitionnés et menottés. Quel rapport avec les attentats ? Aucun, mais avec la COP21 et les manifestations (pacifistes) associées, oui. Lire un cas parmi d'autres (bastamag).

 

Curieusement, ce n'est pas nouveau, les écologistes canadiens en on fait l'expérience en début d'année (Février 2015) :

Au nom de la lutte antiterroriste, le gouvernement canadien de Stephen Harper utilise depuis des années l’appareil policier pour museler le mouvement écologiste. Il tente en ce moment de faire passer un projet de loi, dit C-51, visant notamment les écologistes qui critiquent l’industrie pétrolière. La méthode inspire discrètement les gouvernements européens. (Ca y est, on le voit, note de lvdbc).
Les écologistes en bonnets qui tendent des banderoles pour protester contre des oléoducs pourraient bientôt rejoindre les groupes terroristes assassins dans le radar des agences de renseignements canadiennes. Sous l’appellation de Loi C-51, un nouveau texte présenté par le Premier ministre Stephen Harper étend les pouvoirs des organisations de sécurité du pays en matière d’information, notamment à tout ceux qui entraveraient "le fonctionnement d’infrastructures essentielles".

Face à cette définition floue des menaces qui feront désormais l’objet de surveillance, les mouvements environnementalistes craignent de devenir des cibles de la police en raison de leur opposition à l’industrie pétrolière. Une crainte justifiée à la lecture d’un mémo de la Gendarmerie royale détaillant, sur 44 pages, comment le "mouvement anti-pétrole canadien" serait un foyer de violence et de troubles.
L’assimilation des mouvements écologistes aux mouvements terroristes est une tendance continue dans un Canada qui est à l’origine, avec les sables bitumineux de l’Alberta, d’une des pires catastrophes environnementales (et volontaire) de la planète.

Lire  (bastamag)

 

 La preuve est faite que les rôles sont inversés : les malfaiteurs ont force de loi sur les défenseurs pacifiques du droit à vivre sans tout saccager. Bonne COP 21 à tous.

22/11/15 Etat d'urgence, ventes d'armes (la Suède et la France en opposition), le pape en a mare des hypocrisies (un peu la suite de Laudato si).

 

- Etat d'urgence voté en France, quelques réflexions :

1) "On ne peut manifester pour le climat, mais on peut remplir les stades pour les matchs de foot... A Paris les distributions des Restos du Cœur suspendues, pas les marchés de Noël...
Les réunions politiques sont suspendues, mais la campagne électorale se déroulera d'autant plus avec les grands médias...."
Alors, la question : quel est le vrai sens du vote de l'Etat d'Urgence, à votre avis ?
2) "Voter l'état d'urgence veut dire que l'Etat de droit est un Etat de faiblesse ?" demande un député (écolo *)  qui a voté contre.

 

- La Suède met fin à sa coopération militaire avec l'Arabie saoudite au nom des droits de l'homme. Lire  (lemonde).

Pendant que la France y fait des ventes d'armes record. Lire  (capital).

 

- Le pape s'insurge de l'hypocrisie guerrière du monde (**) :

Dans un sermon particulièrement sombre, le pape François a dénoncé un monde "qui vit pour faire la guerre, avec le cynisme de dire qu'il ne la fait pas".
Le pape François pointe volontiers les dérives de notre monde. Ce jeudi, il s'est une nouvelle fois illustré dans un sermon particulièrement sombre lors de sa messe matinale. "Nous approchons de Noël : il va y avoir des lumières, des fêtes, des arbres illuminés et aussi des crèches... Tout est feint ! Le monde continue à faire la guerre, à faire les guerres. Le monde n'a pas pris la voie de la paix", a déclaré le pape, alors qu'un immense sapin a été installé jeudi sur la place Saint-Pierre en prévision de Noël.

"Partout il y a la guerre, aujourd'hui il y a la haine. Et qu'est-ce qui reste ? Des ruines, des milliers d'enfants sans éducation, tant d'innocents morts, tant ! Et tant d'argent dans les poches des trafiquants d'armes", a-t-il insisté en lançant un "Maudits !".

Lire (lesechos).

CQFD. Le vieux monde pense "si vis pacem para bellum" (si tu veux la paix prépare la guerre). A quoi nous répondons : Si tu veux la paix, prépare la paix.

 

(*) La plupart des autres députés écolos français ont voté "pour". Certains à contre cœur, je ne sais pas, mais soutenir un ministre qui distille l'état de peur dans la population ? Est-ce une chose acceptable ?

(**) Notre site n'a pour but de prendre parti sur le fait religieux, par contre, toutes les personnes qui vont sincèrement dans le sens de l'écologie ont droit de cité dans ces pages.

01/11/15 Un rugbyman All Black donne sa médaille.

 

Voici un fait (divers ?) extraordinaire. Nous vivons dans une société où la peur impose ses règles : chacun doit rester à sa place sous peine de comportements complètement fous et déplacés, mais réglementaires.

C'est ce qui s'est passé : un gamin entre sur le terrain, après le match, pour admirer de près ses champions. Un membre de la sécurité le plaque comme s'il avait affaire à un terroriste !

Et là, un geste fabuleusement humain : un joueur All Black, Sonny Bill Williams, relève le gamin, le console et lui offre sa médaille d'or. Il commente ensuite son geste : "Je l'ai juste relevé, ramené à sa mère et j'ai essayé de rendre cette nuit encore plus mémorable à ses yeux. Cette médaille était mieux autour de son cou que du mien".

Voir la vidéo

Comme écologiste, je trouve que ce geste est le symbole d'un humain faisant un énorme pied de nez à une société désorientée et sans repaires, fichue.

Nota : à l'inverse, lors d'un match de football France-Algérie en 2001, le score était acquis (4-1) quand la jeunesse algérienne envahit joyeusement le terrain 8 ou 9 mn avant la fin du match. Et nous avons pu voir à la fois des images de jeunes en fête, même si leur équipe avait perdu, et des officiels (le Président de la République J Chirac et le 1er ministre L Jospin en tête) offusqués que la fin du temps réglementaire ne soit pas respectée.

Voici des petits riens qui annoncent la naissance d'un nouveau monde généreux et riche de valeurs . Guettez-les il y en a beaucoup, et vous aussi faites de même.

01/11/15 Low-tech, High-tech et sobriété énergétique. Comment penser notre avenir sans polluer.

 

Les innovations high-tech, fortement consommatrices de ressources, conduisent les sociétés dans l’impasse. Et si nous prenions le contre-pied de la course en avant technologique en nous tournant vers les low tech, les « basses technologies » ? C’est ce à quoi invite Philippe Bihouix, ingénieur spécialiste de la finitude des ressources minières, auteur de L’âge des low tech. À quoi ressemblerait la vie quotidienne dans cette société durable, où la sobriété ne serait pas subie mais choisie ?
Les high-tech sont encore en mesure de répondre, en partie, aux risques de pénurie. On le voit dans le cas des énergies fossiles : nous sommes capables d’aller chercher des ressources moins accessibles, comme les gaz de schiste, les pétroles de roche-mère, voire même des carburants à base de charbon ou de gaz. Mais avec une logique de rendement décroissant, il va falloir injecter de plus en plus de technologies et de matières premières pour récupérer une énergie de moins en moins accessible, et dépenser de plus en plus d’énergie pour aller chercher des métaux qui eux aussi se raréfient. Cela se fait au prix d’une fuite en avant. Les nouvelles solutions technologiques entraînent de nouveaux besoins et pénuries, avec leur lot de pollutions et de destructions sociales. Cet extractivisme forcené va continuer à abîmer de manière irréversible, et à un rythme accéléré, notre planète. ...
Se tourner vers les low tech est-il suffisant pour faire face aux dérèglements climatiques ?
Il n’y a pas de solution technologique, et encore moins de solution low tech, qui permet de continuer notre gabegie énergétique actuelle et notre consommation hallucinante de matières premières ! Se tourner vers la sobriété est évident. Et mieux vaut une sobriété choisie qu’une sobriété subie. Elle peut prendre différentes formes. Il y a des sobriétés simples et faciles qui pourraient presque passer inaperçues, comme l’interdiction des imprimés publicitaires, des chaussures de sport qui clignotent lorsqu’on marche ou des sacs plastiques. Nous pourrions décider d’avoir moins de formats de bouteilles, un peu plus de différenciation sur l’étiquette, afin d’embouteiller au plus près des marchés et de rendre la consigne à nouveau intéressante économiquement et écologiquement.

Lire  (bastamag)

29/10/15 "Osons" est le mot d'espoir de Nicolas Hulot.

 

Si vous avez lu les "Actualités" du 18/10 (page Actualité), vous savez maintenant que le préaccord qui préfigure l'accord de la COP 21 est de la poudre aux yeux.

Il ne reste plus que la société civile, vous et moi, pour taper du poing sur la table. Nicolas Hulot nous incite à le faire :

« Les sommets sur le climat se succèdent, nous croulons sous l’avalanche de rapports plus alarmants les uns que les autres. Et l’on se rassure avec une multitude de déclarations d’intention et de bonnes résolutions. Si la prise de conscience progresse, sa traduction concrète reste dérisoire. L’humanité doit se ressaisir, sortir de son indifférence et faire naître un monde qui prend enfin soin de lui.
Je veux crier que le réchauffement climatique n’est pas une simple crise que le temps effacera. Il conditionne tous les enjeux de solidarité auxquels nous sommes attachés. Ne rien faire, c’est accepter une ultime injustice.
Un autre monde est d’ores et déjà possible ; il nécessite un état d’esprit universel, une intelligence, une vision et une volonté collectives. Nous devons penser le monde comme un espace commun de solidarité.
Les responsables politiques doivent prendre des mesures à la hauteur de ces enjeux. C’est à cela qu’on jugera de leur courage. »

Lire  (fnh)

 

Voila : "l'état d'esprit universel". Tous les évènements de ces derniers mois (réfugiés syriens et réfugiés climatiques, fermetures des frontières et repli sur soi, .... le monde entier réagit par peur et non par volonté de mettre en œuvre les solutions, elles sont connues et pas chères : beaucoup moins que les dépenses mondiales d'armement.

 

Un détail cependant, comme dans la fable du colibri (qui apporte une goutte d'eau dans son bec pour éteindre l'incendie), chacun de nous a aussi sa part personnelle à faire.

15/10/15 Le futur, c'est la Guerre. En Moselle, on y prépare déjà les enfants (et ce n'est pas Daesh).

 

C'est terrible pour les pacifistes que sont les écologistes, la guerre constituant la plus grande débauche de bêtise et de violence, de ruine et de haine.

En Moselle, des enfants manipulent des fusils d'assaut pendant des ateliers "découvertes" à l'école.

Ce n'est pas dans un pays moyenâgeux ou une démocratie bananière que cela s'est produit, mais en France que l'on apprend à des enfants à tuer !
Le personnel de la compagnie de réserve du 40e Régiment de transmission de Thionville a permis à des enfants de moins de 10 ans de manipuler des armes.
Bien sûr, ouf ! c'est un excès de zèle de certains militaires mais le vers est dans le fruit. Ceci aurait été inimaginable il y a quelques années, nous assistons a une dérive mortifère de notre société. Depuis la naissance de ce site il y a 7 ans, nous avons toujours eu une haute opinion des populations et plus encore des enfants. 
Nous sommes opposés à tous ceux qui prônent la violence, qu'elle soit le fait de particuliers, de dingues, comme des états.

 

Lire  (francetvinfo)

10/10/15 Le prix Nobel de la paix aux pacifistes tunisiens.

 

Le Nobel de la paix a consacré vendredi un quartette d'organisations qui a permis de sauver la transition démocratique en Tunisie, berceau et seul espoir du «printemps arabe».

Lire  (lapresse.ca)

 

Savez pour quelle raison (non philosophique*) les écolos dignes de ce nom sont pacifistes ? Parce que la nature a toujours privilégié les solutions qui consomment le moins d'énergie. Le problème, à notre échelle de gens pressés, est que ça prend du temps et demande de l'intelligence. Encore bravo à nos amis tunisiens.

* Ce qui n'empêche pas les raisons philosophiques !

07/10/15 La Suède vers le 0% pétrole, les inondations du Var et la France qui cherche du pétrole. Qui a raison ?

 

Tout d'abord, nous compatissons à la détresse des victimes des inondations dans le Var.

Mais les sentiments ne doivent pas nous empêcher de réfléchir.

Les assurances vont rembourser les dégâts dans une zone où ce genre d'évènement (80 mm de pluie en une heure) n'est pas exceptionnel, c'est ce que l'on appelle un "épisode cévenol".

Pourtant, on continue de construire dans le lit majeur de rivières dont le débit passe de 2 à 200 m3/s en très peu de temps, on bétonne à tout va  un peu partout et les eaux ruissellent au lieu de s'infiltrer. La ville de Nice construit en ce moment une zone d'activité en zone inondable.

La bêtise des décideurs ne s'arrêtera donc pas après cette catastrophe, hélas. De plus, le budget du ministère de l'écologie est encore en baisse ainsi que l'aide au développement.

Nota : si l'assurance habitation coûtait proportionnellement aussi chère qu'une assurance auto avec bonus/malus, le problème se résoudrait de lui même.

Lire  (terraeco)

 

Et moi pendant c'temps-là, j'tournais la manivelle, pendant ce temps-là où la France se glorifie d'organiser la COP 21, les ministres de l'écologie et de l'industrie signaient des accords de recherche pétrolière !

Lire  (lemonde)

 

Et dans le même temps, la Suède prend ses dispositions pour s'affranchir complètement du pétrole d'ici 2020 !

Lire  (mrmondialisation)

 

Cherchez l'erreur ! Nous vivons dans un pays désespérément accroché à une pensée tournée vers le passé, où l'écologie ne passe pas des mots aux actes.

28/09/15 Le rapport qui a mis la puce à l'oreille sur les tricheries de l'industrie automobile.

 

C’est un tout petit encadré, page 22 du dernier rapport sur la pollution atmosphérique en Europe de l’ONG Transport & Environment, publié jeudi 15 septembre 2015. Mais il annonçait de façon prémonitoire la fraude dont Volkswagen vient justement d’être convaincu aux Etats-Unis. Intitulé "Détournement du cycle d’essai ou optimisation des conditions d’essai ?", il explique que les constructeurs automobiles peuvent très facilement barder leurs véhicules "de commandes et de capteurs électroniques sophistiqués pour repérer les conditions de tests d’essai, notamment un capot ouvert ou des roues arrière fixe". Exactement ce qu’a fait le constructeur allemand en équipant ses véhicules d’un logiciel espion qui n’activait l'équipement antipollution de la voiture que lorsque celle-ci passait les contrôles officiels."Aucun constructeur automobile n'a jamais été poursuivi pour détournement du cycle d'essai pour le moment en Europe, mais plusieurs éléments laissent penser que cette pratique est largement répandue" conclue l'encadré. Trois jours après, le scandale éclatait, grâce au travail d'enquête déclenché d'ailleurs par une autre ONG suspicieuse et à l'analyse d'une université américaine, que l'EPA, l'agence américaine de protection de l'environnement a pris au sérieux.
Ce qui s'appelle avoir du flair...

