Comme Tristan, je soutiens La Quadrature du Net. Et vous ?

L'écologie c'est  LaVieDuBonCôté 

Solutions alternatives, Initiatives écologiques, REVIVRE

Si vous êtes perdu, utilisez le moteur de recherche en page d'accueil.

Retour Accueil Sur 400.000 internautes interrogés, 93% se déclarent concernés par l’écologie, mais seuls 38% des foyers Français ont un véritable comportement éco-citoyen !

13/08/17 Si vous vouliez détruire une culture, par où commenceriez vous ? Par les enfants.

 

Sur la nature sauvage des enfants & « Scolariser le monde » (par Carol Black).
Au début du 20ème siècle, les théoriciens de l’éducation étaient assez transparents sur le fait qu’ils concevaient des écoles en vue d’adapter les enfants au nouvel ordre industriel. Ces pédagogues soutenaient que les enfants devaient perdre leur nature sauvage « primitive » et développer des manières « civilisées » telles que la ponctualité, l’obéissance, l’ordre et l’efficacité. En 1898, Elwood P. Cubberley, doyen de L’école d’enseignement et éducation à l’Université de Stanford, déclare que:

« Nos écoles sont, dans un sens, des usines, dans lesquelles les matériaux bruts – les enfants – doivent être façonnés en produits… Les caractéristiques de fabrication répondent aux exigences de la civilisation du 20ème siècle, et il appartient à l’école de produire des élèves selon ses besoins spécifiques. »
L’objet de l’école, en d’autres termes, était d’élever les enfants hors de leur état naturel (qui était, du point de vue de M. Harris, « totalement vicieux ») et de les entraîner à prendre leur place dans le grand projet humain de « subordination du monde matériel à son usage ». Comme l’explique Harris, « On classait les nations et les peuples du monde… selon le degré auquel ils avaient achevé cet idéal de l’humanité ». Les cultures qui ne voyaient pas les choses ainsi étaient confrontées à un choix : « adopter notre culture et devenir intellectuellement productives ou disparaître. Voilà le jugement prononcé par les Anglo-Saxons sur les races inférieures ». ...
L’objet de l’école, en d’autres termes, était d’élever les enfants hors de leur état naturel (qui était, du point de vue de M. Harris, « totalement vicieux ») et de les entraîner à prendre leur place dans le grand projet humain de « subordination du monde matériel à son usage ». Comme l’explique Harris, « On classait les nations et les peuples du monde… selon le degré auquel ils avaient achevé cet idéal de l’humanité ». Les cultures qui ne voyaient pas les choses ainsi étaient confrontées à un choix : « adopter notre culture et devenir intellectuellement productives ou disparaître. Voilà le jugement prononcé par les Anglo-Saxons sur les races inférieures ».
 

Lire la suite (partagele)


Voici une attaque en règle de l'institution école, sans doute n'aviez vous jamais vu une institution sous cet angle, qu'il fallait bien élever et éduquer les enfants. Mais avez vous, vous-même, tenu votre rôle ? Moins le déléguer à d'autres dont vous ne connaissez absolument pas les motivations ? Cette critique semble aller très loin, essentiellement parce que très peu de personnes se sont posé ces questions.

03/07/17 A Malain (21) on invente l'alternative totale..

 

On avait dû vous en parler en Janvier, on remet ça car c'est un sujet de déplacement pour les vacances, sans oublier qu'il y a un beau château fort (que j'ai connu en ruines il y a 40 ans, j'habitais à Ancey) qu'une équipe bénévole (je crois) remonte pierre à pierre.

 

Jennifer, Renaud, François, Claire, Myriam, Léo, Hélène, Jeff, Cyril, Gaëlle… tous sont animés par l’envie de reconnecter l’agriculture au territoire, de créer une agriculture à taille humaine, respectueuse de l’environnement et créatrice de lien social, d’œuvrer pour une éducation populaire. Tous sont convaincus que c’est en se rassemblant que l’on peut faire avancer ses idées. Tous ont le cœur à l’ouvrage.

Lire la suite (reporterre)

07/06/17 Le village zéro pesticide et 100 % bio.

 

e bio : une philosophie et une économie. La commune de Saint-Pierre-de-Frugie, en Périgord vert et à la limite de la Haute-Vienne, a parié sur le bio pour lutter contre la désertification rurale. Retrouvez l’histoire et le développement de cette commune dans le magazine IN SITU mercredi soir 5 avril 2017 après le Grand Soir 3.
Reportage de Isabelle Rio Margaux Blanloeil Adrien Gesta-Fline Anne Paul.
La municipalité de Saint-Pierre-de-Frugie, avec à sa tête Gilbert Chabaud, a décidé en 2008 de redonner vie à la commune de 400 habitants. Elle venait de perdre son école, il n’y avait plus de commerce, les volets se fermaient les uns après les autres.

- On a commencé par abandonner les pesticides.
Retour au naturel, valorisation du petit patrimoine, un potager collectif… On a ouvert les sentiers de randonnée, l’école est devenue un gîte pour accueillir des stagiaires de toute la France en permaculture."
A cette gestion responsable de l’environnement s’est ajoutée une économie locale et solidaire.
- Ouvrir un musée de l'avenir.
... Et puis le maire aimerait mener à bien un autre projet : "Nous travaillons aussi pour ouvrir prochainement le premier musée de l’avenir, celui qui explique comment sera la vie dans les années à venir".

Lire la suite (francetvinfo)

07/06/17 Ces « zones libres » en Europe qui privilégient les alternatives locales.

 

Des élus volontaristes pourront-ils, demain, soutenir la relocalisation de l’économie, favoriser les aliments bios et locaux dans les cantines scolaires ou reprendre la main sur la gestion de l’eau ou de l’énergie ? L’accord de libre-échange signé entre l’Union européenne et le Canada – le Ceta – va leur compliquer la tâche en multipliant les contraintes légales. Face à cette menace, des centaines de collectivités locales, communes ou régions dans toute l’Europe, se sont déclarées « zones libres ».
... Celles qui favorisent une relocalisation de l’économie, développent l’approvisionnement de leurs cantines avec des aliments biologiques et locaux ou remunicipalisent des biens communs comme l’eau ou l’énergie, redoutent que cet accord vienne entraver leurs choix politiques, en accélérant la libéralisation des services, l’industrialisation de l’agriculture et la déstructuration des filières locales. « L’essentiel des compétences concernant la transition écologique et sociale relèvent du niveau local, souligne Amélie Canonne de l’association Aitec et membre du collectif Stop Tafta-Ceta. Quand il s’agit de soutenir l’économie locale, d’assurer la restauration collective, d’organiser les transports, ce sont les collectivités locales qui le gèrent. » ...

1er acte : se déclarer « communes libres »
Environ 2100 collectivités territoriales – de la commune rurale à des régions entières – en Europe se sont déjà déclarées « hors-Tafta », « hors-Ceta » ou « hors-Tisa » [3]. Une partie de ces collectivités, soucieuses de ne pas en rester à de simples déclarations, se sont réunies les 17 et 18 février à Grenoble, dans le cadre des deuxième rencontres paneuropéennes des villes contre les nouveaux traités de libre échange et pour des alternatives locales [4]. Une dynamique qui se révèle relativement forte en Allemagne, en Autriche, en Belgique et en France.

Lire la suite (bastamag)

12/04/17 Avec les Colibris : construire une oasis. Déjà 300 projets de vie écolos en route.

 

Oasis, un nouveau mode de vie.

Les conséquences négatives de l'individualisme nous rappellent que l’être humain est avant tout un être de relation, et que le sentiment d’appartenance à une communauté est nécessaire à son épanouissement. Mais qu’est ce qu’une communauté au 21ème siècle ? En quoi peut-elle nous aider à faire face aux défis environnementaux et sociaux ? Dans le cadre du projet Oasis, Colibris explore le "faire ensemble" et repense la notion de communauté, en l’envisageant non plus comme un frein à notre liberté individuelle mais bien comme une source de richesse. Alors si, ensemble, nous imaginions de nouveaux lieux de vie et de ressources qui seraient, à leur échelle, la maquette de la société plus écologique et citoyenne que nous avons à construire ?

Une oasis peut se trouver en milieu rural ou urbain et prendre des formes différentes : écohabitat partagé, écoquartier, écohameau, commune en transition, tiers-lieu tourné vers l'écologie… Autant d'oasis qui se fondent autour de cinq intentions essentielles et sont à l’origine de l’émergence d’une société fondée sur l'autonomie, le partage et la convivialité.

Plus de 150 lieux de ce type participent déjà au réseau Oasis. Colibris s'est donné 5 ans pour faciliter la création d'au moins 100 nouvelles oasis en créant un écosystème d'outils et de personnes au service des porteurs de projets. Découvrez-les en cliquant sur l'infographie ci-contre.

 

Cette formation sera relancée pour l'année prochaine sous forme de mooc (formation gratuite via internet), inscriptions jusqu'à la fin de l'année. Prévoir 2h par semaine pendant une vingtaine de semaines, chez vous ou entre amis.

Lire la suite (colibrislemouvement)

22/03/2017 Les 5 étapes du changement. Eh oui, le changement, ça ne s'improvise pas !

 

Ceux qui vous parlent du changement à toutes les sauces, et finissent par faire comme tout le monde, gagneraient beaucoup à lire ce qui suit. Et ceux qui ont un peu peur de se lancer aussi.

 

Voila, pour grimper les marches, un peu de méthode aidera grandement.

1 – Pré-réflexion
2 – Réflexion
3 – Détermination/préparation
4 – Action
5 - Maintien /Rechute /Intégration permanente

Lire la suite (.doc à télécharger, trouvé sur Framasphère)

et un peu plus : Lire la suite (pschomedia)

08/03/17 75% des variétés comestibles ont disparu en moins d'un siècle. Graines de vie s'attache à les faire revivre.

 

La disparition des savoir-faire et la standardisation industrielle ont appauvri notre nourriture, au point qu’il faudrait manger 26 pêches d'aujourd'hui pour retrouver la valeur nutritionnelle d’une pêche de 1950. De même les variétés de pommes d’autrefois contenaient jusqu’à 100 fois plus de vitamines que certaines de nos variétés modernes.


En libérant et en démocratisant les savoir-faire liés à la reproduction et à la conservation des semences potagères et fruitières traditionnelles nous pourrons :
- Former des ambassadeurs de la biodiversité au Conservatoire de Sainte-Marthe et d’Intelligence Verte (en bio depuis 1969).
- Créer un programme pédagogique vidéo en ligne, accessible à tous gratuitement.
- Sauvegarder et multiplier 150 variétés anciennes par notre réseau de reproducteurs.
 

Lire la suite (grainedevie)

27/02/17 Pour ne pas mourir, un village du Périgord passe à l'écologie. Et ça marche !

 

Saint-Pierre-de-Frugie se situ en Dordogne. Quelques années auparavant, la désertification guettait ce petit village confronté au vieillissement de sa population et à l’exode rural. Somme toute, une situation assez répandue dans nos campagnes. Aujourd’hui, après une transition écologique remarquable et remarquée, le village affiche complet !

Lire la suite (mieuxvivreautrement)

27/02/17 Sauvons les sols. On se préoccupe de l'air et et de l'eau, mais pour les sols ? Rien.

 

- Alors qu’ils sont à la base de notre alimentation et de notre santé, les sols ne bénéficient d’aucune protection réglementaire. Nous demandons à l’Union Européenne d’agir.

"Il y a plus d'êtres vivants dans une cuillérée de sol que d'humains sur la planète".

