L'?ologie c'est LaVieDuBonC??/font>         

Nous, terriens

RETOUR accueil

20?e si?le : l'homme est la seule esp?e ?pouvoir en d?ruire une autre, et lui m?e. 21?e si?le : l'homme est la seule esp?e ?savoir sauver une autre esp?e, et lui m?e.

Un peu de tout sur l'humanisme, la société, l'humanité, les relations humanité-planétee, (rubrique ouverte le 16/01/2016) parce qu'il y a beaucoup d'actes et de paroles qui nous choquent, cette rubrique doit ouvrir le débat.

Cela va donc déborder sur des sujets plus sociologiques, et quelques fois sur la politique, mais promis-juré ce n'est pas le but, vous étes libres de vos choix.

01/06/20 La police française est dans la fange ?
 
Une société se mesure  aussi aux tensions, au sens physique du terme, qui la font tenir. Moins il y a de tensions plus la société est pérenne. Depuis quelques années, ces tensions augmentent de façon irraisonnée, c'est que nous décrit cet article.
Malgré tout il ne faut pas jeter la police aux orties, elle est nécessaire. Nous souhaitons seulement que son rôle premier soit d'appaiser, réduire les tensions et non y participer. Nombre de policiers rêveraient de tenir ce rôle.

 
Ils auront matraqué des personnes âgées, frappé des handicapés en chaise roulante, tiré au LBD sur des ados, agenouillé des classes entières, lancé des grenades à l’intérieur des appartements, tué une vieille dame — et puis bien sûr visé les yeux, lancé les GLI-F4 en cloche, arraché des mains. Ils auront tout fait — la police de Macron. Maintenant la haine de la population est sortie, et elle ne rentrera pas de sitôt dans le tube. Sa légitimité est constituée, entière, incontestable. La population hait la police et personne ne pourra lui dire qu’elle n’a pas raison. ...
On dit que la répétition des week-ends jaunes « épuise » les policiers, « les prive de leur vie de famille ». Pour certains au moins c’est une énorme blague. Un article du Canard Enchaîné début 2019 avait mieux restitué la disposition d’esprit policière à l’approche des actes « gilets jaunes » : « C’est la fête du slip ». Chez les baqueux, on pousse des cris de jungle à chaque impact de LBD. Partout ça jouit à en hurler de bonheur. On pense à ce CRS interviewé dans La Série Documentaire de France Culture consacrée à la police : « Je suis chanceux, chanceux, vous ne pouvez pas savoir à quel point je remercie, tous les jours en allant au travail, je dis merci, merci, merci ». La jouissance a saisi les corps : on se souvient du bonheur physique d’un des CRS gazeurs de jeunes écolos sur le pont Sully cet été, impérial, poivreuse en main, parfaite décontraction, totale certitude d’un pouvoir sans limite.

Lire (brunobertez.com)

Notre commentaire, de source avisée : Il fut un temps où la personne en face d'un gendarme ou policier était présumée innocente. Aujourd'hui, elle est présumée coupable, c'est qui est enseigné en école de police, pas officiellement mais de nombreux reportages l'attestent.

30/04/20 Coronavirus, critique de l'irraison pure (Alain Damasio).

 

Le site Reporterre nous offre une interview d'Alain Damasio. A ce propos, lisez son dernier roman, Les furtifs, une porte ouverte pour réfléchir é notre futur. Une écriture exceptionnelle qui fait passer au second plan quelques petits points critiques personnels de ma part.

Extraits :

- Clairement, je suis en colére, mais pas contre la pandémie elle-méme. Je peréois et vis ce virus comme complétement naturel. Je suis en colére contre la faéon dont notre gouvernement gére cette crise déune faéon pathétiquement verticale, centralisée et ultrasécuritaire, en faisant assumer é la population son incompétence crasse. Sur les trois axes clés de la lutte, é savoir les tests, les masques et les lits, la Macronerie a totalement échoué, rendant obligatoire ce confinement quéon subit.
- Ce gouvernement nous martéle depuis deux ans : é Nous sommes léinnovation, nous sommes la réactivité, nous sommes la performance é, et au moment crucial oé il faudrait é performer é, plus personne !
- Ils ont maximisé léangoisse des citoyens. La "grande" presse (...) joue bien ce jeu. Chaque jour, elle asséne en page déaccueil le total des morts. On nous dit 20.000 morts, le lendemain 21.000 morts, et aprés 22.000 ! Sans jamais relativiser ce que signifie ce chiffre. Quel média rappelle quéen France, il y a 660.000 morts par an et quéavec le Covid, on va simplement avoir une surmortalité de 5 % é 10 % en 2020 ?
- Oui, il faut rester conscient des ordres de grandeur. Il y a eu par exemple une grippe restée célébre entre 1968 et 1970, avec 31.000 morts en France, qui néont engendré quasiment aucune réaction dans le corps social é léépoque. Le chémage est considéré comme causant, par mortalité indirecte, é peu prés 15.000 morts par an.
- On se réve dans léimmunité absolue. éa pourrait étre une bonne nouvelle, la preuve déun amour pour la vie. Et éa léest sans doute pour ceux qui soignent. Moi, jéy lis plutét en creux une perte de vitalité latente dans nos sociétés.
- ... cette sensation que notre Occident est en voie de dévitalisation avancée. La plupart de nos relations au vivant ont été coupées. En nous et hors de nous. On a tranché nos liens avec la vie, avec les animaux, les maquis, les foréts, et méme avec le céur physique de notre vitalité.
- Un ordre légal néest pas forcément légitime. Céest la clé de la désobéissance civile, qui vaut en crise sanitaire comme sous attentat terroriste. On néa pas é obéir é léaberrant, voilé, céest tout. Léétat pratique une infantilisation extraordinaire quéon doit absolument refuser.

Lire (aa.com)

A lire A Damasio, nous comprenons qu'il est profondément de gauche, ce qui limite un peu sa critique et ses propositions. Cela referme quand méme la porte é la bétise d'état : la peur, l'amateurisme et l'incompétence. Ne nous plaignons donc pas méme si une analyse éco-systémique (en préparation) va plus loin, dans d'autres directions moins idéologiques et plus pragmatiques.

20/03/20 La Syrie avait accueilli des réfugiés européens.

 

Ces personnes venaient principalement d'Europe de l'est et des Balkans. Le Royaume-Uni avait fondé en 1942, le fond d'aide aux réfugiés du Moyen-Orient (MERRA), et construit, avec l'argent ainsi réuni, des camps pour les accueillir en Syrie, Egypte et Palestine.
A l'issue de la guerre, les réfugiés européens avaient pu regagner leurs pays respectifs.
A titre d'exemple, le camp d'Alep en Syrie a accueilli de nombreux citoyens grecs en 1944 qui pouvaient sortir librement du camp et se mélanger é la population locale.
Par ailleurs, d'aprés l'article, entre 1939 et 1941, entre 114 et 300 milles polonais se sont réfugiés en Iran aprés avoir fui les massacres du nazisme et les camps de travaux forcés soviétiques.
L'accueil par l'Iran des réfugiés polonais provoqua la colére des autorités polonaises.

Lire (aa.com)

 

Petitesse de notre époque.

05/02/20 Affaire Mila. Le point de vue de Michel Onfray.

 

Nous sommes un peu désolé que Michel Onfray ne soit pas écologiste. Mais personne ne peut lui enlever sa principale qualité : il s'est forgé un esprit solide et ses interventions sont toujours trés étayées et bien ancrées sur leurs bases.