Lire  (scienceetavenir)

12/09/15 COP21 : pourquoi tout le monde se fiche de l'écologie. (Dominique Bourg)

 

Francetv info : On nous parle de sixième extinction animale de masse, de scénario du pire si nos émissions de gaz à effet de serre ne baissent pas... Malgré cela, nous semblons peu concernés par l'état de notre planète. Pourquoi ?

Dominique Bourg : Ce qui semble faire réagir le genre humain, c'est un danger perceptible, évident et immédiat. Or, avec les affaires d'environnement, on se trouve confrontés à un type de danger auquel l'évolution ne nous a absolument pas préparés. Les problèmes d'environnement sont distants, dans le temps et dans l'espace (du moins le croit-on). Même si nous avons déjà de gros problèmes, ça reste très sectoriel. Prenez le typhon Haiyan qui a frappé les Philippines en 2013 : ce sont des rafales à plus de 370 km/h, mais ça ne nous touche pas directement, ni vous, ni moi. Donc on s'en fout. On ne va pas s'affoler pour ça...

Et puis surtout, c'est un problème abstrait. Quand on sort, on n'a aucune idée qu'il y a maintenant 400 ppm (parties par million) de dioxyde de carbone dans les basses couches de l'atmosphère. On ne le voit pas, cela échappe à nos sens. C'est l'inverse de ce qui nous a toujours fait réagir.


Mais nous savons – les scientifiques le répètent assez – que tout cela est dû à la présence de l'homme sur Terre...
DB : On a des représentations, oui, mais cela ne suffit jamais à changer un comportement ! Pendant des siècles, l'Eglise a prêché la bonne conduite et ça n'a pas empêché les vols, les crimes, l'injustice. Penser que parce qu'on a les conclusions du Giec, ça va nous amener à agir... Jamais l'humanité ne s'est comportée comme ça ! C'est un fantasme de se dire : "J'ai une représentation claire donc mon comportement va en découler mécaniquement." C'est du flan ! Nous ne sommes pas du tout ainsi. Nous sommes des animaux habitués à fuir dans certaines circonstances et à se la couler douce quand celles-ci ne sont pas présentes.

 

C'est un tableau très noir que vous dressez là...
DB : Votre réaction est intéressante : oui, c'est très noir. Du coup, puisque c'est très noir, on est dans le déni. C'est un cas de dissonance cognitive facile à expliquer. Prenez Luc Ferry. Pour lui, le climat, ça veut dire que tout ce en quoi il a cru - le progrès, les sciences et les techniques - ne fonctionne pas. Donc il ne peut pas admettre qu'il y ait un changement climatique. C'est aussi le cas de Claude Allègre. Les gens vraiment accros à l'idéologie du progrès préfèrent rester dans le déni pour éviter de remettre en cause toute leur pensée.

Lire  (francetvinfo)

04/09/15 La photo que la France ne veut pas voir.

 

Un enfant syrien de 3 ans, mort, échoué sur une plage turque, est le symbole de la honte que nous devrions avoir.

Avec des "français" qui hurlent "on est chez nous, on est chez nous" d'un ton méprisant et un gouvernement paralysé par la peur des imbéciles, refoulant aux frontières les fuyards d'un conflit meurtrier, bon nombre d'armes du conflit étant d'origine occidentale. Et plusieurs années que cela dure.

Cette photo a fait le tour du monde, sauf en France. L'Europe, enfin, commence à ouvrir les yeux mais pas nous. France, tes Lumières se sont éteintes.

Lire  (francetvinfo)

 

08/09/15 Enfin, cette photo a fait son œuvre (mais il en existe des milliers d'autres depuis plus d'un an, et que vous n'avez pas vues pour cause d'auto censure de la presse), malgré tout encore plus de 50% des français sont encore à vouloir repousser les réfugiés.

04/09/15 Une fois de plus "l'écologie ça suffit", la France supprime les sièges de FNE et FNH au CESE (Comité Economique et Social Européen).

 

Deux présidents se succèdent, le premier l'a dit et le deuxième, non. Mais les deux font la même chose.

Partenaires à part entière des acteurs de la société civile, les organisations environnementales avaient intégré à partir des années 2008-2009 plusieurs grandes enceintes institutionnelles afin de faire entendre la voix de l’écologie en amont des décisions publiques. Au niveau européen, cela représentait 2 sièges pour les associations de protection de l’environnement françaises. C’était là un acquis majeur du Grenelle de l’environnement que personne ne songeait à remettre en question, du moins ouvertement.
C’était sans compter sur le gouvernement français qui vient de supprimer ces deux seuls sièges au Comité Economique et Social Européen. Alors que leur implication dans leurs mandats avait été unanimement saluée, France Nature Environnement et la Fondation Nicolas Hulot viennent d’apprendre, et tout à fait incidemment, que leurs mandats seront désormais supprimés. Leur implication avait pourtant permis de faire bouger les lignes au niveau des institutions européennes sur des sujets très concrets comme l’obsolescence programmée, l’économie de fonctionnalité, la surpêche ou la promotion des transports collectifs.

Au fait, pour y mettre qui ?

Lire  (balladenaturaliste)

30/08/15 Dennis Meadows : "La croissance va s'arrêter".

 

Rappel : Dennis Meadows est un des rédacteurs du rapport du Club de Rome "Les limites de la croissance" en 1972.

 

DM : D'abord, le titre n'était pas bon. La vraie question n'est pas en réalité les limites à la croissance, mais la dynamique de la croissance. Car tout scientifique comprend qu'il y a des limites physiques à la croissance de la population, de la consommation énergétique, du PIB, etc. Les questions intéressantes sont plutôt de savoir ce qui cause cette croissance et quelles seront les conséquences de sa rencontre avec les limites physiques du système.

Pourtant, l'idée commune est, aujourd'hui encore, qu'il n'y a pas de limites. Et lorsque vous démontrez qu'il y en a, on vous répond généralement que ce n'est pas grave parce que l'on s'approchera de cette limite de manière ordonnée et tranquille pour s'arrêter en douceur grâce aux lois du marché. Ce que nous démontrions en 1972, et qui reste valable quarante ans plus tard, est que cela n'est pas possible : le franchissement des limites physiques du système conduit à un effondrement.

Nous : une image, représentons la croissance par un ballon de baudruche que les enfants gonflent. Même en arrêtant avant l'éclatement fatal, nous comprenons tous que la surface est "tendue" à péter" et que la baudruche ne peut supporter éternellement cet état de tension permanente.

La suite :

Qu'entendez-vous par effondrement ?

Voit-on des signes tangibles de cet effondrement ?

La croissance mondiale va donc inéluctablement s'arrêter ?

Pourtant, la Chine maintient une croissance élevée…

Quel conseil donneriez-vous à François Hollande, Angela Merkel ou Mario Monti ?   (DM : Aucun, car ils se fichent de mon opinion)

Que pensez-vous d'une "politique de croissance" dans la zone euro ?

Lire  (lemonde)

 

Les tenants de la croissance nous taxeront de catastrophisme en étant plutôt d'accord avec D Meadows.

Non, juste réalistes, ce sont eux qui se raccrochent à l'espoir problématique de miracles permettant de continuer cette course folle (le sens vrai du terme "compétitivité" qu'ils nous assènent à chaque discours). Je crois même qu'ils sont pervers, ils veulent nous faire croire à ces miracles pendant qu'eux-mêmes se constituent des stocks, des zones de replis pour vivre à l'abri dans des quartiers grillagés et gardés ou des iles paradisiaques comme il en existe déjà beaucoup.

L'écologie (parcourez les rubriques de ce site) propose nombre de solutions et de pistes qui nous font dire que la fin d'un monde (insupportable pour les 2/3 de la population mondiale et la quasi intégralité de toutes les autres espèces vivantes) n'est pas la fin du monde mais une renaissance. Faudrait-il écrire Renaissance ?

18/06/15 Loups, requins, renards, blaireaux, corbeaux, serres d’Auteuil : détruisons au plus vite tout ce qui est beau ! Par Yves Paccalet.

 

Nous avons reçu directement ce texte, nous vous le présentons in extenso :

L’humanité triomphe. Elle gagne, s’étale, prend la place. Elle élimine ce qui la dérange sur la planète, voire ce qui a la simple audace d’exister. Elle tolère quelques végétaux et animaux si c’est pour les manger ou les asservir à ses activités économiques ; pour en faire des attractions touristiques ou des jouets familiers ; pour les torturer dans une arène ou un cirque ; pour les dépouiller de leurs plumes, de leurs défenses ou de leur fourrure…
Toute autre présence de ces « étrangers » (y compris celle des Homo sapiens immigrés) est tenue pour une agression, à laquelle nous répondons avec nos armes de destruction quotidienne. Nous éliminons. Nous traquons. Nous déterrons. Nous « effarouchons » (ah ! la belle litote, pour une balle en plein cœur !). Nous « prélevons » pour équilibrer le milieu. Nous luttons contre les « envahisseurs » que nous voyons immanquablement « pulluler » ou « grouiller », alors que nombre de ces espèces sont menacées d’extinction. Nous continuons d’inscrire quantité de « nuisibles » sur des listes écologiquement absurdes et humainement atroces, mais grâce auxquelles nous offrons à nos chasseurs et à nos cracheurs de pesticides un permis de tuer à perpétuité.
Dans une seule journée de la semaine dernière, j’ai appris qu’en Tanzanie, les populations d’éléphants se sont effondrées de 103 000 à 43 000 sujets en cinq ans ; que le rhinocéros noir d’Afrique de l’Ouest est officiellement éteint ; que les requins continuent d’être pêchés dans toutes les mers pour leurs ailerons ou leur foie, et éliminés parce qu’ils gênent les baigneurs et les surfeurs ; que 120 000 antilopes saïgas d’Asie centrale sont mystérieusement mortes en trois semaines au Kazakhstan,
certains disent de pollution chimique ou nucléaire…
J’enregistre la litanie de ces désastres. Or, dans le même temps, de quoi les journaux (radio, télé, Internet ou papier) forment-ils leurs gros titres ? Ils mettent à la « Une » les déclarations fumeuses d’un berger de 16 ans, nommé Romain Ferrand. Celui-ci affirme avoir été « menacé » dans la forêt de la Blanche, près de Seyne-les-Alpes, par une meute de loups. Le jeune homme dit avoir observé ces prédateurs en pleine nuit, quoique sans lampe. Il a vu « luire leurs yeux jaunes », et les fauves « couraient à une vitesse phénoménale »…
J’ai l’impression de relire les « témoignages » hallucinés de certains habitants du Gévaudan, à l’époque de la « Bête ». L’adolescent aurait compté treize de ces animaux diaboliques, qu’il aurait pourtant mis en fuite d’un simple coup de fusil tiré en l’air… Sur le site du journal La Provence, le journaliste de service transmue l’histoire en délire : « Il a échappé au pire : encerclé par la meute, Romain Ferrand a dû tirer pour s’en sortir ! » Quasiment un héros de roman d’aventures dans le Grand Nord ! Je rappelle que le précédent « cas » supposé d’attaque de loup contre un humain s’est déroulé en 2001, dans le Mercantour. Lui aussi a fait les gros titres. C’était une affabulation : l’éleveur
était tombé dans un éboulis, et avait tenté de faire croire que ses blessures étaient dues aux crocs de la « bête féroce ».
En France, en tout et pour tout, ne vivent que 300 loups. Ces animaux n’ont pas été réintroduits par un quarteron d’écolos irresponsables, mais sont venus d’eux-mêmes dans notre pays, en 1992, depuis l’Italie où ils étaient protégés, en franchissant la crête alpine qui sépare l’Argentera du Mercantour. On dénombre (chiffres ronds) plus d’un millier de ces animaux en Italie, 2 000 en Espagne et 2 500 en Roumanie. Ces « fauves » ne causent guère de souci dans ces derniers pays, où les troupeaux sont correctement gardés. En France, ils servent de prétexte à certains potentats locaux,plutôt à droite sur l’échiquier politique, pour ne rien faire en faveur des éleveurs, et attiser des passions plus efficaces que la raison pour gagner les élections.
Rien d’étonnant, dès lors, à ce qu’on voie des préfets ou des maires prendre des arrêtés illégaux, où figurent des « quotas » de loups à fusiller, piéger ou empoisonner, et jusqu’au cœur du parc national des Écrins. Rien de surprenant, dans ces conditions, à ce que le nombre des « prélèvements » autorisés, pour l’ensemble du pays, fasse un bond de 24 sujets pour la campagne 2013-2014, à 36 pour la campagne 2014-2015 (projet gouvernemental). Une augmentation de 50% : mais en un an, la population de l’espèce n’a pas crû dans cette proportion…
En France, nous tuons des loups dont l’espèce est protégée par la Convention européenne de Berne, que nous avons signée. Ce pourrait être pis ! L’obsession assassine des autorités et de leurs bras armés, les lieutenants de louvèterie (une institution fondée par Charlemagne !), se heurte au travail des
associations de protection de la nature, lesquelles (pour le coup) hurlent à juste titre avec les loups, et attaquent en justice chaque texte abusif. Merci Ferus (qui m’a fait l’honneur d’être son vice-président) ! Merci l’Aspas, le WWF et les autres !
Les humains sont partout pétris des mêmes peurs et des mêmes préjugés. Ce qui arrive aux loups n’est qu’un exemple de l’ignorance et de la violence qui caractérisent notre espèce, laquelle continue néanmoins à se prétendre la plus sage. La vérité est assez dure à formuler. Au fond, nous ne supportons pas la beauté sauvage, celle qui nous précède et (probablement) nous survivra… Nous sommes, sinon heureux, du moins recadrés et rassurés dans l’univers de l’artifice, du béton, du macadam, de la bagnole, de la malbouffe et de la pollution.
Quelques exemples supplémentaires ?
À la Réunion, l’hystérie ne se calme pas. Les autorités autorisent la mise à mort de nombreux requins tigres et bouledogues afin de « sécuriser » les lieux de baignade et les « spots » de surf. Sous prétexte que ces prédateurs sont attirés par les poissons des zones protégées de l’océan, certains ennemis des squales vont jusqu’à exiger qu’on détruise à la dynamite et au cyanure la splendide réserve marine de l’île, qui fut si longue et difficile à créer !
En métropole, des chasseurs, appuyés par leurs édiles, ont récemment lancé de nouvelles battues au renard – ce « nuisible » qui attrape et mange environ 10 000 campagnols par an ; et ne « vole » à peu près aucune poule… D’autres Nemrods de sous-préfecture préfèrent massacrer le corbeau – ce « nuisible » qui incarne aussi le plus intelligent des oiseaux. Sur la côte atlantique, on élimine non seulement les « nuisibles » cormorans amateurs (comme nous) de poissons, mais les « nuisibles » ibis, que les ornithologues qualifient plutôt de rarissimes. Ailleurs, d’autres obsédés de la gâchette continuent de déterrer le blaireau – ce « nuisible » qu’ils asphyxient au fond de son trou avec ses petits, et dont ils oublient qu’il joue un rôle éminent dans l’équilibre de la forêt…
Si j’étais plus méchant que de nature envers mon espèce, j’écrirais que l’homme n’aime que ce qui lui est « utile » selon les critères de l’économie marchande. Il tient en horreur le loup, l’ours, le requin, le dauphin, le crocodile ou l’éléphant parce qu’il ne goûte que ce qu’il a créé, perverti et sali lui-même. Raison pour laquelle il déteste également les étoiles du ciel… En formulant cela, je reste encore indulgent. La preuve ? À Paris, nos prédécesseurs avaient bâti un joyau d’architecture qu’ils avaient rempli d’orchidées, de broméliacées et d’autres fleurs du monde entier, lesquelles nous font l’offrande de la magnificence de leurs corolles et de la subtilité de leurs parfums. Ils avaient nommé cet édifice « les Serres d’Auteuil ». Or, les autorités s’apprêtent à détruire une partie de ce trésor botanique pour augmenter la superficie des terrains de tennis de Roland-Garros.« Tchip ! Tchop !... Tchip ! Tchop !... Trente-quarante !... Jeu, set et match !... » Vous parlez d’une esthétique et d’une poésie ! Mais il en va ainsi dans notre civilisation : quiconque détruit la nature et la beauté du monde gagne le droit de rebaptiser son œuvre « progrès ».