Le tout expliqué en Bande Dessinée ici :

Lire la suite (lappeldusol)

 

- Étant très marginalisées sur le champ médiatique, les problématiques liées aux sols échappent largement à l'attention du public. Pourtant, la pollution et l'érosion des sols fait annuellement baisser la capacité des sols de produire des aliments en qualité et quantité suffisantes pour nourrir une population mondiale croissante. Cet article tente d'ouvrir des pistes vers une meilleure gestion des sols, physique et réglementaire, s'inscrivant dans les logiques du développement durable.

Lire la suite (notreplaneteinfo)

24/02/17 "Ne rien faire" est en fait vital pour la santé.

 

Contrairement aux idées reçues, il est bon pour la santé de ne rien faire même si cela est généralement mal perçu en société, que ce soit dans la sphère privée ou professionnelle.
En effet, une étude a été menée qui démontre que lorsque le corps humain ne fait pas d’activité, son cerveau se met en mode » par défaut » et fait alors le tri des informations qu’il contient. Cette étape est absolument indispensable pour le neuropsychologue Francis Eustache qui exerce au CHU de Caen.

De cette façon, il (le corps humain) pourra mieux comprendre l’environnement qui l’entoure et pourra mieux composer avec les situations ultérieures qui se présenteront à vous.

Lire la suite (share2give)

20/02/17 Comment l’Islande a détourné sa jeunesse des drogues, alcool et tabac ? (par Fabrice Renault)

 

Les écologistes sont partisans de la légalisation des drogues, ce qui permettrait d'arrêter les trafics*, pas plus nuisibles que ceux -légaux- du tabac et de l'alcool. Il est donc normal, non pas de ramener à zéro la consommation de drogues, mais de savoir la réduire, y compris tabac et alcool. Et s'en donner les moyens.

(extrait) Des résultats impressionnants :
Aujourd’hui, l’Islande est en tête de liste des pays européens pour les adolescents ayant la vie la plus saine. La proportion des 15-16 ans ayant été ivres au cours du mois précédent était de 42% en 1998, elle a chuté à 5% en 2016. Sur la même période, le nombre de consommateurs de cannabis a baissé, passant de 17% à 7% ; et le nombre de fumeurs de cigarettes réguliers a reculé de façon spectaculaire, avec une chute de 23% à seulement 3% !

Lire la suite (mieuxvivreautrement)

* et affecter les forces de police et gendarmerie à des tâches beaucoup plus utiles, à moyens égaux.

20/02/17 Manger bio, oui mais surtout les variétés de terroir.

 

Nous savons tous que les variétés à gros rendement vous proposent surtout d'ingérer plus d'eau. Souvent, c'est aussi beaucoup moins d'éléments nécessaires à la santé.

Voici un petit récapitulatif entre les fruits, légumes et viandes d'hier et aujourd'hui. Les chiffres donnés ne sont pas une moyenne, hélas, mais des exemples significatifs :

- Vitamine C : une pomme hier = 100 pommes aujourd’hui.
- Vitamine A : une orange d’hier = 21 oranges d’aujourd’hui.
- Fer : la viande en contient deux fois moins.
- Calcium : quatre fois moins dans le brocoli.

Lire la suite (nouvelobs)

20/12/16 Comment devenir écolo ? Une application pour smartphone.

 

Je n'ai pas de smartphone, donc je n'ai pas testé, et le mot "écolo" est peut être exagéré (c'est aussi une façon de penser, voir le cours d'écologie). Malgré tout, l'écologie étant un domaine tellement vaste, il est possible de commencer par là.

L'appli vous propose des changements à appliquer petit à petit, en 90 jours.

Allez, on va voir :

Lire la suite (notreplanetinfo)

13/12/16 Penser la ville de demain : résiliente, autonome et vivante grâce au biomimétisme.
 
Capter l'énergie solaire comme la feuille de l'arbre, reproduire la résistance de la toile filée par l'araignée, fabriquer des céramiques aussi solides que la coquille de l'ormeau... Tout cela vous inspire ? C'est normal. Le biomimétisme - discipline émergente - est une méthode innovante et prometteuse qui consiste à s'inspirer de la nature et de ses mécanismes pour tenter de les reproduire et de les adapter au service de l'Homme et de l'ensemble de la biosphère.
(Notre avis : quand on aura réussi à copier la nature -et on est loin de le faire- il sera temps de la dépasser. Nota : elle n'avait pas inventé la roue).
Attention, il faut descendre un peu dans la page pour trouver l'article.

Lire la suite (notreplanetinfo)

13/10/16 Le jardin du paresseux.

 

Il est à croire que le jardinage est promu par les vendeurs de bineuses nucléaires et de produits chimiques : des monocultures bien alignées et sans une herbe parasite.

Voici un petit site qui vous propose 2 vidéos très reposantes pour obtenir de bons résultats sans se fatiguer. Et tant pis si votre jardin ne ressemble pas aux allées de Versailles, le principal est votre dos, votre envie de produits variés et sains, et aussi développer votre farniente pour écouter pousser les salades.

Lire la suite (econologie)

29/09/16 Comment l'écologie fait son nid. Une petite histoire toute simple.

 

L'écologie progresse aussi et surtout parce que des dizaines d'histoires, grandes ou petites, comme celle-ci se passent chaque jour. (Trouvé sur Facebook et reproduit avec l'autorisation de l'intéressée).

 

Rencontre et échange improbable lorsqu'on mange hors saison sur la plage de Royan...

Parfois on sème même aux tables des restos ou comment finir une soirée en amoureux transformée en "salon de discussion" et cabinet de curiosité entre un gros céréalier chimique industriel de Picardie en retraite (et riche) attablé tout seul - donc un exploitant, un agriculteur- et des "jeunes" mariés paysans bios agronomes pas bobos de la génération de ses enfants...

Tout a commencé parce qu'on a demandé du vin bio à la serveuse ( qu'il n'y avait pas), et expliqué que nous ne voulions pas boire de pesticides détruisant les huîtres, les moules, les plages, la ressource en eau, la santé des gens et qu'on a trinqué à nos futurs cancers...
Bien sûr on a parlé écologie, Mélenchon, politique locale, et autres sujets, ensemble entre amoureux.
Et puis, à la fin du repas, notre voisin de table s'est tourné vers nous en s'excusant, et nous a demandé comment on faisait sans pulvé du tout, ni pesticides car lui il a fait tout le contraire de nous toute sa vie sur 300 hectares (betterave, blé, patates, maïs et deux vaches Limousines) avec sa moissonneuse de 12,5 m de coupe là où on en a seulement 4.90 m...avec nos 220 hectares à travailler en polycultures et polyélevages (Dont pas mal de prairies pour nos animaux).

Désabusé, ayant vécu avec bénéf' de 200 000 €, ( une récolte à la banque, une en silo, une en trémie, lol) ça a parlé niveau de vie par rapport aux générations d'avant, de rendements ( jamais de qualité nutritionnelle ou de conséquences écologiques) et là, rapprochement des chaises et conférence agronomique sur les techniques des mélanges de plantes cultivées, d'agroforesterie, de semis direct sous couvert, de coopératives paysannes avec semences population...et cyclisme, car ce monsieur de 70 ans faisait régulièrement des centaines de bornes à vélo pour voyager et se rendre parfois même à l'étranger.
Et puis il nous a dit que cette année c'était catastrophique, 30 quintaux de blé/hectares là où il en faisait une centaine les années passées.
Que lui il bossait avec les usines sucrières, pas le choix. Il ne connaissait pas les variétés populations de betteraves ni de blés, semences paysannes, agronomie... tout ça, c'était du chinois pour lui.
C'était assez cocasse !
Oui nous vivons correctement sans avoir besoin de se payer des vacances en Arizona pour sauter en parachute...
Oui Benoît s'est endetté pour reprendre et racheter la ferme familiale tandis que lui, son fils dentiste a repris les parts majoritaires de sa boîte.
Oui, nos terres ont du rendement sans avoir recours à la chimie toxique et double récolte sur une même parcelle.
Oui Benoît a entièrement tout converti en bio.
Oui le bonheur peut passer par moins d'argent et la sobriété heureuse...avec une vie sociale sans bosser comme des malades et avec quelques "mauvaises herbes"...

Bref, avant de repartir bientôt sur son vélo, il veut venir nous voir à la ferme d'ici quelques jours car il veut voir.
Il est reparti avec notre carte de visite, Mr Michel L., agriculteur industriel des plaines de Picardie au nord de Paris...
 

Ces agriculteurs bio et passionnés ont aussi un site :
http://www.val-de-seudre-identi-terre.com/

24/05/16 La randonnée change votre cerveau.

 

Bien qu’il puisse sembler évident qu’une bonne randonnée à travers une forêt ou une montagne peut purifier votre esprit, le corps et l’âme, la science est en train de découvrir que la randonnée peut réellement changer votre cerveau … pour le mieux!
Marcher dans les bois tout en observant les oiseaux et les feuillages colorés, en humant l’arôme des épicéas et des pins, et en écoutant le murmure apaisant d’un cours d’eau, tout cela dégage notre esprit et nous nous sentons bien. Heureusement, les médecins sont d’accord. Les études successives montrent que passer du temps à randonner dans la nature procure de multiples avantages pour la santé mentale.

Lire la suite (saintetnaturel)

 

Malgré tout, nous vous soumettons l'article sous réserve : quand un médecin vous parle de l'âme, il y a débordement vers des arguments non scientifiques et il n'est pas question pour nous de nous immiscer dans vos opinions personnelles, mais on sort du cadre scientifique et du rôle du chercheur.

19/05/16 Semeoz, un site d'initiatives et d'informations sympa.

 

Ben oui, il existe d'autres sites qui ont le même but que nous, avec des buts assez rapprochés, en voici un :

Lire la suite (semeoz)

04/04/16 56 % de ventes supplémentaires pour les produits qui durent.

 

Fatigué de devoir racheter une imprimante tous les deux ans ou de voyager avec une valise qui ne ferme plus ? Une étude récente montre comment les comportements des consommateurs évolueraient si la durée de vie des produits était mentionnée au moment de l’achat.
L’expérience a été réalisée auprès d’un échantillon de 2 917 participants répartis sur quatre régions européennes – France, Espagne, République tchèque et Benelux. Elle reposait sur une simulation d’achat en ligne. Le faux site d’e-commerce ILICO a donc été conçu : les consommateurs pouvaient y naviguer comme sur un vrai site et, une fois leur panier validé, les participants étaient redirigés vers un questionnaire permettant de mesurer différents indicateurs.
Les résultats de l’expérimentation montrent que les consommateurs modifient leurs décisions d’achat en faveur de produits plus durables quand ils sont informés de la durée de vie des marchandises. Un produit voyait ainsi ses ventes augmenter de 56 % en moyenne s’il avait une durée de vie supérieure à celle de ses concurrents.

 

Lire la suite (theconversation)

25/03/16 L'emploi est mort, vive le travail (Bernard Stiegler).

 

D’ici une vingtaine d’années, l’automatisation va déferler sur tous les secteurs de l’économie mondiale et signer la mort définitive de l’emploi. Et si c’était une vraie bonne nouvelle ? Parce que l’emploi, cette activité privée de sens qui est sanctionnée par un salaire, a détruit le travail, explique le philosophe Bernard Stiegler. Et parce que la fin de l’emploi est l’occasion de réinventer le travail au cœur de nos sociétés du numérique, de construire une économie contributive en lieu et place de cette «économie de l’incurie» qui nous détruit à petit feu.

Lire la suite (culturemobile, + vidéo 7 mn)

 

Pour comprendre profondément, il faut bien faire la distinction entre "emploi" et "travail". Un emploi, c'est l'activité que vous exercez contre un salaire pour vivre, ce n'est pas forcément ce que vous avez envie de faire puisqu'il s'agit de satisfaire les besoins de l'entreprise. Un travail, c'est une activité où vous exercez vos talents, qu'il vous fasse vivre ou non, peu de gens arrivent à concilier les deux.