Rappel : Mila est une jeune fille qui, aprés avoir été draguée par de jeunes musulmans sur les réseaux sociaux, leur a répondu trés vertement (les propos sont rappelés dans les propos de M Onfray).

En fin d'article, notre commentaire.

 

Jour aprés jour, léaffaire Mila agit comme un révélateur photographique: é cette heure-ci, elle fournit une magnifique photo de famille grand format des premiers acteurs de la France soumise épour reprendre le vocabulaire de Michel Houellebecq.

Rappelons les mots de la jeune fille.

Précisons déabord quéelle répondait sur son réseau Instagram é des interlocuteurs musulmans qui, aprés léavoir draguée et essuyé un refus, lui reprochaient son homosexualité affichée. Elle leur dit: "Je déteste la religion." Puis: "Le Coran, il néy a que de la haine lé-dedans, léislam, céest de la merde, céest ce que je pense. Je ne suis pas raciste, pas du tout. On ne peut pas étre raciste envers une religion. Jéai dit ce que jéen pensais, vous néallez pas me le faire regretter. Il y a encore des gens qui vont séexciter, jéen ai clairement rien é foutre, je dis ce que je veux, ce que je pense. Votre religion, céest de la merde, votre Dieu, je lui mets un doigt dans le trou du cul, merci, au revoir."

Certes la jeune fille a été grossiére et vulgaire, et léon peut déplorer, comme moi, quéelle ait eu recours é ce registre-lé, mais il est de son ége et de son époque, céest tout simplement celui de la progéniture post-républicaine de la génération Cohn-Bendit et de ses amis. En plusieurs décennies, le libéralisme maastrichtien est parvenu é abolir le citoyen fabriqué é léEcole républicaine (il était fascistoéde) au profit déun consommateur formaté par les pédagogistes (il est progressiste): ces énerguménes ainsi produits en chaéne débouchent sur le marché des idées !

Il néempéche: cette vulgarité sert é tous les acteurs de cette soumission pour se désolidariser de la jeune fille. La forme néest pas exquise, on jette donc le fond, la bouteille néest pas jolie, on déverse son contenu au caniveau, la photo est floue, on la déchire: la chose est mal dite, donc haro sur la chose dite.

Or, elle dit tout haut et dans un langage vert (mais pas le vert boboé) ce que beaucoup pensent tout bas: "Se pourrait-il que cesse enfin en France cette complaisance pour une religion qui, son Livre le dit, néaime ni les homosexuels, ni les juifs, ni les femmes, ni les autres croyants?" Elle néaurait pas du le dire ainsi? Entendu. Mais aurait-elle pu le dire autrement? Sérement pas. Si elle néavait pas eu recours é la langue de Charlie, mais é celle de Jean déOrmesson pour dire la méme chose, elle aurait certes été moins visible, mais tout de méme attaquée.

Cette affaire permet déeffectuer un cliché trés net de ceux qui travaillent non sans ardeur é cette fameuse Soumission analysée de faéon romanesque par Michel Houellebecq.

Qui trouve-t-on sur cette belle photo de famille?

Bien sér, Nicole Belloubet, ministre deé la justice du gouvernement Macron, roi de ce seul monde-lé. Tirant la premiére, elle dit que Mila séest rendue coupable "déinsulte é la religion" et "déatteinte é la liberté de conscience". Le parquet a déabord ouvert une enquéte pour "provocation é la haine é léégard déun groupe de personnes, é raison de leur appartenance é une race ou une religion déterminée", avant de se décider é ne pas poursuivre, probablement aprés consultation des plus hautes autoritésé La ministre de la dite justice a fait marche arriére, mais la chose a été dite et léon sait quéainsi elle réagissait au tollé.

Bien sér, Edwy Plenel qui, en bon compagnon de route des macroniens sur ce sujet, affirme dans "C est é vous", et, en tant que patron de Mediapart, il sait de quoi il parle: "Il y a beaucoup de haine sur internet"! Ensuite, il convient que le langage de la jeune fille était inapproprié mais céest pour mieux botter en touche pour parler de Mennel, cette chanteuse musulmane de l'émission "The Voice" qui avait été attaquéeé pour avoir porté un voile! La dialectique trotskiste casse des briques, mais elles sont en papier.

Bien sér, Abdallah Zekri, le délégué général du Conseil franéais du culte musulman (CFCM), qui, poéte, a proclamé sur Sud-Radio: "Qui séme le vent récolte la tempéte." Et puis ceci, qui sent le sang: "Elle léa cherché, elle assume." Autrement dit quelque chose qui ressemble é ceci: "Elle aura fait ce quéil fallait pour se faire égorger et si la chose devait arriver, je ne méen formaliserais pas!" Je parie sans trop risquer de me tromper que cet homme ne sera pas poursuivi, lui, pour incitation é la haine ou pour provocation au crime.

Bien sur Ségoléne Royal qui, partie en campagne pour les prochaines élections présidentielles parce quéelle ne séest pas trouvée assez adoubée par Macron, ménage léélectorat dit "de gauche" en affirmant sur France 3 que "critiquer une religion, éa néempéche pas déavoir du respect, de lééducation, de la connaissance, de léintelligence par rapport é ce quéon dit". Cette dame qui, le soir de son échec aux présidentielles, promettait au peuple de gauche "déautres victoires" dit également refuser "déériger une adolescente qui manque de respect comme le parangon de la liberté déexpression" -ce qui ne léempéche pas de trouver léadolescente Greta Thunberg "formidable" et "extrémement brillante" sur RTL (14.IX.2019). Il est vrai que la haine de Greta est froide et propre comme un funérarium scandinave et non pas rabelaisienne et chaude comme une taverne tourangelle.

Bien sér le maire de Nice, Christian Estrosi (LR), qui en profite, sur BFM TV pour estimer quéil faut légiférer sur les réseaux sociaux. De la sorte, il envoie un message positif é LREM, via un éloge de la loi Avia, du nom de la députée de ce parti, et ce quelques semaines avant les élections municipales. Car légiférer contre qui? Mila déabord, bien sér, pas contre ceux qui veulent sa morté Léappel du pied est lourd comme une démonstration dans un éditorial de Laurent Joffrin.

Bien sér Martine Aubry, la dame des créneaux réservés pour les femmes musulmanes é la piscine [1], elle aussi en campagne pour sa trois centiéme élection é Lille, qui dit ceci: "Dans une période oé beaucoup se sentent attaqués, je pense é léaugmentation de léattaque contre les musulmans. (é). Peut-étre que chacun peut se dire (é) quéil vaut mieux éviter ce type de propos." Certes, il vaut mieux se taire si léon néa pas prévu déénonner le catéchisme politiquement correcté

Bien sér le trompettiste Ibrahim Maalouf qui estime que les défenseurs de Mila sont aussi coupables que les défenseurs de Gabriel Matzneff. Il fustige les propos de léexcellente Zineb El Rhazoui qui défend la jeune fille. Pour ce monsieur, "encourager léimmoral au prétexte que céest légal, céest de la démagogie dangereuse". Puis: "Céest ce quéont fait certains é léépoque de Matzneff ou ce que défendent les exilés fiscaux, pour prendre deux exemples différents", dit ce monsieur qui est en effet trés habilité é donner des leéons de morale, é traquer léimmoral, et é solliciter Matzneff puisquéil a été condamné é quatre mois de prison avec sursis pour agression sexuelle sur mineure en 2014 mais quéil a également été condamné é payer 20.000 euros déamende pour "geste inapproprié", comme on dit désormais, é léendroit déune collégienne en stage dans son studio déenregistrement.