 

Nota : il y a 5 000 ans, l'humanité et ses animaux domestiques représentaient 1% de la masse des vertébrés terrestres. Aujourd'hui : 97%. Les 3% restants sont encore de trop aux yeux de certains.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Yves Paccalet était membre de l'équipe du commandant Cousteau. son site.

15/06/15 - Cop 21 : on a oublié d'inviter l'océan !

- La loi biodiversité repoussée à plus tard, malgré la "promesse" du 1er ministre.

 

La France organise la COP 21 pour la fin de l'automne. Il y a déjà de nombreux points qui laissent une impression de malaise à tout écolo qui se respecte : le sponsoring par de grands groupes qui polluent, soutiennent des projets dévastateurs, ... puis beaucoup de pays qui font des annonces mirifiques pour "dans 20 ans".

Et notre gouvernement qui fait le forcing sur un nucléaire plus coûteux que les renouvelables (voir le rapport Ademe dont la parution a été reportée), l'extension de du Stade de tennis dans les serres d'Auteuil, l'aéroport de NDDL, le barrage de Sivens, la ferme des mille vaches, les fermetures de lignes ferroviaires, .... la liste est longue, très longue.

Et maintenant, le report de la loi sur la biodiversité malgré des engagements fermes.

Lire (frequenceterre)

+ Lire le rapport Ademe

 

Voila, on se doutait que l'écologie et l'environnement n'étaient qu'une façade, des mots, alors quand on apprend que le thème de l'océan (régulateur du climat pour la T°, absorption de 25% du CO2, source de nourriture, dépolluant planétaire, ...) n'est pas au programme de la COP 21, on est maintenant sûr : on nous envoie de la poudre aux yeux.

Lire (cnrs)

16/05/15 Lettre à ceux qui s'en foutent. A propos de loi antiterroriste et autres (Tafta, ...).

 

... J'aurais pu, comme beaucoup, revenir sur les débats qui ont conduit nos représentants à voter cette loi délirante, me moquer du faible nombre de députés présents à l'enterrement de l'état de droit, féliciter les 5 qui ont fait leur boulot honnêtement et porter l'opprobre sur un ministre de l'intérieur qui n'a cessé de montrer qu'il n'avait que morgue et mépris pour la très longue liste d'organismes et de personnes - tous bien plus qualifiés que lui - qui critiquaient son texte dans les medias.

 

Combien d'entre vous sont persuadés que dans le monde de Facebook et Google, la vie privée n'a plus aucune valeur ?
Combien, parce qu'ils n'en maîtrisent pas les enjeux techniques, ont préféré faire l'autruche plutôt que de lire les - nombreux - avis de ceux qui savent ?
Et combien encore, qui pensent sans rougir qu'en échangeant un peu de liberté pour plus de sécurité, ils font une bonne affaire ?

Vous, qui vous reconnaissez un tant soit peu dans les lignes ci-dessus, vous êtes au moins aussi responsables de l'immense gâchis en cours au plus haut niveau que nos "responsables" politiques.

Parce que, quand on se sait potentiellement surveillé, on n'agit pas, on ne pense pas librement.
Parce que, quand un gouvernement sait tout de vous, il sait aussi quels mots utiliser pour vous vider l'esprit et vous ôter toute velléité de combat. Il sait quelle crainte agiter, quel bouc-émissaire dénoncer, quelle promesse faire, pour que vous restiez couché.

Lire (blogmediapart)

 

A propos de ce texte, nous n'avons qu'un petit différent, c'est l'utilisation du mot "combat". Il est trop restrictif, il y a beaucoup d'autres façons, pacifiques, de rester libre et elles ont le droit d'être citées au même titre. Le combat n'a à être utilisé qu'en dernier recours, quand tous les appels à la raison sont épuisés (et qu'on est victime ou solidaire des victimes).

 

Nous pouvons appliquer aussi ce texte à d'autres projets destructeurs comme Tafta (traité de libre échange Europe-USA) où la marchandise et la finance sont reines et les humains négligeables.

Le monde se dirige vers la construction d'un vaste zoo où chacun aura sa cage -quelque fois dorée- avec l'interdiction de bouger. C'est ce qui se profile déjà avec les fuyards-émigrants en Méditerrannée.

Lire (youtube, 3mn40)

13/05/15 Biodiversité, que signifie ce mot ?

 

Ce mot est tellement en écologie qu'à chaque fois on part dans de longues explications pas toujours convaincantes pour qui n'a pas fait d'études en biologie.

Alors prenons notre petite personne de chair et d'os : nous ne sommes pas qu'humains, il y a dans notre corps un milliard de milliards de bactéries, des dizaines de milliers d'espèces avec leur ADN propre. Et sans elles nous mourrions en quelques jours car elles sont vitales pour notre fonctionnement biologique.

C'est ça la biodiversité à notre petite échelle personnelle. Prenez soin de toute cette vie que nous ne voyez ni ne sentez, elle vous le rend au centuple.

Il en va de même, en beaucoup plus important, pour toute la planète : pas de vie durable, pas d'avenir sans biodiversité.

 

Alors quand vous entendez un discours parlant de croissance, à chaque fois on détruit des forêts, bétonne les sols, épuise les ressources, empoisonne les espaces et le vivant, oblige à vivre dans des conditions à peine supportables, on détruit la bio diversité, ... On condamne l'humanité à une disparition certaine, rapide et violente. On coupe la branche sur laquelle nous sommes assis, nous assassinons nos enfants au nom d'objectifs incroyables : gagner toujours plus d'argent et consommer, consommer, consommer.

06/05/15 Réfugiés de Méditerranée, s'il y a migration il y a des causes. Etonnamment, l'Europe en est grandement responsable.

 

Bizarrement, aucun média ne s'est posé la question : qu'est-ce qui fait que des populations partent en laissant tout, en prenant tous les risques, y compris la noyade ?

 

Aucun ne cherche de réponse ce qui est réconfortant pour ceux qui ne voient pas plus loin que leur petit confort personnel, ni sur quoi ce confort est bâti.

Cette semaine ont paru une série d'articles séparés qui, mis ensemble, nous donne un bon aperçu

- La guerre en Syrie. L'occident n'a jamais compris comment fonctionnent les sociétés du Moyen Orient. En voulant déstabiliser un dictateur peu docile, Assad, ils ont financé Daesh. Encore pire pour les populations, mais le but réel est de faire en sorte que ces pays restent très faibles. Diviser pour régner.

- en Asie, 6% des propriétaires fonciers possèdent les deux tiers de la superficie agricole. En Afrique, ce sont les expropriations sans indemnités de centaines de milliers de paysans au profit de grands groupes dont certains sont français (Bolloré).

Près de 450 000 km2 ont ainsi changé de main.

Lire (cameroonvoice)

- Dans le monde entier, la révolution agricole se fait à l'envers, les cultures vivrières locales disparaissent au profit de grandes cultures d'exportation.

Lire (grain)

- Et tout ça pour finir esclave à 10€ par journée de 10h dans des serres agricoles en Espagne.

Lire (cadizenlucha, en espagnol)

- (info à retrouver : la dépendance alimentaire et agricole de l'Europe vis à vis de l'Afrique, huile de palme, fruits, café, cacao, ..)

 

- Et enfin, le sujet tabou par excellence : la démographie. Les populations ne sont qu'un marché pour le plus grand profit des grandes entreprises mondiales, il faut donc que sa croissance continue. Mais si  nous  ne  pouvons  aujourd’hui  envisager  de  décider collectivement qui va naître (et combien), pourrons-nous dans quelques années envisager sereinement de décider qui va mourir (et comment) ? En attendant, on laisse hypocritement prospérer les vieilles idéologies natalistes.

Lire (biosphere, théorie de l'effondrement)

 

Ceci n'est pas encore ce qu'on appelle une analyse écologique, c'est juste trouver les facteurs qui vont permettre d'en faire une. Hélas, les analystes bien pensants ne vous le font pas au journal télévisé de 20h.

25/04/15 Tragédies en Méditerranée, le réflexe européen : refouler les gens que l'on a dépouillé.

 

Le premier réflexe est l'horreur et l'impuissance, la compassion.

Face à cette situation, l'Europe envisage de détruire les embarcations avant leur départ, et autres mesures de protection.

Il y a des réfugiés de la Syrie en guerre mais surtout des populations d'Afrique noire, elles ont traversé le Sahara.

Et pourquoi fuient-ils ? Ils fuient la misère crée par l'accaparement des terres par les "industrials farmers" dont des européens.

Ces derniers remplacent les cultures vivrières par de cultures d'exportation (haricots et roses du Kenya, ...). D'autres fuient les guerres du Congo pour la possession de ses richesses (Coltan, ...), tous les pays subsahariens sont soumis aux grandes entreprises internationales des pays riches. Sans oublier le bois et les diamants, souvent illégaux, l'huile de palme.

Bien sûr, il y a une natalité galopante, mais l'information sur la contraception est encore trop souvent battue en brèche par une ignorance entretenue.

Ces mêmes pays font l'objet de juteux contrats d'armement ainsi que de contrebande d'armes, toutes en provenance d'Europe, USA, Israel ou Russie. Le port d'Anvers en est la plaque tournante.

Mais on regarde par le petit bout de la lorgnette, on ne considère que les conséquences alors que nous sommes la cause de départ.

Nous ne répéterons jamais assez que l'écologie c'est d'abord rééquilibrer, L'Europe ne veut pas le comprendre et ne fera que le pire.

Lire (blogmediapart)

16/04/15 Requins et La Réunion, quels sont les animaux les plus dangereux pour l'homme ?

 

Encore une attaque de requins à La Réunion. Les reportages laissent penser que nous sommes les maîtres du monde et qu'il est incompréhensible "qu'on laisse faire".

Nous n'allons pas philosopher sur la question, seulement relativiser un peu en nombre de morts par an :

- les moustiques, 725 000

- l'homme, 425 000 (guerres, homicides, ...)

- les serpents, 30 000

- chiens, 25 000

- mouche tsétsé, 10 000

- crocodile, 1 000

- requin, 10

Remarque 1 : le requin est dans son milieu et le vacancier ou sportif, non.

Remarque 2 : il n'y aura plus d'accidents quand il n'y aura plus d'autres animaux (restera les guerres)

Le rôle de l'écologie est d'évaluer les situations sans se laisser emporter par des considérations émotionnelles.

Remarque 3 : hors concours, la voiture (pas animal) tue 1 300 000 personnes par an.

Nota : 15 homicides en 2013 à La Réunion, mais pourquoi en parler ?

Bonne réflexion à tous.

Lire (ladepeche)

30/03/15 Les gens qui perdent le sentiment d’exister votent Front national. Par Bernard Stiegler.

 

Nous laissons d'habitude le côté purement politique de l'écologie à d'autres sites plus spécialisés, pourtant aujourd'hui nous publions ce texte car il analyse profondément l'ensemble de notre société malade et ses conséquences électorales. Et les solutions sont d'abord écologiques !!!

 

Extraits :

Je parle avec des gens du Front national, il y en a même que j’aime bien. Je vous le dis très franchement : certains sont plutôt sympathiques. La plupart ne sont pas des racistes ou des antisémites, mais des gens très malheureux. Mais pour votre question, la réponse est non. Je n’essaye jamais de les dissuader de voter pour le Front national. Plus j’essaierais de le faire, et plus ils voteraient pour le Front national. C’est complètement inutile.
C’est d’autant plus inefficace que, pour une part, ils n’ont pas tort d’exprimer une souffrance. Le paranoïaque, le psychotique, le névrotique ne racontent jamais que des bêtises. Il y a toujours un fond de vérité. Le problème, c’est que ce fond de vérité qui devient pathologique exprime une maladie qui n’est pas seulement celle de ces électeurs : c’est celle de notre société.
Ce qui est spécifique dans la pathologie des électeurs du Front national, c’est que par leur vote, qu’ils le veuillent ou non, ils s’en prennent à des boucs émissaires.

 

... Il est très important de recevoir, de se rassembler.
C’est ce que le consumérisme a concrètement détruit : il n’y a que du prêt-à-porter, du prêt-à-manger – de la malbouffe et plus de fête.
Comment faire réaliser aux électeurs du FN que cette souffrance est déconnectée du chiffre de l’immigration ?
Cela ne sert à rien de leur dire : ils ne l’entendront jamais. Précisément, ils entendent autre chose si vous leur dites cela. Ils entendent que vous n’avez pas écouté leur problème. Et ils ont raison. S’en prendre à un bouc émissaire [ce que Bernard Stiegler nomme un « pharmakos », dans « Pharmacologie du Front national », Flammarion, 2013, ndlr] est un symptôme. C’est un symptôme horrifique, extrêmement dangereux, et le nazisme est l’exploitation de ce symptôme à l’échelle cauchemardesque du XXe siècle. Une telle horreur peut tout à fait revenir – c’est même plus que probable : si rien de décisif ne se passe, c’est ce qui finira par arriver. Et cela dépend de nous que cela n’arrive pas – mais ce n’est pas en insultant les électeurs du FN que cela s’arrangera.
Il est totalement vain de dire aux gens d’arrêter de symptomatiser : il faut les soigner, je veux dire prendre soin d’eux (au sens que j’ai donné à ce mot dans « Prendre soin »), s’occuper d’eux, leur donner des perspectives, leur tenir un autre discours que celui de François Hollande et de Nicolas Sarkozy...

... L’idée que les gens ne veulent pas penser est totalement fausse : quand le Collège de France a mis en ligne ses cours, des millions d’heures de cours ont été téléchargées. Ars Industrialis, qui fait des conférences souvent difficiles, a une très large audience. Ce que les gens refusent n’est pas la pensée : c’est la langue de bois, d’où qu’elle vienne.