Il y a donc une révolution éducative qui va sans doute bouleverser tous nos standards de pensée. Et déboucher vers une société plus heureuse et plus riche ? La contrepartie est que vous devez devenir plus exigeant envers vous même et apprendre à ne plus subir la vie.

16/03/16 Les boîtes à livres.

 

On les appelle boîtes à livres, micro-bibliothèques ou bookboxes. Ces petites étagères, vivier de lecture sont de plus en plus nombreuses dans les rues belges. L'idée: dans une boîte prévue à cet effet, y déposer un livre et en prendre un autre. Une démarche gratuite qui prend de l'ampleur.

Nota pour les dolois (de Dole, 39100. Puisque ce site y est basé), il y en a une chez "La Fille aux Pizzas", 35 rue de la fontaine, quartier du Poiset.

Lire  (focuslevif)

14/03/16 Des solutions (gratuites) pour faire vivre votre association : Helloasso.

 

- Adhésion : Gérez les adhésions de vos membres et futurs membres
- Crowdfunding : Financez vos projets grâce à la mobilisation de la foule
- Don : Collectez des dons au fil de l’eau
- Billetterie : Vendez des billets pour votre prochain événement
- Formulaire : Intégrez nos formulaires sur votre site internet
- Collecteur : Collectez en votre nom pour l’association qui vous tient à cœur.

 

Voici ce que vous offre HelloAsso, il suffit de vous inscrire, tout est gratuit mais un don pour le fonctionnement du site est bienvenu.

Lire  (helloasso)

09/03/16 Déclaration universelle des droits de la Terre.

 

Préambule

- Considérant que nous faisons tous partie de la Terre, communauté de vie indivisible composée d’êtres interdépendants et intimement liés entre eux par une destinée commune ;
- Considérant que notre Terre est source de vie, de subsistance, d’enseignement et qu’elle nous prodigue tout ce dont nous avons besoin pour bien vivre ;
- Considérant que l’humanité est un élément déterminant de ces conditions essentielles à l’évolution de la vie ;
- Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de la vie, ainsi que toutes les formes de prédation, d’exploitation et de pollution ont causé d’importantes dégradations et modifications des conditions de vie qui mettent en danger les équilibres fondamentaux nécessaires au développement et à la préservation de la vie sur la Terre;
- Considérant qu’il est impossible de reconnaître des droits aux seuls êtres humains sans provoquer de déséquilibres au sein de la Terre ;
- Considérant que pour garantir les droits humains il est nécessaire de reconnaître et de défendre les droits de la Terre et de tous les êtres vivants qui la composent ;
- Considérant qu’il est urgent d’entreprendre des actions collectives décisives pour transformer les structures et les systèmes qui génèrent d’importantes destructions sur la Terre ;

Nous, habitants de la Terre, proclamons la présente Déclaration Universelle des Droits de la Terre comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l'esprit, s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d'en assurer, par des mesures progressives d'ordre national et international, la reconnaissance et l'application universelles et effectives.

Article premier
La Terre est un être vivant.

Article 2
Tous les êtres vivants qui peuplent la terre représentent une partie de la diversité constitutive de la Terre.
Le terme “être” intègre les écosystèmes, les espèces et toutes les autres entités naturelles qui existent comme partie de la Terre.
 

Lire  la suite (declaration ...)

Télécharger la déclaration

25/02/16 Et si les forêts comestibles étaient la solution ?

 

Nous savons tous que pour nourrir de plus en plus d'humains, il va falloir faire des choix quant à notre modèle agricole. Alors que l'on nous fait croire que l'agriculture intensive peut représenter une solution, voire même les OGM qui viendraient sauver l'humanité (quelle blague!), de vraies solutions alternatives existent....et les forêts comestibles représentent une de ces alternatives particulièrement époustouflantes !
le Jardin des Fraternités Ouvrières, à Mouscron en Belgique, à quelques kilomètres de Lille. Difficile d'imaginer, alors que vous êtes dans une rue typique des villes minières, qu'une forêt nourricière se cache derrière les maisons en brique et que cette forêt compte plus de 5.000 variétés végétales (arbres, arbustes, lianes, fleurs, légumes, fruits) sur une surface d'environ 1.800 m2.
Depuis plus de 40 ans, Gilbert et Josine Cardon entretiennent cet espace selon quelques principes qui devraient tous nous guider : respect et observation de la nature, volonté de recréer des écosystèmes complets, bannir les pesticides et autres engrais et surtout .... expérimenter !
Non, vous êtes ici dans une forêt et ces légumes vont être disposés à différents endroits, suivant des associations que Gilbert a pu tester avec des plantes qui profitent les unes aux autres, et suivant la lumière de disponible......C'est tout simplement incroyable !

Aucun pesticide n'a franchi l'entrée de cette forêt nourricière urbaine, les sols sont particulièrement fertiles (3 kg de vers de terre au m²!) , recouverts de branches, feuilles ou de plantes couvre-sols, une mare est présente pour les crapauds et autres grenouilles. Des abris à insectes sont positionnés ici ou là et les fruits et légumes sont en abondance, tout au long de l'année.
Et puis, pour vous donner une idée très rapide, on a 395 pommiers de 312 variétés, 240 poiriers (de 160 variétés), 80 pruniers, 70 cerisiers (de 60 variétés), des figuiers (plus de 40), des plants de vignes, des ronces fruitières, des agrumes.....c'est clairement une forêt nourricière !

Lire  (ecolodujour)

06/02/16 21 histoires inspirantes, envoyées par de nombreuses initiatives de Transition.

 

Nous avons du retard, nos amis belges les ont publiées pour la COP 21 (Déc 2015). Mais une belle histoire reste une belle histoire.

 

Un mouvement étonnant et historique a déjà pris forme et ce que nous voulons dire aux Obamas, Camerons et Merkels de ce monde, c’est que ces changements ont déjà commencé, sans leur aide, et qu’ils devraient les soutenir et les renforcer. Mais s’ils décidaient de ne rien faire, cela n’empêcherait pas le mouvement de continuer à grandir, car il est l’avenir.

Cet avenir est en train de s’écrire. Les histoires de ce livre nous donnent un avant-goût de ce à quoi il peut ressembler et sont une merveilleuse source d’inspiration, que vous les lisiez avant, pendant ou après les négociations de Paris.

Vous pouvez aussi les trouver en livre ci après :

Lire  (reseautransition)

24/12/2015 Les Repair Cafés. 70 % des appareils électroménagers déposés en décharge valent le coup d’être réparés.

 

Dans la capitale, où ils ont été lancés en 2013, comme partout en France, les repair cafés partagent un objectif : donner une seconde vie aux vêtements usés, petits appareils électroménagers endommagés et autres ordinateurs en panne, plutôt que les jeter. Le succès a été immédiat.
Certes, ces ateliers sont animés par des bénévoles qui proposent gracieusement leurs services, mais l’adhésion à l’association (à partir de 5 euros par an) ou les dons sont fortement encouragés pour soutenir cette démarche. Parmi les 85 participants du jour, Éric, 58 ans, est venu rafraîchir le col d’une veste beige. Martine se prête de bonne grâce à sa requête, tout en le faisant participer à hauteur de ses compétences.
Deux tiers des objets sont réparés.
Plus loin, l’atelier 3 E, spécialisé dans les équipements électriques et électroniques, ne désemplit pas. ...

Lire la suite (wedemain)

16/12/15 Pierre Rabhi : 20 pensées pour vivre en harmonie avec la nature.

 

Pierre Rabhi mène une défense sage et pacifiste de la terre et du vivant depuis soixante dix sept ans. Poète, essayiste et romancier, le paysan philosophe a dédié toute son oeuvre à cette cause. Retour sur 10 citations saisissantes de Pierre Rabhi pour changer son rapport à la nature et à l’environnement.

« Il n’y a pas l’homme d’un côté, la nature de l’autre. L’homme est nature. »

« Nous ne sommes pas, nous les hommes, des êtres isolés, nous ne sommes pas les maîtres absolus de la Terre. Nous devons rester reliés au grand flux de la nature. C’est la condition de notre survie. »

« Lorsque nous observons notre planète depuis l’espace, nous découvrons que rien n’est contre rien. On ne peut pas dire que le pôle Nord est contre le pôle Sud, ou que l’éléphant d’Afrique est contre l’éléphant d’Asie. Notre terre est un système unitaire dans lequel tous les éléments constitutifs s’inspirent de la même réalité. »

« La mort naturelle, basée sur cette loi immuable de la nature selon laquelle tout organisme naît, s’épanouit, décline et disparaît, est magnifique. C’est un cycle auquel je suis heureux d’appartenir. »

« Contrairement à la dramatisation de la finitude engendrée par la modernité, la nature, elle, témoigne des cycles certes irrévocables, mais où tout se renouvelle. »

Lire la suite (bioalaune)

10/12/15 "Demain", le film.

 

Découvrez l’histoire, les personnages, l'équipe, les contacts presse et bien d'autres ressources liées à l'univers du film...

Où voir le film ? Les avant-premières, les salles projetant le film après la sortie, des infos pratiques pour organiser une projection...

Les solutions : Après Demain, des solutions sont là pour vous, individuelles, collectives, politiques pour réinventer le monde...

Lire (demain-lefilm)

30/11/15 Des vélos pour l'Afrique.

 

Il n'est pas très beau, à une allure un peu cheap, n'a pas le dernier moyeu à vitesses intégrées ni de géométrie complexe, et pourtant, ce vélo a sauvé, ou tout du moins amélioré matériellement, la vie de près de 200 000 personnes en Afrique...

Ce vélo, c'est le Buffalo bike, un modèle simple et robuste, capable de transporter des charges lourdes sans broncher, le tout avec un minimum de maintenance. Ce vélo, ce n'est pas réellement un vélo. "C'est un moteur pour l'autonomisation économique et culturelle".

D'une valeur de 134$ pièce, le vélo a été conçu très simplement, évitant une mécanique trop complexe qui nécessiterait une maintenance régulière. Surtout, il a été conçu de manière à encaisser la dure vie que peuvent lui mener les routes défoncées et poussiéreuses africaines.
D'après les statistiques, le vélo multiplie les revenus jusqu'à 5 fois. Les agriculteurs peuvent transporter plus de produits sur le marché, effectuer plus de livraisons, et ainsi accroître le revenu de leur famille.

En Zambie, alors que les élèves peuvent marcher jusqu'à 15 km pour atteindre leur école, ils ont constaté une augmentation de la performance scolaire de près de 60% auprès des jeunes qui s'y rendait désormais à vélo, et un taux de fréquentation accru de près de 30%.

(sur le site, vous pouvez financer tout ou partie d'un vélo).

Lire (weelz)

30/11/15 100 lieux de vie et de ressources inspirants qui ont placé l'écologie et le partage au cœur de leur projet.

 

Colibris et Kaizen présentent 100 lieux de vie et de ressources inspirants qui ont placé l'écologie et le partage au cœur de leur projet.
Écohameaux, habitats participatifs, centres agroécologiques, écosites… Ces projets sont les résultat des recherches de la société civile pour construire un nouveau mode de vie, écologique, autonome et solidaire.
Illustré de belles photos et préfacé par Pierre Rabhi, cet ouvrage exceptionnel de 140 pages est un véritable guide des lieux innovants à découvrir en France, à la ville comme à la campagne.
En cette période de cadeaux, c'est une occasion de partager, et d'inspirer ses proches. Chacun y trouvera, parmi la diversité proposée, des initiatives qui lui parleront. Préfacé par Pierre Rabhi.