Bien sér léassociation "Osez le féminisme" qui, via son porte-parole, affirme clairement: "Céest un sujet sur lequel on a choisi de ne pas se prononcer." Pour quelle raison ? On néen saura riené

Bien sér, Caroline de Haas, qui, rappelons-le, estime que, pour lutter contre les agressions sexuelles dans des quartiers perdus de la République, il néy a quéune seule solution, élargir les trottoirs. Elle néa pas eu un seul mot de soutien pour cette jeune fille menacée de mort, déscolarisée, protégée par la police pour avoir dit quéelle récusait léislam qui la récuse elle-méme en tant que lesbienne, ce qui, au-delé du langage et de la forme, est tout de méme le fond du problémeé Céest cette méme Caroline de Haas qui, lors des viols commis par des migrants un soir de 31 décembre, avait écrit: "Ceux qui me disent que les agressions sexuelles en Allemagne sont dues é léarrivée des migrants: allez déverser votre merde raciste ailleurs."

Bien sér Marie Kirschen, la rédactrice-en-chef du web des Inrockuptibles qui justifie le silence de son magazine si prompt é donner des leéons boboédes en expliquant: "On séest vraiment recentrés sur la culture il y a un peu plus déun an." Et puis, sans craindre le ridicule: "Les quelques personnes qui pouvaient écrire sur cette affaire-lé étaient déjé occupées é déautres choses." En effet, on imagine bien quéil néest pas possible de passer commande déun papier é un journaliste de la rédaction sur ce sujeté

Bien sér, léinénarrable Yassine Belattar, léami génant déEmmanuel Macron, que certains présentent encore comme humoriste, qui a dit, lors de léémission "Touche pas é mon poste" que la jeune fille avait créé le buzz exprés pour lancer sa carriére. Si elle devait en mourir, elle aurait ainsi réussi son coup: tout le monde connaétrait son nom, néest-ce pas?

Bien sér, Cyril Hanouna qui dit ceci: "Céest juste une jeune fille de 16 ans qui a dit, pour moi, des mots qui sont inadmissibles (...). Aprés, céest vrai que céest le droit au blasphéme, mais elle ferait mieux de se calmer et de rester dans son coin"! Rester dans son coin, comme un chien -ou une chienne, calme dans sa niche, néest-ce pas, in fine, céest ce que léon attend déune jeune fille lesbienne qui a le malheur de trouver que le Coran et sa vie sexuelle ne font pas bon ménageé

Voilé pour léheure é quoi ressemble la famille des précurseurs de la Soumission, une petite douzaine, et ce dés les premiers temps. Céest léavant-garde éclairée des Barbares, ceux avec lesquels tombent des civilisations. Ce sont les loups entrés dans Paris.

Michel Onfray

Notre commentaire : Si je peux résumer, c'est une guerre entre dialectique (le fond) et rhétorique (la forme).
C'est lamentable d'avoir é constater que les personnalités en vue -politiciens ou autres- n'ont plus de fond é leur pensée, juste une forme qui arrive hélas é cacher léesbroufe et le vide intersidéral de leur esprit.
Et ils arrivent é gagner !!!

 

11/11/19 Un peu d'Histoire belge.

 

C'est une histoire sans paroles, ou presque.

03/10/19 Les amérindiens légalisent 220 millions d'immigrés illégaux.

 

Vrai ou fiction ? Cela n'a pas d'importance.

Ici et l? on entend que les immigrants devraient retourner d?o?ils viennent. Un raisonnement simple? mais qui est loin d??re si ?ident que ?. Apr? tout, qui est immigrant ? Celui qui est arriv?apr? les autres ? Dans ce cas l?immense majorit?des Am?icains devraient se consid?er comme immigrants. Le site satirique The Daily Currant s?est amus??imaginer ce qui se passerait si les peuples autochtones (les Indiens d?Am?ique) se penchaient aujourd?hui sur la question de l?immigration. R?ultat : dr?e mais, surtout, tr? bien vu !

Lire (positivr)

03/07/19 Je suis vigneronne, texte de Catherine Bernard (H?ault).

 

Le coup de chalumeau dans les vignes du Midi n?est pas une calamit?agricole.