... Dans les années 80, il s’est passé quelque chose de très important. Il y a eu la « révolution conservatrice », fondée sur l’idée qu’il valait mieux liquider l’Etat et financiariser le capitalisme en laissant la production se développer hors de l’Occident – et cela a été le début du chômage de masse.
Cette liquidation a créé une insolvabilité de masse dissimulée par les systèmes de subprimes et de « crédit default swap » très profitables aux spéculateurs mais ruineux pour l’économie, un hyperconsumérisme extrêmement toxique sur le plan environnemental, une grande misère symbolique sur le plan mental, et une précarisation généralisée provoquant un sentiment d’insécurité bien réelle et une désintégration sociale.
Cette désintégration rend impossible l’intégration non pas des immigrés, mais de la population elle-même dans son ensemble, les immigrés y étant exposés plus que tous évidemment.
La crise de 2008 a mis au clair cette insolvabilité et cette fragilité extrême et structurelle.
... (La disparition durable de l'emploi) : L’automatisation va se développer désormais massivement, notamment parce que le numérique permet d’intégrer toutes sortes d’automatismes jusqu’alors isolés, et qu’il en résulte une baisse rapide du coût des robots.
Le coût de l’automatisation va diminuer, et les PME françaises vont de plus en plus pouvoir s’y engager – même si elles ne le veulent pas, en raison de la concurrence, et le chômage va monter en flèche. Il n’y a qu’une solution pour contrer la montée proportionnelle du FN, c’est de créer une alternative au modèle keynésien : un modèle contributif. ...

Article paru sur le Nouvel Observateur.

Lire l'article entier (nouvelobs)

+ interview de B Stiegler. Lire

 

La suite de l'article nous montre que la réponse n'est pas des discours politiques comme nous entendons actuellement mais un changement de modèle économique, où chacun a sa place et le respect. Idée que nous soutenons depuis le 1er jour de ce site.

28/03/15 Drogues et addiction : les théories sont fausses, elles relèvent de préjugés moraux.

 

Imaginez que vous, moi et vingt autres personnes croisées dans la rue prenions un puissant narcotique pendant vingt jours. Au matin du 21e, nous en aurions une envie irrépressible. C'est cela, la dépendance.
Cette théorie a notamment été échafaudée au cours d'expériences sur des rats de laboratoire, on plaçait un rat dans une cage avec deux biberons. L'eau du premier était pure, tandis que l'autre était additionnée d'héroïne ou de cocaïne. Presque systématiquement, le rat finissait par être obnubilé par ce mélange, et il en buvait toujours davantage, si bien qu'il finissait par en mourir.

Et on expliquait : « Il existe une drogue si addictive que 90% des rats ne peuvent y résister. Ils en reprennent. Encore et encore. Jusqu'à ce que mort s'ensuive. Cette drogue, c'est la cocaïne. Elle risque d'avoir le même effet sur vous. »
Or, dans les années 1970, un professeur en psychologie de Vancouver, Bruce Alexander, avait remarqué que quelque chose ne collait pas. Les rats observés étaient seuls dans leur cage et ils n'avaient rien d'autre à faire que de se droguer. Que se passerait-il, se demandait-il, si l'on procédait différemment ? Il avait donc construit un parc à rats, une cage confortable où les rongeurs pouvaient jouer avec des balles colorées. Ils étaient très bien nourris, disposaient de tunnels où gambader et étaient entourés de congénères. De quoi plaire aux rats les plus exigeants... Qu'allait-il se produire ?
Dans le parc, les rats avaient goûté aux deux biberons, ne sachant pas ce qu'ils contenaient. La suite avait été des plus étonnantes.

Dans leur grande majorité, les rats qui menaient la belle vie n'étaient pas attirés par l'eau additionnée d'héroïne. Ils buvaient en moyenne un quart de ce que les sujets isolés consommaient, et ne développaient pas de dépendance. Aucun n'y succombait. A l'inverse, les rats isolés ou malheureux devenaient rapidement accro.

La guerre du Vietnam et toutes les situations où l'on met les gens sous pression (situation sans issues, dégradantes, ...) confirment le diagnostic.
Pour le professeur Alexander, cette découverte remettait profondément en cause deux conceptions opposées de la toxicomanie. Les conservateurs l'envisagent comme une tare morale, conséquence de l'hédonisme. À l'inverse, les gens de gauche ont généralement tendance à la présenter comme une maladie qui se développe quand le cerveau est pris en otage par les substances chimiques. En réalité, la dépendance n'était selon lui qu'une forme d'adaptation à notre environnement. Ses causes ne trouvent pas leur origine en nous mais dans la cage où nous nous trouvons.

... L'inverse de l'addiction n'est donc pas l'abstinence mais le lien social (nous ajoutons : et une situation de vie acceptable).

 

Nous publions cet article car son approche est différente et comporte une argumentation tellement différente. Cependant il serait hâtif de généraliser sans études complémentaires, déjà parce que femmes et hommes ont un cerveau beaucoup plus complexe que les animaux.

Lire (huffingtonpost)

23/02/15 En réponse au Swissleaks, lancement de l’initiative citoyenne européenne "pour une Europe plus juste, neutralisons les sociétés écrans".

 

Ce n'est pas dans nos habitudes d'appeler à signer une pétition, mais on n'a jamais réussi à stocker de l'eau dans une passoire, alors pourquoi les politiques et les banquiers veulent nous le faire croire ?

 

1 million de signatures requises d’ici octobre 2015

Une initiative citoyenne européenne vient d’être lancée publiquement par la Plateforme Paradis fiscaux et judiciaires sur l’initiative de l’OCTFI (observatoire citoyen pour la transparence financière internationale). Le communiqué de presse, diffusé mercredi 11 février est disponible ici.

Son objectif est de rendre impossible la création de sociétés écrans au sein de l’Union Européenne c’est-à-dire de sociétés dont le propriétaire peut rester inconnu.

Ces masques, qui sont au cœur du scandale du Swissleaks comme le montre cette vidéo, sont utilisés pour faire sans risques ce que les lois interdisent de faire : trafic d’êtres humains, d’organes, de drogue, d’armes … mais les sociétés écrans sont également des outils indispensables pour réaliser des montages permettant d’échapper à l’impôt ou de contourner la régulation financière. 

Ces instruments existent dans plusieurs pays de l’Union Européenne et c’est ce que veut changer cette Initiative Citoyenne en demandant à la Commission d’introduire dans un instrument juridique du droit des sociétés des mesures visant à assurer la transparence des personnes morales et des constructions juridiques.

Pour que la Commission étudie ce texte, nous devons être 1 million à signer dans 7 pays différents.

Nous vous invitions donc à signer sur le site : http://www.transparencyforall.org/ et à faire tourner au maximum autour de vous.

NB : L’ICE est une innovation du traité de Lisbonne, mise en place en 2012  qui donne un droit d'initiative politique à un rassemblement d'au moins un million de citoyens de l'Union européenne, venant d'au moins un quart des pays membres. Si ces conditions sont remplies, la Commission européenne doit apporter une réponse et peut être amenée à présenter une proposition législative.

Comme il s’agit d’un instrument légal, il y a un tout petit peu plus d’efforts à faire que pour une pétition classique : vous est demandé votre numéro de carte d’identité ou de votre passeport ainsi que votre nom, prénom, date de naissance, et adresse. Ca ne prend tout de même pas plus de deux minutes !

21/02/15 L'écologie, un passage obligé surtout pour ceux qui ne sont pas écolos.

 

Les écolos français (EELV, Cap21, Moc, ...) ont bien du mal à montrer ce qu'est l'écologie, cela laisse le champ libre à tous les margoulins qui savent que c'est la préoccupation majeure pour demain.

Et comme la porte est grande ouverte, ils se lancent sans vergogne :

- Déjà le FN a lancé son mouvement (on ne vous donne pas le lien), mais dès qu'on y lit des phrases racoleuses sur l'écologie bleue blanc rouge et productiviste, on a tout compris.

- Maintenant ce sont les traditionnalistes chrétiens. Et hop, on passe de la défense du mariage à la défense de la biodiversité. Jusque là, on ne dira encore rien (après tout ...), mais quand l'écologie devient pro-nucléaire ... ça pose problème. Visiblement ils n'ont pas tout compris, nous croyons plutôt qu'ils essaient de survivre à tout prix, à n'importe quel prix.

 

Notre opinion perso ? Laissons faire, à mettre le doigt dans l'engrenage des vrais problèmes ils finiront par se poser les vraies questions et de la bonne façon.

Lire (bastamag)

24/01/14 Manifestation "Je suis Charlie" à Paris, une manipulation planétaire à laquelle TOUS les médias ont participé.

 

Notre site cherche toujours à être au plus près de la vérité, ce qui est difficile. Aujourd'hui nous vous fournissons la preuve que la désinformation est planétaire et que quasiment personne ne se méfie.

Voici pour réfléchir :

Le président, son prédécesseur, ses homologues d'autres pays n'ont pas défilé devant le million de parisiens et autres endeuillés, voici la preuve que vous pouvez renvoyer à vos amis :

N'hésitez pas à rediffuser, il en va de la liberté d'information comme de notre avenir. Que l'on nous dise : on ne peut assurer la sécurité des ces personnes alors ils ont montré leur soutien de façon à part, etc. ... On aurait compris et accepté, mais rien, l'entourloupe a été bien menée.

 

Lire (canalfrance)

20/01/15 "Je suis Charlie" ; "Je ne suis pas Charlie". Mise au point.

 

Environ 15% de nos lecteurs sont musulmans, en France comme en Afrique ou en Asie, c'est pour eux que nous nous exprimons ici.

Notre pays, la France a été victime d'un attentat au journal Charlie Hebdo (et dans un super  marché casher le lendemain) pour cause de blasphème envers le prophète Mahomet. Les réactions violentes de pays musulmans méritent qu'on s'y arrête car ils ne comprennent pas ce qu'est un pays laïc : cela veut dire que l'état et la religion ne sont pas liés, la conséquence est que chacun a le DROIT de dire, écrire ou dessiner ce qu'il pense. Du moment que ce ne soit pas contraire à la constitution, par exemple de diffamation envers les êtres humains, de tuer. Et Dieu, Allah, Vishnou, Zeus, Râ, etc. ne sont pas dans la constitution.

Ce qui veut dire aussi qu'un musulman (ou juif, ou autre) a aussi le DROIT de n'être pas d'accord et ne pas lire ce qu'il considère comme blasphématoire.

Mais pas plus, par contre il a le droit d'exprimer son désaccord, il peut publier des caricatures contre Charlie ou n'importe qui, ça ne pose pas de problème. La France est un pays de droit et ce droit n'est pas un droit divin, c'est un consensus entre tous les français et les français doivent en supporter les défauts ou limites comme ils en aiment les avantages.

Pour nous, Charlie Hebdo est un lanceur d'alerte. Quand il fait dire à Allah : "C'est dur d'être aimé par des cons", ce n'est pas pour se moquer des musulmans en général mais uniquement pour dénoncer ceux qui dénaturent l'Islam (les terroristes), cela devrait aussi alerter les musulmans.

Personnellement, je connais un endroit (j'y travaille souvent) où tout se passe naturellement, en paix, c'est La Réunion, département français au milieu de l'Océan Indien, où Indiens, Malgaches, Pakistanais, Chinois, Vietnamiens, Français d'Europe, Iraniens, Mahorais, Africains ... cohabitent sereinement chacun avec sa religion ou sa philosophie. Que cela nous serve d'exemple.

 

Que vous soyez pour ou contre Charlie, cela n'a pas d'importance si vous avez l'esprit ouvert, c'est des gens comme vous que nous aimons.

Nous reprenons cette phrase d'une petite fille (Léa, 6 ans) : "Quand on n'aime pas un dessin on ne tue pas les gens, on en fait un plus joli".

Allez, on vous fait découvrir des dessins de Charlie Hebdo sur la cause animale :

Lire (mrmondialisation)

12/01/15 Luc Besson, réalisateur du Grand Bleu, Léon, Lucy, ... s'exprime à propos de "Je suis Charlie".

 

La lettre émouvante de Luc Besson à ses frères musulmans #CharlieHebdo :

Mon Frère,

Mon frère, si tu savais combien j’ai mal pour toi aujourd’hui, toi et ta belle religion ainsi souillée, humiliée, montrée du doigt. Oubliés ta force, ton énergie, ton humour, ton cœur, ta fraternité. C’est injuste et l’on va ensemble réparer cette injustice. On est des millions à t’aimer et on va tous t’aider. Commençons par le commencement. Quelle est la société que l’on te propose ?
Basée sur l’argent, le profit, la ségrégation, le racisme. Dans certaines banlieues, le chômage des moins de 25 ans atteint 50%. On t’écarte pour ta couleur ou ton prénom. On te contrôle dix fois par jour, on t’entasse dans des barres d’immeubles et personne ne te représente. Qui peut vivre et s’épanouir dans de telles conditions ? Attachez un enfant ou un animal, sans nourriture et sans affection pendant des mois, il finira par tuer n’importe qui.
On fait passer le profit avant toute chose. On coupe et vend le bois du pommier et après on s’étonne de ne plus avoir de fruit. Le vrai problème est là, et c’est à nous tous de le résoudre.

Lire (artisthick)

09/01/15 L'éclat du Phénix, une nouvelle de Ray Bradbury qui donne une leçon de savoir vivre en cette période d'intolérance.

 

Voici une courte nouvelle de Ray Bradbury (auteur de science fiction : Chroniques martiennes, ...) et qui fut le point de départ de Fahrenheit 451, roman d'où fut tiré le film éponyme. Voici :

 

Un jour d'avril de l'année 2022, l'énorme porte de la bibliothèque se referma brutalement. Un véritable coup de tonnerre.
Bonjour, pensai-je.
Au bas des marches, dans son uniforme de la Légion Unie, un uniforme qui ne tombait plus aussi bien qu'il y avait vingt ans, un œil noir levé vers mon bureau, se tenait Jonathan Barnes.
Son attitude bravache momentanément en veilleuse me rappela dix mille discours jaillis de sa bouche en l'honneur des Vétérans, les interminables défilés drapeau au vent qu'il avait organisés tambour battant, se démenant jusqu'à plus souffle, les banquets de patriotes à base de poulet froid et de petits pois qu'il avait pratiquement préparés lui-même, sans parler des élans civiques avortés au fond de son chapeau.
À présent Jonathan Barnes gravissait lourdement le grand escalier grinçant, pesant sur chaque marche de toute sa corpulence et de toute l'autorité dont il venait d'être investi. L'écho de son tapage, répercuté par les vastes plafonds, avait dû offusquer même un homme de son espèce et le ramener à de meilleures façons, car lorsqu'il atteignit mon bureau, je ne perçus qu'un murmure dans l'haleine chargée d'alcool qu'il me souffla au visage.
« Je suis venu pour les livres, Tom. »

Lire (au format pdf)

 

Notes : 1) Il y a des références bibliques, donc culturelles, ne pas y voir de parti pris (je suis personnellement athée). 2) Nous n'avons pas sollicité d'autorisation de reproduction, nous pensons qu'il y a urgence (Nous sommes Charlie), en contrepartie nous vous encourageons à lire les auteurs de Science Fiction comme Ray Bradbury et d'autres (Clifford Simak, Théodore Sturgeon, ...) qui en prennent prétexte pour anticiper les travers ou espoirs de nos civilisations.