Lire (boutiquedescolibris)

 

100 c'est peu et beaucoup à la fois, ça fait un lieu par département. Prenez des initiatives, lancez vous pour que ce nombre monte en flèche. N'oubliez pas le mot "innovant" : on ne réussit pas toujours du 1er coup, ce n'est pas une raison pour laisser tomber à la 1ère difficulté. Un nouveau monde à faire naître, quel défi !

28/11/15 Economie circulaire et dynamique sociale, c'est parti dans les Vosges.

 

Dans un village vosgien situé en pleine campagne, l’association Minos crée une dynamique sociale autour de l’économie circulaire et de sa recyclerie. L’objectif : permettre aux gens de travailler, pour faire vivre ce territoire rural.
Samedi matin, 8 h, la longue rue centrale et la place du marché sont couvertes de brume. Derrière son petit stand de légumes bio, et malgré les 5 °C qu’affiche la croix verte de la pharmacie, Jean tresse un panier en osier. S’il connaît la recyclerie Minos ? « Bien sûr, j’y ai travaillé un an en contrat d’insertion, en tant qu’agent de collecte. J’ai trouvé ça super, et puis ça m’a permis de rebondir et de me lancer dans le maraîchage. » Une dame vient lui acheter quelques noix et de la salade. « C’est formidable, ce qu’ils font à Minos. C’est dynamique. Vous vous rendez compte, dans un village comme Monthureux… ».
Ce jour-ci, la vente s’avère fructueuse : plus de 4.400 € de recette, soit 3,158 tonnes d’objets partis vers une nouvelle vie. En 2014, 80 tonnes ont été collectées, 78 % des objets ont été valorisés, et un peu plus de 40 % vendus.

Lire (reporterre)

07/11/15 Passez à Ubuntu (pour remplacer Windows).

 

Si vous avez vu la vidéo (Voir) sur Windows 10, vous aurez certainement envie d'aller voir ailleurs. Ca tombe bien, les créateurs de Ubuntu viennent de sortir un excellent manuel d'utilisation de 153 pages, au format pdf.

Lire (ubuntu)

17/10/15 Les sacs funéraires, alternative au cercueil.

 

Un peu décalé dans cette rubrique "Revivre".

L’idée de faire un cercle complet et de revenir là d’où nous venons attire bon nombre d’entre nous, quelle que soit notre foi (ou absence de foi), et cette méthode d’enterrement nouvelle et magnifique développée en Italie l’a parfaitement compris.
Pour leur projet Capsula Mundi, les designers Anna Citelli et Raoul Bretzel ont mis au point un sac funéraire biologique et biodégradable, qui transforme le corps du défunt en nutriments permettant à un arbre de grandir à partir de ses restes.
Après avoir été encapsulé en position fœtale, le défunt est mis en terre et un arbre ou une graine sont plantés juste au-dessus du sac. Le site du projet dispose déjà d’un certain nombre d’arbres que vous pouvez choisir.

Lire (bridoz)

07/10/15 Se dégoogliser (google, facebook, ...).

 

Dégooglisons saison 2 : ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !
Nous l’avions annoncé l’an passé : Dégooglisons Internet est un projet sur 3 ans. Après une première année qui a dépassé toutes nos espérances, nous avons décidé d’attaquer cet « an 2 de la dégooglisation » en fanfare, en vous proposant 5 nouveaux services (et mises à jour majeures) qui seront présentés sur le Framablog tout au long de la semaine.

Mais nous ne perdons pas de vue l’essentiel : le succès de la première saison et ce que nous allons en faire dans la deuxième, c’est à vous que nous le devons.
Dégooglisons Internet, c’est d’abord tenter de sensibiliser le grand public (nos fameux « Dupuis-Morizeau ») aux enjeux de la centralisation du Web vers des géants privatifs que sont Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft (GAFAM pour les intimes). Outre nos interventions dans la sphère libriste (RMLL, JDLL, Open World Forum, Capitole du Libre, etc.) nous avons pu rencontrer d’autres publics (Geekopolis, Fête de l’Huma, Geek Faeries, les Alternatiba, le festival Résistances, on ne vous met pas les liens, Tonton Roger est votre ami) toujours plus concernés et intéressés par les alternatives proposées.

Grâce à vos partages d’informations et à votre mobilisation, de plus en plus de monde prend conscience des dangers que représentent les GAFAM quand ils raflent nos données et nos vies numériques. Sensibiliser est une première étape, encore faut-il démontrer qu’on peut faire autrement, proposer une alternative respectueuse, simple et fiable.
Ces douze derniers mois, nous avons mis à jour :
- Framindmap, pour créer des cartes heuristiques en ligne ;
- Framapad, avec les pads temporaires et des serveurs plus rapides ;
- Framadate, le Doodle du libre et notre service le plus utilisé ;
- Framacalc, le tableur en ligne (et ce malgré moult péripéties sur nos serveurs) ;
- Framapack, l’installateur de Logiciels Libres pour windows.

Sans oublier Framasphère, réseau social. Lire

Lire (framablog)

07/10/15 Fiches pour vos premières autoréalisations (lit, cuiseur solaire, bancs, ...).

 

Notices de fabrication
Vous trouverez ici les notices de fabrication des objets conçus et réalisés par Entropie.
C'est une invitation à entrer de plain-pied dans le monde du libre pour découvrir comment l'entraide, la collaboration, le partage et l'effort collectif changent déjà la société. Chaque notice est conçue pour accroître au maximum l'autonomie de celui ou celle qui s'en sert.
Chacune des notices présentées est placée sous une licence libre (Art Libre). Ce qui signifie que vous êtes libre de :
- les lire
- les copier
- les modifier
- les distribuer (commercialement ou non).

Lire (assoentropie)

04/09/15 "Curieuse démocratie", se réapproprier la démocratie locale.

 

Il n'y sera pas particulièrement question d'écologie, mais elle passe aussi par là.

 

« Curieuses Démocraties », l'Evènement politico-culturel détonnant, aura lieu les 18, 19 et 20 septembre 2015 à Saillans, dans la Drôme. Laissons nous surprendre, laissons nous être curieux, laissons nous réfléchir sur les questions de démocratie, par le biais de partages, de conférences, de tables rondes, de films... et de clowns ! Ces rencontres très concrètes et pratiques proposeront aussi des échanges d'expériences, des ateliers d'outils participatifs et de méthodes pour des listes citoyennes futures. Philosophes, citoyens, politologues, élus, sociologues, artistes, acteurs d’expériences de démocratie locale participative viendront nourrir cet événement singulier. Repas, musiques, temps informels au bord de la Drôme, ponctueront cet improbable week-end.

Les 18, 19 et 20/09 à Saillans (Drôme).

La suite et télécharger la charte :

Lire (curieusesdemocraties)

28/08/15 Ecouter et/ou faire de la musique, c'est stimuler et harmoniser le cerveau.

 

Il est avéré que l’étude du solfège (qui est comme l’apprentissage d’une deuxième langue), ainsi que les heures d’entrainement à tenter de maitriser un instrument de musique, stimulent certaines capacités intellectuelles comme la mémoire immédiate, la concentration, l’attention et les capacités visuo-spatiales, qui sont des processus particulièrement utiles dans les apprentissages scolaires généraux.

Mais surtout : l’apprentissage d’un instrument de musique stimule particulièrement la communication entre les deux hémisphères de notre cerveau, notamment entre les régions motrices et sensorielles.

Lire (atlantico)

L'étude appuie sur le lien entre activité artistique et apprentissage scolaire. Nous remarquons cette phrase importante (... communication des 2 hémisphères ...) qui montre que la musique est importante dans l'intercommunication des 2 hémisphères. Plus qu'important dans une société de plus en plus schizophrène. Vous n'avez plus qu'à choisir entre Mozart et Jimi Hendrix, et à donf.

08/07/15 La Coopérative intégrale s’épanouit à Barcelone.

 

Ils fraudent le fisc pour financer la révolution. Avec un budget de 490 000 euros, la Coopérative intégrale catalane (CIC) tente de construire ses propres « services publics coopératifs » dans le domaine de la santé, du logement, du transport ou encore de l’éducation. Leur but : se passer de l’euro, de l’Etat et des banques.

... le quartier général de la Coopérative Intégrale Catalane (CIC). Ce mastodonte de l’alternative créé en 2010 compte plus de deux mille membres et dispose cette année d’un budget de 490 000 euros dédié à la construction d’un nouveau monde. Ces activistes ne demandent pas de meilleurs retraites, l’instauration d’une taxe carbone ou la séparation entre banques de dépôt et banques d’investissement. Ils ne demandent rien. Et pour cause. « Nous rejetons l’État comme système de contrôle basé sur l’exploitation de l’être humain », expliquent-t-il dans l’Appel à la révolution intégrale qui leur sert de manifeste officieux.

La CIC s’est donné pour logo une fleur multicolore inspirée de la permaculture. Chaque pétale représente une commission et un secteur de la vie (santé, éducation, logement, alimentation, transport, technologie) que la coopérative tente d’extraire des griffes du capitalisme et de l’Etat pour les remettre dans les mains de ses utilisateurs. Ils veulent créer leur propres « services publics coopératifs » gérés par leurs usagers. Exit les politiciens professionnels, les personnes décident de ce qui les concerne lors d’assemblées quinzomadaires ouvertes à tous. Leur but : se passer progressivement de l’euro, de l’Etat et des banques et prouver que « nous pouvons vivre sans capitalisme ».

Lire (reporterre)

Voici ce qui se fait de plus proche de l'écologie de terrain et à "grande" échelle. Encore un peu de langage politique traditionnel mais on ne réussit pas tout du 1er coup.

Dans la suite de l'article, vous comprendrez que "frauder le fisc" n'est pas tout à fait vrai, juste un peu d'astuce, et jouer sur les mots.

15/06/15 Construire écolo à moins de 100 €/m².

 

Vous doutez de la catastrophe post-industrielle ? De l'effondrement financier et industriel ? de la chute vertigineuse de la croissance dans les pays industrialisés après le peak-oil ? L'écovillage de Lammas, dans le Pays de Galles, est prêt.
Il est difficile d'échapper à une première impression catastrophiste : la pauvreté, les caravanes, les dreadlocks, un univers zadiste... La catastrophe industrielle est passée ici, à environ 140 km à l'ouest des aciéries Tata de Cardiff. La décroissance, cela paraît peu dire, le sport consiste à faire avec très peu d'argent et avec le maximum d'autonomie possible. Donc, on y retrouve la permaculture, la construction autonome, off-grid bien sûr, avec une bonne partie des principes du mouvement des earthship lancé par l'architecte américain Reynolds, un mélange d'écologie, de renoncement à la protestation et la volonté de faire par soi-même.

Lire (2100)

 

Là-bas la catastrophe industrielle est déjà passée, et si vous anticipez celle à venir, si vous n'avez quasiment pas de moyens, alors cet article est pour vous.

05/06/15 Les monnaies complémentaires (en vidéo).

 

Excusez nous, on avait oublier la page et certaines infos se sont retrouvées en page "Solutions alternatives". C'est le bordel un site amateur, non ?

 

Exposé de Les monnaies complémentaires en 3 vidéos. Vous y trouverez toutes les raisons et les avantages de ces monnaies, en particulier leur stabilité et faire fonctionner l'économie locale.

Lire (2100)

22/09/14 Le travail n’est pas une valeur, éloge de l'oisiveté . A partir d'un texte de Bertrand Russell.