Je suis vigneronne.
Je n??ris pas en qualit?de vigneronne.
Je n??ris pas non plus en qualit?de vigneronne victime d?une calamit? agricole, d?une catastrophe naturelle ou d?un accident climatique. Ce qui s?est produit dans les vignes du Gard et de l?H?ault vendredi 29 juin, est d?une tout autre nature, d?un tout ordre, ou plus exactement d?un tout autre d?ordre.
J??ris en qualit?de t?oin du changement climatique ?l??uvre, qui est en fait un bouleversement, qui ne concerne pas ici des vignerons, l?des arboriculteurs, hier des p?heurs, demain des Parisiens asphyxi?, mais bien tous, citadins ou ruraux, habitants du Sud comme du Nord, de l?Ouest, ou de l?Est.
J??ris en qualit?d?h?e de la terre. Nous sommes chacun, individuellement, interd?endants les uns des autres.
J??ais vendredi matin dans les vignes pour faire un tour d?inspection des troupes et ramasser des abricots dans la haie de fruitiers que j?ai plant? en 2010 entre les terret et les cinsault. Il faisait d??tr? chaud. Je ne sais pas combien, je ne veux pas ouvrir le livre des records. Je suis rentr? au frais, et je me suis plong? dans la lecture d?un livre passionnant, La vigne et ses plantes compagnes de L? et Yves Darricau. J?ai repouss?la plantation de 30 ares de vignes ?l?origine programm? pour cette ann?, ?plus tard, ?quand je saurai comment et quoi planter. Je cherche. A 18 heures, Laurent, mon voisin de vignes avec qui je fais de l?entraide, m?appelle :
- L?haut ?Pioch Long, les syrah sont br??s.
- Comment ? br??s ?
- Oui, br??s, les feuilles, les raisins, comme si on les avait pass?au chalumeau.
J?ai pris ma voiture, et je suis all? dans les vignes. Quand j?ai vu ?La Carbonelle, les grenaches, feuilles et grappes br??s, grill?s, par zones, sur la pente du coteau expos? sud-ouest, je n?ai pas pens??la perte de la r?olte. J?ai vu que certaines ?aient mortes, que d?autres ne survivraient pas. Il faisait encore tr? tr? chaud et j?ai ??parcourue de frissons. La pens? m?a travers? que c??ait l?l?annonce de la fin de l??e climatique que nous connaissons, la manifestation de la limite de l?hospitalit?de la terre. Puis je suis pass? sur le plateau de Saint-Christol, l?o?depuis le XII?e si?le l?homme a plant?des vignes pour qu?elles b??icient pleinement des bienfaits du soleil et du vent. Et l? ?droite, ?gauche, j?ai vu des parcelles de vignes br??s, grill?s dans leur quasi totalit?
Il y aura des voix, celles des porte-parole des vignerons, chambre d?agriculture, repr?entants des AOC, et c?est leur r?e, pour ?aluer les pertes de r?olte, la mortalit?des ceps, et demander des indemnisations.
Il y aura les voix invalidantes de la culpabilit? celle des gestes que l?on a faits dans la vigne les jours pr??ents et que l?on n?aurait peut-?re pas d?faire, ou ceux que l?on n?a pas faits et que l?on aurait d?faire. Et si j?aurais su?. A ceux-l? je r?onds, les si n?aiment pas les rais.
Il y aura des voix pour dire qu??cela ne tienne, on va g??aliser l?irrigation, et si cela ne suffit pas, eh bien on plantera des vignes, plus haut dans le Nord, ailleurs. Peut-?re m?e y en aura-t-il pour s?en r?ouir. A ceux-l? je r?onds qu?ils sont, au mieux des autruches, au pire des cyniques absolus et immoraux, dans les deux cas des abrutis aveugles.
Ce qui s?est produit ce vendredi 29 juin dans les vignes du Midi, est un avertissement, un carton rouge. Ce n?est pas seulement les cons?uences d?un ph?om?e caniculaire isol?doubl?d?un vent br?ant, mais la r?ultante de trois ann?s successives de stress hydrique caus?par des chaleurs intenses et de longues p?iodes de s?heresse qui, ann? apr? ann?, comme nous prenons chaque ann? des rides, ont affaibli les vignes, touchant ce vendredi 29 juin, celles qui ?aient plant?s dans ce qui ?ait jusqu?alors consid??comme les meilleurs terroirs. C?est aussi la r?ultante d?un demi-si?le de pratiques anagronomiques.
La Carbonelle est plant? de vignes depuis 1578. C?est un mamelon en forme de parall?ogramme bien expos?au vent et soleil. Ce qui s?est pass?le 29 juin, dit que l?ordre des choses s?est litt?alement invers? Le vent et soleil ne sont plus des alli? de l?homme. La solution de l?irrigation est la prolongation d?un d?i prom?h?n. On se souviendra qu?il lui arrive quelques bricoles ?Prom?h?. Cela dit aussi que le changement va plus vite que la science agronomique et ses recherches appliqu?s, cela nous pr?ipite dans un inconnu. Il nous faut radicalement changer notre rapport ?la terre, ne plus nous en consid?er comme des ma?res, mais des h?es, que l?on soit paysan ou citadin.
Ceux qui voudraient circonscrire ?la viticulture du Midi ce qui s?est produit le 29 juin s?illusionnent. Le phyllox?a a ??identifi?en 1868 ? Pujaud dans le Gard. Les vignerons des autres r?ions ont cru ou feint de croire qu?ils seraient ?argn?. En 1880, le puceron avait ?adiqu?la totalit?du vignoble fran?is, et gagn?toute l?Europe. Le phyllox?a ?ait lui-m?e la ? r?ompense ? de notre qu?e du mieux, du plus. Il a ??? l?origine de la seule grande ?igration fran?ise et d?une reconstruction du vignoble qui a profond?ent chang?l??uilibre m?e de la vigne. Nous en sommes les h?itiers directs.
Ceux qui voudraient circonscrire le ph?om?e ?la viticulture se dupent aussi. La vigne nous accompagne, sur notre territoire, depuis plus de deux mill?aires, et l?homme depuis plus de 6 000 ans. Sa culture est tout ?la fois un pilier et un symbole de notre civilisation. Si la vigne n?a plus sa place dans le Midi, l?homme ne l?aura pas davantage car le soleil et le vent seront br?ure sur sa peau.
Nous, vignerons, devons en tout premier lieu renouer avec la dimension m?aphysique de notre lien ?la terre et alors, nous pourrons changer radicalement nos pratiques. Mais il faudra autant de temps pour retricoter ce que nous avons d?ricot? L??uvre elle-m?e est vaine si par ailleurs, nous, vous, moi continuons ?prendre l?avion comme nous allons promener le chien, go?ons aux fruits exotiques comme si on les cueillait sur l?arbre, mettons la capsule dans la machine ?caf?comme un timbre sur une lettre, ainsi de suite. Ce que les vignes disent, c?est que notre civilisation elle-m?e est menac?.
Les abeilles l?ont aussi dit, avant la vigne. Mais nous ne les avons pas entendues. "

Catherine Bernard

28/06/19 La stupidit? apanage des grandes entreprises ?

 

En pleine canicule, alors que toute la France comprend ce que le r?hauffement climatique nous r?erve, voici la publicit?que l'on nous sert !

 

28/06/19 Pas tr? s?ieux: ?la Sncf l'honn?et?n'est pas bien vue.

 

Dix-huit kilom?res de train pour 100 euros. Voil?la somme que r?lame la SNCF ?Lucien Converset, un habitant de Dampierre, dans le Jura. Le tort de l?ancien cur?? Etre mont?? bord sans billet, le 9 mai en rentrant de Dole, raconte L'Est R?ublicain.
 
L?histoire n?est pas banale car l?homme de 82 ans ne manque pas de bonne foi. Malvoyant, il ne peut r?erver sur une borne ou sur Internet. Il a besoin d?aller au guichet. Or, ce jour-l? celui de la gare de Dole ?ait ferm? Lucien Converset s??ait donc signal?au contr?eur d? son entr? dans le train. Mais son honn?et?s?est retourn? contre lui : il lui a ?? inflig?une indemnit?forfaitaire de 50 euros. Puis le contr?eur a doubl? la somme face au refus de payer de Lucien Converset.

Lire (20mn)

Je connaissais Lulu depuis longtemps, par r?utation, et depuis un mois personnellement. Formidable rencontre.

Pour une fois, cette rubrique ne rencontre pas le tragique mais seulement l'absurdit?d'une soci??aveugle (beaucoup plus que Lulu). Dire qu'il faut qu'un fait divers doive passer au national pour que la sncf fasse marche arri?e et que tout se termine bien.

03/12/18 Les types psychologiques OCEAN.  Et comment gagner en bourse.

 

Se conna?re soi m?e est important, nous vous proposons la d?inition des principaux types de caract?es suivis d'un petit test.

Lire (dividendes.ch)

Prenons ce test mi-s?ieux mi-amus? Et puisque nous y sommes, le m?e site pr?ente sa recette pour acheter et vendre en bourse.

Il y est dit noir sur blanc comment devenir rentier ! Quand on vous bassine sur la valeur "travail", "se lever t?" et autres ?eries par des gens  qui se gardent bien de le faire.

Lire (dividendes.ch)

01/10/18 "Sexe, race et colonies" : "Un viol qui a dur?six si?les".

 

L'ouvrage collectif "Sexe, race et colonies" est un ??ement. Pascal Blanchard, copilote du projet, et Todd Shepard, l'un des contributeurs am?icains, expliquent ?"l'Obs" le plus grand tabou de la colonisation.
Montrer les ?objets du d?it?. Tel est le fort parti pris adopt?par un collectif de 97 chercheurs, historiens, anthropologues, sociologues, pour raconter ce qu'il faut bien appeler un syst?e de pr?ation sexuelle ? ?helle mondiale dans les territoires colonis? ou esclavagis?.

Par l'accumulation des images sid?antes de corps exotis?, ?otis?, chosifi?, ?Sexe, race et colonies?, qui sort ce jeudi 27 septembre aux ?itions La D?ouverte, vient jeter une lumi?e crue sur un pan occult?de l'histoire des empires coloniaux, v?itables ?empires du vice? o?la domination des corps va de pair avec la conqu?e des terres.

 

Attention, nous ne publions pas de photos par respect, le NouvelObs a cependant raison de montrer l'inhumanit?des colonisateurs dans toute leur ignominie. Rappelons cependant leurs paroles : "apporter la civilisation". P? types !!!

Lire (nouvelobs)

28/08/18 Colonisation, le rapport Savorgnan de Brazza.

Voici un petit fragment dat?de 1905, il donne une id? de l'?igration aujourd'hui, de ses origines.