16/12/14 Enquête sur la terreur écologiste. C'est le titre de 1ère page du journal "L'opinion".  

 

Le lecteur était censé y apprendre, au long de deux pages perlées de fautes d’orthographe et de grammaire, que des écologistes - "quelques centaines" - faisaient régner... la terreur chez les patrons d’entreprises autour des sites du Testet, de Notre Dame des Landes et de Roybon. On apprenait de M. Eric Denecé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, qu’à Sivens (le barrage où Rémi a été tué) et à Notre Dame des Landes (NDDL, futur aéroport de Nantes ?), on avait "affaire à des activistes obtus, méchants et dangereux". D’où lui venait cette connaissance si intime et pleine de nuances des habitants des zones à défendre ? De l’opération du Saint Esprit, puisque ni lui ni les journalistes de L’Opinion n’ont été sur les Zad (Zone à Défendre, ndlr) et que le site de ce brillant expert ne livre aucun document sérieux sur la "menace écologiste".

Mais, au fond, peu importe. Le pesant travail de L’Opinion ne vise pas à informer, mais à créer un climat de violence. Et il n’a de sens que si l’on sait que cette feuille, dirigée par Nicolas Beytout, a reçu, comme l’a montré Mediapart plus de dix-sept millions d’euros des milliardaires Arnault, Bettencourt et autres oligarques.

Ces actes de désobéissance civile, au demeurant, découlent du sentiment d’impuissance qui finit par saisir les citoyens : que faire quand, après avoir respecté les règles, suivi les procédures, répondu aux enquêtes publiques, ils constatent, comme à Roybon, comme à Sivens, comme à Notre Dame des Landes, que, malgré des avis défavorables des enquêteurs, des Commisions officielles de protection de la nature, des avertissements de la Commission européenne, le gouvernement, les barons locaux et quelques entreprises continuent à détruire forêts, zones humides, campagnes ?

 

Dans la suite de l'article : La stratégie de la tension.

Lire (reporterre)

 

Tout est dit dans cet article, et bien dit. A peine y distingue-t-on un point de vue "de gauche" qui limite un peu le champ de vision vers une société écolo (basée sur les équilibres durables et non les rapports de force). Mais c'est un avis personnel.

13/12/14 Nous avons massacré la moitié de la vie sauvage entre 1970 et 2010. Et aucun signe ni volonté de ralentissement.

 

Lire (2ccr)

(les zones les plus touchées sont l’Amérique latine (-83%) et l’Asie-Pacifique.)

 

C'est une étude du WWF qui nous alerte. Alerte rouge hélas, et on nous promet toujours de la croissance, une sortie de crise, une population de 9 ou 10 Milliards d'humains en 2050, un doublement du trafic aérien aussi pour 2050. Qui sont les fous pour nous dire cela ?

Eh bien presque tout le monde si on compte ceux qui se bouchent les yeux, les oreilles et le nez.

Et si on arrive à ce chiffre de 10 milliards, ce sera dans un désert mondial privé de toute vie (*) et à l'état de zombies, seuls quelques privilégiés survivront encore 10 ou 20 ans dans quelques zones ultra-sécurisées.

Aujourd'hui, les bruits de guerres s'amplifient un peu partout. Dans les 2 hypothèses, tous les politiques et financiers nous mentent effrontément avec l'assurance de leur bunker réservé et de n'être pas de la chair à canon.

 

Ca, c'est le discours catastrophiste. On peut en tenir un autre : nous prenons notre destin en main et cela passe aussi par prendre le destin du vivant en compte autant que le notre, rendre à ce monde ce qu'on lui a volé, nettoyer la merde qu'on a semé, vivre modestement (matériellement parlant) et redévelopper nos facultés d'invention, d'adaptation, d'émerveillement, de créativité. En bref tout ce qui fait que l'homme n'est plus un animal.

Ce que les 100 dernières années ont oublié. : toute les inventions humaines sont tombées aux mains de salauds et de pillards qui ont écrit les lois pour eux.

 

(*) toute vie sauvage, les écosystèmes sauvages sont gratuits et font un extraordinaire travail d'absorption du CO2, de purification des eaux, d'apports de limon, de régulation du climat, de fixation des sols. Toutes choses qu'il faudra faire artificiellement très bientôt. Mais puisqu'on nous dit que nous sommes des dieux ...

11/12/2014 Lanceurs d'alerte ? Parce que dans ce monde où tout fout le camp, on use de plus en plus de procédés inavouables. Aujourd'hui, les femmes lanceuses d'alerte, 4 témoignages.

 

Nous connaissons tous Julien Assange, Edward Snowden, Bradley Manning ou Gilles Séralini. Ils ne sont pas les seuls à payer très cher leur courage à dénoncer les méthodes délétères des puissants de ce monde, les femmes aussi font leur part :

- Stéphanie Gibaud, qui fit éclater le scandale de la banque suisse UBS.
- Nicole Marie Meyer, dénonçant les gabegies et les dérives de la diplomatie française.
- Emmanuelle Reix, obstinée dans sa lutte contre l'emploi "à discrétion" des pesticides.
- Annie Thébaud-Mony, qui mène un combat sans merci pour la reconnaissance des cancers professionnels. Les industriels se justifiant sur leur "nécessité" pour le bien être de l'humanité. Ben voyons !

Lire (elle)

 

Etonnant comme toutes ces personnes sont proches des valeurs défendues par l'écologie. Ecologie qui doit se battre sans cesse et chaque jour contre la négation de fait du vivant, de la valeur humaine et de la nature en général par les institutions et les industries. Au nom du "progrès", ou même au nom de la défense du monde "libre".

Au nom du pire et de la phynance, et rien d'autre.

23/10/14 L'urgence écologique, les politiques dans le monde ne sont pas à la hauteur des enjeux.

 

C'est un peu par hasard mais plusieurs actualités de différents pays vont dans le même sens : garder une planète vivable pour nos descendants demande des décisions politiques, économiques et financières qui vont à l'encontre des intérêts à court terme des grands holdings financiers et industriels.

- Le président Obama propose de réduire les émissions de CO2 de 30% dans son pays d'ici 2030, les industriels y sont opposés.

- La loi de transition énergétique, en France, n'inclut pas les moyens financiers nécessaires. La fiscalité verte n'étant plus qu'un élément de discours, Christian de Perthuis, Président de cette commission, vient de démissionner.

Lire (lemonde)

 

- Les français, dans le contexte général de désinformation ("la croissance, la croissance, rien que la croissance") négligent les risques environnementaux. Pourtant, les crues de ces dernières semaines ne sont pas extraordinaires, mais on oublie qu'on ne doit pas construire dans le lit majeur des rivières (Var, Gard et Hérault), ni détruire les moyens naturels de régulation (haies et bosquets, mares, zones humides) auxquels il faut ajouter le drainage des champs.

Lire (jdle)

 

- La France mise toujours sur le nucléaire, industrie en déclin, alors que les énergies renouvelables sont d'ores et déjà moins chères à produire (mais un peu moins régulières). Et sans déchets peu gérables pour les millénaires à venir.

Lire (transitionenergetique)

17/10/14 La bio-piraterie : comment s'approprier et vous faire payer ce que d'autres ont découverts.

 

Le protocole de Nagoya, entré en vigueur ce dimanche 12 Octobre, doit empêcher le vol des savoirs ancestraux par les industriels. Plongée dans nos placards pour un inventaire, non exhaustif, des produits déjà pillés.
Aux quatre coins de la planète, les biopirates prospectent. Dans les zones assez reculées pour que des communautés y vivent encore tranquilles, des envoyés spéciaux de l’industrie pharmaceutique, cosmétique ou agroalimentaire sondent les chamans et guérisseurs pour leur extirper leurs recettes. Au sein de l’Icra, la Commission internationale pour les droits des peuples indigènes, Hervé Valentin parle « d’un pillage en règle » entraînant des hausses de prix, une concurrence déloyale et la surexploitation des ressources.
- En 1997, le semencier RiceTec dépose un brevet sur le croisement d’un riz américain et d’un riz basmati. Ce produit, finalement très semblable au riz basmati classique, représente une concurrence déloyale pour l’original. Pire, « certaines populations autochtones étaient contraintes de payer des royalties pour une semence que plusieurs générations d’entre eux avaient contribué à créer », indique Archibald Neyvoz, volontaire chargé de la biopiraterie à la fondation France Libertés. Une campagne de boycott et plusieurs manifestations de paysans plus tard, la firme RiceTec se voit retirer son brevet et interdire le droit d’utiliser le nom « basmati » sur ses sachets de riz.
- Répandu sous forme d’infusion, le rooibos, plante qui ne pousse qu’en Afrique du Sud, est aussi bénéfique pour la peau que pour les cheveux. Raison de plus pour qu’en 2010, le groupe Nestlé, à l’époque détenteur du 30% du capital de L’Oréal, s’y intéresse. Cinq brevets pour des usages allant de la sauce salade au rouge à lèvres sont alors déposés. La démarche a heurté l’association suisse La Déclaration de Berne. Cette ONG d’aide au développement accuse Nestlé de violer à la fois la Convention internationale sur la biodiversité de 1992 et la loi sud-africaine. En s’emparant des usages du rooibos, la multinationale suisse prive le pays des retombées de cette richesse.
- Le curcuma : cette autre richesse indienne a suscité la convoitise des universitaires. En 1995, l’université de recherche médicale du Mississippi dépose un brevet sur les propriétés anti-inflammatoires de la plante. Très vite, les autorités indiennes ripostent arguant que la découverte revendiquée par les chercheurs est un savoir traditionnel connu de longue date. Depuis, cette plante ne fait plus l’objet d’aucun dépôt de brevet.
La plupart des propriétés de cosmétiques dits naturels ont été identifiées par les populations autochtones. « Certaines communautés ont livré leurs savoirs sans jamais connaître l’usage qui par la suite en a été fait » , souligne Louisa Crispe, à la fondation France Libertés. « Un vrai problème éthique », ...
- "L’arbre miracle", le neem. C’est l’acte fondateur de la lutte contre la biopiraterie. Dans les années 1990, le neem, un arbre indien réputé pour ses propriétés médicinales, suscite toutes les convoitises. Pas moins de 64 brevets sont alors déposés. Dès lors le prix du neem s’envole de 7 à 70 roupies le kilogramme (de 0,09 euro à 0,90 euro). Cette inflation prive les communautés locales d’un arbre surnommé « pharmacie du village ». Vandana Shiva, figure emblématique de l’altermondialisme, fait alors pression sur l’Office européen des brevets (OEB) pour que l’antériorité des savoirs traditionnels soit reconnue. Ce fut chose faite en 2001.

Lire (terraeco)

 

On pirate un peu l'article (on en reprend ici un peu trop) mais on vous fait (re?)découvrir le site qui a besoin d'un petit coup de main financier.

14/10/14 A propos de la voiture électrique.

 

Vous avez du lire:

- projet de prime-bonus de 10 0000 € pour l'achat d'une voiture électrique.

- projet de mise en place de dizaines de milliers de prises-chargeurs.

 

Ce qu'on oublie de vous dire :

- Une batterie coûte 10 à 15 000 €. La Zoé de Renault coûte 25 000 €

- Une prise avec chargeur rapide, 1 500 à 3 000 €. Voire 20 000 € pour une charge rapide (+ dégradation des performances de la batterie).

- Autonomie (100 à 200 km) donnée pour une utilisation sur route plate et en conditions idéales.

- La densité d'énergie d'une batterie est 10 à 20 fois plus faible qu'un carburant conventionnel : pour 500 km il faut environ 500 kg de batteries.

 

Il semble bien qu'il y ait du lobbying industriel là-derrière. C'est à dire des spécialistes de la technique qui cachent ce qu'il faut cacher à des politiciens ignorants, sinon ignares, en technique donc crédules.

Ces derniers ne pensent que d'une seule façon : remplacer des voitures polluantes par d'autres plus propres.

- On reporte la pollution ailleurs (nucléaire, fuel, charbon, ...).

- Personne ne pense au fait qu'on a construit les domiciles loin des lieux de travail, et c'est une aberration de l'aménagement du territoire. Mais là, pas touche, il y va de la spéculation foncière et ça rapporte aussi à l'état.

- La vente de voitures électriques est anecdotique et ne peut répondre qu'aux besoins de quelques riches amateurs.

 

Et si on regarde bien : on vous vend un véhicule très lourd et peu performant (14 ou 1600 kg) pour emmener moins de 100 kg de charge utile (une personne dans la plupart des cas) et ne résout en rien les problèmes futurs (embouteillages, stationnement, économies d'énergie, ...). CQFD.

Regardez-y à 2 fois avant de subventionner n'importe quoi : une prime pour vélo électrique accompagnée d'aménagements routiers peu coûteux aurait de bien meilleurs résultats. En attendant une politique de réaménagement du territoire ambitieuse.

Lire (actuenvironnement)

Lire (challenges)

09/10/14 L'Etat Islamique en Syrie : qui l'a créé, qui le finance ? Réponse: l'Occident.

 

Vous avez compris que nous détestons la guerre, elle n'est qu'un moyen d'imposer une volonté, toujours. Gandhi a montré qu'il était possible d'opposer victorieusement l'intelligence à la force, je serais tenté de conclure que ceux qui pensent "guerre" sont bêtes. Revenons aux faits :

Qui a créé l'Etat Islamique ? Les USA pour contrer Bachar El Assad, et plus globalement pour diviser les populations de la région. C'est un aveu d'Hilary Clinton

Lire (lagueuleouverte)

 

Bien sûr il faut des armes : armer DAESH a été présenté comme une lutte pour la démocratie, contre la dictature d'Assad. Puis Daesh s'est emparé d'armements irakiens, matériel US. Et enfin le nerf de la guerre : l'argent. Les pays occidentaux ne se gênent pas pour acheter du pétrole à DAESH au prix de 12$ le barril (cours officiel autour de 100$).

Lire (amanar)

 

Et tout le monde fonce tête baissée et approuve. La diplomatie et la politique extérieure de nos pays occidentaux (de droite comme de gauche) se révèlent ici au grand jour : de l'argent, du pétrole, de la croissance à n'importe quel prix, avec n'importe quels mensonges.

02/010/14 Jihadistes, le retour. Ce que fait le Danemark.

 

Mais en quoi cela concerne-t-il l'écologie ?

L'écologie raisonne principalement en termes d'équilibres quand la plupart fonctionnent en termes d'affinités, de rapports de force, de comparaison à soi-même. Cela met en lumière que les pays occidentaux fonctionnent aussi dans le repli sur soi, la peur des autres, la peur de la différence.