 

Extrait d'un spectacle interprété par Dominique Rongvaux en 2011, et intitulé Éloge de l'oisiveté. En plus d'être drôle, le propos est profond, ce qui nous change de Bigard et Danny Boon. Et aussi hilarant !

Lire (agoravoxtv)

 

Presque toutes les phrases pourraient devenir des maximes tellement le texte est riche de sens.

17/09/14 Parking Day. Pour discuter de tout et de rien, le 19/09.

 

PARK(ing) DAY est un événement mondial ouvert à tous. Organisé le 3e week-end de septembre, il mobilise citoyens, artistes, activistes pour transformer temporairement des places de parking payantes en espaces végétalisés, artistiques et conviviaux.
Pendant une journée, les espaces bétonnés deviennent des lieux d’initiatives engagées, originales, créatives et écologiques. Manifestation festive, événement international, PARK(ing) DAY, c'est aussi et surtout l'occasion de réfléchir au partage de l'espace public, d'imaginer de nouveaux usages urbains et de formuler ensemble des propositions pour la ville de demain !

Lire (parkingday)

 

Alors vous aussi, présentez votre petit coin sympa sur une place de parking, quelques sièges, pourquoi pas des petits gâteaux et échangez avec les gens de passage.

04/08/14 La maison est en carton, pirouette cacahuète. C'est pas pour rire.

 

Oui, une maison en carton (recyclage) aussi solide qu'une traditionnelle. On vous laisse voir, c'est à Belle Ile en mer. Site commercial du constructeur.

Lire (teranova)

03/08/14 Un député en stage d'entreprise ? C'est pas si mal, d'un point de vue écolo !

 

... Un déplacement riche en enseignements, assure le député. "Il est évident que la question du logement, du temps de déplacement entre le domicile et le travail, sont de première importance. On ne parle pas assez des charges contraintes, subies par les salariés. C'est tout un écosystème qui doit être pris en compte dans une optique de simplification. Celui de l'entreprise, bien sûr, mais aussi du salarié."

 

Voila un député (Laurent Grandguillaume) qui ne s'est pas contenté du seul point de vue "entreprise". On le remercie.

Lire (lexpress)

01/08/14 Lâchez-nous avec la valeur travail ! Un coup de gueule très bien argumenté.

 

Voici de quoi espérer dans la jeunesse face au monde frileux des croulants qui s'accrochent :

Voici venu le temps des contradictions. Entre les discours sur le travail que vous - élus, dirigeants, syndicats, prétendants au pouvoir - proférez et les preuves objectives, un gouffre s'est creusé. Les tâches les plus variées nous échappent chaque jour au profit des machines, et pourtant vous érigez encore l'emploi en garant de tous nos droits - santé, vieillesse, citoyenneté - et de notre bonheur.
Vous affirmez que le travail est la voie de conquête de notre liberté et de notre indépendance. Nous constatons que les conditions du travail s'améliorent uniquement pour une mince couche de super héros.

 Vous expliquez que notre graal est le CDI garanti à vie, adossé à un salaire décent et à un prêt immobilier. Nous cherchons en vain autour de nous les quelques survivants de ce paradis perdu du siècle dernier.
   Vous dites que le travail est la clef de notre épanouissement et du vivre-ensemble. Nous ne parvenons pas à trouver le moindre signe de bonheur dans l'enchaînement des tâches répétitives, la pression hiérarchique et l'insécurité psychologique latente.
   Vous dégainez la méritocratie et le niveau de diplôme pour justifier des inégalités sur le marché du travail. Nous nous efforçons à trouver une corrélation dans nos vies et celles des autres : sans succès.
   Laissez-moi vous le dire crûment : vous ressemblez de plus en plus à des professeurs de morale, qui espèrent cacher la vacuité de leur pensée par l'invocation quotidienne des grands principes de l'humanisme. Aux citoyens, aux employés, au peuple, vous n'avez d'autre vision à offrir que ce plus petit dénominateur que vous avez en commun : la valeur travail.

 

Une valeur morale au travail ?
   Nous ne sommes ni n'avons jamais été dupes de votre rhétorique supposément éthique. Si le peuple a jamais attribué une quelconque valeur morale au travail, c'est qu'il en tirait un profit pécuniaire et des avantages bien réels.
   Durant les deux siècles derniers, l'entreprise individuelle et l'emploi salarié ont été deux modalités plutôt efficaces pour franchir quelques barreaux de l'échelle sociale. Nous étions bien conscients, au fond, qu'en signant ce CDI, nous renoncions à une grande partie des fruits de notre travail, mais la promesse des protections sociales diverses et variées suffisait à dissiper nos quelques doutes.
   Les femmes avaient beau se plaindre que leur travail domestique en était un et qu'il n'était toujours pas reconnu comme tel malgré sa pénibilité, la grande majorité d'entre nous en avait plutôt pour son compte et ne l'ouvrait pas trop.
   L'assimilation que vous faisiez entre travail, effort et emploi salarié nous semblait bien trop rapide, certes, mais tant qu'il y avait un salaire et des perspectives de devenir soi-même boss, on n'ergotait pas trop sur vos erreurs conceptuelles.


Travailler à tout prix
   Aujourd'hui, votre discours a perdu le ton enjoué du siècle dernier et s'est teinté d'intonations culpabilisantes, moralisatrices, prescriptrices. Il faut travailler à tout prix, dites-vous, car l'effort mène au salut psychologique et social tandis que l'inactivité condamne notre société à l'assistanat permanent. Vous avez d'ailleurs pris soin de créer une distinction claire entre le bon élève - celui qui travaille même lorsque sa qualification n'a rien à voir avec le poste - et l'outsider-marginal qui doit pointer à Pôle Emploi tous les mois pour percevoir son maigre pécule.
   Votre voix devient rauque lorsque vous nous rappelez publiquement que nous devons purger notre dette à l'égard de la société et de l'État - dette originelle dont nous avons hérité dès notre naissance. Vous vous indignez devant les courbes qui ne fléchissent pas et signez des pactes de responsabilité qui vous fournissent une poignée d'éléments de langage exploitables pendant quelques mois. Au fond, vous vous réjouissez de savoir que faire travailler les autres coûte de moins en moins cher tandis que ces autres produisent de plus en plus.
   Votre jeu est vieux comme le monde et il est si simple d'y voir clair : la moralisation du travail est - et a toujours été - le meilleur instrument de contrôle physique, psychologique et social des hommes. Vous vantez l'effort dans la tradition judéo-chrétienne : l'effort soigne la paresse, détourne des tentations et enseigne l'humilité. L'érection du plein emploi en objectif millénaire vous permet de rationaliser le déséquilibre des rapports de force entre employeur et employé, tout en fournissant un formalisme juridique à l'aliénation des moyens de production.

 

L'emploi à repenser. ...

Lire (latribune)

04/07/14 FLOK Society en Équateur : et si cela changeait véritablement la donne ? (flok society : Free/Libre Open Knowledge Society, société pour la connaissance libre et ouverte).

 

Alors que le « Buen Vivir » vise à remplacer l’accumulation aveugle de la croissance économique par une forme de croissance qui profite directement au bien-être du peuple équatorien, le « Buen Saber » vise à créer des communs de la connaissance ouverts qui faciliteront une telle transition ; à travers le projet de recherche Free/Libre Open Knowledge (FLOK), l’Équateur entreprend de refonder son économie en déclenchant une transition nationale vers une société de la connaissance libre et ouverte.
Parmi les actions prévues, il y a la mise en place d’un réseau mondial de chercheurs sur la transition, emmené par Michel Bauwens dont le point d’orgue devrait être une grande conférence internationale organisée sous peu (Jérémie Zimmerman et Bernard Stiegler sont par exemple dans la boucle, parmi les Français).
Daniel Vazquez : Le concept de bien vivre comprend l’harmonie, l’égalité, la justice et la solidarité. C’est l’antithèse de l’accumulation de richesses ou d’une croissance économique infinie qui n’est pas mise en commun. Le Plan de Bonnes Conditions de Vie définit le « bien vivre » comme un mode de vie qui permet le bonheur et maintient la diversité culturelle et environnementale. Le Bien Vivre est aussi un concept indigène, connu en Équateur et dans d’autres pays andins sous le nom de Sumak Kawsay, une phrase Kichwa. Pour nous, le Sumak Kasway est un produit de Sumak Yachay, qui signifie bonne connaissance. Une prospérité économique partagée provient du partage des connaissances, des efforts et des technologies. Le Plan de Bonnes Conditions de Vie établit un cadre clair pour une économie de pair à pair, fondée sur le partage de connaissances en Équateur.

Lire (framablog)

 

On n'est pas loin de l'écologie : la prise en compte de la fin des ressources, de l'impossibilité d'une croissance infinie sont là. Un petit effort avec le vivre dans un écosystème bien vivant, et on y sera.

Le plus intéressant : le futur ne peut être conçu sur un retour à une société ignorante et sans technicité, à une société de confiscation du savoir par une élite.

25/06/14 Les français s'engagent dans l'économie circulaire (achats d'occasion, brocantes, ...).

 

-> 2 tonnes : C’est la baisse de la consommation de matière par Français et par an entre 1990 et aujourd’hui. Pour sa vie de tous les jours (voiture, logement, équipement…), un Français ne mobilise plus que 12,1 tonnes de matière par an, contre 14,3 tonnes il y a vingt ans. Grâce à ce recul (-15%), l’économie française est devenue moins gourmande en ressources palpables que la moyenne des économies européennes (17 tonnes par habitant et par an).
-> 75% des Français ont acheté un bien d’occasion au moins une fois en 2012. Ils n’étaient encore que 59% à le faire en 2004. Et pour cause : nous sommes 6% de plus à courir les brocantes et vide-greniers qu’il y a sept ans. Car dans le même temps, nous jetons moins.
-> 54% : c’est la part des Français qui réparent ou font réparer leurs appareils électroménagers, hi-fi ou informatiques au lieu de les jeter.
-> 88%. C’est le pourcentage des Français qui ont déjà donné des vêtements ou des chaussures à une association. Dans le même temps, 38% déclarent avoir récupéré des objets jetés ou déposés dans la rue. Un petite communauté (14%) se laisse tenter par l’achat de matériel neuf, mais en collectif : l’usage est destiné à être partagé.

Lire (terraeco)

23/06/14 50 choses à faire avant d'avoir 10 ans !

 

- manger de la neige
- toucher une grenouille
- sauter dans les flaques d’eau
- cueillir des fleurs des champs
- caresser un cheval
- voir un veau téter sa mère
- grimper dans un arbre
- traverser un ruisseau les pieds nus dans l’eau
- passer sous une cascade
- faire s’envoler les graines de pissenlit

- ... les 40 suivantes, cliquez ci-dessous (ou Télécharger)

Lire (humanosphere)

21/06/14 RGE, Reconnu Garant de l'Environnement, ce label mécontente les artisans. Il semble qu'il y a beaucoup de chemin à faire pour passer du texte à la réalisation.

 

Impression perso : quand j'ai lu la RTH 2012 (règlementation thermique), je me suis gratté la tête, ce ne serait pas facile pour du neuf. Que dire pour de l'ancien ?!? C'était la bonne question : la rénovation est hors de prix (40 à 60% du neuf) et une loterie pour la qualité des résultats. Bref, un retour sur investissement très difficile et aléatoire.

Les artisans grognent et n'ont pas envie d'être les fusibles entre le propriétaire et le législateur.

Lire (rge-info)

10/06/14 Sexisme et spécisme, et si tous les humains et toutes les espèces avaient la même valeur ?

 

Il est nécessaire de se reposer la question parce que la réponse de certains est choquante, ne serait-ce que sur les relations homme/femme et le racisme. L'article étend la réflexion aux autres espèces.