 

En 1903, le journaliste britannique Edmund Morel entreprend de lancer une campagne europ?nne contre les abus du ? caoutchouc rouge ? (sanglant) de l??at ind?endant du Congo, le futur Congo belge, alors soumis au pouvoir discr?ionnaire de L?pold II, roi des Belges. C??Congo fran?is, les abus sont r?ut? moins criants. N?nmoins ils sont assez r?ls pour provoquer quelques remous dans la presse et au parlement au cours de l?ann? 1904-1905.
En 1905, pour tenter de faire taire les rumeurs et calmer l?impatience des autres puissances coloniales de la r?ion, les autorit? fran?ises se sentent oblig?s de d??her sur place une mission d?inspection.
Telle est l?origine de la derni?e mission en Afrique de Pierre Savorgnan de Brazza.
Le rapport Brazza met en lumi?e un syst?e inefficace, co?eux pour l??at et surtout ?l?origine d?abus massifs et intol?ables. Il montre le poids exerc?par les int??s priv? sur la politique coloniale. Il prouve que l?administration fran?ise ne pouvait ignorer ces d?ives, qu?elle les tol?ait et que, dans une certaine mesure, elle les couvrait.

?travers cette histoire singuli?e c?est la question m?e de la m?oire et de l??riture de l?histoire coloniale fran?ise et europ?nne qui est pos? ?nouveaux frais, comme l?explique Catherine Coquery-Vidrovitch, seule historienne fran?ise ? avoir eu connaissance du rapport, d? 1965 : ? Tout se passe comme si on avait affaire ?un cas d?amn?ie collective, ou plut? ?une volont?collective de ne pas savoir, de ne pas se souvenir. (...) Ce manque de curiosit? ou plut? ce d?ir, inconscient ou non, de ne pas inventorier le pass?colonial, dure encore aujourd?hui.

Lire (histoirecoloniale)

 

Nous sommes s? qu'en fouillant les archives concernant de nombreuses anciennes colonies, nous pourrions exhumer d'autres documents ?lairant la situation actuelle de migrations.

20/07/18 Je veux ?re raciste.

 

? doit ?re g?ial d'?re raciste. Franchement, j'aimerais bien l'?re. Je rigole pas. Parce que quand t?es raciste, tu sais toujours qui est le coupable et pourquoi se fatiguer ? chercher, ce sont toujours les m?es.
Quand t?es raciste, tu te sens super intelligent car tu trouves des solutions super simples aux probl?es complexes. Yaka couler les bateaux, tous les renvoyer chez eux, interdire l?Islam au nom de la libert? d?expression. Et zou, c?est r?l? O toi le raciste, comme je t?envie tes belles ?idences tranquilles alors que je gaspille mon temps ?douter de tout.
Quand t'es raciste, tu trouves le moyen d'avoir raison chaque jour. T?es un peu d?u quand c?est un belge-catho-blanc qui a braqu?M?? mais tu trouves vite une occasion de te consoler.
Quand t'es raciste, t?es un vrai r?istant et ceux qui pensent pas comme toi sont soit des bisounours soit des bobos, soit des collabos, alors que toi, tu es extra fort et puissant. Y a plus qu??passer ?l?action.
Quand t?es raciste, tu es un homme, un vrai, parce que tu sais ce qu?il faut faire mais que les hommes politiques n?ont pas de couilles. Et puis quand t'es raciste, t'es aussi voyant extra lucide car tu connais l'avenir de l?Europe si ON ne fait rien tr? vite. Alors que moi, j?arrive pas ?pr?ire le temps qu?il fera demain m?e apr? avoir lu la m??.
Ce qui est formidable dans la vie d?un raciste, c?est que tu peux ?re ?la fois raciste et victime du racisme. Rien ne t?emp?he de faire partie d?une minorit?et d?en maudire une autre. Qu?est-ce que ? doit d?ouler.
Quand t?es raciste, tu connais pas la honte car tu dis tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Et c?est l?qu?on voit que t?es vraiment costaud, parce que moi, je sais pas ce que les autres pensent et j?aimerais bien avoir aussi ce super pouvoir.
Quand t?es raciste, tu dois jamais te poser les questions qui font mal vu que quand quelque chose va de travers, c?est forc?ent quelqu?un d?autre qui doit changer et pas toi. Ca, ce sont de vraies vacances.
Et puis t?es pas raciste, t?es islamophobe et ? c?est plus fort que fort. Parce qu?une phobie, c?est une n?rose caract?is? par une peur irraisonn? et incontr?able d?un danger inexistant. Je t?envie trop parce que moi, mes d?ordres mentaux, je fais tout ce que je peux pour pas trop les montrer alors que toi tu r?ssis ?en faire un drapeau.
Quand t'es raciste, la vie est simple parce que tu peux mettre tous les (n'importe quel groupe) dans le m?e sac sans te sentir affreusement con alors que moi, d? que je fais une simple g??alit?je me trouve d?ile.
JE VEUX ?RE RACISTE, je cherche un groupe ethnique ?ha?. Ouvert ?toute proposition. Et si toi aussi, tu voudrais devenir raciste mais si tu y arrives pas, partage.

(je ne suis pas l'auteur, re? sur FB, je relaie).

 

Commentaire : ce texte fait partie du raisonnement ?olo, du changement de paradigme, de la rupture dans la mani?e de penser et agir. J'en viens ?plaindre les racistes qui vivent un enfer ?cause de leurs cellules grises ?eintes.

16/03/18 Une femme, une ch?re et son petit. Instant de vie.

 

[hymne ?la mort]
J'y suis retourn?. Il vivait encore gisant dans l'herbe, pas tr? chaud. Je pensais qu'il en aurait ??fini avec lui depuis tout ?l'heure.
Je l'ai r?hauff?encore, me suis un peu engueul? avec sa m?e.
Elle n'a pas l'air en forme, elle-m?e, elle ne cavale pas, ne marche pas bien... mais j'ai pu l'attraper par sa tignasse et ses cornes et lui demander qu'elle s'occupe un peu de son gosse en sursis, apr? avoir perdu l'autre et de m'aider alors que j'avais son petit tout flagada sans ?ergie dans mon bras contre moi.

Elle s'est vautr? au sol, en m'?rasant le pied au passage ( je vais avoir un bleu : ? tombe bien, en cas d'accident du travail, la MSA m'a refus?mon statut de conjointe collaboratrice paysanne ! ) et puis on s'est allong?s dans l'herbe toute les deux, t?e-b?he, le petit entre nous deux, bien au chaud en plein milieu du pr? Je lui tenais la t?e molle, et lui ai pr?ent?la mamelle que je faisais gicler pour qu'il la saisisse et sente le lait.
Il a bu quelques gorg?s... m?e boug?des membres. Il a vraiment bu mais avec sa langue toute froide, sortie sur le c??

J'avais une main manipulant la mamelle de la m?e, le coude dans l'herbe supportant le poids de mon corps pour garder cette position, car au moindre geste, la m?e pouvait d?ider de se relever, et l'autre main caressant tour ?tour le flanc de la m?e, le corps du petit cal?contre moi...les poils doux. L'odeur agr?ble.
La m?e a eu cette attitude qui m'a boulevers?.
Elle a longtemps pos?son front, sa t?e contre ma jambe, comme un vrai c?in, pendant que le petit tentait d'avaler quelques gouttes au rythme de mes pressions sur la mamelle.
Elle ne bougeait pas, respirait fort mais j'ai senti qu'elle faisait confiance et presque un "merci", qu'elle se (re)posait sur moi.
Comme si elle comprenait mon acharnement mais me disait,
" merci, mais tu vois bien qu'il n'est pas viable, arr?e de t'emmerder et de m'emmerder...c'est foutu."