 

En France, on a décidé de traiter les jihadistes de retour des pays en guerre comme des criminels en puissance. Ce qu'ils étaient en partant.

Mais au retour, ce sont souvent des gens désabusés, leur vision extrémiste du monde confrontée à une réalité beaucoup moins exaltante. Et dans leur tête aussi ils en sont revenu.

Alors que leur conscience a commencé à faire le chemin inverse, la France les rejette d'office : prison, confiscation de passeport, ...

Le Danemark a choisi une autre voie : il les accueille. Et sur la base du volontariat, leur donne une chance :

Face aux critiques qui estiment que sa méthode est risquée, Steffen Nielsen rétorque qu'éviter le tout répressif a permis à plusieurs jeunes hommes de se réintégrer correctement, et par exemple de reprendre leurs études.
"Nos méthodes ne sont pas les seules, mais elles sont un complément génial et peu cher."
Pour Mehdi Mozaffari, expert interrogé par Al-Jazira, le programme mis en place à Aarhus va dans le bon sens, mais n'aura pas d'impact significatif s'il n'est pas mené à une échelle plus large, en l’occurrence celle du pays, voire de l'Union européenne.

Lire (bigbrowser)

 

Ce point de vue nous montre ce que l'écologie peut apporter à notre société. Les promoteurs de cette méthode n'ont jamais prétendu être écologistes, mais leur démarche l'est.

30/09/14 Edward Snowden, Prix Nobel alternatif.

 

Il y a ce que l'on veut bien nous montrer, dans les journaux télévisés par exemple, et le reste. Souvent moins joli, quelques fois jusqu'à la nausée, cet état de fait donne naissance à ce qu'on appelle "les lanceurs d'alerte", comme les détecteurs de fumée dans les bâtiments nous préviennent d'un début d'incendie avant même que l'on s'en rende compte.

 

 Chaque année depuis 1980, le Parlement suédois accueille en décembre la remise des Prix Right Livelihood, considérés comme un "Prix Nobel alternatif". Créé par un ancien député, le prix a "pour objectif de créer un espace où le Lauréat pourra se faire entendre". Tous les ans, le gouvernement ouvre les portes d'une salle de presse du ministère des affaires étrangères pour qu'y soit dévoilée aux médias la liste des personnalités primées. Mais cette année, alors que l'invitation avait été confirmée il y a une semaine, les autorités suédoises ont prétexté une mesure de sécurité instaurée au 1er septembre pour justifier que les portes restent closes. La raison officieuse : elles ont appris qu'Edward Snowden faisait partie des lauréats.
La Fondation a souhaité récompenser l'ancien agent de la NSA pour "son courage et son talent" dans sa décision d'informer le public sur les programmes de surveillance massive mis en œuvre par les Etats-Unis et par ses alliés occidentaux.

Lire (numerama)

 

Nous vous présentons le cas d'E. Snowden comme exemple parce que tout le monde en a entendu parler, nous voulons simplement attirer votre attention : de nombreux lanceurs d'alerte sont anonymes, passionnés, et tout aussi maltraités. Beaucoup sont écolos mais pas seulement, ils sont virés comme des malpropres de leur entreprise ou administration, il y en a dans tous les secteurs de l'industrie, de la recherche, de l'Etat, des ONG, etc. Et pourtant tout irait mieux si on les écoutait.

22/07/14 Il faut que personne ne se rende compte qu'on pourrait vivre en travaillant 2 fois moins.

 

Perso:

- Evaluez ce dont vous avez vraiment besoin pour vivre et évaluez ce que vous avez (surtout ce qui ne vous sert qu'un jour ou deux par an)

- N'oubliez pas que vous achetez toujours l'option maxi. Comme la capacité de votre voiture,  ou la surface de votre maison qui sera vide dès que les enfants sont partis.

- N'oubliez les soins que vous prenez pour palier aux défauts de la sédentarité : nous sommes conçus pour marcher et trotter 15 km par jour à 20/30 ans.

- Les achats pas chers qui sont de la merde.

- La spécialisation ou votre métier dans lesquels on vous a enfermé et vous force à acheter/monnayer tout le reste, y compris des carottes râpées vinaigrette. Vous ne savez plus rien faire, vous n'avez plus le temps, ou on vous le fait croire.

 

Plus collectif :

- Les normes obligatoires pour tous  à cause de quelques imbéciles maladroits.

- Les normes obligatoires pour tous à cause des rêves de quelques lobbies influents.

- Celles qui font marcher le commerce.

- L'obligation de se vêtir comme si c'était tous les jours dimanche.

- Placer vos petites économies dans ce qui apparaît n'être que des arnaques bancaires.

 

Global :

- Le report sur le particulier de ce qui incombe à la société : une usine s'implante là où elle maximise ses profits. C'est l'employé qui doit s'adapter, habiter loin (because spéculation immobilière ou interdiction par les Plans locaux d'urbanisme (PLU).

- Le "social" devient l'assistance respiratoire obligatoire –donc hors de prix- pour une majorité de gens et surtout les jeunes, on tue l'avenir pour maintenir un PIB du présent.

- Vous avez toujours cru que l'informatique supprimerait des contraintes, simplifierait et accélérerait les choses ? Pas du tout, elle s'auto entretient et complexifie tout en sur contrôlant. Bref, il y a encore plus de frais de fonctionnement qu'auparavant (personnel + matériel), on en a aussi profité pour multiplier les normes : 400 000 !!!. La France est 126ème sur 144 en lourdeur administrative.

 

Alors ?

- Trouvez un boulot près de chez vous, à ¼ d'h maxi en bus, vélo ou à pied. La paye n'est pas le critère, il faut que le boulot vous convienne.

- A mi-temps : 20 ans de votre vie ou 20 h par semaine ou 6 mois par an, peu importe. 2/3 temps si vous avez un peu peur.

- un logement juste à vos besoins : 25m2 + 10 par personne supplémentaire, environ, utilisez du mobilier astucieux : pliant, superposable pour gagner de la place, payez l'hôtel à vos invités (quelques nuitées par an). Une douche, pas de baignoire. Plus grenier ou cave.

- un jardinet (50m2 + 50m2 pelouse/verger, ou + si affinités, vous échangerez) pas trop loin (quittez les grandes villes), une petite serre sur le balcon, pour les semis et fines herbes. Lancez-vous dans la permaculture.

- congélateur de 100 l pour des achats en quantité, ou la cuisine en quantité, à installer dans la pièce la plus fraîche. Sinon, faites des conserves mais ça revient au même prix.

- réapprenez à faire les gestes que tout le monde savait faire il y a 50 ans : cuisiner, ravauder, bricoler. Echangez avec vos voisins si vous n'êtes pas doué en tout, c'est normal.

- une bonne ballade remplace avantageusement un cinoche ou un resto.

- internet remplace la télé et le portable, à partir de 10€ par mois. C'est vous qui choisissez vos infos et vos programmes.

- faites de la musique, peinture, artisanat d'art, ou toute autre passion. A partager entre amis.

- connaître un max d'astuces : si vous avez froid aux pieds, il faut mettre un bonnet. La tête évacue 25% de votre énergie en situation normale.

 - Chauffez à 16-18° la pièce à vivre + un bon pull, une chemise canadienne ou une djellaba et mettez une brique vernie chauffée sur le radiateur (dans une serviette) sous les draps 1/2h avant de vous coucher.

- Restez en bonne santé : vous êtes conçus pour marcher/trotter 10 à 15 km par jour, vous n'avez pas besoin de plus de 200g de viande par semaine (on n'est pas vraiment fait pour).

- Coupez cette viande en tous petits morceaux, vous obtiendrez les mêmes sensations gustatives que le triple en gros morceaux et évitez le porc (la plus mauvaise graisse pour l'organisme). Mais une frisée aux lardons, laissez-vous craquer de temps en temps.

- En général, ne faites plus rien proposé avec des subventions, c'est repris en mieux par les impôts ensuite, faites le en douce avec vos copains.

- Si vous êtes en pavillon, installez des toilettes sèches et faites votre compost.

- Favorisez tout ce qui relève de l'économie circulaire, du recyclage et de l'occasion.

 

Au plan collectif :

- Les municipalités ont des leviers d'action contre la spéculation foncière par la construction de logements à proximité des lieux de travail, sur le réaménagement équilibré des villes.

- Favoriser les lieux d'échanges de savoir et savoir faire, d'ateliers d'entraide animés par des associations.

- Intéressez-vous aussi aux slow food, incredible vegetables, cita slow, Amap, …

- Participez aux projets d'énergies renouvelables et citoyennes, de culture urbaine, …

- Elargissez le cercle familial, les papy/mamy sont toujours d'un grand secours et la réciproque est aussi vraie. Ils peuvent être dans le logement ou voisins, questions de choix.

 

Conclusion ?

Vous serez heureux car vous aurez une maîtrise plus grande de votre destinée, vos dépenses courantes auront chuté de façon conséquente : 30 %, 40%, 50% ou plus.

- Sans voiture, vous ne pouvez plus aller où vous voulez quand vous vous voulez comme vous voulez ? Vous apprenez à vous organiser, partez moins et partez mieux, vous redécouvrez le temps de rêver, penser, discuter, 100% de vos neurones sont tournés vers le sourire à la vie au lieu de combattre le stress et les faux problèmes.

- Vous aurez gagné beaucoup de temps, reposé, heureux, plus savant et plus autonome, plus critique sur la vie de fous qu'on nous fait mener, disponible pour vos enfants. Avec moins de frais de garde, vous leur transmettrez vos passions et savoirs, aiderez aux devoirs : vous préparez leur avenir ensemble. Vous aurez des amis, des vrais, que vous verrez souvent.

En fait, vous ferez bien 35 ou 40h par semaine, mais la moitié sera vraiment pour vous et votre entourage. L'autre moitié constitue votre participation à la (bonne ?) marche de la société.

 

On ne vous a pas ici parlé économie, écologie globale, banques, politiques agricoles et industrielles, écoles Freynet & Co, … vous pouvez imaginer tout ce qui est encore faisable en ces domaines pour avoir un chouette cadre de vie pour nos petits enfants (je suis grand père, 5 fois).

Doit-on rappeler que l'écologie est l'art de faire vivre le monde, et  l'économie, son quasi synonyme, est devenue l'art de le détruire ? Au nom de principes aimables mais saugrenus : PIB, croissance infinie, …

 

Pour vous aider ? http://www.lavieduboncote.info, les pages "trucs et astuces", "revivre/solutions alternatives", et plein de doc et pdf à télécharger (400). Et sûrement beaucoup d'autres sites.

10/07/14 L'écologie dérange, aujourd'hui c'est le maire de Grenoble qui est dans le viseur. Arrêt sur image (de Daniel Schneiderman) a enquêté.

 

Nous n'aimons pas que l'écologie soit attaquée en usant de moyens pas très nobles. C'est ce qui arrive au maire écolo de Grenoble, Eric Piolle.

Bien sûr, cela nous fait sortir de notre cadre habituel, nous laissons ordinairement l'écologie politique aux sites ad hoc, mais ici il est question de défendre l'écologie en général.

De plus, pour le site Arrêt sur Image : ce contenu a été voté "d'utilité publique" par nos abonnés, ou sélectionné par la rédaction pour être gratuit. Il est temporairement accessible à tous, abonnés et non abonnés. Extraits :

 

"Scandale", "une bombe", "imposture", "duplicité", "mensonges"... N’en jetez plus : la section iséroise de l’UMP tire à boulets rouges sur le maire Vert de Grenoble, Eric Piolle, élu sur une liste écolos, Parti de gauche et mouvements citoyens. Objet du scandale ? Selon des documents consultés au tribunal de commerce de Grenoble par l’UMP, il apparaît que le maire est actionnaire de Raise Partner, décrite par la section locale comme "une société de conseil aux professionnels de la finance pour minimiser les risques" et – qui plus est – "vend ses logiciels miracles… à Guernesey et aux Iles Caïmans". Or Piolle, dans son programme de campagne, invitait à "boycotter les banques qui pratiquent les paradis fiscaux". C’est dit : le maire Vert est un traitre doublé d’un vendu.

Le scandale est illico relayé sur le site d’Europe 1 Le Lab ...

 

... "contrairement à ce qu’on laisse croire, nous ne pratiquons pas l’optimisation fiscale. Je (le PDG) travaille sur l’optimisation de portefeuille, ce qui n’a rien à voir. C’est un modèle mis au point par l’économiste Harry Markowitz dans les années 50 pour lequel il a remporté un Prix Nobel". La société de ce docteur en mathématiques appliquées développe donc des logiciels pour mesurer le risque pris par un produit financier – une Sicav ou un fonds quelconque – en fonction du rendement attendu. Grâce à des algorithmes, les logiciels déterminent si les placements des investisseurs sont peu ou au contraire très risqués. Une sorte de baromètre du risque. "Avec ces outils, on aurait pu mesurer le risque des subprimes et prévenir la crise" explique Oustry. Cela dit, si ces logiciels mesurent, ils ne régulent pas la finance, "de la même façon que les constructeurs de bâtiments antisismiques n’empêchent pas les tremblements de terre mais inventent des matériaux pour rendre les murs solides.

 

Et enfin : "à deux reprises, nous avons vendu nos outils à des clients qui nous ont réglé les factures via leur filiale située pour l’une aux Iles Caïmans, pour l’autre à Guernesey. Nous n’avons pas eu le choix, et ce n’est arrivé que deux fois". En gros, c’est comme si vous vendiez une prestation à Amazon qui choisit de vous payer via sa filiale au Luxembourg.

 

L'article intégral est téléchargeable ici (Arrêt sur image nous pardonne ?)

Lire (au format rtf, lisible par tous les ttx)

25/06/14  Les français se sentent de plus en plus écolos, ce constat surprend mais il est vrai. Avec quelques réserves cependant.

 

La prise de conscience écologique des français est réelle, malgré ou à cause de la crise économique ils sentent que les solutions sont "ailleurs", en dehors des solutions habituelles : la croissance, la croissance, la croissance. Ah, j'oubliais : la croissance.

Sauf les plus de 60 ans.

Il s’agit désormais, d’une volonté de «préservation de la nature», de l’air et de l’eau d’abord, pour que la Terre (et d’abord notre pays) soit vivable, si possible agréable, pour les générations futures. Une visée environnementaliste, un souci de «respect de la nature», d’une nature que les activités humaines, industrielles surtout, pollueraient et abîmeraient de manière irrémédiable. On sent poindre un mythe très puissant de «retour à la nature», à la fois très compréhensible dans cette époque industrialisée et mondialisée, et peut-être problématique, tant l’écologie n’est pas qu’environnement, mais relation interactive de l’homme à la nature, dans un système où l’homme, aussi, façonne et domestique la nature.