 

Comme autrefois les esclaves, les animaux et les femmes sont appréhendés comme corps. Les femmes comme corps sexuels, les animaux comme corps carnés. Le corps est le symbole de la matérialité et de la naturalité, et dans une civilisation qui oppose le corps à l’esprit, la chair à l’âme et la Nature à l’Humanité, utiliser quelqu’un dans son corps reste la meilleure façon de le dévaloriser. “L’humain” se perçoit comme ayant un corps, et voit “l’animal” comme étant un corps ; “l’homme” se perçoit comme ayant un sexe, et voit “la femme” comme étant un sexe. Animaux et femmes ne s’appartiennent pas, parce qu’ils sont censés être les jouets de leurs instincts – censés être agis par
leur corps ou par leur utérus –, et sont alors appropriés. Hommes et humains, parce que maîtrisant leur corps et le possédant, deviennent par contre propriétaires d’eux-mêmes et du reste du monde.
La consommation sexuelle du corps des femmes marque traditionnellement leur appropriation par un homme. Cette instrumentalisation du corps signe la distinction, la différence de valeur entre hommes et femmes. De même, manger un animal, c’est l’utiliser radicalement : peut-on nier plus fondamentalement sa valeur et affirmer plus efficacement la nôtre par contraste ?

Télécharger le pdf (yvesbonnardel)

 

Avertissement : nous trouvons que ce texte (le document complet) va très loin -trop loin ?- dans l'argumentation sur le respect de l'animal, cela confine au Jaïnisme (religion intégriste des Indes). Malgré tout il donne une direction nouvelle de réflexion.

05/06/14 Financez un film écolo : pour réenchanter le monde, inventer le monde de demain.

 

Extrait : Nous mesurons à quel point le sujet que nous essayons de porter (le changement de la société, l'écologie…) trouve un écho fort, dans un temps où nous voyons des crises toujours plus profondes secouer notre démocratie, notre économie, nos écosystèmes. Pour nous, cette mobilisation est une preuve supplémentaire qu'il faut proposer un nouvel horizon et vite. C'est aussi une grande responsabilité pour nous.
Nous comprenons que faire partie de ce projet, même en donnant quelques euros, est très fort pour beaucoup d'entre vous. Et cela l'est énormément pour nous ! Plus la part du budget sera "citoyenne" plus nous serons libres et plus nous enverrons un message extraordinaire à tous ceux qui verrons ce film. Et si le film était en majorité financé par des hommes et des femmes, des entrepreneurs, par une partie de ceux qui sont en train, ou qui veulent, construire ce nouveau monde ? Ce serait extraordinaire...

Lire + vidéo (kisskissbankbank)

02/06/14 7ème Alter Tour de France. Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 30/06.

 

Pour se rencontrer en pédalant.

Il passera par la Haute-Loire, le Puy-de-Dome, le Cantal, la Corrèze, la Haute-Vienne, la Creuse, la Dordogne, la Charente, la Vienne, les Deux-Sèvres et la Charente-Maritime.

Lire (alterrecampagne)

20/05/14 L'information n'existe plus pour le grand public. Les nouveaux chiens de garde, sur LCP hier soir. Une raison de plus pour faire connaître lavieduboncote.info.

 

La totalité de la presse grand public, écrite et parlée : radio et télé inclus, est entre les mains de grands groupes. Il n'est donc pas question pour eux de présenter des informations allant à l'encontre de leurs intérêts.

C'est ce que nous (dé)montre ce documentaire passé sur LCP (La Chaîne Parlementaire) le 19/05. Si vous l'avez raté, il est disponible ci dessous.

Voir (youtube, 1h30 de surprises)

 

Ce sont donc des indépendants qui se réfugient sur internet qui publient -un peu confidentiellement et au milieu du fatras général du web- des perles de vérité, des points de vue et analyses originaux. Nous essayons de collecter les plus intéressants d'entre eux pour vous les proposer ici, pour ce qui concerne l'écologie.

Nota : pour devenir moins confidentiels, envoyez les adresses de ces sites (dont le notre) à TOUT votre entourage, amis ou non. Eh oui, même les gens que vous n'aimez pas se font une opinion avec des infos tronquées. Comme vous.

18/05/14 Des fiches projet pour vous aider dans vos envies d'écologie.

 

Les Colibris sont à l'origine de nombreux projets écolos locaux. La bonne idée est de faire des fiches pour aider ceux qui ont aussi envie de s'y mettre.

- La communication non violente dans un groupe (c'est la moindre des choses mais pas évident pour certains de ne pas couper la parole, rester poli, accepter les désaccords, respecter chacun, ...).

- - Construire un plan de desccente énergétique local.
- Mettre en place un système de covoiturage.
- Créer une scop ou une scic.
- Créer un lieu d'éducation alternatif.
- Monter un habitat groupé.
- Convertir une cantine à l'alimentation biologique.
- Gérer naturellement ses espaces verts : potagers bio et compost.
- Instaurer une gouvernance écologique avec l'holacratie.
- Introduire la coopération dans la pédagogie.
- Créer un marché de producteurs bio et laocaux.
- Mettre en place un pédibus.
- Devenir producteur d'électricité.
- Créer un réseau d'entreprises pour une économie locale et durable.
- Revégétaliser l'urbain.
- Créer une Amap, développer une ceinture maraîchère autour des villes.
- Créer une monnaie locale.
 

Lire (colibris)

09/05/14 L’arbre à vent, l’invention française qui amène l’éolien dans les villes.

 

Inspirée par la philosophie du biomimétisme, une entreprise française a conçu un modèle d'éolienne très originale et passe-partout.
C’est un arbre de huit mètres de haut, dont le tronc blanc est en acier. Au bout de ses branches, une centaine de feuilles dotées de petits générateurs s’activent comme autant de mini-éoliennes. Cet arbre n’est pas un rêve, deux prototypes trônent déjà sur l’Ile d’Oléron (Charente-Maritime) et à Pleumeur-Bodou (Côtes-d’Armor).
Solution locale : "Là où l’éolien cherche à aller toujours plus haut et à construire des machines toujours plus grandes, nous avons cherché à exploiter l’énergie disponible autour de nous. Je suis persuadé que l’avenir de notre modèle énergétique passe par une multitude de solutions de proximité, et l’arbre à vent en est une », poursuit Jérôme Michaud-Larivière. Un seul de ces arbres installé au bord d’une route ou sur un rond-point permet d’allumer quinze réverbères mais aussi d’alimenter en partie une salle de spectacles ou des stations de recharge pour voitures électriques. Le tout pour un coût qui devrait avoisinner 25 000 euros. « Cela revient à un coût de 35 centimes par kilowattheure, ce qui est compétitif, mais nous allons travailler à baisser le coût de notre arbre dans les mois qui viennent".

Lire (terraeco)

15/04/14 Guide des monnaies complémentaires. De plus en plus de villes et collectivités souhaitent émettre des monnaies locales pour ne plus dépendre d'une monnaie officielle qui vous rend dépendant d'un système qui ne dépend pas de vous.

 

Il existe plus de 5000 monnaies complémentaires à travers le monde. En Belgique, elles tendent de plus en plus à se développer. Vivant en «complément» de la monnaie officielle, elles ajoutent au propos purement «financier» de cette dernière, des objectifs sociaux, environnementaux ou encore de dynamisation des échanges économiques et locaux. Si chaque projet de monnaie complémentaire a ses particularités, tous naissent d’une volonté commune : se réapproprier un outil financier classique pour en faire un outil citoyen

Télécharger (le guide)

15/04/14 Construisez votre voiture wikispeed. C'est un exemple de conception collaborative open source applicable à d'autres appareils.

 

Vous téléchargez les plans (gratuits, ou 100$ sur CD), un logiciel pour lire les plans, vous réunissez une bande de copains bricoleurs, un peu de monnaie (forcément), quelques bons outils et c'est parti.

Lire (opensourceecology)

Télécharger (logiciel pour lire les plans, gratuit)

 

L'intéressant est le procédé de conception et partage, applicable à tout autre produit. Dans ce but, vous pouvez adhérer à la communauté.

Voici le début d'une société de production écologiste, dommage que ça commence par une bagnole, Lire (ouishare, la 3ème révolution industrielle).

 

Il y a aussi la wikihouse (la maison à faire soi même). Lire (wikihouse)

14/04/14 TAFTA, l'accord de libre échange Europe-USA, la démocratie n'est pas compétitive, un point de vue original.

 

Il y a plusieurs façons d'expliquer cet accord en cours de négociation:

- une conférence d'économiste s'adressant à des économistes

- une conférence d'économiste s'adressant à des gens qui n'y connaissent rien avant et toujours rien après.

- une interview de manifestants bien sympas mais qui ne savent pas grand chose ni très bien s'exprimer (le début de la vidéo)

- une manifestation clownesque (à partir 4mn15). Savoir faire rire c'est d'abord un travail de compréhension, ensuite un travail de traduction à l'attention de vous et moi. Si vous riez, c'est gagné.

Lire (telebocal)

(telebocal est une télé sur votre box, jolie initiative)

14/04/14 Dix effets indésirables du vélo.

 

Si vous envisagez de remplacer votre voiture par un vélo, alors il est important de connaître l’impact de cette décision. Vous trouverez ci-dessous 10 effets secondaires du vélo que votre vendeur de vélos ne vous dira pas.

1. La perte de poids. Si vous essayez d’être gros, le vélo n’est pas bon pour vous. Le vélo est connu pour éliminer les calories provenant des réserves de graisse du corps.
2. Le ralentissement de la respiration. Les gens qui utilisent régulièrement le vélo ont besoin de plus de temps entre chaque respiration, que ce soit quand ils font du vélo ou quand ils sont en période de repos.
3. La réduction du stress et de l’agressivité. Les gens qui vont au travail à vélo sont moins susceptibles d’être agressifs, ce qui peut poser problème pour la survie dans le monde d’aujourd’hui.
4. Ponctualité. La possibilité de naviguer dans le trafic urbain, en prenant des raccourcis dans des endroits où les voitures ne peuvent pas passer, tout en évitant les embouteillages de l’heure de pointe, laisse souvent les cyclistes dans l’ennui lorsqu’ils doivent attendre l’arrivée de leurs collègues.
5. La stimulation mentale sans caféine. Ceux qui utilisent régulièrement le vélo ont la sensation naturelle d’être alerte et bien éveillé, et ne peuvent donc pas justifier la pause café en début de matinée.
6. Sentiment d’invincibilité. Les personnes qui sont leur propre moyen de transport ont souvent la dangereuse impression qu’elles peuvent réaliser quoi que ce soit.
7. La pratique du vélo peut conduire à d’autres activités. Rouler à vélo encourage la curiosité, l’exploration, et peut même provoquer une dépendance à la volonté de découvrir le monde.
8. Une joie extrême. Les cyclistes réguliers ont du mal à comprendre la colère des automobilistes, et se tiennent donc à l’écart du passe-temps populaire qui consiste à maugréer sur la circulation. Des sourires trop fréquents peuvent provoquer des rides d’expression sur le visage.
9. Perte de sensation. La pratique régulière du vélo rend insensible au froid, à la pluie, aux intempéries et même à la chaleur.
10. Mauvais pour la croissance économique. La pratique du vélo diminue les profits des compagnies pétrolières et des constructeurs de voitures tout en limitant la pollution et les problèmes de santé publique. Or, la pollution (et la dépollution qui va avec) et les problèmes de santé publique (dont les accidents de la route) participent à la croissance du PIB.

Lire (carfree)

09/04/14 Le recyclage en Europe, la France à la traîne.