En l'observant, dans cette position amicale, affectueuse et tendre, ? m'a fait craquer. J'avais des larmes de compassion qui me sont mont?s. J'?ais comme branch? ?elle et ?l'essentiel. On ?ait seules au monde m?e si au loin passaient des automobilistes qui n'avaient pas le soucis de la vie, ? cet instant et qui devait se demander ce que c'?ait, une ch?re et une femme allong?s l'une contre l'autre en plein pr? J'?ais bien contre elle, et je crois que c'?ait r?iproque. J'aurais tellement aimer que l'?ergie vitale puisse se perfuser comme par magie et volont?purement spirituelle.

Tu vois, c'est ? que certains ne comprennent pas parce qu'ils ne le vivent pas, sont compl?ement en dehors de cette autre r?lit?et se permettent de te traiter de viandard et d'assassins continuellement ?te parler de bidoche obsessionnelle, au pr?exte que tu ??es des animaux que tu sauvegardes, comme si toutes relations homme / animal n'?aient bas?s sur un concept ultime industriel de mati?e premi?e, de minerai, de pr?ation, de consommation, d'agissements criminels, d'int??s et calculs ?o?tes.
Tout ?, c'est tellement ?oign?de l'?hologie empirique et sentimentale, affective, que nous vivons au quotidien et que nous pratiquons !
Ma col?e et mes mots sont l?itimes contre ceux-l?

Ce n'est pas le cri de la carotte, mais le cri de la VIE et l'amour du vivant qu'ils n'entendent pas.
Alors... comprenant le message de la m?e... on s'est relev?s apr? ce moment de gr?e suspendue.
J'ai pris le b??et je l'ai d?os??la ch?rerie dans la paille. La m?e ne le suivra pas comme font toutes les m?es attentives ?leurs petits viables et d??debout d? leurs naissances.
Je sais que la mort l'attend, sa m?e me l'a confi??demi-mots en posant son front sur mes jambes, un long moment. Elle m'a parl?en fait. Et j'ai entendu.
Quand j'y retournerai, il sera sans doute froid, raide.
Humilit?face aux ??ents et lois de la Nature.
On ne ma?rise pas tout, il faut savoir laisser partir le petit souffle ?h??e de la vie sur le chemin des ?oiles.
Heureusement d'autres ont l'air en forme, tellement qu'ils ne n?essitent pas notre intervention.
Mais j'avais besoin d'?rire mes sentiments sur ce fait l?

STE, via facebook.

23/01/18 La controverse de Valladolid.

 

Rappel d'histoire : A la suite de la d?ouverte des Am?iques, la question se pose de savoir si les am?indiens sont des humains ou non.

Si oui, cela pose 2 probl?es : 1) il faudra les payer et non les utiliser comme des animaux ou esclaves. 2) doit-on les convertir au christianisme par la persuasion ou la terreur ?

En 1651 et 1652 ?Valladolid -Espagne-, une trentaine de juges, religieux et juristes d?attent ... et tranchent.

Mais ?quel moment a-t-on pris l'avis des principaux int?ess?, les am?indiens !

 

La question se pose en ?ologie. A entendre beaucoup, l'humain ?olo doit faire ceci ou cela, il y a diff?entes positions mais jamais on a demand?l'avis des principaux int?ess? : animaux, plantes, ...

Impossible me r?ondrez vous. Sauf si on apprend leur langage : un chien ou tout autre animal nous comprend ?sa fa?n, la nature r?git diff?emment selon nos actes (temp?es ou s?heresses, plus chaud, rendement ?l'hectare, ...). Nous pouvons lire leurs r?onses, il suffit d'y consacrer un peu de temps.

 

Or beaucoup d'?ologistes (et cent fois pire chez les non-?olos) se comportent comme les participants de la controverse de Valladolid : ils veulent le bien de la plan?e. Mais selon leur point de vue !

Par exemple : "Il faut sauver la plan?e !". De quoi, de qui ? Depuis des milliards d'ann?s tout ne se passait pas si mal sans l'homme, mais en deux si?les l'humanit?d?ruit ? tout va, br?e des combustibles fossiles patiemment stocker durant des millions d'ann?s, b?onnent les plaines les plus riches (Ile de France, ...), a une croissance perp?uelle comme seul objectif, etc., etc.

En fait la vraie formulation de la question pourrait ?re : "Il faut sauver la plan?e de l'homme immonde". Personne n'osera le dire, mais c'est ce que nous dirait sans doute le monde vivant.

Si l'homme, utilisant son intelligence au lieu de ses int??s ?o?tes, parvenait ?vivre en symbiose avec le monde, imaginez quelles merveilles pourraient se r?liser.

 

Devinez comment se termina la controverse de Valladolid : ?l'avantage des peuples d'Am?ique ?

Un peu plus d'info :

Lire (actu-philosophia)

05/10/17 Terrorisme ?Marseille, l?une de tous les journaux. Mais "une femme tu? tous les 2 jours" et c'est la suspension.

 

Deux poids deux mesures. Je passe pour le 1er, vous avez tous vu ou lu. Entre le terrorisme "islamiste" et le terrorisme ordinaire, il y a une barri?e infranchissable : c'est ce que montre la fuite en avant dans l'incompr?ension et la pens? primaire du maire (pcf) et d'un ?u fn.

Une vraie paix et la fin du des terrorismes n'est pas pour demain.

A propos, relisez "Le petit trait?de manipulation ?l'usage des honn?es gens", ?t??harger en haut ?droite.

Lire (lexpress)

 

En prime : pourquoi il n'y a quasiment pas de crimes par armes ?feu au Japon.

Lire (japanization)

03/10/17 Las Vegas : "On ?ait comme des canards devant un chasseur" (Le Monde).

 

La fusillade de Las Vegas peut faire penser que ce monde devient fou, il y a bien d'autres indices ou preuves que l'humanit?marche sur la t?e (l'empoisonnement des sols est la r?le, ...). Non, aujourd'hui nous attirons seulement votre attention sur ce titre r??ateur du journal Le Monde.

Il semble anodin ?refl?er l'horreur du v?u d'une survivante. Mais cette phrase a un poids ?orme : elle associe inconsciemment les victimes ?des canards et le tireur ?un chasseur.

- Canard : quantit?n?ligeable (!!!) de la masse des gens.

- Chasseur, statut banal de milliers de personnes qui tuent l?alement sans aucune raison, pour le "plaisir" ou "passion". Jamais par n?essit? ce qui serait une excuse toute aussi discutable.

Mais c'est la pens? ordinaire de notre soci?? cela fait r?l?hir.

Et aussi : out comme les terroristes islamiques font beaucoup plus de victimes chez les musulmans (Irak, Afghanistan, ...), les am?icains "fous" font le plus de victimes parmi les leurs.

Lire (LeMonde)

18/08/17 Etre paysan en Inde.

 
Un district m?onnu du centre de l?Inde est soudainement devenu l?endroit o? il faut ?re vu pour de nombreux politiciens et journalistes de ce vaste pays. Malheureusement, cet int?? ne s?est finalement ?eill?qu?au prix de vies humaines. Les paysans de l??at du Madhya Pradesh ont commenc?le 1er juin dernier ?r?lamer de meilleurs prix pour leurs r?oltes et un all?ement de leur dette. Ces manifestations ne sont pas surprenantes : aux quatre coins du pays, les paysans se sont r?uli?ement soulev? au cours de ces derni?es ann?s pour exiger des prix agricoles plus ?ev? et une diminution de leur dette. Les paysans indiens sont d?esp??, plus de 300 0001 d?entre eux se sont suicid? en raison du fardeau de la dette. La diff?ence cette fois-ci tient au fait que les paysans, au fil de leurs protestations, sont devenus militants et pour les faire taire, l?administration a impos?un couvre-feu. Incapable de le faire respecter, la police a ouvert le feu sur les manifestants et a tu?cinq paysans. Un autre est mort sous les coups de lathi (b?on). ?cette barbarie s?ajoute le fait que 45 plaintes ont ??d?os?s contre les paysans en col?e, mais aucunes contre les policiers qui ont abattu de sang-froid les six manifestants. Des reportages dans les m?ias font par ailleurs ?at d?instructions claires d?utiliser la force maximale contre les protestataires.