76% des Français estiment que les scientifiques évaluent correctement les risques de réchauffement climatique (contre 72% en 2011 et 66% en 2010). Et 46% des personnes interrogées estiment même que l’on ne parle pas assez du réchauffement climatique contre 12% qui estiment que l’on en parle trop. Les Français sont 92% à considérer que l’environnement au niveau mondial est «en mauvais état».
73% des citoyens estiment que les conditions environnementales sont «moyennes» ou «mauvaises» dans leur propre pays. L’inquiétude se porte d’abord sur la pollution de l’air (26%) et de l’eau (19%).
Sur quels terrains agir, en priorité ? La pollution de l’air (43%), le réchauffement et le changement climatique (32%), la disparition des espèces – animaux et plantes (30%), la pollution de l’eau (28%), la disparition des forêts (26%). Dans toutes les études d’opinion, nos compatriotes s’affirment de plus en plus «verts». De plus en plus soucieux de préservation de la nature. La notion de « développement durable », progresse chaque année en notoriété : 33% en avaient entendu parler en 2002, 57% en 2005, 79% en 2007, 91% en décembre 2009.

Les principales menaces citées pour la biodiversité sont la pollution des sols (46%), la pollution des milieux aquatiques (43%), les changements climatiques (26%), la pollution de l’air (26%), l’extension des villes (20%).

Lire (huffingtonpost)

 

Nota : mais dans les urnes, les candidats écologistes ne les tentent pas. Ces mêmes candidats devraient sans doute se poser des questions.

24/06/14 Mondial, la coupe du monde de foot devrait toujours avoir lieu au Brésil. La forêt perd chaque année l'équivalent de 3 millions de terrains de foot.

 

A qui profite le crime ? Pas aux indiens, occupants immémoriaux de ces forêts, qui n'ont pas la notion de propriété de ce qui ne leur appartient pas (contrairement aux européens "civilisés"). Pas aux populations brésiliennes trop souvent confinées dans les favelas.

Allons, cherchez encore !!! Mais oui, c'est pour nous, pour avoir des meubles pas cher, des transats pour bronzer 15 jours par an, pour la pâte à papier des pubs qui envahissent nos boîtes aux lettres, les steaks hachés du McDo.

 

Il reste qu'on pourrait y faire jouer 66 millions de footballeurs + les arbitres, entraîneurs et remplaçants (et chaque année, 66 millions de plus !). Et 24h/24, le paradis sur terre éclairé par le futur barrage de Belo Monte.

C'est beau la civilisation.

Lire + vidéo (altermonde)

 

Ah oui, on voulait aussi vous dire que le système métrique n'existe plus, les journalistes donnent les superficies en "terrains de foot ou basket", les volumes liquides en "piscines olympiques", les distances pifométriques en "heures de TGV". ...

Nous donnerons désormais les volumes en "cuillères à soupe", "brouettes" ou "wagons", les vitesses en "vroom-vroom" plus ou moins aigus ou "cheval au galop", les petites épaisseurs en "poils de cul de grenouille", les grosses épaisseurs en "tartines", etc.

12/06/14 Le viol est un crime parfois légitime, parfois injuste, nous dit un ministre indien.

 

Pour les femmes c'est le pays de la honte, l'an dernier il avait fallu une immense indignation internationale pour qu'on arrête des policiers violeurs,  de nouveau pour poursuivre les violeurs et tueurs dans un autobus. Une femme est violée tous les 20 mn en Inde.

Nous devons montrer cette indignation mondiale :

Lire et signez la pétition(avaaz)

 

On ne sera respecté que si l'on respecte, c'est même un principe de base de l'écologie, au propre comme au figuré.

07/06/14 Guenons, projets de loi sur les prisons, et autres commentaires.

 

On ne peux rien faire sans respect, et quand il n'y a plus de respect, il y a besoin de justice. Partant de là, qu'est-ce que la Justice (avec J majuscule) ?

La Justice est une institution qui a pour rôle d'empêcher la récidive des délinquants et criminels, le but est donc que la société en général fonctionne mieux. Soyons bien d'accord, la ou les victimes ne seront que rarement dédommagées équitablement (il faut l'accepter) mais la société se portera mieux dans son ensemble. Si on ne reste pas au raz des pâquerettes comme la loi du Talion (œil pour œil, dent pour dent).

 

Mais que constate-t-on ?

- Une ministre, d'origine noire, qui se fait taxer de guenon. Et ceux qui insultent se réclament défenseurs de la justice ?

Voir (leplus.nouvelobs)

- Les mêmes (plus exactement leurs mentors) réclamaient d'exclure les délits financiers pour les peines de prison.

Lire (le parisien)

- Toujours plus de lois (un fait, une loi), donc de moins en moins efficaces surtout en cette période difficile, et toujours des projets de construction de prisons.

 

Rien n'est parfait mais pour une fois qu'un ministère comprend mieux les problèmes et essaie de sortir de l'impasse ...

01/06/14 Le gouvernement projette de réécrire (réduire) la charte de l'environnement. (par Arnaud Gossement).

 

Ce 27 mai 2014, le Sénat a voté, dans l'indifférence générale, une proposition de loi constitutionnelle qui modifie la rédaction, au sein de la Charte de l'environnement, des principes de précaution, de participation et d'éducation à l'environnement. Le texte vient d'être transmis à l'Assemblée nationale.

Ne nous y trompons pas. Si la présentation des motifs de ce texte se veut rassurante, son objet est clair : rouvrir le débat sur la Charte de l'environnement dans un contexte radicalement différent de celui de 2004. Depuis, et surtout depuis l'échec du sommet de Copenhague de 2009, une vague d'écoloscepticisme déferle parmi les responsables politiques. L'heure n'est plus aux grandes déclarations sur "la maison qui brûle" ou au Grenelle de l'environnement. L'heure est donc la bonne pour remettre en cause et défaire.
La Charte de l'environnement, votée au terme d'un débat passionné et passionnel, témoigne d'un équilibre délicat et qui peut être aisément fragilisé. Comme pour tout texte constitutionnel, c'est d'une main tremblante qu'il faut envisager sa réécriture au risque de rompre l'équilibre de l'ensemble.
C'est pourquoi j'ai été stupéfait de constater que, lors de la discussion en séance publique de la proposition de loi constitutionnelle ce 27 mai 2014, la Secrétaire d'Etat a défendu un amendement tendant à inscrire un article 34-2 au sein de la Constitution dont l'objet était de dévitaliser complètement le principe de précaution.

Lire (arnaudgossement)

 

C'est sûr aujourd'hui, il y a le feu mais "on" ne veut pas des pompiers. En tout cas pas avant que tout soit brûlé.

27/05/14 Trains trop larges, rectificatif.

 

.Eh bien nous nous sommes trompés. Nous avions cru que les informations disponibles sur internet étaient fiables. La plupart de ces médias ne feront pas de rectificatif ni de mea culpa. Nous si. Nous tenons à diffuser une information honnête et fiable et nous assumons nos erreurs (l'édito du 21 ne disparaît pas, vous pouvez mesurer l'importance de l'erreur).

 

La plupart des régions savaient que les nouveaux matériels TER nécessiteraient des travaux d’adaptation des quais.« Nous avons été informés de ce problème depuis plusieurs mois »,indique à la Nouvelle République du 22 mai François Bonneau, président de la région Centre, en rappelant que les travaux sur les quais ont déjà été effectués sur les zones concernées.
De son côté, Alain Le Vern, ancien président de la Haute Normandie, désormais directeur général SNCF Régions et Intercités, affirme savoir depuis deux ans qu’il y aurait des aménagements à prévoir. Le 18 février dernier, l’ARF (Association des régions de France) a d’ailleurs demandé dans une lettre à RFF (que s’est procuré Ville, Rail & Transports) d’en donner le montant précis à chaque région. Jacques Rapoport a répondu le 18 mars, évaluant à 50 000 euros en moyenne le coût de chaque intervention.
En période de disette budgétaire, ce n’est jamais une bonne nouvelle. Elle alimente les craintes des régions qui craignent de devoir encore mettre la main à la poche, alors que les relations avec la SNCF sont déjà extrêmement tendues. Parmi les récriminations, elles jugent les factures de leurs TER trop chères et surtout trop opaques.

Télécharger (Villerail&transport, pdf 4 pages, 2ème article)

 

Prenez le temps de lire la suite sur le pdf, vous comprendrez mieux l'évolution des transports par fer.

21/05/14 Des trains trop larges, des quais à transformer ? On commence à voir les résultats de décisions ubuesques.

 

Voici une information qui tient de l'anodin et fait sourire, elle met cependant en évidence l'ineptie de l'organisation de nos sociétés et surtout de ceux qui créent ces situations :

Un nouveau type de train régional est trop large de 20 cm et ne peut passer en gare !! Il faut 60 ou 80 M€ pour rectifier les quais et la facture serait payée par les régions. Il faut savoir aussi que la SNCF gère la circulation des trains, que les voies appartiennent à RFF (réseau ferré de France) à qui la SNCF paie une location.

Lire (arretsurimage)

 

Bref, on a créé une usine à gaz où tout est fait pour que les problèmes apparaissent (essayez de récupérer une locomotive "marchandise" pour dépanner un train de voyageurs, vous verrez). Et devinez quoi ?

Après la division de la SNCF en 2 entités séparées (SNCF et RFF), la raison étant la location des voies à la concurrence (ainsi que le transfert du déficit de la SNCF), la SNCF étant elle même subdivisée en "voyageur" et "marchandise", on a créé des services indépendants et peu communicants, en un mot des administrations et règlements supplémentaires.

En généralisant, toute notre société se bureaucratise, se spécialise comme pour constituer un toit où les tuiles seraient les unes à côté des autres (sans chevauchement), chacun prenant ses décisions en fonction de son petit univers. Et à chaque pluie, tout fuit.

Que croyez vous que l'on envisage ? Un organisme supplémentaire pour colmater les fuites.

Notre société est passée du code Hammourabi, tenant sur une pierre gravée, à des millions de pages de lois et règlements toutes plus absconses les unes que les autres. Et où l'essentiel s'est perdu : nous aimons vivre.

 

J'aimerais faire un petit parallèle : dans les années 80, je faisais des programmes en turbopascal ou assembleur sur un processeur Z80 -8000 transistors, 8 bits à 2,5 MHz et quelques Ko de mémoire-, ils tournaient aussi vite qu'en VBA sur une machine actuelle sous Windows 32 bits -10 millions de transistors à 2,5 GHz et 2 Go de mémoire, soit 1000 fois plus vite et 500 mille fois plus de mémoire-. Ne pourrait-il y avoir un juste milieu ?

Dans les milieux informatiques on aime bien dire que Windows est le plus gros virus connu. Idem pour nos lois ?

15/03/14 Pollution de l'air et autres âneries qui empêchent la ré-industrialisation de notre beau pays.

 

Si vous avez lu l'article sur le "plan vélo", favoriser le vélo est une attaque en règle contre les fabricants de voitures, dixit l'automobile-club.

La réponse arrive d'elle même cette semaine par une pollution persistante aux particules fines issue essentiellement des bagnoles (les diesels) et camions. 30 départements touchés depuis 4 jours et ça devrait durer jusqu'à ce qu'un petit vent sympa veuille bien s'y mettre.

Pauvres industriels, pauvres politiques impuissants ? Ils ne peuvent pourtant pas dire que ce n'était pas prévisible ! Les effets sur la santé de millions de gens, pour eux ce n'est pas grand chose, il faut faire du chiffre d'affaire ou du PIB.

Les transports urbains sont gratuits ce week-end, mais qui va payer la facture ? pas l'automobile-club en tout cas.

Et Lundi et les jours suivants, quid de la santé de millions de personnes. On a même osé dire que cette pollution était bien moindre que celle des villes chinoises. ce n'est surtout pas une raison pour justifier l'injustifiable.

Pire, une multitude de projets veulent densifier les villes. Comment ? En construisant des bureaux en centre ville (surtout à Paris, les bureaux ça rapporte) et des logements loin en périphérie. Tout pour accentuer cette situation ubuesque.

 

Mais c'est réconfortant de voir tous ces fier-à-bras à la merci d'une météo à qui ils ne peuvent rien commander.

C'est le même scénario que pour les tempêtes et inondations : constructions les pieds dans l'eau, bétonnage à tout va, imperméabilisation des terres agricoles, suppression des haies, etc. etc. On va peut-être commencer à écouter les écolos ?

Editorial du 19/02/14 : Vivre ses idées, rien de plus nécessaire. Manger des OGM si on est pro-OGM, passer ses vacances à Fukushima si on est pro-nucléaire, ...

 

Etre sincère, c'est le minimum que l'on puisse exiger de quelqu'un qui expose ses idées en public. Nous entrons en période électorale, la crise perdure, les pollutions augmentent, voici de nombreuses occasions de pouvoir vérifier la sincérité de nombreuses personnalités. Tous ceux qui nous disent "faites ce que je dis, pas ce que je fais" vont être mis à l'épreuve :

- Les promoteurs d'OGM vont se nourrir d'OGM (*)

- Les producteurs de poulet industriel, vont se gaver de leurs chicken nuggets.

- Pour d'autres, ce seront des légumes et céréales aux pesticides qui garniront leurs assiettes.

- Les pro-nucléaires passeront leurs vacances à Fukushima ou Tchernobyl. Nourriture locale recommandée.

- Ceux qui pensent que le RSA est un luxe vont quitter leur boulot pour se vautrer dans le confort inouï de 470 € mensuels.

- Ceux qui délocalisent en extrême orient vont envoyer leur enfants en stage ouvrier sur place à 20 ou 30 € par mois pendant 5 ans.

- Ceux qui ont supprimé les haies, imperméabilisé et drainé les champs, vont vider les caves inondées en aval avec un petit seau.

- Ceux qui construisent des lotissements et HLM à 1 ou 2 h de trajet du moindre boulot, vont y habiter et partager les joies des habitants.

- Ceux qui ont construit la Grande Bibliothèque sous le niveau des crues de la Seine ont gardé quelques millions pour rembourser les dégâts futurs. Pareil pour les lotissements derrière des digues vétustes.

- Ceux qui savent ce que vaut réellement leur boulot ne gagneront plus 5 ou 10 ou 50 fois plus.

- Ceux qui pensent "les étrangers dehors" vont les raccompagner chez eux en rendant tout ce qu'on a extorqué à leur pays. Ils feront l'économie de menottes : les expulsés vont les soutenir et payeront leur billet en souriant.

- Ceux qui pensent "les étrangers dehors" vont se précipiter sur les emplois laissés vacants.

- Ceux qui veulent qu'on arrête immédiatement tout ce qui pollue ne demandent plus aux autres de le faire à leur place, ils vont commencer par eux-mêmes : se déplacer uniquement à vélo, vivre à 4 dans un studio de 18 m2 facile à chauffer, ne manger que des légumes crus et bio qu'ils ont amoureusement cultivé sur le balcon, ...  Mais oui, les zozos ne sont pas tous dans le même camp.

 

Et étrangement, quand chacun aura respecté et appliqué à lui-même ses idées, tout va aller beaucoup mieux. Je propose que la sincérité véritable et appliquée soit le 1er point de tous les programmes électoraux.

(*) Lire le pipotron

Editorial du 15/02/14 : "Tous à poil", pour mettre fin à l'hypocrisie.