 

La France se plaint et voudrait toujours que tout change sans que l'on ne change rien ! Cela se voit sur cette belle carte, notons qu'il y a nettement pire comme certains pays à l'Est mais ce n'est en aucun cas une excuse.

cliquez sur l'image pour agrandir.

Lire (greenetvert, mais avast signale une menace)

31/03/14 Elections, un village pas comme les autres : Saillans (26). Un nouveau genre de fonctionnement.

 

Ils en avaient assez que le maire sortant décide seul : les habitants de ce village de la Drôme ont travaillé pendant des mois à une liste collégiale, et vécu une belle expérience de démocratie participative.

"C’est magnifique : c’est la première fois que je vote avec le sourire".

Le reste de l'histoire est plus politique (*), les acteurs pas forcément écolos, mais on aime bien. Redonner vie à une ville, c'est d'abord redonner vie et envie à ses citoyens.

(*) donc pas du ressort de ce site, nous avons un statut apolitique, désolé.

Lire (rue89)

22/03/14 Une autre banque est possible : la NEF, coopérative bancaire.

La Société financière de la Nef est une coopérative bancaire. Depuis sa création en 1988, elle exerce une double activité de collecte d’épargne et d'octroi de crédit dans le cadre d’un agrément de la Banque de France.


Missions :
Unique en France, la Nef est une coopérative bancaire qui offre des solutions d’épargne et de crédit dédiées à l’environnement et à l’économie solidaire. Sa mission depuis 25 ans est de fournir à tout épargnant les moyens d’être acteur de la transition écologique et sociale de notre société.
Fidèle à son principe fondateur « Pour que l’argent relie les hommes », la Nef cherche à créer des outils financiers de participation citoyenne pour mettre en marche et accompagner des nouvelles façons de produire, de consommer, d’entreprendre, d’habiter.
Les projets qu’elle soutient au quotidien sont donc ceux qui construisent la société de demain : agriculture biologique et paysanne, circuits-courts d’énergie renouvelable, recyclage, habitats participatifs et écologiques, auto-partage, commerce équitable, jardins d’insertion, etc.


Ethique
Le sens donné par la Nef à l’éthique et à son champs d’application – la finance éthique – dépasse largement le cadre de référence usuel des « placements éthiques » qui ont pour action principale le fait d’écarter de leur périmètre certains secteurs comme les armes ou le tabac ou utilisent des méthodes d’évaluation « best in class ». Par-delà ses labels ou son Comité d’Ethique, c’est donc la place accordée à l’individu au sein de la Nef – l’individu porteur d’un projet, l’individu épargnant qui choisit d’orienter son épargne ou l’individu chargé de crédit – qui garantit avant tout l’éthique de son action.

Lire (pourunebanqueethique)

+ une petite vidéo sympa (youtube)

15/03/14 Une piscine écologique, pourquoi des produits chimiques quand la nature sait faire  le boulot ?

Une piscine, ce n'est pas qu'une affaire de particulier, on peut aussi vouloir une baignade pour tous dans le cadre d'une association, d'une petite commune. Dans les 2 cas, ce qui suit devrait vous satisfaire.

Le fonctionnement d'une piscine écologique?
Afin de restituer la vie et l’équilibre biologique d’un milieu, la création d’un bassin naturel est un choix intéressant. Divisée en quatre zones, la piscine est de conception écologique et son épuration se fait naturellement.
Zone centrale de baignade : Cet espace, équivalent ou inférieur à la zone réservée aux plantes, est l’endroit où s’effectue l’immersion. Dans cette zone, on retrouve généralement un filtre à sable, une écumoire, un compartiment de sédimentation et un filtre UV.
Zone de filtration périphérique : Moins profonde, cette partie accueille les plantes épuratives qui participent à l'assainissement naturel de l’eau.
Zone d’oxygénation : Afin de bien aérer le bassin, différents modes de recirculation de l’eau — chutes, cascade, etc. — sont habituellement inclus. On y retrouve également les plantes d’oxygénation. Ici, l’eau traverse la ceinture végétale, se tempère au contact des galets chauffés par le soleil, puis retourne au bassin d’immersion.
Zone de régénération : Fréquemment appelée lagune, cette zone, plus profonde, sert de transition visuelle entre le milieu végétal et aquatique. Ici sont installés les nénuphars ainsi que les diverses plantes flottantes.
Si le bassin est bien conçu et bien situé, il nécessitera moins d’entretien qu’une piscine conventionnelle.

Lire (ecohabitation, avec schémas, ...)

11/03/14 Le Plan Vélo, adopté par le gouvernement le 06/03.

 

Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, a dévoilé mercredi les 25 mesures d'un plan d'action pour les mobilités actives du vélo et de la marche. Des mesures pour faciliter la coexistence avec les voitures en milieu urbain et inciter à l'usage du vélo vers le lieu de travail.

- Indemnité kilométrique vélo : tout d'abord encourager les trajets entre le domicile et le lieu de travail. 0,25€ du km proposé.
- Inciter les Français à prendre leur vélo : interdiction de l'arrêt ou du stationnement à 5 mètres en amont du passage piéton hors des places aménagées, et la généralisation du double-sens cyclable dans les rues où la vitesse est limitée à 30 km/h.
- Plus de stationnements pour les vélos : Les automobilistes seront officiellement autorisés à chevaucher une ligne continue pour dépasser les vélos si la visibilité le permet mais se garer sur une piste cyclable sera en revanche plus sévèrement puni, par une amende de 135 euros contre 35 euros actuellement.
Des objectifs de création de places sécurisées de stationnements pour vélos d'ici à 2020 seront par ailleurs fixés pour chaque grande gare.

Lire (franceinfo)

 

Et comme le bonheur des uns ... les fédérations de cul-de-jatte motorisés nous font un gros caca nerveux : «Ce n'est pas un plan vélo mais c'est un plan de guerre contre les automobilistes!».

Ces messieurs ne se rendent même pas compte que de nombreux quartiers de ville ont été construits avant l'existence des voitures, et ce sont elles qui n'y sont pas adaptées.

Ce n'est pas grave, dans 10 ans la voiture sera un produit de luxe, plus de problèmes.

Lire (lefigaro)

10/03/14 Elections municipales et programmes, 98 idées (déjà réalisées) pour des communes de moins de 3500 h.

L'écologie dans les programmes municipaux, c'est à chaque fois réinventer la roue chacun dans son coin et dans des milliers de communes. Voici 98 réalisations déjà en service et qui pourront vous inspirer.

Télécharger le tome 1 (50 projets)

Télécharger le tome 2 (48 projets)

Avec les coordonnées pour contact éventuel.

Nous avons trouvé ces idées sur le site localtis qui est une ressource pour les communes.

Lire (localtis)

08/03/14 Le crowdfounding, aidez les entrepreneurs locaux directement.

 

(J'étais persuadé d'avoir publié un article sur le sujet, oubli à réparer). Le crowdfounding, c'est aider directement les petits porteurs de projets que les banques refoulent systématiquement ou presque. Voici un site qui permettra d'investir vos économies dans des projets locaux et c'est vous qui choisissez qui vous aidez. Il est très possible que ce soit une des solutions pour sortir le pays du marasme et de la morosité ambiante.

Les demandeurs sont en général des gens qui ont le sens du travail bien fait et avec une certaine déontologie que nous apprécions.

Lire (notrepetiteentreprise)

06/03/14 Les biens communs, kesako? Pour comprendre un peu mieux l'écologie.

 

Il y avait eu à l'automne dernier une série d'articles sur les biens communs, ils étaient hélas un peu théoriques et indigestes quoique très intéressants. Aujourd'hui, nous avons trouvé un article où des personnalités diverses s'expriment chacune sur un point particulier. C'est plus simple et facile à lire, par contre ce sera à vous de vous faire une opinion globale.

 

- Thomas Landrain : le vivant. Th Landrain est chercheur en biologie de synthèse. Il est co-fondateur et président de La Paillasse, premier laboratoire citoyen dédié aux biotechnologies en France.
- Irene Favero : la dignité humaine. De formation en économie et gestion des arts et des activités culturelles, Irene Favero est chargée de mission auprès du Réseau Culture 21, spécialisée dans les processus participatifs et la gestion de projets multi-partenariaux.
- Valérie Peugeot : la diversité. V Peugeot est chercheuse à Orange Labs, en charge des questions de prospective au sein du laboratoire de sciences humaines et sociales.
Frank Adebiaye : le temps. Issu d’une formation professionnelle en gestion et en comptabilité, F Adebiaye est aujourd’hui spécialiste du document numérique d’entreprise et de gestion.
- Frédéric Sultan : la gouvernance. F Sultan est fondateur de Gazibo, société coopérative de conseil, formation et animation de projets collaboratifs reposant sur l’utilisation d’outils numériques.
- En tout  20 personnes présentent en 1 à 3 mn un point de vue sur un sujet. Chacun de ces sujets est un bien commun de la planète (oui, même la gouvernance), ne peut ou ne doit être une propriété privée, et nous devons les maintenir vifs et efficaces.

Lire (knowtex)

01/03/14 Supprimer le besoin de transport !!! Petite étude chiffrée.

 

C'est une idée que nous avons toujours avancée en pointillé. Cette fois ci, c'est Jacqueline qui nous envoie une étude chiffrée prenant un petit bout d'Ile de France en exemple :

 

J'ai toujours exprimé les plus extrêmes réserves sur la gratuité des transports, car cela pousse à développer les transports même s'ils sont en commun.
Ce que je ne comprends pas dans cette discussion, c'est qu'on a un moyen meilleur d'améliorer la situation, c'est de supprimer le besoin de transports à la source ! On l'admet pour les déchets (réduction à la source... ),on l'admet pour l'énergie (la meilleure énergie, c'est celle qu'on économise... ) Pourquoi pas pour les transports ??
> Si les territoires étaient moins dissociés, s'il était interdit de construire des zones dortoirs, des zones commerciales ou de loisirs inaccessibles à pied, des clusters "hors sol" qui sont si spécialisés qu'ils n'offrent que quelques % d'emplois locaux à leurs habitants... on n'aurait moins besoin d'améliorer les transports !
> Je ne comprends pas pourquoi on accepte l'idée d'une limite spatiale en aménagement du territoire (notion de front urbain) et qu'on n'adopte pas une limite quantitative (Exemple : plus 1 m2 de bureau à la Défense, 18 fois plus d'emplois que d'actifs, plus 1 m2 à Roissy, 60 fois plus d'emplois que d'actifs... Plus un logement pour des communes avec un taux d'emploi inférieur à 0,30 et QUE des activités... Etc... etc... )
> En appliquant ces règles simples en Ile de France qui représente quand même 23 MILLIONS DE DEPLACEMENTS PAR JOUR OEUVRé (vous avez bien lu !!), on ne ferait pas le cluster du plateau de Saclay, on refuserait l'extension des activités à Roissy qui cumule dans ce qu'on appelle le "cœur de pôle" 150 000 emplois pour 65 000 actifs y compris les chômeurs, l'extension de Disneyland, les 14 nouvelles tours de la Défense, la tour Triangle du 15ème qui est le plus gros pôle d'emplois de Paris et qui attire 86 000 banlieusards par jour, l'urbanisation entre Sénart et Melun, entre Marne la Vallée et Meaux, etc, etc... )
> Idem pour refuser des centres de télétravail, des pôles commerciaux ou de bureaux à l'emplacement des gares, qu'on voudrait faire des lieux centripètes, alors qu'ils sont par définition centrifuges.
> J'ai calculé pour le bassin de Gennevilliers (275 000 habitants) dans le Nord 92, que la dissociation de territoire entre ceux qui partent travailler à l'extérieur (90000 ) et ceux qui arrivent pour occuper les emplois du territoire (80000), le manque à gagner en emplois de proximité qui n'existent pas, faute d'un taux suffisant d'habitants sur place pour les faire vivre est de 20 000 postes. S'il y avait une meilleure adéquation, on créerait 20000 emplois et on économiserait 40 000 flux de transports uniquement pour le boulot (dont une grande partie de transports en commun ) ???
> Rendre moins cher ces transports en les rendant gratuits... ou bien les rendre inutiles ???
Cherchez l'erreur !
Ce n'est pas en "réparant" une mobilité devenue absurde qu'on fait de la véritable écologie, c'est en la diminuant. Et qu'on ne me parle pas de "droit à la mobilité" = quel droit ? Les travailleurs captifs de banlieue coincés dans les RER aux heures de pointe perdent 7 années complètes de travail supplémentaires en temps perdu dans les transports !! Et on est CONTRE le prolongement de l'âge de la retraite de deux ans ?? Qu'on m'explique ! Jacqueline Lorthiois.