Cet incident t?oigne du profond malaise qui touche le secteur agricole en Inde. Entre 2000 et 2011, neuf millions de paysans ont quitt?leurs demeures ancestrales et ont migr?vers des villes. Une ?ude fait observer que plus de 2 000 paysans quittent chaque jour la campagne pour tenter de survivre en ville. Ils finissent ?idemment par exercer les m?iers les plus pr?aires dans le secteur informel.

Lire la suite (entreleslignesentrelesmots)

27/02/17 ?ologie, ?hique et anarchie (entretien avec Noam Chomsky).

 

Nous aurions pu mettre cet article en page "Cours d'?ologie", il se trouve que le sujet est moins vaste et traite surtout du point de vue de court terme, de la mesquinerie de l'humain et divers de ses autres d?auts.

Par exemple, vous d?irez acheter une voiture, les publicit? vous vantent un mod?e qui aura toute la route pour lui seul, toujours ou presque, les exceptions sont les voitures cens?s rendre les autres obsol?es. De toute fa?n, vous ne roulerez pas mieux que les autres dans les bouchons. On ne vous dira jamais que cela va augmenter vos frais et vos imp?s parce qu'un million d'autre personnes va faire comme vous : il faudra construire de nouvelles routes et des parkings (souvent payants), acheter un p?role toujours plus cher, polluer plus, etc. Tout ceci s'appelle des externalit?, ce n'est pas compris dans le prix de la bagnole.

Exemple plus vaste dans l'article :

La crise financi?e. L?une de ses raisons ? il y en a plusieurs, mais l?une d?entre elles ? disons si le groupe Goldman Sachs effectue une transaction risqu?, il ? s?il fait attention ? couvre ses propres pertes potentielles. Il ne prend pas en compte le risque syst?ique, c?est-?dire la possibilit?que tout le syst?e s?effondre si une de ses transactions risqu?s tourne mal. Cela a failli se produire avec l?immense compagnie d?assurance AIG. Elle s?est trouv? impliqu? dans des transactions risqu?s qu?elle ne pouvait pas couvrir. Le syst?e entier ?ait vraiment sur le point de s?effondrer, mais bien s? le pouvoir ?atique est venu ?sa rescousse. La t?he de l??at consiste ? secourir les riches et les puissants et ?les prot?er, peu importe si cela viole les principes de march? on se fiche pas mal des principes de march? Les principes de march?sont essentiellement destin? aux pauvres. Mais le risque syst?ique est une externalit?qui n?est pas prise en consid?ation, ce qui mettrait ?mal le syst?e de fa?n r??itive, s?il n?y a pas eu intervention de la puissance ?atique. Eh bien, il en existe une autre, bien plus importante ? c?est la destruction de l?environnement. La destruction de l?environnement est une externalit?: dans les interactions de march? vous n?y pr?ez pas attention. Prenez par exemple les sables bitumeux, vous ne tenez tout simplement pas compte du fait que vos petits-enfants pourraient ne pas y survivre ? ? c?est une externalit? Et dans le calcul moral du capitalisme, de plus grands profits dans le quart d?heure qui suit ont davantage de poids que le destin de vos petits-enfants ? et bien s? il ne s?agit pas de vos petits-enfants mais de ceux de tout le monde.?

Ah bien s?, vous avez lu le mot "anarchie". Vous verrez qu'il s'agit d'abord savoir se gouverner soi-m?e (les candidats aux ?ections veulent tous gouverner les autres et ne se gouvernent pas). C'est une forme de sagesse que de n'avoir pas besoin d'?re gouvern?

Lire (partage-le)

30/03/16 3 news sur les fous de droit divin.

 

La connerie devient une institution (et on en trouve aussi dans les anti, mais ils se contentent de piailler (ouf, mais jusqu'?quand ?)) :

 

Nathalie Goulet a affirm??l'AFP avoir re? des menaces de mort sur les r?eaux sociaux apr? s'?re ?onn? d'une niche fiscale possible en cas de don ?l'arm? isra?ienne.
La s?atrice UDI-UC de l'Orne, Nathalie Goulet a annonc??l'AFP avoir re? des menaces de mort apr? s'?re ?onn? de la possibilit?offerte aux contribuables fran?is qui font un don ?l'arm? isra?ienne, Tsahal, de b??icier d'une r?uction d'imp?s de 60%.

Lire (ouestfrance)


l?Ex?utif des musulmans de Belgique avait annonc?dans nos colonnes vouloir planifier une action pour ce vendredi au sein des mosqu?s du pays suite aux attentats de Bruxelles.
Les repr?entants religieux ont refus?de demander aux imams de r?iter la sourate ? Al-Fatiha ? (l?ouverture) en hommage aux victimes des attentats. Et ce, parce que les victimes ne sont pas toutes musulmanes. ? Ils ont pr?ext?que cela n??ait pas pr?u dans les codes rituels. C?est-?dire qu?il n?est pas pr?u dans la pratique de d?ier une pri?e ?des non-musulmans. ?
Une information qui nous a ??confirm? par l?islamologue Micha? Privot. ? Il a ??refus?de r?iter cette pri?e en hommage ?des ? m?r?nts ? pour reprendre les propos. Une minute de silence a ?alement ??propos? lors de la r?nion, qui a ??une nouvelle fois refus? ?, ajoute-t-il.

Lire (lacapitale.be)


?Le Cr?teur ne vous a pas donn?l?autorit?de me juger.? Impassible, refusant de se lever de son si?e devant la Cour, c?est par ces mots que Yishai Schlissel a r?ondu au juge du tribunal de J?usalem, o?s?est ouvert dimanche le proc? de l?attaque contre la Gay Pride de la ville, le 30 juillet 2015. Sept personnes avaient ??bless?s par le juif extr?iste de 40 ans, dont une mortellement: Shira Banki, une adolescente de 16 ans.

Lire (360.ch)

30/03/16 Tay, le robot de Microsoft, quitte Twitter apr? des d?apages racistes.

 

Microsoft, qui a con? cette intelligence artificielle capable d'interagir sur les r?eaux sociaux, a d? suspendre rapidement l'activit?de sa cr?ture.
Il lui aura fallu moins d'une journ? sur Twitter pour d?aper. Tay est un robot conversationnel con? par Microsoft. Sa photo de profil, sur Twitter, est celle d'une adolescente. Cet algorithme est capable d'apprendre ce que les internautes lui enseignent, et de progresser dans l'?hange sur les divers r?eaux sociaux (Twitter, Snapchat?). Probl?e : ses cr?teurs n'avaient pas forc?ent anticip?le r?ultat.
 

Lire (francetvinfo)

Ce qui veut dire que "l'intelligence artificielle" ne sait que copier "l'intelligence naturelle". Ou qu'elle ne sait pas choisir ses interlocuteurs, ou que l'intelligence n'est pas sur les r?eaux sociaux.

05/02/16 T?oignage d'un photographe turc (r?ugi? syriens).