 

"Tous à poil" un petit livre destiné à l'éducation des enfants défraie la chronique.

 

Hypocrisie et incompétence symbolisée par un ténor de la politique à la télévision cette semaine. Pas d'orientation malveillante ici, bien d'autres, pour ou contre, n'auraient pas fait mieux. Y compris celui qui tape ces lignes qui cependant ne tombera pas dans l'hypocrisie.

Et pourquoi ? Il y a des sujets où il faut donner la parole aux spécialistes du problème : éducation sexuelle et petite enfance, à ne pas confier à Monsieur Toutlemonde ni à un énarque, nous vous proposons 2 points de vue intéressants, l'un écrit et l'autre en radio.

1) La lecture que JF Copé fait de cet album solaire est consternante. Son utilisation politique sans une once d'analyse est une insulte à notre intelligence. Sa pruderie d'un autre âge. La lecture est un acte complexe, certes. Elle est toujours interprétation. Cet album n'est pas malsain comme il le prétend, c'est sa lecture qui l'est : elle lui appartient.

Cet album joueur montre la nudité, naturelle, intergénérationnelle, bienheureusement désérotisée, universelle, comme un acte de liberté, d'égalité et de fraternité : la joie de prendre un bain de mer sous le soleil. Elle nous montre, quand les oripeaux sont tombés, ce qui fait de nous des humains, dans notre diversité. La douceur et la beauté des illustrations dédramatisent cette nudité tant décriée et nous ramènent au temps de l'enfance et de l'aisance du corps, du plaisir simple de goûter à la caresse du soleil, à la fraîcheur de l'eau. C'est un album réconciliateur avec l'image du corps, à tous les âges de la vie, sans contrainte de norme, un appel d'air salvateur dans une forêt iconique sauvage et complexante.

Lire (ateliermerveille)

 

2) Une interview sur France Inter à l'émission "La tête au carré" du 14/02. C'est tout au début, à partir de 5mn25. "Méconnaissance totale de ce que sont les enfants", "Ce n'est pas plus une incitation à l'obscénité que Le Petit Poucet est une incitation à aller perdre son petit frère ou sa petite sœur", "Ce n'est pas un tronc d'arbre qu'il y a dans la robe de la maîtresse".

Ces arguments frappent justes et changeront aussi notre compréhension à nous les "grands".

Lire (franceinter)

Editorial du 06/02/14 :  Le vide intersidéral gagne la société (2).

 

En complément de l'édito du 04/02, pour allonger la liste, vous avez entendu parler de l'agression d'un handicapé dans l'Isère.

Mais pas forcément de cette déclaration : "Las leyes son como las mujeres, están para violarlas". Les lois sont comme les femmes, elles sont faites pour être violées. C'est un responsable politique espagnol, José Manuel Castela, dirigeant du parti "populaire" espagnol, qui en est l'ignoble auteur.

Nous comprenons mieux qui met le feu.

Editorial du 04/02/14 : Le vide intersidéral gagne la société.

 

Nous ne parlerons pas des manifestations de ces derniers jours (manif pour tous et compagnie) qui participent du phénomène, la presse en a parlé et ça demande d'avoir des connaissances en sociologie des populations et beaucoup d'autres que seuls quelques spécialistes maîtrisent. Ce n'est pas notre cas et nous l'avouons humblement, contentons nous aujourd'hui d'aborder quelques cas choquants et de moins en moins isolés.

 

Il n'y a plus d'idées, plus d'envies, plus d'espoir dans la population et surtout dans la jeunesse. Cette semaine c'est un tdc (abréviation triviale) qui jette un chaton contre un mur en se filmant, en voici d'autres -photo ci dessous- pour lesquels il y a un appel à reconnaissance. On pourrait faire une liste de multiples exemples d'aberrations individuelles.

 

Il y a toujours eu des cinglés, mais de là à s'en vanter photos publiées à l'appui, un nouveau pas dans la déchéance de cette société vient d'être franchi. Nous n'appelons pas à la délation, nous appelons à ce que chacun se reprenne, et si cette société n'a pas d'avenir, que nous nous y mettions pour en créer une autre.

L'écologie est basée sur les valeurs de respect de l'autre, de tous les autres, et ces valeurs elle les donne très facilement, naturellement pourrions nous dire : l'envie d'être, de faire, de partager, et des perspectives d'avenir. Tout ce qui manque cruellement aujourd'hui.

Nous avons inauguré en Décembre une page sur les Grandes Figures (ici), pour l'instant Sitting Bull et bientôt Albert Jacquard, il va falloir accélérer le mouvement.

Hélas l'exemple n'est pas donné par les maîtres de ce monde, monde qu'ils détruisent avec idées bêtes et méchantes, armes, bulldozers ou polluants. L'autodestruction, voila ce que propage cette société en ce 21ème siècle.

 

j'espère qu'ils auront la honte de leur vie

Editorial du 25/01/14 : Bio, Solutions alternatives : on n'a pas le droit de faire autrement que ... .

 

"Mais les braves gens n'aiment pas que l'on suive une autre route que ...". Brassens se serait-il trompé ? Ce ne seraient pas les braves gens qui sont incultes, incompréhensifs, niais, incompétents, mais les décideurs de la nation et des administrations. Voici 2 exemples :

- Un agriculteur bio n'a pas le droit de faire du woofing (bénévolat libre et apprentissage contre hébergement), la MSA se charge de lui rappeler (appel de cotisations), car il y a un vide juridique.

Lire (change, + pétition)

 

- Une éleveuse bio soigne ses moutons et agneaux aux huiles essentielles et à l'homéopathie. L’affaire a commencé le 6 août dernier, lorsque deux inspectrices de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) sont venues effectuer un contrôle en vue des aides européennes et des conditions de leurs attributions. Celles-ci ont été très étonnées en découvrant une pharmacie uniquement composée de tubes d’huiles essentielles et de granulés d’homéopathie.

Lire (bioalaune)

 

Par contre, si vous avez des ouvriers agricoles qui travaillent comme des esclaves 7j/7 (j'ai connu) ou des volailles entassées à 18 au m2, ou des animaux entravés 24h/24 ou presque, des vaches (herbivores) nourries aux farines animales -ha ! là, ils ont fait marche arrière, ouf-, tout va bien, c'est légal, les subventions tombent.

Tout est fait pour vous mettre des bâtons dans les roues si vous refusez les dogmes officiels qui n'ont pas pour objet la bonne santé des gens, la bonne santé des bêtes qu'ils élèvent, la bonne santé du sol qu'ils cultivent, le respect des matières qu'ils travaillent, ... mais des normes de plus en plus imposées par des lobbies agro-industriels ou financiers aux gouvernements.

On ne veut pas que vous fassiez naître un monde à visage humain.

Tout n'est pas si sombre, continuons : la ferme des 1000 vaches (Somme) est remise en question (article à venir), le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes (Nantes) commence à voir des sceptiques dans les hautes sphères.

Tout n'est pas si sombre à cause de quelques milliers d'anonymes qui essaient, innovent, changent. Espérons qu'avec vous, ce nombre grossira vite.

Editorial du 27/12/13 : Comment bien commencer 2014.

 

Ne nous plongeons pas dans les grands discours philosophiques, contentons nous de quelques nouvelles pas trop relayées par la presse :

- Mac Do invite ses employés à ne pas manger de hamburgers pour garder la ligne.

Lire (lematin.ch)

- Si vous aimez la viande, évitez celle-ci : Lire (michelduchaine)

- Si vous aimez le miel, achetez du vrai miel. Lire (vidéo youtube, 5 mn).

- Si vous êtes chômeurs, malgré toute la poudre aux yeux qu'on nous envoie, il suffit d'attendre, les papy boomers partent en retraite en grand nombre (notre président se félicitera de son action, et le précédent aurait fait pareil). Lire (insee).

- Et plus important : votre vie privée.

     > Selon votre modèle de smartphone, vous pouvez être pisté partout à votre insu. Lire (usinedigitale).

     > Aimeriez vous qu'on ouvre courrier, qu'on le lise, qu'on en tire des infos pour vous envoyer des pub (ça, c'est la partie visible), et qu'on le referme comme si de rien n'était ? N'accusez pas le KGB ou la CIA, c'est votre adresse chez Gmail.

Lire (framablog).

 

Meilleurs vœux à tous. Le site est approvisionné grâce à une centaine de sources internet (France, Belgique, Suisse, Canada et USA en particulier), des visiteurs qui nous envoient de l'info, une page Facebook (dolecolo) et Twitter (dolecolo). Nous vous évitons le travail fastidieux pour dénicher la bonne info, toujours recoupée. Et si vous appréciez notre travail, faîtes nous connaître, merci

Editorial du 15/11/13 : On n'aime pas l'huile de palme ni ceux qui l'impose. Un exemple camerounais.

 

L'huile de palme n'est pas une huile qui convienne à une alimentation équilibrée. Ce n'est pas grave, on en met aussi dans votre essence. Quitte à provoquer la disparition des orang-outang ("homme de la forêt" en malais), quitte à déposséder des populations entières des terres qu'elles cultivent, quitte à imposer une monoculture qui ne manquera pas de s'accompagner de traitements phytosanitaires intenses, comme c'est toujours le cas en monoculture.

Au Cameroun, si vous vous opposez à cette logique mortifère, c'est la prison qui vous guette. En tout cas, c'est ce qu'on promet à Nasako Besingi.

 

« La première fois que j’ai entendu parler du projet de plantation dans notre région c’était par un agent du gouvernement en 2009, » explique-t-il. « Cela m’a vraiment donné un choc. Je lui ai dit “Mais il n’y a pas de terres disponibles par ici.” »

Plus tard la même année, au cours d’une réunion du parti politique en place, on a demandé aux chefs de la région de signer un bout de papier vierge contre 10 000 francs CFA (15€). « Aucun d’eux ne savait ce qu’il signait, » indique Nasako. « Ce n’est qu’après coup que nous avons découvert que ce papier était utilisé comme preuve du consentement de la population locale au projet de plantation. »

Lire (grain)

 

Si les "inventeurs" des grandes cultures d'huile de palme étaient des bienfaiteurs de l'humanité, on le saurait. Réfléchissez aussi comment on vous achète, ici en France, avec des primes pas plus plus conséquentes : le bon de réduction de 0,50€ sur un  paquet de gâteaux à l'huile de palme, ça ne vous dit rien ?

Editorial du 09/11/13 : Une guenon ministre en 2013, des singes pour défendre la France en 1914/18.

 

Peu de réactions après cette insulte gravissime envers une personnalité respectable (Madame Taubira, ministre) et un oubli tout aussi grave des combattants africains (tirailleurs sénégalais, spahi, ...) enrôlés pour défendre, toujours en 1ère ligne, la France *, pour qu'une petite idiote soit libre aujourd'hui de répéter la haine que des adultes lui ont appris.

Oublié qu'à quelques dizaines de kilomètre d'Angers, où ont eu lieu ces insultes, Nantes fut le port du commerce triangulaire, avec déportation des esclaves noirs d'Afrique vers les Amériques, avec au retour les cales pleines de richesses pillées ou produites à peu de frais.

Oublié que des centaines sénégalais survivants de 14/18 ont été exécutés pour avoir réclamé leur solde.

* Sans oublier que "La guerre est faite par des gens qui ne se connaissent pas et qui se tuent, au profit de gens qui eux, se connaissent et ne se font jamais de mal". [Paul Valéry].

Voici ce que nous voulions vous rappeler cette veille de 11 Novembre.

Un peu d'histoire des tirailleurs sénégalais sur Wikipédia.

Éditorial du 26/10/13 : Pollution à Harbin, Écotaxe poids lourds et autres misères.

 

C'est la 1ère fois en 5 ans que nous vient la nécessité d'un éditorial. Peut-être avons nous trop tardé mais les évènements s'enchaînent et tous les efforts pour "retrouver la croissance", tenir des promesses électorales, croire qu'on peut trouver des équilibres dans un monde malade nous montrent que toutes les actions menées dans ce sens sont sans effet.

 

L'écotaxe poids lourds part d'une bonne idée : limiter les échanges inutiles (et grands consommateurs d'énergie) pour favoriser les circuits courts. Les paysans français manifestent contre, avec pour argument "les salades produites à 50 km de Rungis seront plus taxées que les fleurs en provenance du Kenya".

Il y a du vrai, sauf que c'est l'exception qui confirme la règle. Il faut savoir qu'une directive de l'IATA (Association internationale du transport aérien) interdit aux pays de taxer le kérosène !!! Et cet argument masque le fait

- que du porc breton part en Europe du Nord où sont fabriqués des saucissons réimportés.

- que les choux fleurs espagnols concurrencent leurs choux fleurs grâce à une main d'oeuvre sous payée. Etc. etc.

Autrement dit : l'art de se tirer une balle dans le pied. D'accord, il faudrait aussi faire plier l'IATA, pas facile.

Enfin, en Allemagne où elle est en place depuis 2005, l'écotaxe a permis une réorganisation des transports, favorisé les circuits courts (donc les agriculteurs locaux) grâce aux 4,3 Mds d'€ qu'elle a rapporté. Lire (latribune).

 

A Harbin (Chine) une pollution terrible limite le champ de vision à quelques dizaines de mètres. Ce n'est pas un cas exceptionnel en Chine, rappelons nous l'arrêt des usines pendant les JO de Pékin en 2008.

La Chine est un des pays à bas salaires où sont fabriqués beaucoup des objets courants que nous utilisons dans les pays riches -oui, nous sommes un pays riche-, et un smicard français participe à cette pollution car il ne peut acheter européen. Nous sommes à la fois victimes et bourreaux.

 

John Meynard Keynes, le fameux économiste de la crise économique de 1929 aux USA, avait prédit la semaine de 15 heures avant l'an 2000. Cela n'arriva pas car d'autres économistes ont imposé la société de consommation dont le principal effet a été de sur-enrichir quelques poignées de milliardaires.

 

Dans le monde, on dépense 500 milliards en budgets publicitaires pour créer des manques qui n'existent pas *. Ces 3 faits mis bout à bout nous permettent de dire qu'une décroissance bien pensée n'est pas idiote.

 

Nous vous proposons, dans les articles du 26/10,

- Un livre de Graeber sur "les jobs à la con". La moitié des emplois ne servent à rien, ou sont même nuisibles ! Démonstration à l'appui.

- une vidéo en 2 parties sur les tenants et aboutissants de la mondialisation. Simple, court et percutant. A envoyer à vos ennemis autant qu'à vos amis.

 

C'est d'abord d'une révolution psychologique dont nous avons besoin.

 

* Regardez une publicité pour voiture : elle est toujours présentée roulant seule dans un milieu idyllique. Mais tous les utilisateurs pestent (et nous empestent) des heures dans les embarras de circulation et les bouchons. On vous présente la liberté et vous obtenez l'aliénation, beau morceau de virtuosité.

Tout sur le gaz de schiste : l'énergie du désespoir.

Bilan environnemental et sanitaire comparé des filières énergétiques

homme de lettres

De l'électricité 100% renouvelable ? C'est possible avec enercoop