01/03/14 Méthanisation, un petit dossier mis à jour, des plans, des perspectives.

 

Voila un bon moment que nous n'avions plus abordé le sujet, quelques chiffres viennent nous titiller, ils viennent d'Afrique et plus particulièrement du Burkina Faso où 3500 bioréacteurs pour petites exploitations agricoles ont été construits ces 5 dernières années. Il s'agissait d'enrayer un taux de déforestation de 4% annuel.

 

Depuis le démarrage du programme, ce sont 383 maçons formés, 150 entrepreneurs ruraux actifs ; 262 500 000 F cfa (*) de revenus engrangés par les maçons en 4 ans, 8 coopératives de maçons créées ; 2 555 000 m3 de biogaz produit par an soit l’équivalent de 103 600 bouteilles de gaz butane de 12,5 kg.

Un biodigesteur (ou bioréacteur) alimenté par un troupeau de 4 vaches ou 5 cochons permet de produire par jour 4 h de gaz pour la cuisson et 6 à 9 h d'électricité.
C’est également 311 ha de forêts potentiellement préservées par an ; un potentiel de production de 224 000t d’engrais organique ; 17 500t CO2 séquestré par an.

Et surtout un coût d'installation de 350 000 à 500 000 F cfa (533 à 762€). Ce prix est sans doute conséquent pour les Burkinabé mais ridicule pour une installation en France même s'il faut doubler ou tripler ces prix pour cause de salaires plus élevés. Aujourd'hui, c'est l'Afrique qui donne l'exemple sur l'autonomie énergétique. Bravo à eux.

Lire (lefaso)

 

En extrapolant ces chiffres aux fermes françaises, ou à certaines collectivités, on devrait sauter sur cette solution.

Nous vous proposons donc des documents à télécharger :

- l'approche des burkinabé, les chiffres de production, les précautions à prendre pour un bon fonctionnement. Télécharger

- Les plans d'un biodigesteur de démonstration. Facile de prévoir une extension pour une utilisation familiale (prévoir 4 ou 6 fûts au lieu de 2, ajouter un robinet d'arrêt sur chaque fût. 2 (ou 3) fûts en production et 2 (ou 3)  fûts en préparation de fermentation, penser à ajouter une soupape de sécurité réglementaire, penser à isoler les fûts pour un fonctionnement à 37°C). Coût total : 100 à 200€ si les fûts sont de la récup. Télécharger (**)

- Une documentation Solagro plus orientée sur les grosses solutions industrielles (méthanisation à la ferme). Vous y trouverez les rendements en fonction des matières en fermentation. Télécharger.

 

Nota : pour la dernière solution (Solagro) le kWh produit est concurrentiel avec le nucléaire. Merci qui ? Merci les écolos, ainsi que les techniciens et ingénieurs de solutions nouvelles et alternatives. Actuellement, ce type d'installation est subventionné (Ademe).

 

(*) 1000 francs cfa=1,52€

(**) Pensez-y si vous envisagez un écovillage.

28/02/14 Votre commune a-t-elle des logements vides ? La carte.

 

Pour plein de raisons, cela peut vous intéresser : donner du peps à votre campagne électorale, dépanner des jeunes pour s'installer, proposer une location gratuite contre bons soins, éviter de lancer des programmes de construction, ...

La carte (rue89)

 

Allez voir. Agrandissez la carte, cliquez sur votre commune et les infos vont apparaître. Par exemple, à Dole (39) il y a 12 000 logements dont 1100 sont vacants. Même les petites communes sont concernées, bien sûr et hélas, ça ne renseigne pas sur leur état.

27/02/14 Bee friendly (*), un nouveau label : là où il y a des abeilles, il y a de l'espoir. 

 

Le label européen Bee Friendly, qui vise à promouvoir les pratiques et les produits respectueux des abeilles et des pollinisateurs, a été lancé en France officiellement lundi en présence de Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, Olivier Belval, président de l'Unaf (Union nationale de l'apiculture française), et de l'association Bee Friendly
En savoir plus sur http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/abeilles-lancement-du-label-bee-friendly-pour-promouvoir-les-produits-respectueux-84845.html#kKJsZmHIK1Y5SuEg.99

Le label européen Bee Friendly, qui vise à promouvoir les pratiques et les produits respectueux des abeilles et des pollinisateurs, a été lancé en France officiellement lundi en présence de Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, Olivier Belval, président de l'Unaf (Union nationale de l'apiculture française), et de l'association Bee Friendly
En savoir plus sur http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/abeilles-lancement-du-label-bee-friendly-pour-promouvoir-les-produits-respectueux-84845.html#kKJsZmHIK1Y5SuEg.99

Le label européen Bee Friendly, qui vise à promouvoir les pratiques et les produits respectueux des abeilles et des pollinisateurs, a été lancé en France officiellement lundi en présence de Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, Olivier Belval, président de l'Unaf (Union nationale de l'apiculture française), et de l'association Bee Friendly
En savoir plus sur http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/abeilles-lancement-du-label-bee-friendly-pour-promouvoir-les-produits-respectueux-84845.html#kKJsZmHIK1Y5SuEg.99

Le label européen Bee Friendly, qui vise à promouvoir les pratiques et les produits respectueux des abeilles et des pollinisateurs, a été lancé en France officiellement lundi en présence de Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, Olivier Belval, président de l'Unaf (Union nationale de l'apiculture française), et de l'association Bee Friendly.

Il comprend 27 exigences « précises et mesurables » parmi lesquelles l'interdiction des néonicotinoïdes et de certains pyréthrinoïdes, l'interdiction d'utiliser des OGM même en alimentation animale, l'aménagement de zones de préservation de la biodiversité, la collaboration avec les apiculteurs locaux....
L'objectif est que le label Bee Friendly soit apposé sur certains produits de consommation courante français d'ici fin 2014. En Allemagne, du lait et du beurre sont déjà commercialisés sous ce label.

 

(*) Littéralement : abeilles amicalement.

Lire (lafranceagricole)

25/02/14 L'économie circulaire, 4 beaux articles de Novethic

 

Le site Novethic nous présente un dossier sur l'économie circulaire sous forme de 4 articles : Chine, Inde et Europe, les projets en cours.

- En Chine à Tianjin, « Pour favoriser cette synergie industrielle, nous avons établi un projet, de 1,8 million d'euros en co-financement avec l'Union Européenne, de mise en réseau de 800 PME locales », témoigne Song Yuyan. Concrètement, chacune de ces PME interagit avec un Comité de Promotion de l'Economie Circulaire. Un autre organisme, toujours sous l'égide de TEDA, récolte les données relatives aux déchets et facilite la mise en réseau entre les entreprises émettrice et réceptrice.

Lire (novethic)

- En Inde, le recyclage passe par trois étapes assurées par des agents différents : la collecte, le tri, puis le recyclage proprement dit. La particularité du processus réside dans le poids très fort de l'économie informelle, notamment lors des deux premières étapes. « On estime que 90% des déchets sont collectés par le secteur informel », indique ainsi Olivia Godeluck. Pourtant, les « pollution boards », ces autorités régionales chargées du contrôle de la pollution, publient des listes de recycleurs agréés. Le problème, c'est que les coûts de fonctionnement de ces professionnels, bien supérieurs à ceux du secteur informel, ne leur permettent pas de racheter les déchets à un prix aussi élevé que leurs concurrents.

Les problèmes sont donc loin d'être réglés.

Lire (novethic)

- Avec plus de 75% de la population en ville, les fermes urbaines sont-elles l'avenir de l'agriculture ? Les projets en ce sens se multiplient un peu partout dans le monde. Nous voici, ici à Berlin, sur le campus Euref Campus, un site industriel et universitaire d'environ 55 000 m2 entièrement dédié à la «Nachhaltigkeit» (développement durable en allemand), où sont hébergés les locaux d'une petite start-up, objet de bien des attentions : l'ECF pour « efficient city farming » ou ferme urbaine de haute efficacité.

Lire (novethic)

- En France, l'économie circulaire : on en parle aujourd'hui beaucoup mais où en est-on réellement en France ? « Il y a une réflexion dans tous les sens mais un manque de structuration nationale ».

Car sur le territoire, les expériences se multiplient, dans un dynamisme anarchique. Démarche d'éco-conception, projets de centrales de méthanisation dans les exploitations agricoles, développement de services qui s'inscrivent dans une logique d'économie de la fonctionnalité comme l'auto-partage, de ressourceries (lieu de vente à but non lucratif qui redonne une seconde vie aux produits abandonnés)…mais aussi d'écologie industrielle.

Lire (novethic)

 
Cette rubrique inaugure l'art de partager, tous ceux qui figurent dans cette rubrique ne cherchent pas à faire de l'argent avec leurs idées ou leur travail. De tout, en vrac. covoiturage, transports en commun (page "trucs & astuces")

Des économies ?

Placez les à Energies partagées.

Scop Le Pavé

Le retour de la culture populaire.

(Piqué à Alternatives économiques)

Principaux articles

Réseau Appel, éco entreprises :

- Petit guide de l'achat responsable
- Livret Zone d'activité : comment aménager durablement?

- Guide des clauses environnementales dans la commande publique

- Guide Management des Chantiers verts

Tout sur les énergies renouvelables :

www.cler.org

Les métiers verts de demain

(avec vidéos, sur notreplaneteinfo)

Analyse du cycle de vie d'un produit (pdf Ademe).

Coalition of the willing

(la coalition des bonnes volontés), vidéo, les images sont superbes.

Foussemagne, une commune passe au développement durable diaporama
Guide de la construction écologique (les Amis de la Terre)
Produits de substitution aux produits dangereux
Le site Ekopédia, encyclopédie de l'écologie
Ecologie, les français veulent être convaincus
Fruits et légumes de saison
Biodiversité, écolocide
Réchauffement climatique
Guide d'évaluation environnementale des produits grands publics
La semaine sans pesticides
50 000 kits pédagogiques Goodplanet
Chernobyl Day
Bilan de la fondation Nicolas Hulot
L'éclairage public par LED
La directive Reach
Norme internationale ISO 26000
La cour des comptes épingle la gestion de l'eau
Etudiez la physique, on a encore besoin de génies
Biodiversité : Quand l’UNESCO rapproche science et politique
La croissance «verte» pour contrer la crise
La bionique
Photovoltaïque : une politique incohérente

Dossier

Ordures ménagères et recyclage

Des lunettes révolutionnaires
Quand les pauvres inventent une banque véritablement populaire

Ekopédia

(c'est fourmidouble)

http://www.substitution-cmr.fr/

un site pour trouver des produits de substitution (solvants, ...)

Archives : 2ème page     3ème page
En dernier recours il reste toujours le marteau !

(\ _/)
( + +)
c(")(")

2ème page