 

Excusez moi, mais je n'ai pas le courage de recopier ici son t?oignage. Juste cette phrase : "Je me demande ce qui est en train d?arriver ?l?humanit?quot;.

Lire (y?iblog)

04/02/16 Souffrance au travail : oubliez le psychologue !

 

D?id?ent, cette nouvelle rubrique va tr? vite s'enrichir d'une foule de sujets (certains controvers? mais qui mettent la puce ?l'oreille sur l'?at de notre soci??.

 

Aujourd?hui r?nis dans un ouvrage, Chroniques du travail ali?? ces textes sont poignants : la psychanalyste a du mal ?relire son livre.

Si son texte suscite des r?ctions vives, c?est qu?il critique la d?olitisation de la souffrance au travail : ?ses yeux, le changement le plus frappant dans le monde du travail en France n?est pas ? la transformation ? pourtant importante ? des modes de management, ni les catastrophiques techniques d??aluation pip?s, ni la mondialisation. Pour moi, la diff?ence majeure, c?est qu?en France, quand on est victime d?une injustice ?ouvantable au travail? on demande ? aller chez le psy ! ?.

Lire la suite (lemonde)

 

Cet article est majeur sur l'erreur g??ale d'appr?iation de la souffrance au travail. Il se trouve que j'ai v?u ? il y a longtemps, mais j'ai fait le seul choix possible : partir. Et tout alla mieux, tr? vite. Le salari?qui vit dans une prison sans barreaux ne s'en rend pas compte la plupart du temps (les raisons sont d?elopp?s dans l'article).

27/01/16 Le triomphe de l'insignifiance. Ce texte de Castoriadis a 20 ans et pas une ride.

 

Corn?ius Castoriadis : philosophe, ?onomiste, anthropologue, psychanalyste, historien, penseur politique, d?une vitalit??ourdissante, Cornelius Castoriadis avait voulu s?exprimer avec nous de fa?n claire et concise sur ce qu?il appelait ? la mont? de l?insignifiance ?. Il nous a quitt?en 1997.

CC : Ce qui caract?ise le monde contemporain, ce sont bien s? les crises, les contradictions, les oppositions, les fractures, etc., mais ce qui frappe surtout c?est pr?is?ent l?insignifiance. Prenons la querelle entre la droite et la gauche. Actuellement, elle a perdu son sens. Non pas parce qu?il n?y a pas de quoi nourrir une querelle politique et m?e une tr? grande querelle politique, mais parce que les uns et les autres disent la m?e chose.
Depuis 1983, les socialistes ont fait une politique, puis Balladur est venu, il a fait la m?e politique, puis les socialistes sont revenus, ils ont fait avec B??ovoy la m?e politique, Balladur est revenu, il a fait la m?e politique, Chirac a gagn?les ?ections en disant : ? Je vais faire autre chose ?, et il fait la m?e politique. Cette distinction manque de sens.
Ce n?est pas un grand mot et ils sont impuissants, c?est certain. La seule chose qu?ils peuvent faire, c?est suivre le courant, c?est-?dire appliquer la politique ultralib?ale qui est ?la mode. Les socialistes n?ont pas fait autre chose et je ne crois pas qu?ils feraient autre chose, revenus au pouvoir. Ce ne sont pas des politiques ?mon avis, mais des politiciens ? au sens de micro-politiciens. Des gens qui font la chasse aux suffrages par n?importe quel moyen.
C?est du marketing, oui. Ils n?ont aucun programme. Leur but est de rester au pouvoir ou de revenir au pouvoir, et pour cela ils sont capables de tout. ...

Lire la suite (labas)

24/01/16 T?oignage de Rapha? Glucksmann ?Calais.

 

 D'octobre au tout d?ut novembre, j??ais ?Calais, errant entre la ville et le bidonville. J?ai ?rit ce texte.
C??ait avant la mort de mon p?e, avant les attentats djihadistes ? Paris, avant les ?ections r?ionales, avant les horreurs de Cologne (qui n?invalident en rien les horreurs de M?iterrann?, de Hongrie ou de Calais), avant ces deux mois de chocs et de tornades intimes et collectifs qui en ont retard?la publication.

Je vous le livre tel quel.
Ce qui est d?rit dans les lignes qui suivent, - l?immense faillite contemporaine de l?id?l r?ublicain qui seule me pr?ccupe ? est plus d?actualit?que jamais. C?est long. Mais honteusement bref compar??l?ampleur de la d??le dont il est question ici.
" De quoi Calais est-il le nom ?
Imaginez 6000 ?res humains s?entassant sur une d?harge.
Imaginez les vieilles blessures et les nouvelles plaies, la gale et la varicelle, la faim et la crasse.
Imaginez les ados et les enfants errant dans pareille d?olation.
Imaginez qu?on appelle cet anti-monde une ? jungle ?.
Imaginez cela, puis pincez-vous et d?es-vous que vous ?es en France. En France, mais loin, tr? loin de la R?ublique.

Lire la suite (trouv?sur FB)

16/01/16 Pourquoi je refuse. D?laration d'une jeune isra?ienne de 19 ans.

 

Mon nom est Tair Kaminer, j?ai 19 ans. Il y a quelques mois, j?ai termin?une ann? de b??olat avec les Eclaireurs et Eclaireuses Isra?iens dans la ville de Sd?ot, ?la fronti?e de la bande de Gaza. Dans quelques jours, je vais aller en prison.

J?ai ??volontaire ?Sd?ot une ann? enti?e, j?y ai travaill?avec des enfants qui vivent dans une zone de guerre, et c?est l?que j?ai d?id?de refuser de servir dans l?arm? isra?ienne. Mon refus vient de ma volont? d?apporter une contribution ?la soci??dont je fais partie et d?en faire un meilleur endroit pour vivre, et de mon engagement dans la lutte pour la paix et l??alit?
Les enfants avec lesquels j?ai travaill?ont grandi au c?ur du conflit, et ont v?u des exp?iences traumatisantes d? leur jeune ?e. Chez beaucoup d?entre eux, cela a g???une haine terrible ? ce qui est tout ?fait compr?ensible, surtout chez des jeunes enfants. Comme eux, beaucoup d?enfants qui vivent dans la bande de Gaza et dans le reste des territoires palestiniens occup?, dans une r?lit?encore plus dure, apprennent ?ha? l?autre c?? Eux non plus, on ne peut pas les bl?er. Quand je regarde tous ces enfants, la prochaine g??ation des deux c?? et la r?lit?dans laquelle ils vivent, je ne peux que voir la poursuite des traumatismes et de la douleur. Et je dis : Assez !

Lire la suite (francepalestine)

Petit trait?de manipulation ?l'usage des honn?es gens.

Seuls les actes nous engagent. Nous ne sommes donc pas engag? par nos id?s, ou par nos sentiments, mais par nos conduites effectives.

Parler s?ieusement d'?ologie aujourd'hui est aussi difficile que

- parler d'une Terre tournant autour du soleil ?un pape du 17?e si?le.

- faire voler un plus lourd que l'air ?un savant du 19?e si?le.

- parler de foudre en boule ?un physicien du 20?e si?le.

Ecogine, le nouveau moteur de recherche

Une croissance durable est possible et n?essaire (Les Echos) article +++

67% des Fran?is n'ont plus confiance dans la politique (2012)

 

Appel pour le d?armement nucl?ire.

Les ?ologistes sont contre le nucl?ire, surtout le nucl?ire militaire. Comment demander ?un pays de ne pas chercher ?fabriquer la bombe quand on en poss?e soi m?e ? Demandons une d?escalade progressive et mondiale.

 
aa